IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des soldats américains dévoilent des secrets sur les armes nucléaires via des applications de flashcards,
Selon Bellingcat

Le , par Bruno

103PARTAGES

10  0 
Si la présence d'armes nucléaires américaines en Europe est connue depuis longtemps grâce à des fuites de documents, de photos et de déclarations de fonctionnaires à la retraite, leur emplacement précis reste officiellement un secret, les gouvernements ne confirmant ni ne niant leur présence. De l'avis de nombreux militants et parlementaires de certains pays européens, cette ambiguïté a souvent entravé le débat ouvert et démocratique sur les avantages et les inconvénients de l'hébergement d'armes nucléaires.

Pour les soldats américains chargés de la garde des armes nucléaires en Europe, les enjeux sont élevés. Les protocoles de sécurité sont longs, détaillés et doivent être connus par cœur. Pour simplifier ce processus, certains militaires ont utilisé des applications d'apprentissage de flashcards visibles par tous révélant par inadvertance une multitude de protocoles de sécurité sensibles concernant les armes nucléaires américaines et les bases où elles sont stockées.

Cependant, les cartes flash étudiées par les soldats chargés de garder ces engins ne révèlent pas seulement les bases, mais identifient même les abris exacts avec des coffres "chauds" susceptibles de contenir des armes nucléaires. Elles détaillent également des détails et des protocoles de sécurité complexes, tels que la position des caméras, la fréquence des patrouilles autour des coffres, les mots secrets de contrainte qui signalent qu'un garde est menacé et les identifiants uniques que doit comporter un badge de zone restreinte.


Jeffrey Lewis, éditeur fondateur d'Arms Control Wonk.com et directeur du programme de non-prolifération en Asie de l'Est au James Martin Center for Nonproliferation Studies, a déclaré que ces découvertes constituaient une « violation flagrante » des pratiques de sécurité relatives aux armes nucléaires américaines stationnées dans les pays de l'OTAN. Il a ajouté que « le secret sur les déploiements d'armes nucléaires américaines en Europe n'existe pas pour protéger les armes des terroristes, mais uniquement pour éviter aux responsables politiques et militaires d'avoir à répondre à des questions difficiles sur le bien-fondé des accords de partage nucléaire de l'OTAN. C'est un avertissement de plus que ces armes ne sont pas sûres ».

Hans Kristenssen, directeur du Nuclear Information Project à la Federation of American Scientists, a abondé dans le même sens et a déclaré que la sécurité est assurée par « une sécurité efficace, et non pas par le secret ». Un porte-parole de l'armée de l'air américaine a confirmé que les militaires utilisaient des applications de flashcard pour étudier « une grande variété de sujets ». Cependant, il n'a pas recommandé aux militaires de le faire et n'a pas voulu discuter des protocoles de sécurité passés ou actuels. Ils ont également déclaré qu'ils n'avaient pas connaissance d'une évaluation du ministère de la Défense ou du ministère de l'armée de l'air sur l'utilisation d'aides à l'étude en ligne, mais qu'ils « étudiaient la pertinence des informations partagées par le biais des cartes flash ».

On ne sait pas vraiment pourquoi ni comment les informations sont devenues accessibles au public. Le site Web de Quizlet indique que toutes les flashcards sont réglées par défaut sur la visibilité publique, les utilisateurs peuvent ensuite modifier la confidentialité s'ils le souhaitent. De même, la page d'aide du site Web de Cram indique aux utilisateurs comment rendre les jeux privés, ce qui implique que toutes les flashcards téléchargées sont également publiques par défaut.

La section Q&A du site Web de Chegg précise comment les utilisateurs peuvent modifier les paramètres de confidentialité de leurs flashcards, mais n'indique pas explicitement si elles sont, elles aussi, visibles publiquement par défaut (en 2018, Chegg a acquis sa plateforme de flashcards auprès de StudyBlue, dont le site Web ne précise pas non plus si les ensembles de flashcards étaient visibles publiquement par défaut...). L'ampleur avec laquelle les soldats ont téléchargé et partagé par inadvertance des détails de sécurité représente une défaillance massive de la sécurité opérationnelle, ou comme le dit Lewis, une « violation flagrante » des pratiques de sécurité.

Bien que cet article se concentre sur le personnel travaillant dans des bases abritant des armes nucléaires, il est probable qu'ils ne soient pas les seuls soldats à étudier en utilisant des applications de flashcard. Il semble que des exemples de soldats travaillant dans d'autres bases américaines et européennes publient des cartes éclair qui détaillent l'emplacement des caméras et indiquent si elles sont équipées d'un système d'imagerie thermique. Il semble également exister des cartes destinées à des usages militaires complètement différents. Par exemple, Bellingcat a pu trouver des jeux contenant des questions sur la réalisation d'une attaque de drone à l'aide d'un MQ-9 Reaper.

En raison des implications potentielles en matière de sécurité publique, Bellingcat a contacté l'OTAN, le Commandement européen des États-Unis (EUCOM), le ministère américain de la Défense (DoD) et le ministère néerlandais de la Défense (MoD) quatre semaines avant cette publication. Le ministère néerlandais de la Défense aurait reconnu dans une déclaration envoyée par courrier électronique qu'il était en contact avec l'OTAN et l'EUCOM à ce sujet. Bien qu'il ait déclaré que les Pays-Bas disposent d'une mission nucléaire, il a indiqué qu'il ne pouvait pas faire de commentaires sur le nombre ou l'emplacement des armes nucléaires qui sont liées aux accords de l'OTAN, pour des raisons de sécurité.

Pour les militants du désarmement nucléaire, cependant, les informations révélées par les soldats américains soulignent ce qu'ils considèrent comme les dangers d'héberger des armes nucléaires en Europe ainsi que le manque de sens stratégique de le faire.

Contactée pour commenter ces résultats, Susi Snyder, chef de projet du programme No Nukes de l'organisation pacifiste néerlandaise PAX et coordinatrice de la campagne Don't Bank on the Bomb, a déclaré : "La population des pays européens qui accueillent des bombes B61 soutient massivement le traité d'interdiction des armes nucléaires. Les politiques du secret qui nient la démocratie ne peuvent pas durer et mettent en danger la sécurité de la population. Les stations secrètes, comme les armes nucléaires, ne sont pas une solution aux menaces d'aujourd'hui, ni de demain ».

Kristensen, de la Fédération des scientifiques américains, a ajouté : « il y a tellement d'indices qui permettent de savoir où se trouvent les armes nucléaires qu'il ne sert à rien, ni sur le plan militaire ni sur le plan de la sécurité, d'essayer de garder le secret. La sécurité est assurée par une sécurité efficace, et non pas par le secret. Il est vrai qu'il peut y avoir des détails opérationnels et de sécurité spécifiques qui doivent être gardés secrets, mais pas la présence d'armes nucléaires. Le véritable objectif du secret est d'éviter un débat public controversé dans les pays où les armes nucléaires ne sont pas populaires ».

Source : Bellingcat

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Cockpit du F-35 : un pilote révèle que l'utilisation de l'écran tactile présente quelques difficultés, avec un taux d'erreur de 20 % lors de l'activation d'une fonction

« L'ère des avions de chasse est révolue, place aux drones autonomes », lance Elon Musk à une audience de pilotes de l'armée de l'air US, lors d'un récent symposium de la AFA sur la guerre aérienne

L'US Air Force annonce un plan triennal de mise en service de Skyborg, le remplaçant du F-16 sans pilote, alimenté par une IA, qui serait l'équivalent logiciel de R2-D2, le droïde Star Wars

Un agent IA remporte une série de combats aériens simulés contre un pilote humain de F-16, une simulation organisée par la DARPA

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 30/05/2021 à 12:32
Bonjour,

Des soldats américains dévoilent des secrets sur les armes nucléaires via des applications de flashcards

Quel est votre avis sur le sujet ?
Des pays européens (dont la Belgique, Suisse, Pays Bas, Italie, Norvège, Pologne, Danemark et possiblement bientôt le Luxembourg) sont utilisateur du F35 pour une raison toute simple. Pays membrew de l'otan ET (pour certainw) hébergeurs de têtes nucléaires US ... C'est le cas de la Belgique et des Pays Bas ... . On parle toujours "secret défense" pour un secret de polichinelle depuis plus de 50 ans ?
1  0 
Avatar de walfrat
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 31/05/2021 à 10:04
Les protocoles de sécurité sont longs, détaillés et doivent être connus par cœur. Pour simplifier ce processus, ...
Tout est dit ici, qu'il y a t'il donc à ajouter ?
1  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/06/2021 à 11:59
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Bonjour,

Des pays européens (dont la Belgique, Suisse, Pays Bas, Italie, Norvège, Pologne, Danemark et possiblement bientôt le Luxembourg) sont utilisateur du F35 pour une raison toute simple. Pays membrew de l'otan ET (pour certainw) hébergeurs de têtes nucléaires US ... C'est le cas de la Belgique et des Pays Bas ... . On parle toujours "secret défense" pour un secret de polichinelle depuis plus de 50 ans ?
Les armes nucléaires stationnées dans ces pays, a double clées, et sensées pouvoir être utilisées par lesdits pays ou pas, servent surtout a leur vendre des avions chasse US donc à les maintenir dans le glacis de l'oncle Sam. Cela n'aurait eu aucun impact dans le cadre d'un conflit avec le pacte de Varsovie.
0  0