Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'application mobile de la campagne Trump 2020 a recueilli les données intimes de ses partisans,
Et a même suivi leur localisation

Le , par Bill Fassinou

68PARTAGES

5  0 
Le nom de Donal Trump se retrouve de nouveau mêlé à un scandale de collecte de données personnelles. Un rapport d'Associeted Press (AP) mardi a révélé que l'application mobile utilisée par Donald Trump pour sa campagne présidentielle a permis au personnel de suivre les mouvements et de collecter les données personnelles de ses milliers de partisans. L'application aurait également donné au personnel un accès intime à leurs réseaux sociaux.

Donald Trump n'a certainement pas oublié les scandales liés à la collecte d'informations personnelles d'électeurs américains qui l'ont éclaboussé après 2016. Le plus connu d'entre eux étant le scandale de Cambridge Analytca où l'entreprise britannique avait profilé des dizaines de millions de profils Facebook d'Américains. En 2016, la société avait payé quelques chercheurs pour servir des questionnaires Facebook à des milliers d'utilisateurs de Facebook, et utilisé un cache de 87 millions de profils Facebook pour motiver certains électeurs peu probables et en supprimer d'autres.

La campagne Trump 2020 aurait procédé à une collecte massive des données de ses partisans

Cette fois, c'est une start-up américaine du nom de Phunware Inc., basée à Austin au Texas, qui a contribué à la campagne présidentielle de Trump et serait ainsi à l'origine de la collecte des données des électeurs américains. Phunware est une société d'applications mobiles d'entreprise et a construit un outil pour propulser le mouvement de masse de Trump lors de sa campagne de réélection. Des entretiens avec d'anciens employés, des dépôts financiers et des documents judiciaires ont révélé que la société est en détresse financière et a été soutenue à des moments clés par l'administration Trump et la campagne du président.

Selon le rapport d'Associeted Press, les actions de Phunware se négocient en cents. Il a récemment accepté de payer 4,5 millions de dollars dans le cadre d'un règlement à l'amiable pour des allégations de publicité frauduleuse et a risqué, au début de l'année, d'être radié de la cote du Nasdaq. En avril, la société a obtenu un prêt de 2,9 millions de dollars au titre de la loi sur l'aide, le secours et la sécurité économique contre les coronavirus, alors qu'elle mettait au point l'application de la campagne Trump.


Les observateurs de la campagne et les anciens employés s'étonnent de voir comment une start-up en difficulté, connue pour ses applications destinées aux hôpitaux et à un astrologue de Manhattan, est devenue un élément essentiel de la campagne de réélection de Trump, facilitant ainsi la collecte de données et de fonds qui a permis à l'entreprise de survivre financièrement. Et même après que les principaux médias aient annoncé l'élection de son adversaire démocrate Joe Biden, l'application a continué à diffuser du contenu soutenant la candidature de Trump.

Tout d'abord, l'application permet à l'équipe de Trump de communiquer directement avec les 2,8 millions de personnes qui l'ont téléchargée, soit plus que toute autre application de la campagne présidentielle américaine, et, si elles en ont donné l'autorisation, avec leur liste de contacts complète également. Une fois installée, elle peut suivre leur comportement sur l'application et dans le monde physique, faire les gros titres, se synchroniser avec les opérations de textos de masse, vendre des marchandises MAGA (Make America Great Again), etc.

Elle permet également de collecter des fonds et d'enregistrer leur présence aux rassemblements du président, conformément à la politique de confidentialité et à l'interface utilisateur de l'application. Bien que la campagne se termine, les données numériques collectées par l'application peuvent être utilisées à de multiples fins. Cela pourrait permettre au personnel de la campagne Trump de collecter des fonds pour les futures entreprises politiques du président ou pour construire une audience pour un nouvel empire médiatique.

Dernièrement, après l'annonce de la victoire de Biden, l'application a continué à alimenter les propos de contestation de l'issu de l'élection de Trump. « Nous savons tous pourquoi Joe Biden se précipite pour se faire passer à tort pour le vainqueur, et pourquoi ses alliés médiatiques font tant d'efforts pour l'aider : ils ne veulent pas que la vérité soit dévoilée », peut-on lire dans une déclaration attribuée à Trump publiée au début de ce mois. « Je n'aurai pas de repos tant que le peuple américain n'aura pas eu le décompte honnête des votes qu'il mérite ».

La semaine dernière, l'application a publié un appel à la collecte de fonds, demandant des dons au nouveau fonds de défense des élections de Trump, qui enverra la plupart des fonds collectés à un nouveau comité d'action politique formé par Trump et appelé Save America. Ce PAC (political action committee - comité d'action politique) a peu de restrictions en matière de dépenses et pourrait payer des dépenses personnelles somptuaires ou donner de l'argent à d'autres candidats.

Il n'existe pas de loi régissant les données que peuvent collecter les campagnes présidentielles

Selon les propos d'Adav Noti, un ancien avocat de la Commission électorale fédérale qui travaille pour le centre juridique non partisan de la campagne, à ce jour, le Congrès et la FEC (Federal Election Commission) n'ont pas établi de règles régissant la manière dont les campagnes peuvent utiliser les données personnelles des personnes ni de limites sur le nombre d'entités auxquelles la campagne peut vendre sa liste. « Je suppose que ce qu'il va faire, c'est transférer les actifs de la campagne », a déclaré Noti.

« Vous pouvez certainement acheter les données et la campagne peut vous les vendre, la question la plus délicate est de savoir combien vous devez payer pour cela », a continué l'avocat. Un haut responsable de la campagne Trump a refusé de répondre aux questions concernant les utilisations futures possibles des données recueillies. « Les données sont la propriété de la campagne et sont limitées à ce qui est stocké sur leurs serveurs », a déclaré le responsable qui s'est exprimé sous le couvert de l'anonymat pour discuter des spécificités de la campagne.

De son côté, Phunware a également refusé de répondre aux questions concernant l'application, la situation financière de la société, sa culture interne et sa relation avec la campagne. « Phunware n'a absolument aucun rôle dans les processus constitutionnels liés aux élections américaines, à quelque niveau que ce soit ... et n'a également aucun rôle dans le contenu créé ou utilisé par nos clients, spécifique à notre logiciel mobile ou à notre plateforme de cloud d'entreprise pour les mobiles », a déclaré le PDG Alan Knitowski dans un courriel.


Cela dit, l'AP a pu obtenir des réponses autrement. En effet, ces dernières années, Phunware a connu une période financière difficile et s'est séparé de ses employés, clients et investisseurs. Dix d'entre eux ont accepté de parler à l'AP, certains sous couvert de l'anonymat, car ils avaient signé des accords de non-divulgation ou craignaient des représailles. Deux anciens employés ont déclaré que Knitowski a demandé aux ingénieurs d'intégrer un logiciel de suivi invisible pour suivre le comportement des utilisateurs dans chaque application qu'ils ont construite pour renforcer l'offre de Phunware aux campagnes.

« On nous a dit qu'ils devaient être présents dans chaque application pour collecter des informations pour tout ce que nous faisions, et la verticale politique était l'une de ces raisons », a déclaré un ancien employé. « Les informations étaient toujours disponibles même si le client disait qu'il n'en voulait pas ». Le PDG Alan Knitowski a refusé de commenter cette allégation. Un ancien directeur a déclaré qu'il s'efforçait de maintenir le logiciel hors des applications dont les clients n'en voulaient pas.

En outre, début 2019, après que Phunware a été rendu public (coté en bourses), d'anciens collègues ont déclaré que Knitowski avait commencé à parler de ses efforts pour faire campagne pour Trump. Selon un dossier de la SEC (Securities and Exchange Commission), en avril 2019, 15 % du personnel a été licencié en raison d'une restructuration organisationnelle et d'une réduction des coûts. En septembre de la même année, 18 % du personnel restant a été licencié après le départ du client Fox Networks Group, emportant avec lui un pourcentage important des ventes de Phunware.

Selon un ancien employé, cette année, les directeurs ont demandé aux ingénieurs du bureau de Phunware à Newport Beach s'ils voulaient travailler sur l'application Trump, et certains ingénieurs qui s'y sont opposés ont démissionné. Puis, en avril, alors que les cas de coronavirus ont explosé et que le confinement a fermé les portes de l'entreprise, Phunware a reçu un prêt de 2,9 millions de dollars du Programme de protection des chèques de paie de l'Administration américaine des petites entreprises, un fonds de secours que le Congrès a créé pour aider les petites entreprises à maintenir les travailleurs employés pendant la pandémie.

Phunware a nié que le favoritisme politique ait aidé Phunware à obtenir le prêt. Toutefois, il a refusé de rendre l'argent après que l'administration a exigé que les entreprises publiques qui ont reçu plus de 2 millions de dollars le rendent. Par ailleurs, comme la pandémie a maintenu de nombreux partisans chez eux, la campagne Trump a utilisé l'application pour acquérir de nouveaux utilisateurs à distance, et Phunware a vanté la façon dont l'application a été réoutillée pour soutenir des événements virtuels.

Selon le fournisseur de données en ligne Apptopia, près de 860 000 personnes ont téléchargé l'application Trump en juillet. Mi-novembre, 2,8 millions de personnes avaient téléchargé l'application Trump, dont le PDG d'Apptopia, Eliran Sapir, a estimé qu'elle pouvait donner à la campagne des centaines de millions de numéros de téléphone, lui permettant d'atteindre des personnes dont les numéros étaient stockés dans les listes de contacts de leurs amis, mais qui n'avaient jamais consenti à être contactées.

Un chercheur de l'université Carnegie Mellon a cependant estimé que le total serait plus proche de 27 millions en raison des numéros de téléphone dupliqués. À ce moment-là, l'application avait déjà jeté les bases d'un dernier mois coordonné, permettant aux responsables de la campagne de modeler le comportement des partisans en quarantaine et de les inciter à se présenter aux rassemblements.

« Pourquoi cette application est-elle si précieuse ? Parce que les gens aiment partager des messages avec leurs amis de la campagne et recevoir des nouvelles et des mises à jour », a déclaré le consultant républicain Eric Wilson. « Mais ce n'est pas seulement une ressource extractive. Elle permet également de générer des contacts et des échanges au nom de la campagne », a-t-il conclu.

Source : Assosiceted Press

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Les campagnes présidentielles devraient-elles recueillir les données personnelles des électeurs ?

Voir aussi

D'anciens experts en données de Facebook auraient dépensé 75 millions $ dans des publicités ciblées anti-Trump pour baisser sa cote de popularité et inciter les électeurs à aller voter

Scandale Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg comparaît devant le Parlement européen, voici l'essentiel de l'audience

La société mère de Cambridge Analytica plaide coupable d'avoir enfreint la loi britannique sur les données et reçoit une amende de 15 000 £

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jiji66
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 19/11/2020 à 14:36
Il me semble que "Face de Book" "Gouggle" "Micro Daube" et tants d'autres font cela depuis des lustres.... Est-ce une nouveauté de la part des applications du monde informatique ?
3  0