Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La décision d'Epic de contourner les politiques de l'App Store d'Apple était malhonnête,
Selon un juge américain

Le , par Bill Fassinou

94PARTAGES

14  0 
La tournure des événements montre que le bras de fer en Apple et Epic annonce un long et difficile procès à venir, une bataille judiciaire qui pourrait remodeler le modèle économique des boutiques d’applications mobiles. Au cours de l’audience de ce lundi, la juge Yvonne Gonzalez Rogers a entendu les arguments sur la demande d'Epic pour une injonction temporaire dans son affaire contre Apple. Elle a critiqué la décision d’Epic de rompre son contrat avec le fabricant d’iPhone, avant d’inviter les deux parties à porter leur différend antitrust devant un jury.

Le 13 août dernier, Epic publiait une mise à jour de Fortnite sur iOS et sur Android intégrant un système de paiement in-app qu’il a conçu lui-même pour outrepasser le système de paiement d’Apple et de Google qui prélève instantanément 30 % de commissions sur tout achat dans les applications. Résultat, Apple a immédiatement retiré Fortnite de l’App Store et a ensuite porté d’autres menaces contre le créateur de jeux. Ces agissements d’Epic et d’Apple ont entraîné ces deux géants dans une bataille juridique depuis le mois d’août, et l’affaire pourrait durer longtemps.

En effet, Epic cherche à obtenir une ordonnance judiciaire temporaire qui obligerait Apple à débloquer Fortnite sur l’App Store, le point principal de l'audience du lundi. Mais après qu’Epic a fait part de ses arguments au juge Rogers, celle-ci a exprimé son scepticisme quant à ces derniers, et en particulier son affirmation selon laquelle il ne constituait pas une menace pour la sécurité d'Apple, car il s'agit d'une société et d'un partenaire bien établi. Il semblerait qu’elle considère qu’Epic a rompu son contrat en tout état de cause et donc qu’il est normal qu’il en subisse les conséquences.

« Epic savait qu'il violait son contrat avec Apple lorsqu'il a publié la mise à jour, mais il l'a quand même fait », a déclaré Rogers, accusant la société de malhonnêteté. « Vous avez fait une chose, vous avez menti par omission, par manque de franchise. C'est la question de sécurité. C'est la question de sécurité ! », a lancé Rogers à Epic, selon un rapport de CNN Business. « Il y a beaucoup de gens dans le public qui vous considèrent comme des héros pour ce que vous avez fait, mais ce n'est toujours pas honnête », a ajouté Rogers. Selon le rapport publié par CNN Business, l’audience s’est déroulée sur Zoom et aura duré environ trois heures.


Mais pendant cette période, il s’avère qu’aucune des questions en suspens dans le procès antitrust en cours d’Epic Games contre Apple n’a été réglée, y compris celle du retour de Fortnite sur l’App Store. À ce propos, le New York Times a rapporté qu’une décision sur ce sujet était attendue dans les prochains jours. De son côté, Apple a justifié les politiques de l'App Store en partie comme un moyen de protéger les utilisateurs contre les risques de sécurité et les logiciels malveillants. Cela dit, l’on a un peu de mal à lier les 30 % de commissions à une initiative de protection de la vie privée.

Les avocats d'Epic ont tous reconnu que la société a violé son accord avec Apple, mais ont affirmé qu'Epic refusait tout simplement de se conformer à un contrat anticoncurrentiel, et que forcer une bataille juridique faisait partie du plan d'Epic. « Quand vous vous attaquez à la plus grande société du monde, et que vous l'attaquez là où vous savez qu'elle va riposter, vous n’allez pas vous allonger dans la rue pour mourir. Vous planifiez très soigneusement la façon dont vous allez réagir », a déclaré lundi Katherine Forrest, l’un des avocats d’Epic Games.

Epic est ferme sur sa position depuis le début de l’affaire, alléguant que le fabricant d’iPhone, par le biais de ses règles de développement, abuse de son emprise sur l'App Store pour nuire à l'innovation, à la concurrence et aux consommateurs sur le marché des ventes d'applications iOS. Selon lui, des dizaines d’utilisateurs de l’iOS ont été lésés par ce qu’il a décrit comme une décision de représailles d'Apple visant à retirer Fortnite de l'App Store. « La décision démontre le contrôle à toute épreuve d'Apple et le maintien d'un monopole illégal », a soutenu Epic.

Epic voit également le système propriétaire de paiement in-app d’Apple tel un système de vente liée illégale. Mais d’après le juge Rogers, il n’y a pas de vente liée avec le système de paiement intégré de la marque à la pomme. « Je ne suis pas particulièrement convaincue », a-t-elle déclaré à propos du mécanisme de paiement au moyen du système proposé par Apple. « Je ne vois simplement pas cela comme un produit séparé et distinct ». Rogers n’a pas non plus retenu l'argument d'Epic disant qu’Apple a porté préjudice à la distribution de Fortnite en raison du contrôle exclusif d'Apple sur son magasin d’applications.

Elle a brandi l’argument selon lequel les joueurs de Fortnite sur iOS ont une variété de choix afin d’accéder au jeu même s'il n'est plus disponible l’App Store. « Les jardins clos existent depuis des décennies », a -t-elle déclaré. « Nintendo a eu un jardin clos. Sony a eu un jardin clos. Microsoft a eu un jardin clos. Ce qu’Apple fait n'est pas très différent. Il est difficile d'ignorer l'économie de l'industrie, et c'est ce que vous me demandez de faire », a ajouté Rogers. Pour sa part, Apple a allégué qu’Epic a de grandes ambitions et qu’il veut inciter les gens à voir Apple différemment.

Les avocats du fabricant d’iPhone ont en effet allégué que Tim Sweeney, PDG d’Epic Games, tente de mener une révolte de développeurs qui coupe au cœur du modèle économique d'Apple. « Sweeney essaie d'être le joueur de flûte des autres développeurs », a déclaré Ted Boutrous, un des avocats d’Apple. Il a ajouté qu'Epic veut que les autres aussi « trichent, violent leur accord et introduisent en douce des logiciels pour contourner l'examen de l'application ». « Une conclusion en faveur d'Epic serait un feu vert pour d'autres entreprises et ce serait très dangereux », a-t-il soutenu.

L'affaire entre Epic et Apple est considérée comme un procès qui pourrait faire date, un procès qui teste les frontières du droit antitrust, a déclaré la juge Rogers. Elle n'a pas donné de délai pour une décision sur l'injonction. Elle a également déclaré qu'étant donné son calendrier, l'affaire ne devrait pas être jugée avant juillet 2021. Enfin, elle a déclaré qu’elle préférerait que l'affaire soit jugée devant un jury. « Je sais que je ne suis qu'un tremplin pour vous tous », a-t-elle déclaré lundi.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Apple retire Fortnite de l'App Store après qu'Epic ait tenté de contourner les frais de commissions lors de paiements in-app, Epic traduit Apple en justice pour pratiques anticoncurrentielles

Fortnite se divise en « deux jeux différents » en raison de la bataille légale entre Epic et Apple. La saison 4 du chapitre 2 sur Android, Xbox, PC et la précédente sur iPhone, iPad et Mac

Apple indique à la Cour qu'Epic met en danger tout le modèle économique de l'App Store avec sa demande d'injonction dans laquelle l'éditeur sollicite le retour de Fortnite sur la vitrine iOS

Epic demande à la Cour d'obliger Apple à rétablir Fortnite sur l'App Store. Notant une diminution de 60 % des joueurs sur iOS, l'éditeur se dit prêt à lancer une vitrine de téléchargement concurrente

Apple menace de révoquer l'accès aux outils de développement iOS et macOS d'Epic, en représailles pour avoir introduit une nouvelle option de paiement dans Fortnite

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/10/2020 à 10:22
Apple est toujours dans le rapport de force.
j'ai apprit il y a quelques jours que Apple forçait firefox a utiliser Webkit au lieu de leur propre moteur sous peine de ce voir bannir d'ios.

et après Apple ce défend d'être équitable sur tous les tableaux.
7  1 
Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/10/2020 à 13:44
Le boulot d'un juge n'est pas de décider de ce qui est bien ou mal en fonction de ses opinions personnelles, c'est de juger ce qui est en dedans ou en dehors de la loi. Epic a violé les conditions d'utilisation signées sur la plateforme, c'est une rupture de contrat et donc illégal. Si ils jugeaient les clauses du contrat abusives, c'était à eux de poursuivre Apple plutôt que de violer les conditions afin de se faire bannir pour passer martyr.

Mais tout cela ne répond toujours pas à la question la plus importante : pourquoi jouer à Fortnite, qui plus est sur mobile ? Il s'agit de l'un des plus mauvais jeux que j'ai essayé de toute ma vie et il y en a a eu beaucoup
5  1 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 11/10/2020 à 2:30
Citation Envoyé par Markand Voir le message
Honnêtement j'ai du mal à comprendre ce que signifie «*bloquer Unreal Engine*». On parle d'un logiciel, on a pas besoin de compte développeur Apple pour développer un logiciel sur mac ni même pour le distribuer. C'est seulement nécessaire pour diffuser sur l'app store.
C'est pas très compliqué, ça veut dire refuser de valider sur l'AppStore les applications qui utilisent l'Unreal Engine, ce qui de fait revient a les interdire sur iPhone et iPad.
4  0 
Avatar de loulnux
Membre actif https://www.developpez.com
Le 16/10/2020 à 8:46
En effet les otages se comptent par millions et ma question aurait l'air de condamner Epic, en l’occurrence, il s'agit d'Apple il s'agit là d'une manifestation de ce qui à valu en d'autres temps à Microsoft d'être condamné en donnant à l'époque un coup de pouce à Apple moribonde, d'un abus de position dominante.
A priori l'état américain est entrain de se pencher sérieusement sur la question et c'est une très bonne chose car il n'est plus possible que des entreprises disposant en cash-flow de l'équivalent de la moitié du PIB d'un continent tout en rendant quasi exponentielle la possibilité d'augmenter ses revenus par de telles pratiques qui sont assimilables à certaines pratiques de la mafia ou de l'usure.
De plus cette position obtenue de la part d'une société sois-disant "innovatrice" n'attire que la spéculation et non les investissements.
4  0 
Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/10/2020 à 20:32
Qu'en pensez-vous ?

Que la juge, au vu de ses déclarations, estime le principe de monopole comme normale puisque généralisé.
Partant de là, ont peut en déduire qu'Apple sera victorieux.

Dans un pays de droit, comment une juge peut elle ignorer la loi même de son pays au motif que ce sont des pratiques usuelles ?
Ne devrait elle pas plutôt demander une enquête au sénat ou bien à la cour suprême ?

P.S. : Voler un voleur peut-il réellement être considéré comme du vole ?
6  3 
Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 11/10/2020 à 1:47
« Nos clients dépendent du fait que l'App Store soit un endroit sûr et fiable où tous les développeurs suivent le même ensemble de règles », a déclaré un porte-parole d'Apple.

Apple ment car Apple n'est pas empêchée par les règles opaques de l'App Store, Apple a même une très nette tendance à adapter les règles de l'App Store à ses besoins propres, et aux dépens de la concurrence.
3  0 
Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 03/10/2020 à 18:15
Il faudrait probablement que les juges déclarent le type de smartphone qu'ils utilisent et leur connaissance sur les modèles concurrents ; les aficionados de l'un ayant généralement, sinon du mépris, peu d'intérêt pour l'autre.
3  1 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 04/10/2020 à 8:17
P.S. : Voler un voleur peut-il réellement être considéré comme du vole ?
Aux yeux de la loi, oui.

Epic voit également le système propriétaire de paiement in-app d’Apple tel un système de vente liée illégale. Mais d’après le juge Rogers, il n’y a pas de vente liée avec le système de paiement intégré de la marque à la pomme.
c.f. mon post précédent, c'est comme ça que j’interprétai la loi. Après c'est une première instance et je suppose que c'est une procédure équivalente à un référé, donc pas vraiment un jugement de fond pour le moment.
2  0 
Avatar de intelligide
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 10/10/2020 à 21:28
Unreal n'est pas une bibliothèque, mais un moteur de jeu. Certes, pour compiler Unreal, il n'y a pas besoin de compte, mais pour certains outils, Unreal a besoin de compte développeur (Notamment pour la signature)
2  0 
Avatar de Kannagi
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 11/10/2020 à 10:02
Citation Envoyé par Markand Voir le message
Par exemple, j'utilise la bibliothèque SDL 2, elle est fournie sous forme binaire et source par les développeurs de la bibliothèque, comment voudriez vous «*bloquer*» cette bibliothèque*? J'ai du mal à comprendre.
C'est assez facile à savoir ça , ton binaire à forcément un link sur une bibliothèque , par exemple sur Linux tu as la commande ldd qui indique les dépendances d'une appli (par exemple la SLD2).
Comme dit Uther assez simple de bloquer les programme sur leur store qui utilise UE4 (il suffit de voir les dépendances).
2  0