IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon fait pression contre de nouvelles lois qui l'obligeraient à enquêter de manière plus approfondie sur l'identité des vendeurs tiers
Et à partager leurs coordonnées avec les clients

Le , par Stéphane le calme

115PARTAGES

11  0 
Vendredi, plusieurs nouveaux projets de loi ont été déposés à la Chambre des représentants qui ciblent directement les plus grandes entreprises technologiques. L'un de ces projets de loi, la Ending Platform Monopolies Act, obligerait Amazon à se diviser en deux entreprises afin qu'elle ne puisse plus offrir les produits d'autres entreprises tout en concurrençant simultanément ces vendeurs avec ses propres produits de marque privée. En apparence, c'est une excellente nouvelle pour les vendeurs tiers. Ne pas avoir à rivaliser avec les vendeurs de marques de distributeur d'Amazon sera une aubaine pour ces vendeurs sur la plateforme d'Amazon.

Que ce projet de loi aboutisse ou non, les vendeurs tiers d'Amazon pourraient y voir une menace. En effet, s'il aboutit, il se fera vraisemblablement au détriment d'Amazon. La première réaction peut être que cela sera bénéfique aux vendeurs tiers, car cela affaiblira la position d'Amazon vis-à-vis des vendeurs tiers. Mais il faut voir un peu plus loin et se demander : que fera Amazon si quelque chose menace son activité avec les vendeurs tiers ? Il est peu probable qu'Amazon ne fasse rien, encore moins probable que sa réaction se fasse à son propre détriment.

Amazon dispose de nombreux outils qu'il peut utiliser pour réagir à ces changements d'une manière qui fonctionne à son avantage. Il peut augmenter les frais (nous l'avons vu par exemple en France avec la taxe sur les GAFA que Google a décidé de répercuter sur les développeurs), insister pour que les vendeurs utilisent sa logistique, prendre des participations minoritaires dans les bénéfices, limiter les changements de prix sur sa plateforme, ou bien d'autres choses. Quoi qu'il en soit, si ses opportunités de profit deviennent limitées, Amazon pourrait réagir en estimant que : « Tous ces vendeurs tiers font tellement d'argent et ont tellement de croissance en vendant par notre intermédiaire tandis que nous sommes blessés. Nous devons prendre une part de cette rentabilité pour nous-mêmes ».

C'est un schéma classique. Chaque fois que les vendeurs de produits de consommation deviennent dépendants d'un seul canal pour la plupart ou la totalité de leurs ventes, le propriétaire du canal prend finalement conscience de son pouvoir d'extraire une plus grande part des bénéfices combinés du canal. Habituellement, il y a un catalyseur qui menace le propriétaire de la chaîne, comme la législation peut l'être, mais cela peut être beaucoup de choses. Quelle que soit la menace, elle se termine de la même manière. Le propriétaire du canal comprime ses fournisseurs, en particulier ses petits fournisseurs, et la rentabilité des fournisseurs diminue considérablement.


INFORM Consumers Act pourrait obliger Amazon à vérifier l'identité des vendeurs tiers et à communiquer leurs coordonnées

La même semaine, le Sénat a adopté une loi pour contrer le poids économique croissant de la Chine et a exclu une mesure conçue pour protéger les acheteurs en ligne des produits contrefaits et dangereux après un lobbying agressif mené par Amazon.

La mesure, appelée Integrity, Notification, and Fairness in Online Retail Marketplaces for Consumers (INFORM) Act, aurait obligé les places de marché en ligne comme Amazon à authentifier l'identité des marchands tiers qui vendent sur leurs sites. Ces mesures auraient pu obliger les entreprises de commerce électronique à mieux éliminer les produits contrefaits, volés et dangereux des vendeurs malhonnêtes qui ont pu échapper à la détection en restant anonymes. Le projet de loi aurait été appliqué par la Federal Trade Commission, et les violations auraient été passibles de sanctions civiles.

Amazon a sans doute reconnu que l’Inform Consumers Act aurait des conséquences dévastatrices dans la mesure où il aurait pu tenir le géant du commerce pour responsable.

Le site Web de la commission judiciaire du Sénat a suggéré que la législation pourrait « combattre la vente en ligne de produits de consommation volés, contrefaits et dangereux en garantissant la transparence des vendeurs tiers à grand volume sur les marchés de vente au détail en ligne ». La loi INFORM sur les consommateurs modifierait spécifiquement le jeu de la vente au détail en ligne pour le mieux dans la mesure où dévoiler l’identité des « vendeurs tiers à volume élevé » va contribuer à « décourager la vente en ligne de produits contrefaits par des vendeurs anonymes et à empêcher les réseaux de crime organisé de vente au détail de voler des articles des magasins pour revendre ces articles en vrac en ligne ».

Le sénateur Richard J. Durbin (D-Ill.) et le sénateur Bill Cassidy (R-La.) ont introduit la mesure en mars et ont fait pression pour qu'une version modifiée soit incluse dans le United States Innovation and Competition Act..

Mais l'effort pour inclure le projet de loi a été sabordé, en partie après qu'un groupe dirigé par Amazon a soulevé des objections répétées à la mesure, selon des collaborateurs du Congrès qui ont parlé sous couvert d'anonymat, car ils n'étaient pas autorisés à parler publiquement des délibérations internes. Cela a été une déception pour les partisans de la législation, qui avaient espéré qu'un effort bipartite approuvé par les principaux législateurs surmonterait la résistance de la grande enseigne du commerce électronique et sécuriserait le passage du package chinois.

« Big Tech a truqué la facture, tuant l'exigence que des entreprises comme Amazon informent les consommateurs qui sont leurs gros vendeurs tiers et d'où viennent ces produits, qui proviennent principalement de la Chine, afin que nous ne soyons pas arnaqués ou blessés », a déclaré Lori Wallach, un défenseur du groupe de surveillance Public Citizen.

Le projet de loi a eu le soutien des détaillants, notamment Home Depot et Walgreens  ; il aurait obligé les détaillants en ligne à vérifier l'identité des vendeurs tiers et à fournir aux clients les coordonnées des vendeurs.

Amazon, ainsi que d'autres détaillants en ligne Etsy et eBay, affirment que la législation met en danger la vie privée des vendeurs tiers : « L'Inform Act favorise les grands détaillants traditionnels, au détriment des petites entreprises qui vendent en ligne, tout en ne faisant rien pour empêcher la fraude et les abus ou tenir les mauvais acteurs pour responsables », a déclaré un porte-parole d'Amazon. Il a en fait répété ce qu'avait écrit le vice-président des politiques publiques Brian Huseman dans un billet de blog d'avril. Amazon estime avoir créé un marché florissant qui a donné naissance à bon nombre de ces vendeurs tiers.

Au lieu de cela, Huseman a suggéré aux législateurs d'adopter une législation qui augmente les sanctions contre les fraudeurs en ligne et fournit plus de ressources aux forces de l'ordre pour les contrecarrer. « Nous sommes prêts à les aider à le faire », a déclaré Haurek d'Amazon.

Selon Amazon, l'une des raisons pour lesquelles des produits contrefaits, volés et dangereux peuvent encore être trouvés sur Amazon est que la société a donné la priorité à offrir aux clients une large sélection de produits à bas prix. Pour ce faire, Amazon a ouvert son marché aux vendeurs tiers, ce qui a également permis à des marchands malhonnêtes de colporter des produits douteux. Beaucoup de ces vendeurs sont basés en Chine, c'est pourquoi les partisans de la mesure ont voulu inclure les dispositions dans le package Chine du Sénat.

Victoire partielle donc pour Amazon pour le moment de ce côté. Cependant, le projet de loi doit encore être adopté par la Chambre et des amendements qui incluent la législation Inform sont toujours possibles.

D'ailleurs, le porte-parole d'Amazon a évoqué cette possibilité dans une déclaration : « Comme de nombreuses autres entreprises, y compris les détaillants en ligne et les petites entreprises qui vendent en ligne, nous avons eu des inquiétudes quant à l'attachement d'une législation controversée poussée par les détaillants à grande surface au projet de loi plus large concernant la Chine ».

Amazon a confirmé en juillet de l'année dernière qu'il commencerait à répertorier publiquement les noms et adresses de vendeurs tiers basés aux États-Unis pour aider à lutter contre la contrefaçon sur sa plateforme, à la suite d'un rapport relayé par la presse qui ont évoqué le nombre croissant de contrefaçons sur la plateforme. La société a annoncé en mai avoir saisi et détruit plus de 2 millions de produits contrefaits au cours de 2020.


Plus tôt la semaine dernière, un chercheur principal du groupe de surveillance des médias libéraux Media Matters for America a tweeté une capture d'écran d'un marchand tiers vendant un paquet de 10 cartes de vaccination vierges Covid-19 avec le logo des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis pour 12,99 $ sur la plateforme d'Amazon. Les fraudeurs pourraient utiliser les cartes pour prétendre faussement qu'ils ont été vaccinés.

Sources : Amazon, Olivia Little, sénateur Cassidy , sénat

Et vous ?

Quelle est votre lecture de la situation ?
Partagez-vous l'avis d'Amazon selon lequel informer les utilisateurs ne va pas permettre de combattre efficacement la circulation des produits contrefaits, volés et dangereux et va plutôt bénéficier aux grandes enseignes au détriment des petites entités ?

Voir aussi :

Un sénateur américain reproche à Apple et Amazon de favoriser le travail forcé des Ouïghours en Chine, ajoutant que ces entreprises rendaient ainsi leurs clients « complices de ces crimes »
USA : les démocrates font circuler des projets de loi antitrust qui pourraient remodeler Apple, Amazon, Facebook et Google et rendre la concurrence plus équitable
Amazon pourrait se voir infliger une amende de 425 millions de dollars par l'UE pour atteinte à la vie privée en vertu du règlement général sur la protection des données (RGPD)
Amazon aurait choisi « d'entraîner » l'assistant numérique Alexa par des prestataires à leur insu. Ils devaient poser des questions dans une pièce remplie de prototypes d'Amazon Echo cachés

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !