IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

TousAntiCovid : le gouvernement espère déployer les codes QR dès la fin janvier,
Pour instaurer une nouvelle méthode de traçage des contacts

Le , par Stan Adkens

911PARTAGES

4  1 
Dans un projet de décret, le gouvernement français envisage de faire évoluer certaines règles liées à TousAntiCovid, son application de traçage, en instaurant notamment des possibles codes QR, que les utilisateurs de l'application pourraient scanner. Ces derniers seraient placés à l'entrée de certains lieux publics et permettraient la mise en place d'un nouveau moyen de traçage des contacts lié aux lieux à risques. Le projet de mise à jour des règles liées à TousAntiCovid est connu depuis décembre, mais a fait récemment l’objet de commentaire de la part du cabinet du secrétaire d’État au Numérique Cédric O.

Présenté dans un document d’avis édité par le Comité de contrôle et de liaison covid-19 (CCL-Covid), chargé de conseiller le gouvernement sur les dispositifs numériques de lutte contre la pandémie, le projet prévoit d’ajouter une nouvelle fonctionnalité à l’application française TousAntiCovid : l’utilisation de codes QR comme dispositif de traçage des contacts. Ils seraient placés à l’entrée des lieux clos, comme les restaurants et les transports en commun. Voilà ce qu’écrit le CCL-Covid dans son avis :

« De manière simplifiée, un code QR sera positionné à l’entrée de certains lieux à risque (liste des lieux en cours d’identification en lien avec SPF [Santé publique France, NDLR]). La personne flash ce code (il suffit donc d’un téléphone avec appareil photo) et fait ainsi un check-in à la date ‘d’ pour une durée ‘t’ dépendant du type de lieu. Si une personne, qui a été dans le même lieu sur la même plage horaire, se déclare dans l’application, la personne ci-avant reçoit une notification de contact warning, dit à ‘risque modéré ‘ (impliquant la surveillance des symptômes, etc.). Si trois personnes se sont déclarées, et étaient sur la même plage horaire, alors la personne reçoit une notification classique de contact tracing à ‘risque élevé’. »


Le CCL-Covid précise avoir reçu les « questions formulées » de la Cnil, l’autorité des données française, avant d’émettre son avis. Si le décret entre en vigueur tel quel, il intégrerait donc une nouvelle fonctionnalité de traçage des contacts sur TousAntiCovid, en plus de celui déjà en place depuis mai, fonctionnement sur le Bluetooth. Reste que le détail du dispositif n’est pas donné, et de nombreuses questions restent en suspens.

Cependant, l’exécutif devrait rapidement apporter des réponses et plus de précision sur le décret qui est en ce moment examiné par le Conseil d’État, et le gouvernement pourrait procéder à une publication d’ici la fin du mois de janvier 2021. En effet, le cabinet du secrétaire d’État au Numérique Cédric O a confirmé à un média local la volonté du gouvernement de faire évoluer certaines règles liées à son application TousAntiCovid.

Actuellement, la France s’appuie sur deux méthodes pour effectuer le traçage des contacts, dont la finalité est de prévenir les personnes exposées à un patient atteint de covid-19. La première méthode se fait par téléphone. Des brigades d’agents de la Sécurité sociale contactent les personnes touchées par le coronavirus afin d’identifier leurs cas contacts. Puis elles se chargent d’avertir ces derniers par SMS, email ou téléphone, afin qu’ils puissent se mettre en septaine et effectuer un test.

La seconde méthode se fait par l’application TousAntiCovid. Seuls les Français qui ont installé et activé l’application participent à ce deuxième rideau de traçage des contacts. Lorsqu’ils sont à proximité, leurs smartphones s’échangent des identifiants aléatoires, régulièrement renouvelés, qui sont ensuite envoyés à intervalle constant vers un serveur central contrôlé par l’État. Si une personne fait un test positif, elle peut se déclarer dans l’application à l’aide d’un code QR remis par les autorités sanitaires. Cette information sera remontée au serveur central, et tous les appareils qui ont échangé des identifiants avec la personne malade recevront une notification.

Le traçage par code QR serait donc un troisième dispositif, lui aussi intégré à TousAntiCovid. Il permettrait de faire un traçage des contacts par lieu. Le Comité de contrôle et liaison covid-19 précise que les informations collectées par les codes QR seront stockées sur un serveur dédié, et ne seront pas remontées au serveur central déjà utilisé. Autrement dit, si la déclaration des cas positifs et l’envoi des notifications se font bien dans l’application, la gestion de ces nouvelles données se fera sur un nouveau serveur, à part.

« Ces informations sont stockées par un serveur dédié en vue d’informer l’utilisateur qu’il a été en contact avec une personne diagnostiquée ou dépistée positive au virus du covid-19 et ayant fréquenté le même lieu durant la même plage horaire », selon la description du projet par le comité.

Déploiement de codes QR pour accompagner la réouverture de certains lieux publics

Comme pour le fonctionnement actuel du dispositif TousAntiCovid, le Comité rassure explicitement sur les éventuelles dérives du dispositif : « les modalités de recueil de données n’ont pas pour objet, ni pour effet, de mettre en place une géolocalisation de l’utilisateur ». En revanche, si TousAntiCovid actuel ne demande que l’autorisation d’utiliser le Bluetooth, il devra demander l’autorisation d’utiliser l’appareil photo pour le bon fonctionnement du nouveau dispositif.

L’avis du CCL-Covid évoque que les codes QR pourraient être déployés dans un large éventail de lieux publics fermés où le risque de transmission du SARS-CoV-2 est élevé, dont les transports en commun. Le cabinet de Cédric O précise quant à lui que la fonctionnalité a surtout été pensée pour accompagner la réouverture des bars, restaurants et salles de sport, dont la date n’est toujours pas connue.

Dans tous les cas, la typologie précise des lieux, qui se verront offrir la possibilité de fournir un code QR aux utilisateurs de TousAntiCovid, est en cours de définition avec l’appui de Santé publique France, a précisé la même source. Ces lieux seraient divisés en deux catégories : à « haut risque de transmission » et à « risque de transmission modéré », selon divers critères, dont leur surface, leur ventilation ou le public accueilli. Il n’est pas encore indiqué ce que cette distinction impliquerait comme conséquence.

Fonctionnement de TousAntiCovid avec les codes QR

Scanner le code QR reviendrait à récupérer un pseudonyme (une suite de caractères propres à chaque lieu, mais qui ne comporte pas d’éléments identifiables), ainsi qu’une date et une heure approximative) sur l’application TousAntiCovid.

C’est un fonctionnement relativement similaire à celui de l’application entre deux utilisateurs. Lorsqu’elles sont à une certaine distance l’une de l’autre, deux applications TousAntiCovid vont s’échanger via le Bluetooth des pseudonymes, propres à chaque application, et renouvelés à intervalles réguliers.


Dans le nouvel usage de TousAntiCovid, scanner le code reviendrait à faire ce même type d’échange, dans un seul sens, et avec un avantage, le code QR étant un moyen de récupération des pseudonymes bien plus fiable que le Bluetooth, dont la relative inefficacité pour cette tâche est de plus en plus prouvée.

Une fois les pseudonymes récupérés, un serveur serait chargé de repérer quand un cas de covid-19 déclaré dans l’application a récupéré le pseudonyme d’un lieu, et à prévenir tous les utilisateurs qui ont récupéré ce même pseudonyme sur une plage horaire proche. L’avis du CCL-Covid précisait que ce serveur ne serait pas le même que le serveur central de l’application.

Si l’utilisation des codes QR dans une éventuelle prochaine version de TousAntiCovid se précise, de trop nombreuses questions restent en suspens. Ces questions sont d’autant plus nombreuses que le gouvernement ne communique pas officiellement sur ce projet d’évolution de l’application. Reste à savoir si les utilisateurs ne pourront les connaître qu’une fois déployés, ou quelques jours auparavant.

Outre-Manche, le gouvernement britannique vient de déployer un dispositif similaire, et la NHS (équivalent britannique de la Sécurité sociale) avance certaines garanties : les notifications de cas contact ne mentionnent pas, par exemple, le nom de l’établissement (comme c’est également prévu par le projet de décret), mais le gérant des lieux est, lui, prévenu si plusieurs de ses visiteurs sont déclarés positifs afin de s’organiser en conséquence.

Sources : Le cabinet du secrétaire d’État au Numérique, Avis du CCL-Covid

Et vous ?

Que pensez-vous de cette évolution des règles liées à TousAntiCovid qui va déployer des codes QR ?
Ce changement permettra-t-il de prévenir davantage de cas contacts qu’aujourd’hui ?
Que pensez-vous de la communication du gouvernement sur une modification qui pourrait être publiée dès la fin de ce mois ?

Voir aussi :

La CNIL donne son aval au déploiement de StopCovid dont l'algorithme de chiffrement a été remplacé, Bercy en profite pour partager des captures d'écran de l'application
StopCovid : l'application de contact tracing est enfin disponible sur iOS et Android, les utilisateurs avaient d'abord téléchargé en grand nombre une app catalane qui porte pratiquement le même nom
2 milliards de téléphones ne peuvent pas utiliser l'outil de traçage du Covid-19 de Google et d'Apple, car il repose sur une technologie qui manque aux anciens appareils, selon des chercheurs
France : TousAntiCovid, une révision de StopCovid est disponible avec des nouveautés mineures, qui n'apportent pas solution à l'incompatibilité de l'appli. française avec celle des autres pays d'UE

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/01/2021 à 13:36
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
La personne flash ce code (il suffit donc d’un téléphone avec appareil photo) et fait ainsi un check-in à la date ‘d’ pour une durée ‘t’ dépendant du type de lieu.
Je crois qu'il faut également que le téléphone soit connecté à internet

Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
L’avis du CCL-Covid évoque que les codes QR pourraient être déployés dans un large éventail de lieux publics fermés où le risque de transmission du SARS-CoV-2 est élevé, dont les transports en commun. Le cabinet de Cédric O précise quant à lui que la fonctionnalité a surtout été pensée pour accompagner la réouverture des bars, restaurants et salles de sport, dont la date n’est toujours pas connue.
Il y a quelque chose que je n'ai pas trouvé dans l'article :
- Est-ce qu'il est possible d'entrer dans le lieu public sans flasher le QR Code ?
- Si ce n'est pas le cas, comment on contrôle qu'une personne a flashé le QR Code avec succès ? Et comment on l'empêche d'entrer dans le lieu public si elle ne l'a pas fait ?

Par contre si c'est facultatif, il n'y a aucun problème, les gens qui n'ont pas de smartphone pourront aller au bar et à la salle de sport.
7  0 
Avatar de ijk-ref
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 24/03/2021 à 17:00
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
La France vient de perdre plus de 250 milliards à cause du covid et de la médiocrité intersidérale de la santé, et Anticor s'inquiète du coût dérisoire d'une application. Application qui ne sert probablement à rien mais qu'il serait bête de ne pas avoir dans le cas contraire. Ces associations n'ont plus les pieds sur terre elles non plus.
Rien ne tient dans tes propos. Anticor est une association anticorruption donc elle est dans son rôle de dénoncer une potentielle corruption. Sa fonction n'est pas de jouer aux cartes et de se plaindre du coût du Covid dû à sa gestion. C'est encore plus ridicule quand tu prétends qu'elle dénonce l'utilisation d'une telle application alors que c'est clairement écrit que ce n'est pas sa fonction.
7  0 
Avatar de smarties
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 24/03/2021 à 12:32
Les licences (69.676 € TTC/an), le support utilisateur (720.000€ TTC/an), l’animation du déploiement (432.000€ TTC/an), l’hébergement (576.000€ TTC/an)
Licences, ils utilisent un SGBD propriétaire à ce prix là ? Oracle ?
Support utilisateur : ça doit faire environ 25 personnes
Hébergement : le prix me parait beaucoup trop élevé
Animation du déploiement : le prix me parait beaucoup trop élevé aussi
6  0 
Avatar de skuatamad
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 23/03/2021 à 19:27
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Elle estime qu’entre le lancement du projet et son aboutissement début juin, le gouvernement avait deux mois pour faire ces procédures jugées nécessaires.
Alors, une procédure d'appel d'offre public normale ça dure combien de temps ? A mon avis au moins 3 mois.

Il faut quand même que plusieurs entreprises prennent connaissance de l'appel d'offre, l'étudient (poser des questions et recevoir des réponses), poussent un dossier, que chacun des dossiers soit étudié, qu'il y ait une 1ere soutenance, puis une pré-sélection puis une 2eme soutenance... c'est long.

Alors si ANTICOR considère qu'une semaine suffit pour tout le process, ben c'est simple les appels d'offre c'est :
Entreprise A : Coucou
Entreprise B : Coucou, mon appli est super
Entreprise C : Coucou mon appli est super ++ et en plus on se connait !

Les 3 autres entreprises intéressées diront juste : Doh, j'ai même pas eu le temps de voir l'appel d'offre...

J'ai quand même un peu l'impression que leur reproche c'est qu'aucun appel d'offre BIDON n'est été émis...
6  1 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 21/01/2021 à 7:22
Donc je résume : "le gouvernement espère déployer les codes QR dès la fin janvier, Pour instaurer une nouvelle méthode de traçage"
4  0 
Avatar de Jeff_67
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 23/03/2021 à 18:00
C'est dans ces moments là qu'on se demande pourquoi l'administration n'internalise pas des équipes de développement, avec la grille de salaires ad-hoc bien entendu.
6  2 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/04/2021 à 17:15
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
De mémoire en France on est l'un des rares pays au monde, ou l'on peut acheter une carte SIM , sans avoir besoin de présenter un titre d'identité . En Espagne , ce n'est plus possible pour des questions de traçabilité depuis les attentats de 2005.
Alors il faudra que tu me donnes les noms des fournisseurs parce que la dernière fois que j'y suis passé, ce n'était plus comme ça depuis des années!

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Quel est votre avis sur le sujet ?
Toutes les raisons sont bonnes pour faire utiliser leur cochonnerie d'application mal foutue. Il y a tout un historiques de messages sur ce fil qui en parle déjà.

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Que pensez-vous de la nouvelle fonctionnalité de TousAntiCovid-Carnet ?


En Suisse, il y a environ un mois, on a eu une dizaine de cas de patients d'un EMS positifs au COVID, alors qu'ils avaient tous été vaccinés (Pfeizer, je crois). Du coup cette histoire de "passeport" vaccinal pour permettre de voyager donne un faux sentiment de sécurité: "chouette, je suis vacciné! Je vais pouvoir aller répandre le virus à l'étranger sans en voir les symptômes, et tant pis pour les prolos qui ne peuvent pas voyager et qui continuent de porter le masque!"
4  0 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 24/04/2021 à 4:25
En attendant l'intégration des données médicales non Covid (autres vaccins, grosses maladies déjà contractées comme la varicelle...) et les données non-médicales (infos fiscales, obligations vis-à-vis de la Défense Nationale, crédits bancaires en cours...).

Puis il faut aussi savoir parler vaccin au moins vieux. La pub (mensongère au demeurant) de la mamie vaccinée qui retrouve ses petits-enfants normalement comme avant la Covid ça va moins bien marcher sur les moins de 50 ans. Le chantage au vaccin pour avoir une vie sociale (restaurants, bars, voyages, sport, sorties culturelles...) sera beaucoup plus parlant auprès de ces gens là.

Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
2) Qu'elle fait doublon avec le DMP

https://www.dmp.fr/version

On se moque de qui ? On crée un webservice censé remplacer le carnet de santé bleu ... Qu'on doublonne d'une appli four tout . Faut qu'on m'explique la ?

Si je me fais vacciné, j'utiliserai mon DMP et pas "tousantimachin-truc" ... et leur nom à rallonge.
Il faut donner une impression d'action. Tu ne peux pas te contenter de rappeler qu'il existe déjà un dispositif utile pour ça, surtout quand il a été mis en place par un précédent gouvernement qui est désormais dans l'opposition. En Macronie, informatique + santé = TousAntiCovid, pas le DMP mis en place sous un gouvernement UMP de droite et déjà réformé par le PS de gauche.

De plus le DMP n'est pas exempt de polémiques, que l'opposition se ferait un plaisir de ressortir du tiroir pour son traditionnel plaisir de polémiquer pour polémiquer.

-----

Bref les joies de la tournure politique de la résolution du Covid, avec des chevaux de Troie (passeport vaccinal, travail dominical renforcé...) et des mesures sanitaires avec des relents de "surtout je ne me tire pas une balle dans le pied pour les Présidentielles dans 1 an" (qui ne va pas reconfiner cet été en pleine vague de variant indien parce que les gens ne voteront pas pour toi dans 9 mois si tu les interdis de s'entasser sur les plages cet été ? ).
4  0 
Avatar de stigma
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/02/2021 à 15:26
La possession d'un smartphone deviendrait obligatoire ?
3  0 
Avatar de forthx
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 19/02/2021 à 14:59
On sacrifie toujours sa vie privé/ donnée perso pour un "bien" (quoi ? facebook n'est pas un bien ?) La différence notable pour moi, c'est quant ça devient obligatoire !
Heureusement on y est pas encore.

Mais je voulais ici répondre a el_slapper : on peu vivre sans smartphone. Je l'ai abandonné il y a 3 ans. Ça se passe bien. Par contre sans téléphone, j'imagine que c'est délicat
(problèmes en particulier lorsque les authentifications passent par SMS).

Je sais que je représente une minorité (un peu plus de 20% en 2019 selon l'arcep).
Tout de même, si on prend en compte l'age, il est probable que ce soit les tranches les plus sensible a la maladie qui ne sont pas équipés.
Mais étonnement, je n'ai jamais entendu cette constatation dans nos bienveillants médias !

PS : pour l'age, je n'ai pas pu vérifier mes sources : https://fr.statista.com/statistiques...ar-age-france/
3  0