IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Huawei pouvait écouter toutes les conversations de l'ensemble des clients du plus grand opérateur mobile néerlandais KPN
Parmi lesquels divers ministres et dissidents chinois selon un rapport

Le , par Stéphane le calme

165PARTAGES

9  0 
L'opérateur, qui comptait alors 6,5 millions d'abonnés, avait conclu un partenariat technologique avec Huawei pour déployer son réseau mobile. Huawei disposait d'un accès au réseau mobile de KPN, d'après un rapport de Capgemini datant de 2010 pour alerter KPN (rapport sur lequel le quotidien néerlandais Volkskrant a pu mettre la main). Grâce à lui, la société chinoise a pu mettre la main sur les données des clients de l'opérateur de « manière illimitée, incontrôlée et non autorisée » de par sa position. Selon le journal, Huawei a pu écouter de nombreuses conversations confidentielles comme celles du Premier ministre de l'époque, Jan Peter Balkenende, de divers ministres et de dissidents chinois. Huawei savait également quels numéros étaient exploités par la police et les services de renseignement.

KPN a utilisé la technologie de Huawei en 2009. Six employés chinois de la société travaillaient alors au siège social de La Haye. Une partie de la gestion de ces équipements était en outre assurée depuis la Chine. De plus, la liste des numéros placés sur écoute judiciaire était stockée sur un serveur contrôlé par Huawei, et les six salariés pouvaient accéder aux informations et contenus desdites écoutes. Ces mêmes salariés pouvaient également écouter n'importe quel numéro KPN dans le monde, sans que l'entreprise n'en soit tenue informée.

Cette année-là, le fournisseur de télécommunications a demandé aux chercheurs de Capgemini d'analyser les risques associés à Huawei et le comportement de la société chinoise au sein de KPN. AIVD (l'Algemene Inlichtingen- en Veiligheidsdienst est le service de renseignement extérieur des Pays-Bas, créé en 2002 et placé sous le contrôle du ministre des Affaires intérieures et des Relations au sein du Royaume) avait déjà mis en garde KPN à plusieurs reprises sur le risque d'espionnage par Huawei.

Les conclusions se sont révélées si alarmantes que le rapport interne a été tenu secret. D'après le rapport: « La survie de KPN Mobile est sérieusement en danger, car les permis peuvent être révoqués ou le gouvernement et le monde des affaires peuvent renoncer à leur confiance dans KPN s'il était rendu publique que le gouvernement chinois peut écouter les numéros mobiles de KPN ».


Accès non autorisé depuis la Chine

Le rapport Capgemini a déclaré que le personnel de Huawei, à la fois dans les bâtiments de KPN et en Chine, pouvait écouter des conversations de numéros de mobile KPN de façon non autorisée, incontrôlée et illimitée. La société a obtenu un accès non autorisé au cœur du réseau mobile depuis la Chine. La fréquence à laquelle cela s'est produit n'est pas claire, car elle n'a été enregistrée nulle part.

Alors que ce rapport a finalement refait surface, l'opérateur se défend de toute intrusion de Huawei sur ses réseaux : « Il n'a jamais été constaté que des données clients ont été dérobées par Huawei sur nos réseaux, nos systèmes ou (que des numéros) ont été placés sur écoute », fait savoir l'opérateur. De son côté, le géant chinois a balayé ces accusations, déplorant la publication d'un « rapport donné aux services de renseignements néerlandais il y a plus de 10 ans ».
« Les employés de Huawei n'ont pas eu d'accès non autorisé au réseau et aux données de KPN, et n'ont pas extrait de données de ce réseau. Huawei a toujours travaillé avec l'autorisation explicite de KPN », défend également la direction de la firme de Shenzhen.

« Depuis nos débuts aux Pays-Bas il y a 15 ans, nous n'avons jamais été tenus responsables par les autorités gouvernementales pour des actes non autorisés », a déclaré Huawei dans un communiqué publié samedi.

Sur la base du rapport de Capgemini, KPN a décidé de s'abstenir d'externaliser la maintenance complète du cœur de réseau mobile. À ce jour, l'entreprise de télécommunications maintient elle-même son cœur de réseau mobile, avec l'aide de fournisseurs occidentaux. Pour faire face aux risques dans les systèmes du réseau, KPN a déclaré qu'elle mettait en œuvre un plan d'amélioration.

Volkskrant a rapporté le mois dernier que la société chinoise avait également un accès illimité aux données clients de la filiale de KPN Telfort, et Huawei a également nié à l'époque que son personnel avait agi de manière contraire à l'éthique à tout moment.

Depuis quelques années déjà, Huawei perd des marchés suite aux accusations d'espionnage. Washington avait soutenu que le réseau 5G de Huawei pouvait être utilisé par le gouvernement chinois pour espionner les pays occidentaux, une allégation que la société a démentie à plusieurs reprises. Cependant, le gouvernement américain a récemment intensifié la pression sur ses alliés, pour qu'ils expulsent Huawei au risque d'être coupés de son partage de renseignements.

C'est ainsi que le Royaume-Uni a annoncé le retrait des équipements réseau 5G de Huawei de son territoire. Les opérateurs de télécommunications ne sont plus autorisés à acheter de nouveaux équipements de télécommunications 5G à la société chinoise depuis janvier 2021. Ils disposent de sept ans pour retirer la technologie existante du constructeur chinois de leur infrastructure 5G. Voilà en substance le contenu de l'annonce du gouvernement britannique en juillet 2020 au sujet de ses choix en matière de déploiement de la technologie 5G sur son territoire. On part donc d’une situation où Huawei plafonne à 35 % de parts de marché (avec des équipements écartés de parties centrales du réseau ou de zones géographiquement sensibles) à une autre où l’entreprise va voir ses équipements complètement retirés des réseaux 5G du pays.

En France, le Conseil constitutionnel a validé la loi « anti-Huawei » pour sécuriser la 5G. « Notre niveau d’exposition aux risques devient un peu plus important. Il faut donc faire évoluer le périmètre pour s’assurer que les usages puissent se dérouler dans de bonnes conditions », avait dit le député LaREM, Eric Bothorel, lors de l’initiation du projet de loi à l’Assemblée nationale. Mais la loi française dont « Le but étant de valider le choix de l'équipementier réseau 5G des opérateurs » est taxée de vouloir écarter le géant des télécommunications chinois Huawei de la compétition pour le déploiement du 5G en France.

La Suède a interdit à Huawei et ZTE d'accéder à ses futurs réseaux 5G, de même que la Belgique. « La Belgique dépend à 100 % des fournisseurs chinois pour ses réseaux radio et les personnes travaillant à l'OTAN et à l'UE passaient des appels sur ces réseaux. Les opérateurs envoient un signal indiquant qu'il est important d'avoir accès à des réseaux sûrs », a déclaré John Strand, consultant danois indépendant en télécommunications. Orange et Proximus ont choisi Nokia pour la construction d'un réseau 5G en Belgique.

Source : Volkskrant

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/04/2021 à 17:10
Et oui... Quand on est pas capable d'avoir ses propres fournisseurs d'équipements de télécom, on se fait bai......ser!

Les pays Européens et l'UE en tête n'ont qu'une option: Choisir s'ils veulent être espionnés par les américains, par les chinois ou par les deux!
9  0 
Avatar de denisys
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 19/04/2021 à 19:52
Comme les USA , avec Barack Obama , lorsque ceux –ci mettaient sur écoute leurs alliés Européens.
Comme quoi …
Le monde est aussi petit que le hasard est grand !!!
5  0 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/04/2021 à 9:44
On s'en doutais, on en est sûr, est-ce que c'est ça les preuve dont Trump parlait sans jamais les avancer? S'il ne les avançait pas, c'est qu'il avait pas du les récolter de façon hyper honnête...
0  0 
Avatar de walfrat
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 20/04/2021 à 10:59
Les preuves dans les histoires d'espionnage entre état, c'est pas vraiment évident de les avoir de façon honnête.
0  0 
Avatar de Refuznik
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 20/04/2021 à 16:16
Je suis d'accord que c'est un non-sujet.

Que l'exploitant puisse faire ce qu'il veut avec l'infra est totalement banal et est valable pour n'importe quelle entreprise ou constructeur.

Ici le sujet vient du faire que Huawei avait la gestion du backbone de l'opérateur mobile. Ca aurait pu être capgemini et on aurait pu titrer "Capgemini peut écouter tous les clients de l'opérateur mobile Neerlandais"...
0  0 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 21/04/2021 à 20:12
Citation Envoyé par Refuznik Voir le message
Je suis d'accord que c'est un non-sujet.

Que l'exploitant puisse faire ce qu'il veut avec l'infra est totalement banal et est valable pour n'importe quelle entreprise ou constructeur.

Ici le sujet vient du faire que Huawei avait la gestion du backbone de l'opérateur mobile. Ca aurait pu être capgemini et on aurait pu titrer "Capgemini peut écouter tous les clients de l'opérateur mobile Neerlandais"...
Tout à fait. C'est juste qu'ici ce n'est pas AT&T qui écoute alors vite vite, il faut faire de la communication!
0  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/04/2021 à 11:27
Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
On s'en doutais, on en est sûr, est-ce que c'est ça les preuve dont Trump parlait sans jamais les avancer? S'il ne les avançait pas, c'est qu'il avait pas du les récolter de façon hyper honnête...
Le 100% des pays du monde dispose d'un ou de plusieurs services de "renseignement". La seule fonction d'un service de renseignement est d'offrir à l'Etat des prestations qui sont interdites par la Loi!!!

Alors franchement accuser Trump d'avoir obtenu des info de façon malhonnête, c'est une vaste rigolade!

PS: Certains devraient arrêter de passer leur temps à prendre Trump pour cible... Le mec est retourné sur les greens de golf et il serait sain de l'y laisser!
0  1