Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Epic, Spotify et Tinder forment une coalition pour défendre la liberté de choix et la concurrence loyale sur l'App Store
Et l'écosystème des applications en général

Le , par Patrick Ruiz

206PARTAGES

12  0 
Le pouvoir exact que les propriétaires de magasins d'applications devraient avoir sur les développeurs est une question controversée ces derniers temps. Le cas de la bataille juridique entre Apple et Epic Games en est une illustration. À la réalité la liste de tels affrontements est plus longue. Désormais, tous les développeurs d’applications qui ont fait face à Apple dans les derniers mois coalisent. À date, ils sont une dizaine réunis dans le cadre d’une organisation à but non lucratif dont le but est de défendre la liberté de choix et la concurrence loyale sur l’App Store et l’écosystème des applications en général.

À côté d’Epic Games qui a fait interdire son jeu à succès Fortnite sur l'App Store pour avoir mis en place son propre système de paiement intégré à l'application, on retrouve : Spotify qui a déposé une plainte antitrust contre Apple dans l'UE ; ProtonMail dont le PDG a déclaré qu'Apple tenait les développeurs en otage avec les 30 % de frais ; Basecamp qui a qualifié les politiques d'Apple d'exploitation après que des mises à jour de son application de messagerie Hey ont fait l’objet de blocage pour avoir utilisé la même technique de facturation que Netflix.


Les griefs contre Apple

« Apple utilise son contrôle du système d'exploitation iOS pour s'attribuer des faveurs en contrôlant les produits et les fonctionnalités qui sont à la disposition des consommateurs. Apple exige des fabricants d'équipements qu'ils limitent les options, oblige les développeurs à vendre par l'intermédiaire de son App Store et va même jusqu'à voler les idées des concurrents », indique la coalition à propos du positionnement de monopole d’Apple.

« Pour la plupart des achats effectués dans son App Store, Apple prélève 30 % du prix d'achat. Aucun autre frais de transaction - quel que soit le secteur d'activité - ne s'en approche.

Cette taxe sur les applications réduit considérablement le pouvoir d'achat des consommateurs et étouffe les revenus des développeurs. C'est particulièrement injuste lorsque cette taxe est imposée à des applications qui sont en concurrence directe avec des applications similaires vendues par Apple. Cela place les entreprises dans une position concurrentielle nettement désavantageuse et fait donc augmenter les prix pour les consommateurs.

Les développeurs constatent qu'une taxe de 15 à 30 % sur l'App Store d'Apple représente une part énorme de leurs revenus et ne peuvent souvent s'y opposer. Ils font valoir que lorsqu'ils sont en concurrence avec l'une des applications d'Applela situation devient encore plus difficile.

Apple a introduit pour la première fois la redevance de 30 % sur les applications en 2011, ce qui a obligé de nombreuses applications à cesser complètement leurs activités. Treehouse, une plateforme de formation en ligne, a développé une application basée sur la lecture, iFlow Reader, qui a été l'une des nombreuses victimes de la nouvelle taxe imposée. "Apple vient de larguer une bombe nucléaire sur nous tous", a déclaré publiquement Treehouse, précisant que les "nouvelles règles draconiennes" avaient rendu "impossible pour quiconque, sauf Apple, de vendre des livres à profit sur iOS".

Le cofondateur d'Apple, Steve Jobs, dans un courriel interne, a montré peu de sympathie pour le petit développeur. Il l'a dit à d'autres dirigeants d'Apple : "Nous n'avions pas de politique et maintenant nous en avons une et il y aura des morts sur la route à cause de cela. Je ne me sens pas coupable".

Les développeurs et les créateurs veulent qu'Apple ouvre sa plateforme App Store afin que toute entreprise puisse construire des logiciels à ses propres conditions et les diffuser librement. Les utilisateurs devraient également avoir la possibilité d'installer des logiciels, gratuitement, de n'importe où, afin que les règles du jeu soient les mêmes pour tous et qu'il y ait une véritable concurrence dans le domaine du développement et de la distribution de logiciels.

Un marché équitable et équilibré signifierait que chaque fournisseur de logiciel et chaque fournisseur de composants peuvent se faire concurrence sur iOS sans être contraints par des conditions et des limitations qui ont été élaborées par la société qui vient de programmer le système d'exploitation de l'appareil d'un utilisateur. Tout comme chaque partie de l'économie du web est ouverte à la concurrence, chaque partie de l'économie des applications doit être ouverte à la concurrence », indique la coalition pour ce qui est des frais en vigueur sur l’App Store.


« À l'aube de la révolution des ordinateurs personnels, les logiciels étaient quelque chose que l'on achetait dans un magasin, et tant que le système d'exploitation correspondait, ils fonctionnaient sur n'importe quel ordinateur.

C'est pourquoi aujourd'hui, les logiciels pour ordinateurs personnels sont largement disponibles sur le web pour chaque système d'exploitation. L'idée qu'un consommateur ne puisse utiliser que des logiciels vendus par le même fabricant que son ordinateur portable semble ridicule. Sauf que c'est exactement la règle qu'Apple a imposée aux appareils personnels dans des milliards de poches.

Les applications iPhone ne sont disponibles que via l'App Store d'Apple. Si les consommateurs veulent qu'une application fonctionne sur leur appareil mobile, le développeur de l'application doit suivre les règles, les taxes et les exigences d'Apple. Mais si les consommateurs veulent utiliser cette même application depuis leur ordinateur, les règles, les taxes et les exigences ne s'appliquent pas. C'est un château de cartes.

Voici un exemple de la façon dont ce problème se manifeste : Epic produit l'un des jeux vidéo les plus populaires de tous les temps, Fortnite. Si un joueur de Fortnite achetait une mise à jour sur l'App Store, il pourrait se voir facturer 9,99 $. Cependant, cette même mise à jour ne coûte que 7,99 $ lorsqu'elle est achetée directement par l'intermédiaire d'Epic.

Alors pourquoi est-il plus cher pour les joueurs d'acheter une mise à jour de Fortnite sur l'App Store ? Une raison : la taxe sur les applications. Lorsqu'un consommateur paie une mise à niveau Fortnite via son appareil mobile, Apple perçoit sa taxe arbitraire sur l'application. En revanche, lorsque le service est payé directement par Epic, ce dernier peut répercuter les économies réalisées sur les clients - mais voici le hic : Apple indique expressément aux développeurs qu'ils ne sont pas autorisés à informer leurs clients sur les options moins coûteuses, sous peine d'être bannis de l'App Store.

Pensez à cela un peu différemment : une boîte de Cheerios coûte environ 3 $ chez Kroger, mais il arrive que Cheerios offre un coupon qui ramène le prix à 2,50 $ dans tous les magasins qui proposent des Cheerios. Ce que fait Apple, c'est un peu comme si Kroger disait aux Cheerios qu'elles n'ont pas le droit d'offrir des coupons, et que si elles le font, les Cheerios risquent d'être expulsées de l'allée des céréales. Les consommateurs ne toléreraient pas ce type de comportement monopolistique sur leurs céréales, alors pourquoi devraient-ils l'autoriser pour les applications utilisées sur leurs appareils mobiles ?

Qu'il s'agisse de leur ordinateur personnel ou de leur appareil mobile, les consommateurs méritent et doivent s'attendre à un choix illimité en ce qui concerne le lieu, le moment et la manière dont ils achètent les applications ou les logiciels », ajoute la coalition pour ce qui est de la limitation des libertés des utilisateurs.

La vision de la coalition

Les plateformes en ligne les plus populaires au monde et les app stores qui en régissent l'accès sont devenus une passerelle essentielle pour les consommateurs de produits et services numériques du monde entier. Si elles peuvent être bénéfiques lorsqu'elles sont exploitées de manière équitable, elles peuvent également être utilisées par les propriétaires de plateformes pour nuire aux développeurs et aux consommateurs. Alors que les responsables de l'application des lois, les régulateurs et les législateurs du monde entier cherchent à résoudre ces questions importantes, nous les invitons à reconnaître que chaque développeur d'applications, quelle que soit sa taille ou la nature de son activité, a droit à un traitement équitable de la part de ces app stores et des propriétaires de plateformes qui les exploitent, et devrait se voir accorder les droits suivants :

#1 Aucun développeur ne devrait être tenu d'utiliser exclusivement un app store ni de recourir aux services auxiliaires du propriétaire de l'app store y compris les systèmes de paiement ou d'accepter d'autres obligations supplémentaires pour avoir accès à l'App Store.

#2 Aucun développeur ne doit être banni de la plateforme ou faire l'objet d'une discrimination fondée sur le modèle commercial d'un développeur, la manière dont il fournit le contenu et les services, ou s'il est en concurrence d'une quelconque manière avec le propriétaire de l'App Store.

#3 Chaque développeur devrait disposer en temps utile des mêmes interfaces d'interopérabilité et informations techniques que le propriétaire de l'App Store met à la disposition de ses propres développeurs.

#4 Chaque développeur devrait toujours avoir accès aux magasins d'applications tant que son application répond à des normes équitables, objectives et non discriminatoires en matière de sécurité, de confidentialité, de qualité, de contenu et de sécurité numérique.

#5 Les données d'un développeur ne doivent pas être utilisées pour le concurrencer.

#6 Tout développeur devrait toujours avoir le droit de communiquer directement avec ses utilisateurs par le biais de son application à des fins commerciales légitimes.

#7 Aucun propriétaire d'App Store ne doit s'engager dans la publicité de ses propres applications ou services, ou interférer avec le choix des préférences ou des défauts des utilisateurs.

#8 Aucun développeur ne devrait être tenu de payer des frais ou des parts de revenus injustes, déraisonnables ou discriminatoires, ni de vendre au sein de son application ce qu'il ne souhaite pas vendre, comme condition d'accès à l'App Store.

#9 Aucun propriétaire d'App Store ne doit interdire à des tiers de proposer des boutiques 'applications concurrentes sur sa plateforme, ni décourager les développeurs ou les consommateurs de les utiliser.

#10 Tous les App Stores seront transparents en ce qui concerne leurs règles et politiques et leurs possibilités de promotion et de commercialisation, les appliqueront de manière cohérente et objective, notifieront les changements et mettront à disposition une procédure rapide, simple et équitable pour résoudre les litiges.

Source : Coalition for App fairness

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ? L’industrie du développement informatique en avait-elle besoin ?
Quel commentaire faites-vous des dix exigences formulées par la coalition ? Quelles sont celles qui ne vous paraissent pas équitables pour chacune des parties (propriétaires de boutiques d’applications et développeurs) ?

Voir aussi :

Face au Congrès américain, Jeff Bezos déclare qu'il ne peut pas garantir que les employés d'Amazon n'ont pas accès aux données des vendeurs tiers pour favoriser les produits de son entreprise
Fortnite aurait fait exploser les bénéfices d'Epic Game en 2018 jusqu'à 3 milliards de dollars grâce notamment à la vente de contenus additionnels
Après un bras de fer qui aura duré près de deux ans, Epic abandonne le combat et publie Fortnite sur PlayStore, regrettant que Google rende extrêmement mince la possibilité d'éviter le Play Store
Google assure que Fortnite ne bénéficiera d'aucun traitement de faveur sur le Play Store s'il veut revenir et que sa taxe de 30 % est valable pour tous, Epic dénonce un abus de position dominante

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/10/2020 à 10:22
Apple est toujours dans le rapport de force.
j'ai apprit il y a quelques jours que Apple forçait firefox a utiliser Webkit au lieu de leur propre moteur sous peine de ce voir bannir d'ios.

et après Apple ce défend d'être équitable sur tous les tableaux.
6  1 
Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/10/2020 à 13:44
Le boulot d'un juge n'est pas de décider de ce qui est bien ou mal en fonction de ses opinions personnelles, c'est de juger ce qui est en dedans ou en dehors de la loi. Epic a violé les conditions d'utilisation signées sur la plateforme, c'est une rupture de contrat et donc illégal. Si ils jugeaient les clauses du contrat abusives, c'était à eux de poursuivre Apple plutôt que de violer les conditions afin de se faire bannir pour passer martyr.

Mais tout cela ne répond toujours pas à la question la plus importante : pourquoi jouer à Fortnite, qui plus est sur mobile ? Il s'agit de l'un des plus mauvais jeux que j'ai essayé de toute ma vie et il y en a a eu beaucoup
5  1 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 11/10/2020 à 2:30
Citation Envoyé par Markand Voir le message
Honnêtement j'ai du mal à comprendre ce que signifie «*bloquer Unreal Engine*». On parle d'un logiciel, on a pas besoin de compte développeur Apple pour développer un logiciel sur mac ni même pour le distribuer. C'est seulement nécessaire pour diffuser sur l'app store.
C'est pas très compliqué, ça veut dire refuser de valider sur l'AppStore les applications qui utilisent l'Unreal Engine, ce qui de fait revient a les interdire sur iPhone et iPad.
4  0 
Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/10/2020 à 20:32
Qu'en pensez-vous ?

Que la juge, au vu de ses déclarations, estime le principe de monopole comme normale puisque généralisé.
Partant de là, ont peut en déduire qu'Apple sera victorieux.

Dans un pays de droit, comment une juge peut elle ignorer la loi même de son pays au motif que ce sont des pratiques usuelles ?
Ne devrait elle pas plutôt demander une enquête au sénat ou bien à la cour suprême ?

P.S. : Voler un voleur peut-il réellement être considéré comme du vole ?
6  3 
Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 11/10/2020 à 1:47
« Nos clients dépendent du fait que l'App Store soit un endroit sûr et fiable où tous les développeurs suivent le même ensemble de règles », a déclaré un porte-parole d'Apple.

Apple ment car Apple n'est pas empêchée par les règles opaques de l'App Store, Apple a même une très nette tendance à adapter les règles de l'App Store à ses besoins propres, et aux dépens de la concurrence.
3  0 
Avatar de loulnux
Membre actif https://www.developpez.com
Le 16/10/2020 à 8:46
En effet les otages se comptent par millions et ma question aurait l'air de condamner Epic, en l’occurrence, il s'agit d'Apple il s'agit là d'une manifestation de ce qui à valu en d'autres temps à Microsoft d'être condamné en donnant à l'époque un coup de pouce à Apple moribonde, d'un abus de position dominante.
A priori l'état américain est entrain de se pencher sérieusement sur la question et c'est une très bonne chose car il n'est plus possible que des entreprises disposant en cash-flow de l'équivalent de la moitié du PIB d'un continent tout en rendant quasi exponentielle la possibilité d'augmenter ses revenus par de telles pratiques qui sont assimilables à certaines pratiques de la mafia ou de l'usure.
De plus cette position obtenue de la part d'une société sois-disant "innovatrice" n'attire que la spéculation et non les investissements.
3  0 
Avatar de calvaire
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/09/2020 à 9:37
la solution serait de forcer Apple a autoriser l'installation d'un store alternatif et même d'autoriser l'installation d'un autre os sur ces machines.
j'irais même plus loin en étendant cela sur tous les "ordinateurs" (pc, pc portable, tablette, smartphone et consoles de jeux). Et ainsi promouvoir le vrai capitalisme ainsi qu'une concurrence saine.

sous windows, je n'aime pas steam j'ai gog, epic gamez store, windows store...
sur android, je n'ai aucun soft google, j'ai fdroid, osmand, firefox par choix en tant que consommateur, heureusement que je n'ai pas l'obligation d'avoir google chrome ou le play store sur mon smartphone
3  1 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 25/09/2020 à 17:13
Par exemple, Apple qui interdit le cloud gaming . Donc Apple est attaquable.
Le problème c’est que le cloud gaming enfreint les règles de l'AppleStore. On en revient au même problème, les clauses de l'AppleStore sont elles abusives ? Il faut qu'un tribunal tranche cet aspect. Et en plus ça peut changer d'un pays à l'autre selon les législations.
2  0 
Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 03/10/2020 à 18:15
Il faudrait probablement que les juges déclarent le type de smartphone qu'ils utilisent et leur connaissance sur les modèles concurrents ; les aficionados de l'un ayant généralement, sinon du mépris, peu d'intérêt pour l'autre.
3  1 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 04/10/2020 à 8:17
P.S. : Voler un voleur peut-il réellement être considéré comme du vole ?
Aux yeux de la loi, oui.

Epic voit également le système propriétaire de paiement in-app d’Apple tel un système de vente liée illégale. Mais d’après le juge Rogers, il n’y a pas de vente liée avec le système de paiement intégré de la marque à la pomme.
c.f. mon post précédent, c'est comme ça que j’interprétai la loi. Après c'est une première instance et je suppose que c'est une procédure équivalente à un référé, donc pas vraiment un jugement de fond pour le moment.
2  0