IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les jeunes acquièrent leurs connaissances technologiques à la télévision, pas à l'école
Et 44 % de femmes déclarent avoir de bonnes compétences numériques, contre seulement 40 % d'hommes

Le , par Bruno

129PARTAGES

9  0 
Suite à l’enquête menée par société de conseil Accenture auprès des jeunes nées entre le milieu des années 90 et le début des années 2000 et communément appelé la génération Z (GenZ), il apparaît que les films et les réseaux sociaux ont une plus grande influence sur leur compréhension du travail dans le secteur des technologies que l'école. Connus pour faire les choses à leur manière, il est trop tôt pour comprendre exactement comment les jeunes de la GenZ voudront travailler, mais comme il s'agit de la première génération née dans une ère d'accès instantané à l'information et de forte connexion aux réseaux sociaux, il est possible d’avancer quelques chiffres sur leurs habitudes sociales.

Selon l'étude d’Accenture, les jeunes sont moins susceptibles d'obtenir leurs informations sur les carrières technologiques de l'école et des enseignants que sur les réseaux sociaux, des séries télévisées et des films. Les réseaux sociaux arrivent en tête des sources d'information sur les aspirations professionnelles (31 %), devançant les parents de peu (29 %) et les enseignants de beaucoup (24 %). Les membres de la génération Z sont plus susceptibles de s'informer sur un avenir dans le secteur des technologies par la télévision et les films (27 %) que par l'école (19 %).


Certains étudiants se tournent vers les ordinateurs monocartes bon marché comme le Raspberry Pi pour se familiariser avec les futures carrières technologiques, ce qui les expose aux langages de programmation, aux protocoles de réseau, à la sécurité et au fait fondamental que les ordinateurs ont besoin d'interfaces humaines, telles que des interfaces graphiques, tactiles/gestuelles, vocales, un clavier classique ou une souris.

Accenture a interrogé 1 000 jeunes de 16 à 21 ans sur leurs aspirations professionnelles et leurs options à long terme. L'enquête a révélé que 44 % des jeunes femmes déclaraient avoir de bonnes compétences numériques, contre seulement 40 % des jeunes hommes. Cependant, le problème de parité hommes-femmes sur le lieu de travail se pose toujours. Accenture a réalisé un investissement stratégique, par l'intermédiaire d'Accenture Ventures, dans Pipeline, une startup basée à Denver qui utilise la technologie de l'intelligence artificielle (IA) pour accroître les performances financières en comblant l'écart d'équité entre les sexes.

La plateforme d'IA de Pipeline, basée sur le cloud, aide les entreprises à évaluer, traiter et agir contre les préjugés sexistes. En analysant les données relatives à l'embauche, au salaire, à la performance, au potentiel et à la promotion, Pipeline aide les organisations à identifier rapidement les zones internes de préjugés inconscients afin de rendre l'équité entre les sexes réalisable et réalisable, en fournissant des recommandations qui soutiennent l'amélioration de la performance financière de l'organisation, ainsi que la croissance de l'individu. Il s'agit d'une opportunité importante : les recherches de Pipeline ont montré que pour chaque augmentation de 10 % de l'équité entre les sexes, les organisations réalisent une augmentation de 1 à 2 % de leurs revenus.


« L'histoire a démontré que les incitations financières et les bonnes intentions ne suffisent pas à combler les écarts d'équité entre les sexes, qui se sont encore accentués à la suite de la pandémie, a déclaré Katica Roy, fondatrice et PDG de Pipeline. En mettant l'accent sur ces questions au niveau de l'entreprise, et avec l'étroite collaboration et l'investissement d'Accenture, Pipeline se réjouit d'accélérer son impact sur le marché. »

« Aujourd'hui, les dirigeants mettent en œuvre des pratiques commerciales responsables, qui consistent notamment à garantir une main-d'œuvre inclusive et diversifiée à tous égards », a déclaré Christie Smith, responsable mondiale de Talent & Organization / Human Potential chez Accenture. « La plateforme analytique axée sur les données de Pipeline offre une solution aux organisations pour combler l'écart d'équité entre les sexes, créer des cultures fortes et débloquer de nouvelles sources de valeur qui augmentent la performance financière ».

Tom Lounibos, Directeur général d'Accenture Ventures, a ajouté : « notre investissement dans Pipeline est conforme à l'engagement d'Accenture Ventures de développer les dernières technologies, renforcées par l'ingéniosité humaine, qui permettent de relever les défis les plus importants de nos clients. Pipeline aide à mettre fin aux préjugés inconscients sur le lieu de travail et à accroître les performances financières, permettant ainsi de bien faire tout en faisant le bien ».

Les réseaux sociaux arrivent en tête des sources d'information sur les aspirations professionnelles (31 %), devançant les parents de peu (29 %) et les enseignants de beaucoup (24 %). Face à ces chiffres, un parent déclare : « au fond de moi, j'aspire à être un parent modèle sans écran qui aide son enfant à découvrir et à explorer notre incroyable monde physique. Mais la réalité est différente : nous passons tous, y compris les enfants, la majeure partie de nos heures d'éveil dans le monde numérique d'aujourd'hui ; dans le cloud ».

En 2019, une étude menée par le CNESCO a révélé que les jeunes Français préfèrent largement les médias traditionnels aux réseaux sociaux. Ce qui les différencie des jeunes des autres pays européens. Pour cette étude, le CNESCO a interrogé environ 16000 élèves au printemps 2018 et les résultats obtenus sont assez surprenants. Alors que de manière générale, on pense que de moins en moins de jeunes s’intéressent à l'actualité (la vraie), les jeunes Français, eux, démontrent un fort intérêt pour celle-ci et affichent un esprit critique bien supérieur à celui de leurs pairs européens. Cet intérêt pour l'actualité est grandissant chez ces jeunes Français entre la classe de 3e (54 %) et la classe de terminale (68 %).

Selon l'étude du CNESCO, la majorité des jeunes des classes de 3e (82 %) et terminale (77 %) font confiance aux informations qu'ils obtiennent de leurs entourages, ils ne sont que 27 % en classe de 3e et 24 % en terminale à faire confiance aux informations véhiculées par les réseaux sociaux. 36 % en 3e et 30 % en terminale déclarent croire aux vidéos en ligne. Mais les deux tiers en 3e et 62 % en terminale disent avoir confiance dans les informations de la télévision. Les médias tels que les journaux papier (71 % des élèves en 3e et terminale) et la radio (environ 68 % des élèves en 3e et terminale) sont considérés par ces jeunes, comme les médias les plus fiables.


Dans d’étude Cloud Continuum, 100 % des 4 000 cadres supérieurs interrogés ont déclaré que leur entreprise était dans le cloud, d'une manière ou d'une autre. Ne pas être dans le cloud aujourd'hui semble être synonyme d'obsolescence. L’enquête mondiale auprès d'environ 4 000 chefs d'entreprise et responsables informatiques a révélé que près de 65 % des personnes interrogées ont réalisé jusqu'à 10 % d'économies, en moyenne, en passant au cloud computing. Une autre bonne nouvelle c'est qu'il existe aujourd'hui des choix quasi illimités en matière de cloud pour les gamers en famille comme pour les entreprises. Le cloud n'est plus seulement le cloud public : il s'agit d'un continuum de capacités et de services allant du cloud public à l'edge computing et tout ce qui se trouve entre les deux, connecté de manière transparente par des réseaux cloud-first.

Les enfants peuvent s'intéresser aux sciences, à l'économie, au marketing et à la technologie pure, ce qui peut faire de l'apprentissage d'un langage de programmation spécifique une bonne idée, comme Python, MATLAB ou C. La cybersécurité n'est qu'une partie de l'industrie technologique et des possibilités d'emploi. Vaut-il la peine d'apprendre, par exemple, le langage de programmation C, vieux comme le monde, mais toujours aussi rapide ? Ou d'apprendre JavaScript ou Python, qui, dans le cas de Python, est plus facile à apprendre et présente l'avantage de disposer de bibliothèques précompilées, comme NumPy, qui permettent d'accélérer l'exécution de tâches scientifiques spécifiques ?

Les jeunes acquièrent leurs connaissances technologiques à la télévision, pas à l'école. Malgré cela, moins d'un quart des jeunes ont confiance dans la possibilité de décrocher un emploi dans le secteur des technologies. Shaheen Sayed, responsable de la technologie chez Accenture pour le Royaume-Uni et l'Irlande, a déclaré : « si la génération des natifs du numérique ne se tourne pas vers la technologie comme option de carrière, nous aurons un énorme problème de recrutement pour les professions technologiques : si la génération des "digital natives" ne se tourne pas vers la technologie comme option de carrière, nous aurons un énorme problème de pipeline pour la profession technologique. Les jeunes savent que la technologie redéfinit complètement le monde en ce moment, mais leur manque de confiance dans l'obtention d'un emploi dans la technologie indique une déconnexion inquiétante entre les jeunes, en particulier les filles, et un marché de l'emploi en pleine évolution ».

Source : Accenture

Et vous ?

Les réseaux sociaux arrivent en tête des sources d'information sur les aspirations professionnelles (31 %), devançant les parents de peu (29 %) et les enseignants de beaucoup (24 %). Quels commentaires ces chiffres vous inspirent ?

44 % de femmes déclarent avoir de bonnes compétences numériques, contre seulement 40 % d'hommes. Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Les jeunes Français préfèrent largement les médias traditionnels aux réseaux sociaux, ce qui les différencie des jeunes des autres pays européens

Les jeunes qui jouent à des jeux vidéo ont de meilleures capacités de raisonnement moral que les jeunes non-joueurs, selon une étude

Les professionnels de la cybersécurité adoptent l'automatisation, mais les jeunes s'inquiètent d'être remplacés à leur poste, selon un rapport d'Exabeam

Deux jeunes hackers français jugés pour avoir piraté la chaîne Vevo sur YouTube et y avoir fait disparaître un clip populaire

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de eomer212
Membre averti https://www.developpez.com
Le 09/08/2021 à 8:18
ca laisse réveur.. .
faudrait juste préciser ce que ces personnes entendent par là.
est-ce que poster et liker sur tiktok compte ??
j'ai peur que dans leurs esprits, ce soit la principale compétence...

quand à une femme qui comprenne et apprécie le raspberry pi et et l'électronique/informatique en général, faut l'épouser.. perle rare..
8  4 
Avatar de Math71
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 09/08/2021 à 13:40
Citation Envoyé par eomer212 Voir le message

quand à une femme qui comprenne et apprécie le raspberry pi et et l'électronique/informatique en général, faut l'épouser.. perle rare..
Citation Envoyé par escartefigue Voir le message

-1
Je fais partie de la fin de la génération Y (donc peu de temps avant la génération sondé), et des femmes de cette génération qui s'intéresse à l'informatique est très rare !
J'ai un Bac+4, je n'ai connu qu'une seule jeune femme dans mes études, ce n'était que des classes de garçon.

J'aimerai beaucoup qu'il y ai plus de femme, un point de vue différent et qui peut permettre de sortir du stéréotype de geek...

Sinon, au niveau du sondage.
Qu'on fasse plus confiance a n'importe quoi plutôt qu'au prof, je comprends parfaitement, si j'avais écouter mon prof de 3ème qui disait que je ne ferais jamais d'informatique (il nous apprenez les composants d'un PC avec encore lecteur de disquette...).
Par contre, sur les réseaux sociaux, comment peut on trouver quelque chose d'intelligent sur ces plateformes ?
Bon après, ils n'étaient pas aussi développé que maintenant lors de mon choix, je me trompe peut être.
2  0 
Avatar de BleAcheD
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 09/08/2021 à 15:26
On a tous des bonnes compétences technologiques acquise à la TV, du moins jusqu'à qu'un serveur client en datacenter tombe un week-end
2  0 
Avatar de walfrat
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 09/08/2021 à 9:45
44 % des jeunes femmes déclaraient avoir de bonnes compétences numériques, contre seulement 40 % des jeunes hommes.
Je ne pense pas que "4" points d'écart justifie un "seulement" bien péjoratif
1  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 09/08/2021 à 9:50
Citation Envoyé par eomer212 Voir le message
ca laisse réveur.. .
faudrait juste préciser ce que ces personnes entendent par là.
est-ce que poster et liker sur tiktok compte ??
j'ai peur que dans leurs esprits, ce soit la principale compétence...
+1

Citation Envoyé par eomer212 Voir le message
quand à une femme qui comprenne et apprécie le raspberry pi et et l'électronique/informatique en général, faut l'épouser.. perle rare..
-1
0  2