Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le chiffre d'affaires d'Alphabet (Google) en hausse de 14 % au troisième trimestre passe à 46,2 milliards de dollars,
YouTube a généré 5 milliards de dollars

Le , par Stéphane le calme

168PARTAGES

6  0 
Alphabet, la maison mère de Google, a annoncé jeudi des résultats trimestriels bien au-delà des attentes des analystes, une bonne nouvelle pour le groupe californien au moment où il est accusé notamment d'entrave à la concurrence en ligne. La grande enseigne de technologie a vu ses revenus publicitaires rebondir de juillet à septembre après les mois de confinement, y compris sur sa plateforme de vidéos YouTube. Elle a engrangé un chiffre d'affaires de 46,2 milliards de dollars, en hausse de 14 % sur un an, pour un bénéfice net de 11,2 milliards. Son bénéfice net par action est ressorti à 16,40 dollars au lieu des 11 dollars escomptés par les analystes.

Google cloud et YouTube ont également dépassé les attentes de croissance. Google a rapporté 3,44 milliards de dollars de revenus pour le cloud (contre 2,4 milliards de dollars un an auparavant) et 5,04 milliards de dollars pour YouTube (contre 3,8 milliards de dollars un an auparavant), deux domaines qui, selon les analystes, bénéficieraient de la pandémie.

Lors du traditionnel appel avec les investisseurs pour discuter des résultats de la société, le PDG Sundar Pichai a déclaré que la société commencerait à publier le cloud comme un segment de reporting distinct, à partir du trimestre prochain.

Pour ses « autres revenus », qui couvrent des choses comme le hardware et les achats sur Google Play, la société a déclaré avoir engrangé 5,48 milliards de dollars pour le trimestre.

Pendant ce temps, les « autres paris » (les projets qui relèvent d'Alphabet comme la société des véhicules autonomes Waymo) continuent de répandre plus d'encre rouge sur les bilans avec une perte d'exploitation de 1,1 milliard de dollars contre 178 millions de dollars de revenus.


« Nous avons eu un bon trimestre, cohérent avec l'environnement en ligne plus large », s'est réjoui Sundar Pichai, PDG d'Alphabet et de Google. « C'est également un témoignage des investissements considérables que nous avons réalisés dans l'intelligence artificielle et d'autres technologies, pour fournir des services vers lesquels les gens se tournent pour obtenir de l'aide, dans les moments petits et grands. »

« Les revenus totaux de 46,2 milliards de dollars au troisième trimestre reflètent une croissance généralisée tirée par une augmentation des dépenses des annonceurs dans la recherche et YouTube ainsi que la force continue de Google Cloud et Play », a déclaré Ruth Porat, directrice financière d'Alphabet et de Google. « Nous restons concentrés sur la réalisation des bons investissements pour soutenir une valeur durable à long terme. »

« Nous nous attendions à une reprise des recettes publicitaires sur tous les segments, et elles ont dépassé nos estimations  », a commenté l'analyste Nicole Perrin du cabinet eMarketer. « C'est particulièrement vrai de YouTube, dont les revenus publicitaires ont progressé de 32 % sur un an. Cela augure du retour des marques et montre que le désir des annonceurs pour la vidéo ne faiblit pas. On observe aussi des augmentations notables dans les dépenses en pubs politiques pendant le trimestre écoulé  ».

Alphabet tire l’essentiel de ses revenus de son activité de publicité numérique qui représente environ 85 % de son chiffre d’affaires annuel qui a atteint les 160 milliards de dollars en 2019 selon Statista. Une activité drainée par son moteur de recherche, qui traite environ 90 % des requêtes effectuées en ligne à travers le monde. Au printemps, le leader mondial de la publicité en ligne avait trébuché, avec un bénéfice net inférieur à celui de 2019, à cause de son exposition aux budgets publicitaires de gros annonceurs durement touchés par la pandémie, comme les voyagistes. Ainsi, Alphabet avait affiché sa première baisse de revenus trimestrielle d'une année à l'autre au deuxième trimestre, les dépenses publicitaires ayant chuté en raison de la pandémie. Ce trimestre, il a récolté 37,1 milliards de dollars de revenus publicitaires, contre 33,8 milliards de dollars au même trimestre un an auparavant.


Le ministère de la Justice a accusé Google de conclure des accords avec des grandes enseignes comme Apple et d'étouffer la concurrence par le biais de contrats et d'accords commerciaux exclusifs. Les accords de Google avec Apple, les opérateurs de téléphonie mobile et d'autres fabricants de téléphones pour faire de son moteur de recherche l'option par défaut pour les utilisateurs représentaient la majeure partie de sa part de marché dominante dans la recherche, a déclaré le ministère, avançant un chiffre estimé à environ 80 %.

Google et Apple ont conclu, il y a environ 15 ans, un accord pour que le moteur de recherche de Google soit le choix présélectionné (par défaut) sur l'iPhone et d'autres appareils d’Apple. Courant 2017, l’accord, considéré comme étant l'un des accords commerciaux les plus lucratifs de l'histoire, a été révisé par ces deux grandes sociétés de l'Internet. L'accord actualisé a rapporté des milliards de dollars aux deux entreprises et a consolidé leur statut en tête du classement de l'industrie technologique.

Le ministère de la Justice a déclaré que Google estimait que près de 50 % de son trafic de recherche provenait des appareils Apple en 2019. Parce qu'il s'agit d'une si grande partie de ses requêtes, Google paie au fabricant d'iPhone entre 8 et 12 milliards de dollars par an pour qu'il reste l'option par défaut sur ses téléphones, iPad et ordinateurs Mac.

Cet arrangement a rendu Apple et Google extrêmement dépendants l'un de l'autre, tout en éclipsant les autres moteurs de recherche et, selon le gouvernement, en protégeant le monopole de Google. Chez Google, perdre sa pole position sur les iPhone est considéré comme un scénario « Code Rouge », selon la plainte, tandis que chez Apple, les paiements de Google représentent environ 15 à 20 % des bénéfices d'Apple.

D'ailleurs, les documents de Google reconnaissent « qu'être proposé par défaut sur Safari est un canal de revenus important » et que la perte de l'accord nuirait fondamentalement aux résultats de Google. Aussi, Google paie des milliards à Apple pour être le fournisseur de recherche par défaut, en partie parce que Google sait que l'accord augmente la valeur de l'entreprise; mais cela a pour conséquence de bloquer cet accès aux rivaux.

Les actions d'Alphabet ont augmenté de plus de 8% lors des récentes transactions après les heures de bureau. Lors de l'appel des analystes, Pichai a également abordé le procès que le ministère de la Justice a intenté contre l'entreprise : « Sur cette note, en ce qui concerne le procès du DoJ, nous pensons que nos produits créent des avantages importants pour les consommateurs, et nous défendrons notre position avec confiance », a-t-il déclaré. « Notre entreprise se concentre toujours sur la poursuite de son travail pour créer un produit de recherche que les gens aiment et apprécient ».

« L'ironie, c'est que les résultats robustes attendus pour les Gafa (...) vont mettre en lumière leur puissance surdimensionnée, et, au final, (...) alimenter les pulsions de démantèlement des géants de la tech à Washington », a récemment fait valoir l'analyste Daniel Ives de Wedbush Securities.

Source : Alphabet

Voir aussi :

Apple en train de développer un moteur de recherche pour s'attaquer à Google, la société aurait renforcé sa propre offre de recherche dans iOS 14
Des moteurs de recherche demandent à la Commission européenne une réunion avec Google, au sujet de son système d'enchères pour figurer sur la liste des moteurs proposés par défaut sur Android
Le bêta test public de Starlink commence à la réception des invitations et à l'apparition de l'application dans l'App Store et Google Play, respectivement pour iOS et Android
Des chercheurs de Stanford développent une alternative open source à Alexa et Google Assistant, espérant que l'assistant Almond permette d'accroître la concurrence et mieux protéger la vie privée

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de el_juky
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 31/10/2020 à 10:08
Cela n'a rien d'étonnant : nous sommes (la France, l'Europe) très dépendants des américains. Même en ces périodes de confinement, nous n'innovons pas technologiquement et utilisons à 100% les outils créés par les américains, que ce soit pour la communication (Twitter & co), la vidéo (Google, Microsoft), la bureautique (Microsoft et Google), jusqu'aux systèmes d'exploitation (Android et Windows), qui imposent de créer des comptes pour installer, mettre à jour des logiciels.... Cela manque cruellement de compétitivité et d'innovation en Europe.

Nous ne sommes que des utilisateurs, des clients. Le pire, c'est de ne pas s'en rendre compte !
2  0