IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'Australie veut conclure un accord avec Google et Facebook concernant les revenus du contenu d'actualité
Cela pourrait adoucir le projet de loi visant à les obliger à payer les médias d'actualité

Le , par Bill Fassinou

102PARTAGES

4  0 
Après plusieurs mois d'investigation, et en dépit des protestations de Google et de Facebook, le parlement australien est sur le point d'adopter une loi qui les obligera à payer les éditeurs de contenus d'actualité avant d'afficher leurs contenus. Les députés australiens soutiennent que la loi est nécessaire pour stimuler le journalisme d'intérêt public, mais le gouvernement a déclaré lundi que les trois parties sont proches d'un terrain d'entente. À travers l'accord, Google et Facebook s'engageraient à traiter avec les principaux médias australiens pour payer les nouvelles.

Journalisme d'intérêt public : la réglementation était-elle nécessaire ?

La bataille qui oppose le gouvernement australien à Google et Facebook a débuté il y a environ deux mois, l'Australie avait demandé dans un premier temps à Google de verser à l'organisme de presse concerné une partie des revenus qu'il tire de la publicité en ligne. Mais avant cela, l'ACCC, la Commission australienne de la concurrence et de la consommation, a mené une enquête de 18 mois qui a révélé un énorme déséquilibre de pouvoir entre les plateformes, comme Google et Facebook, et les entreprises d'information qui menaçait la viabilité de ces dernières.



À la suite de ce constat, l'ACCC a proposé une loi pour garantir que les entreprises de médias d'information soient rémunérées équitablement pour le contenu qu'elles produisent. Cela signifie que, quels que soient les revenus qu'il tire de ses informations et de ses publicités en ligne, une partie de ces revenus sera versée à l'organisme de presse associé à l'information. Selon le gouvernement australien, Google tire la plupart de ses revenus les plus importants des publicités et des informations en ligne, une chose que plusieurs rapports ont confirmée ces dernières années.

À titre d'exemple, un rapport sur la situation estime que, pour chaque tranche de 100 dollars de dépenses publicitaires en ligne, 53 dollars vont à Google, 28 dollars à Facebook et 19 dollars à tous les autres. Les infractions au code, y compris le fait de ne pas négocier de bonne foi, seraient punies d'une amende de 10 millions de dollars ou l'équivalent de 10 % du chiffre d'affaires annuel en Australie. Mais les entreprises de médias ont été encouragées à conclure des accords commerciaux avec Facebook et Google en dehors du code, et plusieurs ont été annoncés et d'autres sont imminents.

À la suite de l'annonce de la loi, Google et Facebook l'ont rejetée. Par le biais de Mel Silva, directeur général de Google en Australie, l'entreprise a annoncé qu'il est en total désaccord avec la loi et a menacé de fermer le moteur de recherche dans le pays si la loi est promulguée. Facebook a menacé d'empêcher les Australiens de partager des informations et Google a mené une campagne publique contre le code des médias, arguant qu'il était injuste et qu'il "briserait la recherche". Silva a déclaré que la loi était intenable et créerait un "dangereux précédent" de paiement de liens.

Toutefois, le gouvernement a tenu bon face à la menace et a continué à faire passer la loi par une commission et au Parlement. La loi australienne est distincte d'un accord que Facebook a conclu pour payer les grands médias britanniques des millions de livres sterling par an pour qu'ils autorisent leurs articles, mais elle a une motivation similaire. La législation, qui sera débattue cette semaine, est conçue pour soutenir le journalisme d'intérêt public australien et est soutenue par toutes les entreprises médiatiques du pays, grandes et petites.

Pourquoi Google et Facebook font-ils route vers un accord avec l'Australie ?

Il est difficile pour une entreprise d'abandonner un marché, même pour des géants comme Facebook et Google. Ainsi, les deux entreprises cherchent des moyens pour contourner la loi qui devrait être débattue au cours de la semaine, ce qui a donné lieu au probable accord que le gouvernement australien a annoncé lundi. Selon les critiques, l'accord va aider Facebook et Google à éviter les parties les plus sévères de la législation qui est de s'assurer qu'ils n'utilisent pas leur duopole de publicité en ligne pour dicter les conditions dans les accords avec les agences de médias.

En effet, le gouvernement australien a déclaré que Google et Facebook sont sur le point de conclure des accords pour payer les sociétés de médias nationales pour les nouvelles, ce qui est un signe qu'une impasse réglementaire pourrait s'adoucir. Le trésorier australien Josh Frydenberg s'est entretenu avec le directeur général de Facebook, Mark Zuckerberg, et son homologue de Google, Sundar Pichai, le week-end dernier. « Nous sommes très proches de certains accords commerciaux très importants », a déclaré Frydenberg à l'Australian Broadcasting Corp. lundi.

« Nous avons fait de grands progrès », a-t-il ajouté. Facebook n'a pas voulu commenter le sujet et a déclaré dans un communiqué : « Nous nous sommes engagés avec le gouvernement australien pour exposer nos préoccupations concernant la législation ». Un porte-parole de Google a également refusé de commenter. Si les deux entreprises ne parviennent pas à conclure des accords, la loi australienne sur le paiement des informations risque de devenir un modèle pour les régulateurs d'autres juridictions, y compris le Canada et l'Union européenne qui suivent la bataille.

Une première tentative de Google pour dédommager les éditeurs est son produit "News Showcase" qu'il a introduit fin 2020. L'entreprise a ensuite déclaré que de nombreux petits éditeurs ont immédiatement adhéré au programme, et a affirmé que ces têtes de mât ont eu un million de vues de leur contenu en huit jours. En outre, il a signé cette semaine un contrat de 30 millions de dollars par an avec l'une des quatre grandes sociétés de médias, Seven West Media qui édite le West Australian. Seven a décrit l'accord comme un "paiement équitable" pour un journalisme original.

Selon le Sydney Morning Herald, le gouvernement australien est prêt à permettre aux entreprises technologiques d'éviter de payer pour des extraits de nouvelles si les entreprises médiatiques s'inscrivent à Google Showcase et Facebook News. Dans ce cas, le trésorier conserverait la possibilité de désigner la recherche comme le service couvert par la loi à l'avenir si Google n'était pas perçu comme négociant de manière équitable avec les entreprises de médias. Mais tout le monde ne s'est pas encore inscrit Google Showcase, comme News Corp. Australia et l'éditeur du Herald, Nine Entertainment Co.

D'un autre côté, Australian Community Media et Guardian Australia sont toujours en négociations avec Google. Facebook est resté discret ces derniers temps, mais aurait engagé des discussions "positives" avec au moins une société de médias au sujet de son produit sous licence Facebook News, une section d'information au sein de sa principale application mobile, qui serait utilisée pour conclure des accords commerciaux avec des sociétés de médias. Elle est gérée par des journalistes et donne la priorité aux histoires originales.

Par ailleurs, une fois la loi adoptée, le trésorier examinera le fonctionnement du code dans 12 mois pour vérifier que les revenus sont bien dépensés pour le journalisme d'intérêt public australien et ne remplissent pas seulement les poches des actionnaires. Selon Frydenberg, l'intention du gouvernement est "d'uniformiser les règles du jeu et de garantir un paysage médiatique australien durable et viable". Un examen permettra de s'assurer que les entreprises de technologie et de médias agissent de bonne foi et que l'argent afflue dans les salles de rédaction.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
que pensez-vous de l'initiative du gouvernement australien ?
Pensez-vous que l'Europe ou la France a également besoin d'une pareille loi ? Pourquoi ?

Voir aussi

Google reconnaît avoir masqué certains sites australiens d'actualités des résultats de recherche de 1% des utilisateurs locaux, le pays se prépare à l'obliger à payer la presse pour le contenu relayé

Les géants Google et Facebook ont dépouillé le journalisme de ses revenus, d'après l'ancienne rédactrice en chef du quotidien USA Today

Google va bloquer son moteur de recherche en Australie s'il est obligé de payer pour les extraits d'actualités relayés sur sa plateforme

Google menace de geler son espace News Showcase en Australie, craignant de pouvoir être condamné à une amende « pouvant atteindre 10 % de nos revenus australiens pour une seule infraction »

« Bing de Microsoft pourrait remplacer Google search », affirme le Premier ministre australien, si Google met à exécution sa menace de retirer son moteur de recherche d'Australie

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de JP CASSOU
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/02/2021 à 9:04
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Bonhomme, on va mettre en ligne et gratuitement ton travail, et tu ne toucheras rien sur son utilisation, t'es OK ?
Dans ce cas, on demande à Google de rémunérer les groupes de presse. Par conséquent, il est normal que ceux-ci mettent leur contenu gratuitement en ligne.

Et le modèle de ne rien toucher sur l'utilisation de nos propres articles existe déjà avec ELSEVIER et consorts, qui vivent du travail des autres, en faisant payer aussi les auteurs des articles.
0  0 
Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/02/2021 à 22:19
Et le modèle de ne rien toucher sur l'utilisation de nos propres articles existe déjà avec ELSEVIER et consorts, qui vivent du travail des autres, en faisant payer aussi les auteurs des articles.
@JP CASSOU
Et les "organes" de presse qui ne font que relayer les articles des Agences de presse et qui pourtant ce clame de la presse libre et indépendante, on les classes où ?
Je n'est pas de connaissances approfondie sur le fonctionnement de la presse Australienne, mais en France l'accord entre Google et la presse n'est pas très reluisant quand on sais que 3/4 des thèmes/articles abordés par cette dernière ne sont que des articles fournie par l'AFP ou autre Agence.
Si au moins les articles étaient tous de qualités et présentaient une vrai plus value, ça pourrait ce justifier, mais demander à sont pays de faire pression sur les GAFAM pour leur extorquer de l'argent pour qu'ils aient le droit de faire ce qu'eux même font avec les Agences de presse, c'est ridicule.
Le pire c'est que Facebook ou Google, ne peuvent même pas refuser ou dire OK, nous allons donc créer notre propre organe de presse et ne plus relayer vos informations.
C'te méthode d'escroc .
0  0 
Avatar de JP CASSOU
Membre averti https://www.developpez.com
Le 25/02/2021 à 23:39
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Bonhomme, on va mettre en ligne et gratuitement ton travail, et tu ne toucheras rien sur son utilisation, t'es OK ?
Dans ce cas de figure, les organes de presse seront financés par Google (et par les Etats + la pub). En contrepartie, on demande aux organes de presse de mettre gratuitement en ligne les articles concernés
0  0