IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'Australie veut conclure un accord avec Google et Facebook concernant les revenus du contenu d'actualité
Cela pourrait adoucir le projet de loi visant à les obliger à payer les médias d'actualité

Le , par Bill Fassinou

126PARTAGES

4  0 
Après plusieurs mois d'investigation, et en dépit des protestations de Google et de Facebook, le parlement australien est sur le point d'adopter une loi qui les obligera à payer les éditeurs de contenus d'actualité avant d'afficher leurs contenus. Les députés australiens soutiennent que la loi est nécessaire pour stimuler le journalisme d'intérêt public, mais le gouvernement a déclaré lundi que les trois parties sont proches d'un terrain d'entente. À travers l'accord, Google et Facebook s'engageraient à traiter avec les principaux médias australiens pour payer les nouvelles.

Journalisme d'intérêt public : la réglementation était-elle nécessaire ?

La bataille qui oppose le gouvernement australien à Google et Facebook a débuté il y a environ deux mois, l'Australie avait demandé dans un premier temps à Google de verser à l'organisme de presse concerné une partie des revenus qu'il tire de la publicité en ligne. Mais avant cela, l'ACCC, la Commission australienne de la concurrence et de la consommation, a mené une enquête de 18 mois qui a révélé un énorme déséquilibre de pouvoir entre les plateformes, comme Google et Facebook, et les entreprises d'information qui menaçait la viabilité de ces dernières.



À la suite de ce constat, l'ACCC a proposé une loi pour garantir que les entreprises de médias d'information soient rémunérées équitablement pour le contenu qu'elles produisent. Cela signifie que, quels que soient les revenus qu'il tire de ses informations et de ses publicités en ligne, une partie de ces revenus sera versée à l'organisme de presse associé à l'information. Selon le gouvernement australien, Google tire la plupart de ses revenus les plus importants des publicités et des informations en ligne, une chose que plusieurs rapports ont confirmée ces dernières années.

À titre d'exemple, un rapport sur la situation estime que, pour chaque tranche de 100 dollars de dépenses publicitaires en ligne, 53 dollars vont à Google, 28 dollars à Facebook et 19 dollars à tous les autres. Les infractions au code, y compris le fait de ne pas négocier de bonne foi, seraient punies d'une amende de 10 millions de dollars ou l'équivalent de 10 % du chiffre d'affaires annuel en Australie. Mais les entreprises de médias ont été encouragées à conclure des accords commerciaux avec Facebook et Google en dehors du code, et plusieurs ont été annoncés et d'autres sont imminents.

À la suite de l'annonce de la loi, Google et Facebook l'ont rejetée. Par le biais de Mel Silva, directeur général de Google en Australie, l'entreprise a annoncé qu'il est en total désaccord avec la loi et a menacé de fermer le moteur de recherche dans le pays si la loi est promulguée. Facebook a menacé d'empêcher les Australiens de partager des informations et Google a mené une campagne publique contre le code des médias, arguant qu'il était injuste et qu'il "briserait la recherche". Silva a déclaré que la loi était intenable et créerait un "dangereux précédent" de paiement de liens.

Toutefois, le gouvernement a tenu bon face à la menace et a continué à faire passer la loi par une commission et au Parlement. La loi australienne est distincte d'un accord que Facebook a conclu pour payer les grands médias britanniques des millions de livres sterling par an pour qu'ils autorisent leurs articles, mais elle a une motivation similaire. La législation, qui sera débattue cette semaine, est conçue pour soutenir le journalisme d'intérêt public australien et est soutenue par toutes les entreprises médiatiques du pays, grandes et petites.

Pourquoi Google et Facebook font-ils route vers un accord avec l'Australie ?

Il est difficile pour une entreprise d'abandonner un marché, même pour des géants comme Facebook et Google. Ainsi, les deux entreprises cherchent des moyens pour contourner la loi qui devrait être débattue au cours de la semaine, ce qui a donné lieu au probable accord que le gouvernement australien a annoncé lundi. Selon les critiques, l'accord va aider Facebook et Google à éviter les parties les plus sévères de la législation qui est de s'assurer qu'ils n'utilisent pas leur duopole de publicité en ligne pour dicter les conditions dans les accords avec les agences de médias.

En effet, le gouvernement australien a déclaré que Google et Facebook sont sur le point de conclure des accords pour payer les sociétés de médias nationales pour les nouvelles, ce qui est un signe qu'une impasse réglementaire pourrait s'adoucir. Le trésorier australien Josh Frydenberg s'est entretenu avec le directeur général de Facebook, Mark Zuckerberg, et son homologue de Google, Sundar Pichai, le week-end dernier. « Nous sommes très proches de certains accords commerciaux très importants », a déclaré Frydenberg à l'Australian Broadcasting Corp. lundi.

« Nous avons fait de grands progrès », a-t-il ajouté. Facebook n'a pas voulu commenter le sujet et a déclaré dans un communiqué : « Nous nous sommes engagés avec le gouvernement australien pour exposer nos préoccupations concernant la législation ». Un porte-parole de Google a également refusé de commenter. Si les deux entreprises ne parviennent pas à conclure des accords, la loi australienne sur le paiement des informations risque de devenir un modèle pour les régulateurs d'autres juridictions, y compris le Canada et l'Union européenne qui suivent la bataille.

Une première tentative de Google pour dédommager les éditeurs est son produit "News Showcase" qu'il a introduit fin 2020. L'entreprise a ensuite déclaré que de nombreux petits éditeurs ont immédiatement adhéré au programme, et a affirmé que ces têtes de mât ont eu un million de vues de leur contenu en huit jours. En outre, il a signé cette semaine un contrat de 30 millions de dollars par an avec l'une des quatre grandes sociétés de médias, Seven West Media qui édite le West Australian. Seven a décrit l'accord comme un "paiement équitable" pour un journalisme original.

Selon le Sydney Morning Herald, le gouvernement australien est prêt à permettre aux entreprises technologiques d'éviter de payer pour des extraits de nouvelles si les entreprises médiatiques s'inscrivent à Google Showcase et Facebook News. Dans ce cas, le trésorier conserverait la possibilité de désigner la recherche comme le service couvert par la loi à l'avenir si Google n'était pas perçu comme négociant de manière équitable avec les entreprises de médias. Mais tout le monde ne s'est pas encore inscrit Google Showcase, comme News Corp. Australia et l'éditeur du Herald, Nine Entertainment Co.

D'un autre côté, Australian Community Media et Guardian Australia sont toujours en négociations avec Google. Facebook est resté discret ces derniers temps, mais aurait engagé des discussions "positives" avec au moins une société de médias au sujet de son produit sous licence Facebook News, une section d'information au sein de sa principale application mobile, qui serait utilisée pour conclure des accords commerciaux avec des sociétés de médias. Elle est gérée par des journalistes et donne la priorité aux histoires originales.

Par ailleurs, une fois la loi adoptée, le trésorier examinera le fonctionnement du code dans 12 mois pour vérifier que les revenus sont bien dépensés pour le journalisme d'intérêt public australien et ne remplissent pas seulement les poches des actionnaires. Selon Frydenberg, l'intention du gouvernement est "d'uniformiser les règles du jeu et de garantir un paysage médiatique australien durable et viable". Un examen permettra de s'assurer que les entreprises de technologie et de médias agissent de bonne foi et que l'argent afflue dans les salles de rédaction.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
que pensez-vous de l'initiative du gouvernement australien ?
Pensez-vous que l'Europe ou la France a également besoin d'une pareille loi ? Pourquoi ?

Voir aussi

Google reconnaît avoir masqué certains sites australiens d'actualités des résultats de recherche de 1% des utilisateurs locaux, le pays se prépare à l'obliger à payer la presse pour le contenu relayé

Les géants Google et Facebook ont dépouillé le journalisme de ses revenus, d'après l'ancienne rédactrice en chef du quotidien USA Today

Google va bloquer son moteur de recherche en Australie s'il est obligé de payer pour les extraits d'actualités relayés sur sa plateforme

Google menace de geler son espace News Showcase en Australie, craignant de pouvoir être condamné à une amende « pouvant atteindre 10 % de nos revenus australiens pour une seule infraction »

« Bing de Microsoft pourrait remplacer Google search », affirme le Premier ministre australien, si Google met à exécution sa menace de retirer son moteur de recherche d'Australie

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 13/06/2023 à 10:39
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Et comme de plus en plus de gens sont victimes du vaccins contre le Covid.
Comme d'habitude, Madmac propage de la désinformation .
Cette rumeur n'a aucun fondement, des tonnes de sources l'attestent, il est temps d'arrêter les mensonges.
7  0 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 10/06/2023 à 16:55
Les pays et media devraient prendre exemple sur le Canada. Et ça aurait du être fait il y a des années.

Les GAFAM ont acquis tellement de pouvoir qu'ils se croient tout permis.
Ils fournissent un accès facile à l'information.
Si les gens n'ont plus accès à l'information via FB ou Google ou consort, les canadiens se tourneront inévitablement vers d'autre sources (TV, presse papier, site web du journal, ...).
6  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 16/06/2023 à 15:15
L'INSEE fait des études statistiques, pas des remarques au fondement xénophobe et encore moins des assertions mensongères.
En d'autres termes, inutile de leur envoyer votre CV, vous n'avez pas le profil.
6  1 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 14/06/2023 à 9:18
@MadMac : et comme d'habitude, des sources moisies ou incomplètes

Sur vos liens les courbes de mortalité sont présentées sans la moindre corrélation avec la cause, donc dire que le fautif est le vaccin est un mensonge.
De plus, la mortalité augmente en France quasi régulièrement depuis 2006, donc bien avant le COVID-19

Voir cette courbe de l'INSEE
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2383440

Comme tous les complotistes, vous biaisez les faits et chez vous c'est systématique.
Une telle constance dans le mensonge et la mauvaise foi, c'est sidérant !
4  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/06/2023 à 15:56
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Je parie que l'INSEE prétend que l'immigration est sans problème en France ....
Je me demandais qui pouvait prendre au sérieux Mathieu Bock-Côté et Richard Martineau et voter Maxime Bernier.
J'ai ma réponse.
4  1 
Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 24/08/2023 à 10:22
Si Meta est tenu d'être disponible pour une telle utilisation, alors oui on peut les prendre pour responsables de problèmes de communication.

Autrement, Meta n'a pas vocation a faire de la charité. C'est dans une démarche saine qu'il faudrait arrêter de donner tant d'importance aux réseaux sociaux, surtout quand la vie de personnes en dépendent. Ils ne devraient pas jouer un rôle crucial dans notre vie, ce sont avant tout des entreprises qui cherchent le profit. On ne peut pas compter sur ça pour sauver des vies.

En réduisant leur importance, peut-être que nous aurions déjà eu une alternative permettant de communiquer rapidement en cas d'urgence.
3  0 
Avatar de foetus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 03/08/2023 à 18:09
En Europe, c'est la même chose depuis 2011-2012 : la presse allemande et espagnole (et peut-être d'autres) sont contre Google News

Et suite à 1 procès, Google News avait retiré les liens vers les publications allemandes: 70-80% de trafic en moins
Parce que, très souvent, le problème à la base ce sont les habitudes des gens : très peu vont sur les sites spécifiques et préfèrent lire le titre et le résumé/ début.
2  0 
Avatar de Leruas
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/08/2023 à 23:15
l'AFP rale pour le résumé indiqué sur le tweet (donc on peut avoir 90% de l'info dans ce résumé, vu qu'en général c'est pas long un article AFP)
Twitter devrait dire : "Ok on affiche juste l'URL maintenant et démerdez vous pour attirer des visiteurs"
2  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 24/08/2023 à 11:34
Trudeau est comme d'habitude totalement de mauvaise fois.

Il n'avais qu'a ne pas accepter la loi concernant les droits voisins. Là Trudeau dit ni plus ni mois qu'il faudrait obliger Meta à payer pour la sécurité des Canadiens.
Dans ce cas, le gouvernement Canadien n'a qu'a faire une exception à ça propre loi, et le problème est réglé !

En aparté, je pense que cette histoire de droits voisins est absurde, car les médias se fond de la publicité via les RS. Depuis quand une publicité doit rapporter deux fois ?

Cette histoire, c'est comme si un type arrivait et me disait : je veux accrocher une affiche d’avertissement sur la canicule sur le mur de votre maison, affiche qui fait au passage de la pub pour mon journal, mais par contre c'est vous qui devez payer pour que je l'affiche, d'ailleurs vous ne pouvez pas refuser, ce serait immoral vu le danger que représente la canicule.
2  0 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/08/2023 à 16:11
Quel est votre avis sur le sujet ?
173 millions de dollars en publicité gratuite me semble être un chiffre gonflé.

Que pensez-vous de la loi canadienne sur l'information en ligne ?
Le problème est épineux mais il y a d'autres sources possibles.
Il est aussi possible d'utiliser le flux RSS mais on perd le côté social car l'article sera probablement moins partagé.
Les pages de lancement du navigateur (FireFox, autre) pourraient être un bon support mais (Google) Chrome domine le marché

Selon vous, la loi souffre-t-elle d'insuffisance ? Si oui, lesquelles ?
Ce n'est pas forcément la loi, je dirais plutôt que ce sont les fournisseurs d'informations qui ne protègent pas correctement leurs contenus.
1  0