IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Epic Games dépose une plainte contre Apple auprès de la Commission européenne pour abus de position dominante
Dans la distribution et les systèmes de paiement des applications mobiles sur iOS

Le , par Stéphane le calme

182PARTAGES

9  0 
Epic Games, l'éditeur du jeu vidéo Fortnite, a annoncé mercredi avoir déposé une plainte contre Apple auprès de la Commission européenne pour abus de position dominante dans la distribution et les systèmes de paiement des applications mobiles.

Apple a retiré Fortnite de l’App Store depuis le 13 août dernier après qu’Epic ait lancé une mise à jour du jeu comportant son propre système de paiement in-app.

Le système de paiement d’Epic lui permet en effet d’éviter de payer les 30 % de commissions exigées par Apple lors des achats dans les applications. L’éditeur du jeu Fortnite a alors demandé une ordonnance dans le but d’obliger Apple à remettre le jeu dans sa boutique jusqu’à la fin de la bataille judiciaire. Mais la juge a estimé que le développeur de jeu a rompu son contrat en tout état de cause et était donc en train d’en subir les conséquences.

« Epic savait qu'il violait les termes de son contrat avec Apple lorsqu'il a publié la mise à jour, mais il l'a quand même fait », a déclaré Rogers, accusant la société de malhonnêteté. « Vous avez fait une chose, vous avez menti par omission, par manque de franchise », a rappelé Rogers à Epic. « Il y a beaucoup de gens dans le public qui vous considèrent comme des héros pour ce que vous avez fait, mais vous ne procédez pas de la façon la plus honnête ».

Ainsi, le refus d’accorder l'ordonnance à Epic signifie que la situation dans laquelle Epic est interdit de publier de nouveaux jeux sur iOS et ne peut pas distribuer Fortnite sur l'App Store sous sa forme actuelle restera en place pendant la durée du procès, à moins qu'Epic ne décide de supprimer son propre système de paiement in-app qui a déclenché l'amère querelle juridique en août.


La bataille ne s'est pas limitée au pays de l'oncle Sam. Epic a attaqué Apple sous d'autres cieux, notamment en Australie et au Royaume-Uni, comme l'a rappelé le développeur dans un communiqué :

« Epic Games a annoncé aujourd'hui avoir déposé une plainte antitrust contre Apple dans l'Union européenne («UE»), élargissant la lutte de l'entreprise pour promouvoir des pratiques de plateforme numérique plus équitables pour les développeurs et les consommateurs.

« La plainte, déposée auprès de la direction générale de la concurrence de la Commission européenne, allègue que, grâce à une série de restrictions anticoncurrentielles soigneusement conçues, Apple a non seulement nui, mais complètement éliminé la concurrence dans les processus de distribution et de paiement d'applications. Apple utilise son contrôle de l'écosystème iOS pour en tirer profit tout en bloquant ses concurrents et sa conduite est un abus de position dominante et une violation du droit de la concurrence de l'UE.

« La plainte complète les processus juridiques déjà en cours aux États-Unis et en Australie, ainsi que le récent dépôt d'Epic devant le tribunal d'appel de la concurrence du Royaume-Uni ».

« Ce qui est en jeu ici, c'est l'avenir même des plateformes mobiles », a estimé le fondateur et PDG d'Epic Games, Tim Sweeney. « Les consommateurs ont le droit d'installer des applications à partir des sources de leur choix et les développeurs ont le droit de rivaliser sur un marché équitable. Nous ne resterons pas les bras croisés et ne laisserons pas Apple utiliser sa domination de plateforme pour contrôler ce qui devrait être un terrain de jeu numérique égal. C'est mauvais pour les consommateurs, qui paient des prix gonflés en raison du manque total de concurrence entre les magasins et du traitement des paiements via l'application. Et c'est mauvais pour les développeurs, dont les moyens de subsistance dépendent souvent de l'entière discrétion d'Apple quant à savoir qui autoriser sur la plateforme iOS et à quelles conditions ».

Dans son communiqué, Epic indique avoir été lésé par les restrictions anticoncurrentielles d'Apple concernant les paiements et la distribution d'applications : « Quand Epic a donné aux joueurs Fortnite sur iOS le choix entre le paiement Apple et le paiement direct Epic, en transférant les économies aux acheteurs directs, Apple a riposté en bloquant les mises à jour Fortnite. Lorsque Epic a cherché à amener Epic Games Store sur iOS, Apple a refusé. Et tandis qu'Apple a lancé son propre service de distribution de jeux, Apple Arcade, il a interdit à des concurrents, dont Epic, de faire de même ».

L’éditeur estime que les implications de cette affaire vont beaucoup plus loin que son simple combat contre Apple : « il s'agit de savoir si les consommateurs et les développeurs peuvent faire des affaires ensemble directement sur des plateformes mobiles ou sont contraints d'utiliser des canaux de monopole contre leurs souhaits et leurs intérêts ».

Et d’indiquer : « Epic a demandé à la Commission de remédier au comportement anticoncurrentiel d'Apple en imposant des recours rapides et efficaces. Epic ne demande pas de dommages et intérêts à Apple, comme c'est le cas aux États-Unis, en Australie et au Royaume-Uni. Il recherche simplement un accès et une concurrence équitables qui profiteront aux consommateurs et aux développeurs ».


Suite aux plaintes d'autres développeurs d'applications, la Commission européenne enquête déjà sur le comportement abusif d'Apple

Parmi les plaignants nous pouvons citer Telegram, une application de messagerie sécurisée.

Dans un billet de blog, le cofondateur et PDG de Telegram, Pavel Durov, a exposé sept raisons pour lesquelles il pense que les utilisateurs d'iPhone devraient s'inquiéter du comportement de l'entreprise. Ces raisons vont de l'affirmation que les 30 % de frais qu'Apple impose aux développeurs d'applications entraînent une hausse des prix pour les utilisateurs d'iPhone.

« La commission de 30 % d'Apple rend toutes les applications et les produits numériques plus chers pour vous. Elle s'ajoute au prix que vous payez aux développeurs pour tous les services et jeux que vous achetez sur votre téléphone. Vous payez plus cher pour chaque application, même si Apple vous a déjà facturé quelques centaines de dollars de plus pour votre iPhone qu'il en a coûté pour le fabriquer. En bref, vous continuez à payer même après avoir payé », a-t-il écrit.

D’autres raisons évoquées par Durov sont des préoccupations de censure, étant donné qu'Apple contrôle ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas sur son magasin en ligne ; il critique également des retards dans les mises à jour des applications qui découlent du processus d'examen des applications d'Apple ; il affirme aussi que la structure de l'App Store est hostile à la vie privée des utilisateurs : « Les politiques d'Apple poussent l'ensemble du secteur à vendre des données utilisateur au lieu de les laisser adopter des modèles commerciaux plus respectueux de la vie privée, comme la vente de services supplémentaires à leurs utilisateurs ».

« Chaque trimestre, Apple reçoit des milliards de dollars des applications tierces. Pendant ce temps, les dépenses nécessaires pour héberger et réviser ces applications se chiffrent en dizaines de millions, et non en milliards de dollars. Nous le savons parce que nous, au Telegram, nous hébergeons et révisons plus de contenu public que l'App Store ne le fera jamais ».

Selon un autre argument réfuté par le PDG de Telegram, iOS fait face à une concurrence importante des développeurs, ou que les développeurs peuvent choisir de ne pas développer pour iOS et de ne publier que des applications pour Android.

« Essayez d'imaginer Telegram ou TikTok comme des applications uniquement pour Android et vous comprendrez rapidement pourquoi il est impossible d'éviter Apple », écrit-il. « Vous ne pouvez pas simplement exclure les utilisateurs d'iPhone. Quant aux utilisateurs d'iPhone, le coût pour les consommateurs de passer d'un iPhone à un Android est si élevé qu'il peut être considéré comme un verrouillage monopolistique », a-t-il écrit en citant une étude réalisée par l'Université Yale pour étayer cette affirmation.

Source : Epic

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 05/05/2021 à 16:09
Bien sur mais Steam, GoG, Humble, itch.io, ... proposent au moins les jeux existant sous Linux. GoG a une époque packagé certains vieux jeux pour Linux. Et Steam integre un outil qui permet de faire fonctionner certains jeux Windows plutôt bien sur Linux.
3  0 
Avatar de Kannagi
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 05/05/2021 à 19:26
Citation Envoyé par blbird Voir le message
Il y a effectivement beaucoup de jeux de Steam qui tournent déjà sous Linux : je crois qu'on était pas loin de 70% voir même plus.
Effectivement , il y'a un an on était à 10 000 jeux jouables , maintenant à 14 000.
Bref je pense que c'est bien parti pour que ça soit une bonne alternative : https://www.protondb.com/
Surtout que les GPU sur Linux fonctionne de mieux en mieux.
3  0 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/05/2021 à 1:10
Le problème de l'Epic Games Store est qu'il est pour le moins incomplet face à ses concurrents Steam et GOG. Les deux ont déjà un écosystème complet au service du joueur, notamment Steam (parce que Steam Play et l'écosystème y est aussi porté sur Linux, contrairement à GOG qui ne propose sur Linux que ses installateurs sans DRM). Ils proposent aussi des versions Linux que l'EGS ne propose pas, même quand elles existent déjà. Le site est également très utile, là où celui de l'EGS relève plus du banal site e-commerce que d'un portail de plateforme. Rien que le fait de devoir aller dans l'historique de ses commandes pour connaître ses jeux Epic prouve les limitations.

Perso je me contente d'ajouter les jeux gratuits à mon compte. Si je veux investir je le fais chez Steam ou GOG, mais pas chez eux. Et ce pour les raisons citées ci-dessus.

Citation Envoyé par LittleWhite Voir le message
C'est aussi ma plus grosse attente. Toutefois, cela serait un coup de couteau dans le dos pour tous les développeursqui ont permis à Epic Games d'offrir leur jeu chaque semaine. Je veux dire par là, que Epic Games a signé un chèque pour le développeur afin de pouvoir proposer un jeu gratuitement. Le chèque semble être déjà léger, d'après les informations que l'on peut apprendre au cours de ce procès, si en plus on dit à ces développeurs : vous savez quoi, pour le chèque que l'on vous a trop peu payé, bah finalement, on offre aussi la version Linux (et mac).
Autrement dit, le chèque aurait du être plus gros, pour des produits multiplateformes (clients potentiels plus important, travail de portage à rentabiliser...).
Il me semble que le cross-buy est une règle tacite sur PC. Acheter un jeu PC, c'est acheter ses versions Windows, macOS et Linux (selon les versions disponibles). Ce qui est d'ailleurs le cas sur l'EGS avec les versions Windows et macOS. Pourquoi Linux se la jouerait vilain petit canard ?

Citation Envoyé par Bousk Voir le message
Pour qu'un jeu soit disponible sous Linux, il faut commencer par le développer pour Linux.
Le store ne peut pas arbitrairement décider de fournir un jeu sur un OS.
Certains jeux sur l'Epic Game Store ont des versions Linux natives partout ailleurs : Dead Cells, Celeste, Hyper Light Drifter, Civilization VI, FTL : Faster Than Light... Beaucoup de jeux vidéo ont des versions Linux natives, principalement des jeux indépendants. Il y en a beaucoup plus qu'on ne le croit, surtout hors jeux grand public (où là c'est rare en effet).

Les versions Linux natives existaient déjà quand beaucoup de ces jeux ont débarqué sur l'EGS. Ce n'est donc pas un problème de développement de version Linux du jeu, puisque le logiciel existait déjà. Le problème ne peut donc venir que d'Epic Games. Soyons réalistes : l'Epic Games Store se fiche purement et simplement des versions Linux, probablement pour des raisons de parts de marché trop faibles. Tout simplement.

Citation Envoyé par Bousk Voir le message
Steam avait tenté un système pour ça, je sais pas ce que c'est devenu.
Steam avait créé sa propre distribution "SteamOS" optimisée pour le jeu sur Linux, mais celle-ci ne serait plus développée. Par contre le client Linux (pour ne pas dire le client Ubuntu) existe toujours et est encore bien supporté par Steam.
3  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 22/02/2021 à 20:10
Comment noyer le poisson....
2  0 
Avatar de smarties
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 05/05/2021 à 11:10
A quand les jeux seront-ils disponibles sous Linux ?

Avez-vous déjà téléchargé un ou plusieurs jeux sur cette plateforme ? Lesquels ? Quelle est votre expérience client ?
Pas terrible, j'ai trouvé ça plus lourd et lent que Steam.
J'ai eu aussi l’impression que le client envoyait beaucoup de données utilisateur sur ses serveurs.

Seriez-vous tenté de recommencer l'expérience avec cette plateforme ?
Si vraiment il y a un jeu qui me plait dessus qui n'est pas sur GoG ou Steam
2  0 
Avatar de LittleWhite
Responsable 2D/3D/Jeux https://www.developpez.com
Le 05/05/2021 à 11:47
Citation Envoyé par smarties Voir le message
A quand les jeux seront-ils disponibles sous Linux ?
C'est aussi ma plus grosse attente. Toutefois, cela serait un coup de couteau dans le dos pour tous les développeursqui ont permis à Epic Games d'offrir leur jeu chaque semaine. Je veux dire par là, que Epic Games a signé un chèque pour le développeur afin de pouvoir proposer un jeu gratuitement. Le chèque semble être déjà léger, d'après les informations que l'on peut apprendre au cours de ce procès, si en plus on dit à ces développeurs : vous savez quoi, pour le chèque que l'on vous a trop peu payé, bah finalement, on offre aussi la version Linux (et mac).
Autrement dit, le chèque aurait du être plus gros, pour des produits multiplateformes (clients potentiels plus important, travail de portage à rentabiliser...).
2  0 
Avatar de Bousk
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 05/05/2021 à 15:43
Pour qu'un jeu soit disponible sous Linux, il faut commencer par le développer pour Linux.
Le store ne peut pas arbitrairement décider de fournir un jeu sur un OS.
Steam avait tenté un système pour ça, je sais pas ce que c'est devenu.
Mais les meilleures chances actuellement seraient avec Stadia : leurs machines sont sous Linux et nécessitent un portage vers Linux et Vulkan, ce qui pourrait permettre un port Linux par la suite relativement simple (moyennant tous les sdk third party, réseau, son, backend, online, ... selon le jeu).
Si ce n'est pas encore fait, c'est peut-être que la demande est trop faible.
2  0 
Avatar de MightyJean
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 05/05/2021 à 16:29
Citation Envoyé par Bousk Voir le message
Pour qu'un jeu soit disponible sous Linux, il faut commencer par le développer pour Linux.
Le store ne peut pas arbitrairement décider de fournir un jeu sur un OS.
Sauf que si tu regardes un peu les jeux qui sont fournis sur l'Epic Games Store et que tu compares avec Steam, tu verras qu'une partie de ces jeux offre déjà une version Linux (Transistor, Surviving Mars, Celeste, Shadow Tactics: Blades of the Shogun, Metro: Last Light Redux, Civilization VI et d'autres) sur Steam. Il n'est donc pas question de rajouter une version Linux aux jeux qui n'en ont pas parce qu'Epic le décide mais de fournir la version Linux des jeux qui en ont une ailleurs.
2  0 
Avatar de blbird
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 05/05/2021 à 18:10
Citation Envoyé par Kannagi Voir le message
Justement Steam a fait Proton pour que les jeux windows tourne sur Linux, et j'ai un ami qui l’utilise assez souvent et il est assez satisfait de cette solution.
Il y a effectivement beaucoup de jeux de Steam qui tournent déjà sous Linux : je crois qu'on était pas loin de 70% voir même plus.

La plateforme Epic par contre, est une pure catastrophe. Je la fui autant que possible.
2  0 
Avatar de LittleWhite
Responsable 2D/3D/Jeux https://www.developpez.com
Le 06/05/2021 à 18:25
Voilà, les autres participants ont répondu à Bousk avant que je n'arrive et ont donné la réponse que j'avais en tête :
Je ne parle pas de porter des jeux spécifiquement sous Linux pour mon plaisir, je parle bien que les jeux sur l'EGS ne sont disponibles que pour Windows, alors même que les portages existent déjà sur Steam. En bref, pour un Linuxien, il est évident que EGS est en retard, car ne propose rien sous Linux
Steam avait créé sa propre distribution "SteamOS" optimisée pour le jeu sur Linux, mais celle-ci ne serait plus développée. Par contre le client Linux (pour ne pas dire le client Ubuntu) existe toujours et est encore bien supporté par Steam.
En effet, il y a eu SteamOS qui est arrêté. Les Steam Machines (des machines sous Debian, dédiée au jeu au travers de Steam) qui ont été abandonnée. Peut être car c'était trop tôt.
Du coup, la solution actuelle, c'est Proton, une couche permettant de "convertir" les appels Dx12 en appel Vulkan. Et Wine, qui permet de convertir les appels aux API Windows, en appel Linux.

Après, on pourrait aussi parler des développeurs, utilisant Unity ou Unreal Engine et qui ne font pas d'export Linux, alors que je pense (peut être à tort) que c'est simple, surtout lorsque l'on utilise un moteur de jeux vidéo.

Il me semble que le cross-buy est une règle tacite sur PC. Acheter un jeu PC, c'est acheter ses versions Windows, macOS et Linux (selon les versions disponibles). Ce qui est d'ailleurs le cas sur l'EGS avec les versions Windows et macOS. Pourquoi Linux se la jouerait vilain petit canard ?
Ce que je voulais dire, c'est que Epic fait un chèque aux développeurs en disant : voilà, la semaine prochaine, on proposera votre jeu gratuitement. Epic ajoute : on estime qu'il y aura 100 000 téléchargement/ajout sur le compte. Du coup, on vous fait un chèque de 150 000 $, vu que votre jeu il est ancien... blah blah blah.
Si les jeux étaient proposées en multiplateforme, alors l'estimation du nombre de téléchargement/ajout seraient plus grande, donc le chèque plus important et le développeur recevrait donc plus.

Maintenant, disons que l'accord est passé, mais que après coup, l'EGS propose la version Linux du jeu. Et bien, le développeur aurait été lésé du potentiel nouveau marché de joueurs.

Bref, deux choses que l'on peut conclure c'est : mettre à dispo les jeux multiplateformes fera augmenter la valeur des chèque d'Epic Games, en bref, c'est pas intéressant (enfin, c'est très short sighted comme façon de voir).
De deux, en écrivant, je me suis rendu compte que ma réflexion était biaisée, car même le jeu n'est proposé qu'une semaine gratuitement. Du coup, si le portage Linux est dispo, il entrainera surement des ventes, car les linuxiens ne s'intéresse pas encore vraiment à cette boutique (à part pour faire comme la majorité des utilisateurs : ajouter un jeu dans une bibliothèque virtuelle pour ne jamais y jouer).
2  0