IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon, Apple, Google ou Microsoft : qui possède le magasin d'applications le plus couronné de succès ?
La réponse pourrait varier d'un critère à l'autre

Le , par Stéphane le calme

199PARTAGES

5  0 
Si vous souhaitez télécharger une application sur votre téléphone, il y a de fortes chances que vous optiez soit pour le Google Play Store, soit pour l'App Store d'Apple en fonction du système d'exploitation sur lequel tourne votre dispositif (Android ou iOS). Si nous supprimons cette barrière de l'équation et tentions de comparer les magasins d'applications, tous OS confondus (desktop ou mobile) qui possède le magasin d'applications le plus couronné de succès ?

Nombre d'applications

Si nous faisons appel au critère du nombre d'applications, le grand vainqueur serait sans doute le Google Play Store. Lancé en 2008, Play Store était une réponse directe à l'App Store d'Apple, mis sur le marché quelques mois plus tôt. Il sert de magasin d'applications officiel pour le système d'exploitation Android, permettant aux utilisateurs de parcourir et de télécharger des applications mobiles et des jeux développés avec le kit de développement logiciel (SDK) Android.

Notons que le nombre exact d'applications disponibles sur cette plateforme est tributaire de la méthodologie (par exemple le baromètre 42 Matters en a recensé 3,42 millions, contre 2,87 millions pour Statista ; 42 Matters a fourni une mise à jour le 3 décembre tandis que la dernière mesure de Statistita, qui propose des mesures trimestrielles, date du 27 octobre - un écart de quelques mois qui pourraient donc expliquer la grande différence). Néanmoins, les différents baromètres s'accordent à placer Google en tête en termes de nombre d'applications disponibles.

L'App Store viendrait en seconde position. En 2008, Apple a lancé l'App Store et la vision du futur de Steve Jobs est devenue réalité. Suite au succès du magasin de musique numérique iTunes, l'App Store d'Apple est devenu l'un des premiers marchés mondiaux d'applications mobiles à succès. Aujourd'hui, il connecte des millions d'utilisateurs d'appareils iOS à des millions d'applications mobiles et de jeux de développeurs et d'éditeurs du monde entier. Là encore, les chiffres varient selon les baromètres, mais aussi les dates de mesures : 42 Matters parle de 1,73 million d'applications le 3 décembre 2020 tandis que Statista parle de 1,96 million d'applications en novembre 2020. Nous pouvons noter que la différence n'est pas aussi énorme que sur le cas de Google Play Store, peut-être à cause du fait que les dates sont plutôt proches.

Windows Store et Amazon seraient respectivement en troisième et quatrième position d'après Statista. Tencent est également un joueur notable dans ce jeu. L'entreprise technologique chinoise possède plus de 100 000 applications Android dans son propre magasin. Ces magasins sont de plus en plus nombreux, de sorte que la domination d'Apple et de Google pourrait bientôt être remise en question.


Argent généré

Cependant, se contenter de regarder le nombre d'applications disponible sur une vitrine d'applications ne donne pas une vue d'ensemble. Le montant d'argent généré par chaque app store est également très important. Même si Apple peut avoir beaucoup moins d'applications que le Play Store, les utilisateurs dépensent généralement plus d'argent sur l'App Store d'Apple et de loin.

App Store a généré à lui seul 458 milliards de dollars de ventes au cours de l’année écoulée dans des catégories telles que le covoiturage et la publicité, la vente au détail de biens matériels, des choses pour lesquelles le fabricant d’iPhone ne touche aucune commission. Sur ce montant, Apple a annoncé que seuls 61 milliards de dollars constituent des articles numériques dont la société pourrait recevoir une commission de 30 % (ou 15 % dans le cas d'abonnements de longue durée). Cela inclut la catégorie la plus importante, les jeux pour mobiles.

Cela dit, il y a aussi les achats d'applications, certains abonnements et les ventes unitaires d'applications payantes. Par la suite, 413 milliards de dollars provenaient de biens et services physiques. Cela comprend des logiciels de covoiturage, des applications pour la livraison de nourriture et des applications pour magasins de détail mobiles des entreprises Best Buy et Target. En outre, 45 milliards de dollars provenaient de la publicité dans l'App Store. Dans l’étude, Apple a déclaré qu’il ne reçoit aucune commission sur ces diverses catégories d’articles.

Au troisième trimestre 2020, l'App Store a gagné 19 milliards de dollars. Le Play Store, pour sa part, n'a réussi à gagner qu'environ 10 milliards de dollars. C'est toujours un nombre impressionnant, mais cela indique clairement que Google ne monétise pas ses applications aussi efficacement qu'Apple. Faire plus avec moins est un signe clair de supériorité, du moins à certains égards.

Nombre de téléchargements

L'autre élément que l'on pourrait observer est le nombre de téléchargements. La pandémie de coronavirus et les mesures de confinement qui en ont découlé ont poussé en masse les internautes vers les magasins d’applications. D’après App Annie, spécialiste des données appliquées aux app stores, le nombre de téléchargements a grimpé en flèche au cours du deuxième trimestre 2020.

Que ce soit côté Android ou iOS, la tendance est clairement à la hausse par rapport à la même période l’an dernier. Depuis mars 2020, les statistiques permettent déjà d’envisager une année record dans le domaine. En cumulé, les mobinautes ont passé plus de 1,6 trillion d’heures sur leur smartphone dans la première moitié de l’année.

Selon le rapport d'App Annie, au troisième trimestre les consommateurs ont téléchargé 33 milliards de nouvelles applications dans le monde et ont dépensé un montant record de 28 milliards de dollars en applications, soit une augmentation de 20 % d'une année sur l'autre. Ils ont également passé plus de 180 milliards d'heures collectives chaque mois de juillet, août et septembre 2020 à utiliser des applications, soit une augmentation de 25 % d'une année sur l'autre.

Les téléchargements de Google Play ont augmenté de 10 % d'une année sur l'autre, représentant près de 25 milliards des 33 milliards de nouveaux téléchargements du total, tandis que iOS a représenté près de 9 milliards de téléchargements, soit une augmentation de 20 % d'une année sur l'autre.


Autres critères

Bien entendu, ce ne sont pas les seuls critères qui peuvent être pris en compte. En fonction des perspectives, certains pourraient s'intéresser à la qualité des applications disponibles, d'autres à l'écosystème développeurs (outils proposés à diverses fins, rémunération, etc.) et bien d'autres.

Les déboires d'App Store

Si sur Android Google permet à des vitrines tierces de téléchargement de coexister avec son Play Store, ce n'est pas le cas sur iOS. Une situation critiquée par des éditeurs comme Epic Games qui n'a pas hésité à provoquer Apple pour se lancer dans une bataille juridique au sujet de Fortnite tandis qu'Apple est sous les feux des projecteurs de la commission antitrust américaine pour abus de position dominante.

En fait, le 13 août dernier, Epic publiait une mise à jour de Fortnite sur iOS et sur Android intégrant un système de paiement in-app qu’il a conçu lui-même pour outrepasser le système de paiement d’Apple et de Google qui prélève 30 % de commissions sur tout achat dans les applications. Résultat, Apple a immédiatement retiré Fortnite de l’App Store et a ensuite porté d’autres menaces contre le créateur de jeux.

Epic reproche deux choses à Apple : la commission de 30 % pour les achats in-app que l'éditeur estime injustifiée et le fait de ne pas permettre la création d'un store alternatif sur iOS. L'éditeur a d'ailleurs fait valoir devant les tribunaux son intention d'en proposer un :

« Epic est idéalement situé pour contester les restrictions d'Apple. Epic est un concurrent direct potentiel d'Apple sur les marchés concernés, prêt à offrir une distribution d'applications compétitive et un traitement de paiement compétitif sur iOS. Epic a démontré sa disponibilité en offrant une alternative compétitive au traitement des paiements d'Apple, en donnant le choix aux consommateurs et en offrant l'avantage de prix plus bas aux utilisateurs qui l'ont choisi plutôt que l'offre d'Apple. Pour permettre à Epic de relever ce défi sans subir de préjudice irréparable des représailles d'Apple entre-temps, Epic demande respectueusement à la Cour de faire droit à sa requête en injonction préliminaire pour empêcher Apple de poursuivre ses représailles et pour annuler les représailles d'Apple à ce jour ».

Plus loin, l'éditeur rappelle qu'il ne demande pas à Apple de proposer gratuitement ses services de distribution et de traitement :

« Sur le marché de la distribution d'applications, sans les restrictions d'Apple, les développeurs auraient le choix de la façon de distribuer leurs applications iOS, les consommateurs auraient le choix de la manière de les obtenir et l'App Store d'Apple devrait rivaliser en offrant une meilleure qualité et/ou prix plus bas. D'autres systèmes d'exploitation performants, comme Windows de Microsoft ou macOS d'Apple, offrent un tel choix aux consommateurs et aux développeurs. De même, sur le marché du traitement des paiements via les applications, mais pour les restrictions d'Apple, les développeurs d'applications iOS proposant des achats intégrés de contenu numérique pouvaient choisir le processeur à utiliser, comme ils le font lorsque leurs applications vendent des biens physiques aux utilisateurs iOS. Au lieu de cela, Apple interdit absolument toute concurrence sur l'un ou l'autre marché, laissant Apple libre d'imposer des conditions de distribution et de traitement sans contrôle par les forces de la concurrence.

« Pour être clair, Epic ne cherche pas à forcer Apple à fournir des services de distribution et de traitement gratuitement, et Epic ne cherche pas non plus à profiter des services d'Apple sans les payer. Ce qu’Epic souhaite, c’est la liberté de ne pas utiliser l’App Store d’Apple ou IAP, mais plutôt d’utiliser et d’offrir des services concurrents ».

Sources : 42 Matters, Statista, App Annie

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Quels critères utiliseriez-vous pour déterminer les magasins d'applications les plus couronnés de succès ?
Quel(s) magasin(s) d'applications avez-vous déjà utilisé ? Qu'en avez-vous pensé ?
Avez-vous déjà développé pour un magasin d'applications ? Si oui, lequel ?
Quelle lecture faites-vous de ces statistiques ?

Voir aussi :

Apple et Amazon ont décidé de ne pas s'engager dans l'initiative française non contraignante visant à définir des principes comme la contribution équitable des impôts et la protection des données
Apple va de l'avant avec son plan visant à limiter le suivi « effrayant » des utilisateurs sur iOS, mais la rhétorique de vie privée d'Apple est en réalité « une question de profit », selon Facebook
Apple écope d'une amende de 12 millions de dollars de la part de l'autorité italienne de la concurrence pour avoir fait de fausses allégations sur la résistance à l'eau de l'iPhone
La décision d'Epic de contourner les politiques de l'App Store d'Apple était malhonnête, selon un juge américain

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !