Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un nouveau robot à hamburger amélioré grâce à un logiciel d'apprentissage automatique débarque sur le marché
ROAR peut cuire 19 aliments différents et ses ventes explosent suite au COVID-19

Le , par Stéphane le calme

402PARTAGES

13  0 
Il y a trois ans et demi, un robot à hamburger nommé Flippy, qui a été fabriqué par Miso Robotics, a fait ses débuts au sein d'un fast food californien appelé CaliBurger. Désormais, Flippy est sur le marché pour tous ceux qui souhaitent acheter le leur, avec un prix de 30 000 $ et une gamme de nouvelles fonctionnalités (le bot burger a progressé bien au-delà du simple retournement de hamburgers).

Dans sa première itération, Flippy a utilisé un logiciel d'apprentissage automatique pour localiser et identifier les objets devant lui (plutôt que d'avoir besoin d'aligner des objets à des endroits spécifiques) et a pu apprendre de son expérience pour améliorer sa précision. Des capteurs situés sur le côté faisant face au gril ont capté des données thermiques et 3D pour évaluer le processus de cuisson de plusieurs galettes de viande à la fois, et des caméras ont permis au robot de « voir » son environnement.

Un système qui envoyait numériquement des billets à la cuisine depuis le comptoir du restaurant permettait à Flippy de savoir combien de hamburgers il devait cuisiner à un moment donné. Ses tâches principales consistaient à extraire des galettes de viande crue d’une pile et à les placer sur le grill, à suivre le temps de cuisson et la température de chaque hamburger, et à transférer les hamburgers cuits dans une assiette.

Le nouveau Flippy amélioré peut faire tout cela et plus encore. Il peut cuire 19 aliments différents, y compris des ailes de poulet, des rondelles d'oignon, des frites et bien d'autres.

Et au lieu que son corps soit assis sur un chariot sur roues (ce qui prenait beaucoup de place et signifiait que le bras du robot pouvait gêner les employés humains), il est maintenant attaché à un rail et peut se déplacer le long du rail pour accéder à la fois au grill et à la friteuse. En fait, Flippy a un nouvel acronyme attaché à son nom: ROAR, qui signifie Robot on a Rail.

Les capteurs équipés de laser rendent le travail plus sûr pour les employés humains à proximité de Flippy. Le robot peut basculer automatiquement entre différents outils, tels qu'une spatule pour retourner les galettes de viande et des pinces pour saisir la poignée d'un panier de friteuse. Son logiciel d'IA lui permettra d'acquérir de nouvelles compétences au fil du temps.


La première grande chaîne de restaurants à faire tapis sur Flippy a été White Castle, qui a annoncé en juillet son intention de tester Flippy ROAR avant la fin de l'année. Et le mois dernier, Miso a rendu le bot disponible sur le marché. Le coût actuel est de 30 000 $ (plus des frais mensuels de 1500 $ pour l'utilisation du logiciel), mais la société espère ramener le prix à 20 000 $ d'ici un an.


Dans un billet de blog, Miso Robotics rappelle que, comme de nombreux secteurs, l'industrie de la restauration a été touchée par la pandémie du COVID-19 et a été contrainte de réexaminer les opérations commerciales et les meilleures pratiques. Selon l'entreprise, grâce à l'adoption de technologies innovantes (comme l'automatisation robotique et l'intelligence artificielle) les restaurants peuvent construire une cuisine tournée vers l'avenir qui rassure les clients sur les meilleures normes en matière de préparation des aliments. La décision de White Castle de piloter Flippy dans la cuisine crée un moyen de réduire le contact humain avec les aliments pendant le processus de cuisson, réduisant ainsi le potentiel de transmission d'agents pathogènes alimentaires. L'entreprise estime que cette adoption apporte également de l'intelligence à la cuisson, en exploitant des capteurs, une surveillance intelligente et les besoins anticipés de la cuisine pour maintenir la température des aliments constante, ce qui garantit une qualité optimale et une bouchée parfaite pour les clients. Avec Flippy in the kitchen automatisant les tâches répétitives, chronophages et dangereuses comme la friture, les membres de l'équipe peuvent être redéployés vers des tâches davantage axées sur l'expérience client.

« White Castle est un innovateur de l'industrie et nous sommes très fiers de notre histoire - sans jamais oublier l'avenir à venir », a déclaré Lisa Ingram, chef de famille de 4e génération et PDG de White Castle. « Avec 100 ans de succès de service rapide, le moment n'a jamais été aussi parfait pour imaginer à quoi ressemblera le prochain siècle de White Castle et de l'industrie de la restauration. Miso Robotics a compris où nous pouvions nous améliorer et rester fidèles à la marque de goût, d'innovation et de restauration de premier ordre de White Castle. Une excellente expérience client et employé est dans notre ADN, et nous sommes ravis d'apporter le futur dans notre cuisine avec des solutions qui transformeront l'industrie et feront vivre l'expérience White Castle tout ce qu'elle peut être pour les générations à venir ».

Selon certains rapports, la demande pour le robot de restauration rapide a explosé, probablement suite à l'impulsion significative de la pandémie. Le rythme de l'automatisation s'est accéléré dans plusieurs secteurs et continuera probablement de s'accélérer à mesure que les entreprises chercheront à se prémunir contre des pertes supplémentaires.

Si la tendance est à l'adoption des robots, certains ont décidé de diminuer la cadence. C'est le cas de Walmart qui a décidé de mettre fin à son contrat avec la société de robotique derrière les machines qui parcouraient ses surfaces de vente et ont aidé à vérifier si les étagères étaient approvisionnées. L'entreprise a constaté qu'il était plus simple de faire vérifier l'inventaire par le personnel (en plus de s'inquiéter aussi de la réaction des acheteurs face aux robots). Le détaillant prévoyait d'utiliser des machines fabriquées par la société de robotique californienne Bossa Nova pour analyser les stocks dans les magasins et envoyer des alertes en temps réel au personnel sur les niveaux de stock, automatisant la tâche en réalisant en parallèle des économies.


Walmart a testé les robots dans 500 de ses 4700 magasins (un robot par magasin donc 500 robots) et prévoyait de faire des tests dans 500 autres, d’après les informations fournies par un porte-parole de la société au Wall Street Journal. Mais l’entreprise a décidé de mettre fin au contrat, indiquant au quotidien qu'il souhaitait se concentrer sur d'autres idées.

Des sources proches de la situation ont déclaré au Journal lundi que la société avait trouvé des moyens différents et parfois plus simples de vérifier les stocks. Dans le contexte de crise sanitaire, de plus en plus de gens ont passé des commandes en ligne, ce qui s’est traduit par une augmentation du nombre d’employés marchant dans les allées du magasin pour signaler les problèmes d'inventaire, selon les sources.

Mais le détaillant envisageait également d'autres moyens automatisés de vérifier les stocks, ont-ils déclaré.

Source : Miso Robotics, vidéo de présentation

Et vous ?

La pandémie de Covid-19 pourrait-elle multiplier les initiatives de ce genre ? Vers la course à l'automatisation ?

Voir aussi :

Un restaurant aux Pays-Bas fait appel à des robots serveurs comme moyen pour réduire les contacts interhumains et faire respecter la distance sociale

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de mh-cbon
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/11/2020 à 8:12
Citation Envoyé par BenoitM Voir le message
1)
4) Faut arrêter de voir la plus value de l'homme comme étant d'avoir un travail débile...
1/ On peut s'interroger, ou plutot, peut on encore s'interroger à savoir si l'homme se doit avoir une plus value.
2/ Ce n'est pas un travail débile que de préparer à manger pour les autres, que de faire société avec les autres à travers cette activité, c'est bien parce que tout le monde sait que ce qui est vendu est nocif, merdique et mis en musique par des procédures débilitantes que cela en devient dégradant pour l'humain. ils ne vendent pas du burger pour le plaisir de vendre du burger mais pour se faire du pognon en exploitant les autres, c'est cela qui est abjecte.
3/ Je m'interroge à savoir quel genre de devenir vous préconisez pour ces personnes "qui ne sont rien" car sans plus-value. Votre manière de penser c'est la pente vers le point godwin.
6  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/11/2020 à 10:26
A tous les commentateurs technophiles de ce forum:

Vos messages démontrent tous le problème de notre société: Penser qu'à ses fesses et que tous les autres crèvent!

Pourquoi ne pas remplacer un mec qui travaille au mcDo par un robot? Parce que vous supprimer des emplois qui sont nécessaires à une multitude de gens pour vivre!

Que se soit les étudiants, les petites gens sans formation, tous ont besoin de ce genre de job pour survivre!

Et que l'on vienne pas me sortir, il y a les aides sociales, il faut le revenu universel et autres idioties: L'exemple de revenu universel existe: Au Canada, les inuits ont été mis dans cette situation (l'état paye tout). Résultat: ce peuple s'est détruit (suicides, alcoolisme, criminalité, etc.)!

Cela a été relevé par le poète québécois Felix Leclerc qui dit dans l'une de ses chansons: "Non vraiment j'y tiens la meilleure façon de tuer un homme. C'est de le payer à ne rien faire."
7  1 
Avatar de solstyce39
Membre actif https://www.developpez.com
Le 10/11/2020 à 10:36
Citation Envoyé par BenoitM Voir le message
Euh c'est vous qui dites qu'ils ne sont rien pas moi.
Perso je trouve qu'ils pourraient être plus utile à l'aide à la personne, animation d'enfants, ...
Ces exemples sont tellement mal trouvés ...
Que ce soit les métiers de l'animation enfant ou l'aide à la personne sont des métiers qui sont loin d'être accessible à tous, même si c'est l'image qu'ils renvoient...

Ces métiers nécéssitent des qualités humaines et des compétences spécifique, ils peuvent être, de plus, très éprouvant psychologiquement...

Croire que l'on peut aisément passer de "cuisinier" Mc do à animateur enfant / aide à la personne c'est bien mal connaitre ces corps de métiers ...
6  0 
Avatar de mh-cbon
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/11/2020 à 8:24
je me fais suite.
4/ C'est bien parce qu'on a considéré l'homme comme un outil dont on peut faire usage à sa guise sans considération de son humanité en l’enferrant dans des procédures pré mâchés qu'ils se trouvent subsister par des emplois dégradant que celui ci chie dans les frites et crache dans les burgers. On a jamais vu de chef étoilé craché dans son burger, sauf cas exceptionnel.
C'est bien dans ce sens là que les choses se sont produites, sont désamour de son activité n'est pas survenue autrement.

bref, ce n'est pas en inventant des robots de remplacement que l'on résoudra ce problème, car cela ne fera que mettre à la marge de la société un paquet de gens. C'est peut être pas les chambres à gaz, mais c'est pas loin .|
5  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/11/2020 à 14:32
Citation Envoyé par solstyce39 Voir le message
Il y a, à mon sens 3 profils principaux de personne taffant à Mc do (hors poste de management ou là la discussion devient différentes)
- les étudiants : ne sont pas concernés par la discussion en cours puisqu'ils font ça de manière temporaire pour se faire de l'argent avant de chercher un travail leur corespondant plus
- Les personnes non qualifiés : concernés par la discussion en cours.
- Les personnes qualifés dans un domaine mais n'arrivant pas à trouver de psote dans celui-ci et donc se rabatte sur ce genre de job parcequ'il faut bien manger. => pour ces gens là si ils avaient eu envie de faire de l'animation enfant ou de l'aide à la personne ils l'aurent vraisemblablement fait.
En fait, ton cas 1 se retrouve après quelques années d'études en cas 3. Et, ils volent des postes aux cas 2 !
5  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/11/2020 à 10:27
Citation Envoyé par tireb91913 Voir le message
Un robot se rentabilise plus qu'un employé, 30000$ à l'achat c'est rien, 18000$ à l'année non plus et même si tu rajoutes 10000 de maintenance par an (ce qui est beaucoup) c'est toujours moins qu'un employé.
Et combien coûte à l'aide sociale le mec qui a été remplacé par ton robot?
4  0 
Avatar de solstyce39
Membre actif https://www.developpez.com
Le 10/11/2020 à 11:41
Citation Envoyé par BenoitM Voir le message
Désolé de ne pas avoir vu de grandes compétences pour surveiller des enfants dans une cours de récré ou faire du babysitting.
Je me demande comment font les parents pour garder leurs enfants sans aucun diplôme (bon c'est vrai que dans certains cas on devrait peut-être l'exiger).
N'ayant pas assez de connaissance dans le reste du post je n'y répondrai tout simplement pas.

Pour la partie animation :

Surveiller des enfants dans une cours de récré n'est pas une tâche effectuée par du personnel "animation enfant" c'est géré par les instits, ou par les atsem (qui peuvent aussi être animateur / animatrice mais c'est un autre sujet).
que ce soit dans le cas de l'atsem ou l'instit, surveiller les enfants en cours de récré ne représente qu'une toute petite partie de leur tâche, le reste étant de l'instruction et de l'accompagnement d'enfant etc ...

Le "Baby sitting" n'est je ne pense que très rarement effectué par des animateurs qualifiés, et reste dans la sphère privée, je n'en parlerai donc pas non plus.

Maintenant qu'est ce que l'animation enfant :
- Capacité à encadrer des groupes d'enfants
- Capacité à créer et mettre en place des activité à but pédagogique (considérer l'animation enfant comme une garderie sans autre but .... est vraiment réducteur)
- Capacité à s'inscrire dans un groupe et en être le moteur
- Capacité à écouter / répondre aux besoins des enfants
- Capacité de communication que ce soit ave les enfants, ou les parents (oui il y a des fois des situations difficiles ave les parents que les équipes d'animations doivent être à même de gérer)
- Capacité à gérer les conflits
et la liste pourrait être plus longue.

Bref, je sais très bien que pour une grand partie de la population s'occuper d'enfants n'est pas un métier qui nécessite des compétences, alors que pourtant ....

Enfin élever ses enfants et s'occuper de ceux des autres n'a absolument rien à voir, s'occuper de ses 2,3 enfants ou encadrer des groupes des 8 /10 enfants n'est pas comparable, je pourrai continuer comme ça longtemps mais je pense avoir exprimé le fond de mon idée.
3  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 09/11/2020 à 21:56
Un robot se rentabilise plus qu'un employé, 30000$ à l'achat c'est rien, 18000$ à l'année non plus et même si tu rajoutes 10000 de maintenance par an (ce qui est beaucoup) c'est toujours moins qu'un employé.
7  5 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/11/2020 à 8:21
Citation Envoyé par BenoitM Voir le message
4) Faut arrêter de voir la plus value de l'homme comme étant d'avoir un travail débile...
L'alternative c'est de ne pas avoir de travail, donc de ne pas avoir de revenu. Finir pauvre et exclu de la société c'est pire qu'avoir un job pénible comme travailler dans un magasin, travailler dans une usine, travailler dans un fastfood, etc.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/11/2020 à 10:12
Citation Envoyé par BenoitM Voir le message
ils pourraient être plus utile à l'aide à la personne, animation d'enfants, ...
Là on atteint un niveau d'utopisme astronomique.
C'est beau de rêver d'un monde parfait où on aurait les moyens de trouver des jobs plus épanouissants pour tout le monde, mais ce n'est pas réaliste.
La réalité c'est qu'il te faut un job pour vivre. (surtout au USA)

Cinq bonnes raisons de s'accrocher à un job alimentaire
2  0