IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Parlement européen vote le "droit de réparation" afin de soutenir la réparation des téléphones,
Tablettes et des ordinateurs portables

Le , par Bill Fassinou

192PARTAGES

3  0 
Les consommateurs européens peuvent maintenant pousser un ouf de soulagement quant à la réparation de leurs appareils électroniques, car il existe désormais au sein de l'union un droit "plus strict" en la matière. Mercredi, dans un geste historique, le Parlement européen a voté pour soutenir le droit des consommateurs à la réparation. La résolution sur "un marché unique et plus durable" a été adoptée avec 395 voix pour, 94 voix contre et 207 abstentions. Cela représente une étape dans les objectifs de l'UE visant à prolonger la durée de vie des appareils et à réduire les déchets électroniques durant cette décennie.

Depuis l'avènement des appareils numériques "intelligents", la réparation devient de plus en plus difficile d'année en année, certaines entreprises, comme le fabricant de l'iPhone Apple, établissant des politiques très strictes vis-à-vis des ateliers indépendants de réparation. Cela soutient les calendriers de production des fabricants qui proposent plusieurs nouvelles variantes de leurs produits chaque année, obligeant les consommateurs à changer leurs appareils à un rythme élevé, ce qui augmente le chiffre d'affaires annuel de ces entreprises.

En fait, Apple, comme plusieurs fabricants majeurs, ne fournit pas des pièces d'origine ou un manuel de réparation à des tiers qu’il n’a pas agréés. Pour justifier cet arrangement, l'entreprise assure qu’il s’agit là de la seule façon de garantir un travail de réparation de haute qualité et de garder les hackers loin du logiciel exclusif qui fait marcher ses produits. Et même si ce dernier dispose d'un "Programme de réparations indépendantes", ce contrat s'avère être contraignant pour les ateliers indépendants, Apple se réservant le droit de faire un audit de ces ateliers de réparation.

Supprimer les obstacles qui empêchent la réparation, la revente et la réutilisation

Cette année, l'UE a réitéré ses ambitions de créer un marché plus permissif à la réparation afin d'aider les consommateurs à prolonger la durée de vie des appareils et réduire les déchets électroniques. Autrement dit, le Parlement européen veut stimuler la durabilité en encourageant la réutilisation et les réparations et en s'attaquant aux pratiques qui raccourcissent la durée de vie des produits. Pour ce faire, la Commission européenne avait annoncé en début d'année de nouvelles règles sur le "droit de réparation" pour les téléphones, tablettes et ordinateurs portables d'ici 2021.


Dans une note publiée hier sur son site, le Parlement a rappelé que les députés demandent à la Commission d'accorder aux consommateurs un "droit de réparation" en rendant les réparations plus attrayantes, systématiques et rentables, que ce soit en étendant les garanties, en offrant des garanties pour les pièces remplacées ou en améliorant l'accès aux informations sur la réparation et l'entretien. Ils soutiennent également les marchés des biens d'occasion, appellent à des mesures visant à lutter contre les pratiques qui raccourcissent la durée de vie d'un produit, et approuvent la production durable.

Les députés réitèrent également leur demande d'un système de charge commun pour réduire les déchets électroniques et souhaitent que les produits soient étiquetés en fonction de leur durabilité (par exemple, un compteur d'utilisation et des informations claires sur la durée de vie estimée d'un produit). « Pour encourager les entreprises et les consommateurs à faire des choix durables, les députés européens préconisent des marchés publics plus durables ainsi qu'un marketing et une publicité responsables », a écrit le Parlement.

« Par exemple, lorsque des allégations écologiques sont faites dans les publicités, des critères communs devraient être appliqués pour soutenir une telle allégation, comme pour l'obtention des certifications de l'écolabel. La résolution demande également de renforcer le rôle du label écologique de l'UE afin qu'il soit davantage utilisé par l'industrie et de sensibiliser les consommateurs », lit-on dans la note. En outre, elle plaide également pour une plus grande disponibilité des instructions de réparation et des pièces détachées, tant pour les ateliers de réparation indépendants que pour les consommateurs individuels.

Enfin, le texte adopté propose de nouvelles règles pour la gestion des déchets et la suppression des obstacles juridiques qui empêchent la réparation, la revente et la réutilisation. Le marché des matières premières secondaires en bénéficiera également. Après l'étape du Parlement, c'est-à-dire le vote d'hier, la balle est désormais dans le camp de la Commission pour « développer et introduire un étiquetage obligatoire, afin de fournir aux consommateurs des informations claires, immédiatement visibles et faciles à comprendre sur la durée de vie estimée et la réparabilité d'un produit au moment de l'achat ».

L'adoption de ce règlement réjouie et l'on espère qu'il sera vite mis en œuvre

« En adoptant ce règlement, le Parlement européen a envoyé un message clair : l'harmonisation de l'étiquetage obligatoire indiquant la durabilité et la lutte contre l'obsolescence prématurée au niveau de l'UE sont la voie à suivre », a déclaré David Cormand, député européen français. Selon un rapport de iFixit, une plateforme en ligne soutenant le modèle de l'économie circulaire et proposant des détails sur les étapes pour la réparation de matériels électroniques et l'électroménager ou automobile, Ugo Vallauri, cofondateur du projet Restart et membre fondateur de la campagne européenne pour le droit à la réparation, était en liesse.


« Nous espérons que cela se traduira par une action rapide pour mettre en place un indice de score de réparabilité obligatoire pour tous les produits électriques et électroniques vendus dans l'UE, afin d'aider les consommateurs à faire leurs achats en toute confiance », a-t-il déclaré à iFixit. À ce propos, l'on estime qu'il faudra certainement encore du temps avant que la Commission européenne n'établisse les règles proprement dites et il faudra probablement répondre à de nombreuses questions sur la forme que prendront ces règles finales, notamment en ce qui concerne l'étiquetage des produits.

Toutefois, si la Commission atteint son objectif initial de 2021, l'on pourrait être à la veille de règles pratiques dans un avenir proche. Par ailleurs, les consommateurs européens seront également certainement contents de la nouvelle, car selon un récent sondage de l'UE, une grande majorité s'est montrée favorable à une réparation plutôt qu'à un remplacement de leurs appareils. En effet, 77 % d'entre eux préféreraient réparer leurs appareils plutôt que de les remplacer et 79 % pensent que les fabricants devraient être légalement tenus de faciliter la réparation des appareils numériques ou le remplacement de leurs différentes pièces.

« C'est une grande victoire pour les consommateurs de toute l'Europe. Ce vote déclenchera une vague de nouvelles politiques favorables à la réparation, depuis les scores de réparation au détail jusqu'à la divulgation de la longévité des produits », a déclaré Matthias Huisken, directeur de la campagne iFixit Europe. « Ce vote montre que les mesures en faveur du droit à la réparation sont soutenues par les sondages d'opinion, mais aussi par le Parlement européen. La Commission européenne doit maintenant profiter de cet élan et avancer rapidement en 2021 sur un score de réparabilité à l'échelle européenne pour tous les appareils électroniques et des règles de réparabilité pour les ordinateurs », a déclaré Chloe Mikolajczak, militante européenne du droit à la réparation.

Sources : Parlement européen, iFixit

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
En tant que consommateur, quel est votre sentiment par rapport à l'action de l'UE ?
Selon vous, que représente cette loi pour les fabricants ? En quoi cela va-t-il les impacter ?

Voir aussi

Droit à la réparation : Apple remporte son combat contre le propriétaire d'un atelier indépendant de réparation, après trois ans de bataille juridique

Avec son Programme de Réparations indépendantes, Apple se réserve le droit de faire un audit des ateliers de réparation et demander le nom et l'adresse des clients

Un nouveau logiciel propriétaire d'Apple empêche la réparation des iMac Pro et MacBook Pro 2018 par des ateliers indépendants

L'UE adopte des lois qui obligent les fabricants à rendre certains appareils plus faciles à réparer et plus durables à partir de 2021

Les législateurs européens proposent un "Fair Repair Act" pour les mobiles et les ordinateurs portables, qui obligerait les entreprises technologiques à repenser la conception de ces appareils

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jesus63
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 26/11/2020 à 10:40
C'est un petit boulon pour le consommateur, mais un grand bien pour les réparateurs indépendants.

Sachez, pour ceux qui ne s'y intéressent pas d'habitude, qu'Apple avait la fâcheuse tendance à faire pression sur les réparateurs indépendants. Ils essayaient de renflouer les caisses de leurs Genius(es) Bar(s), en bridant l'accès au hardware Apple disponible uniquement chez certains fournisseurs, ils poursuivent les réparateurs pour que les iPhones réparés ne soient plus reconnus comme des iPhones, malgré le fait qu'ils ne soient pas vendus comme tels (Le logo de la marque étant masqué, par exemple).

J'invite les intéressés à consulter la chaîne Youtube de Louis Rossmann, qui pour moi reste une référence en matière de réparation indépendante de matériel Apple. Il a été appelé comme témoin sur le procès mentionné dans le lien ci-dessus, et il démontre régulièrement les pratiques abusives des Genius(es) Bar(s); En général, le verdict est le même "C'est cassé, il y a eu de l'eau, la garantie ne couvre pas et il faut racheter car les pièces couteraient plus cher", ce qui, en plus d'être faux car les pièces sont peu chères, est un moyen d'extorquer le double d'argent par produit vendu.

Je reste sidéré que des gens cautionnent encore ce genre de pratiques en achetant des produits Apple, et ce même en 2020 où ces pratiques sont supposément connues du grand public... Je l'espère.

Enfin, c'est pas souvent qu'on dit ça, donc pour cette loi, hip hip hip, hourra.

Edit: Voici quelques exemples d'arnaques de Genius Bar:
- Exactement l'exemple que j'ai donné plus haut
- Même exemple sur un jeune américain
5  0 
Avatar de chinagirl
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 28/11/2020 à 18:59
C'est un peu "off topic" mais bon quand même, l'UE veut nous faire croire qu'elle sert à quelque chose et "en même temps" a acheté pour un milliard (coût pour les Français : 200 millions) de Remdesivir qui est maintenant fortement déconseillé d'usage par l'OMS. Ces doses peuvent donc être mises directement à la poubelle en ayant fait le bonheur de Gilead. L'UE est dans un état de corruption généralisé alors franchement les histoires de téléphone, c'est pour amuser la galerie.
0  0