Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Tim Cook à propos des enquêtes antitrust : « Il n'y a pas de monopole ici »,
« Nous sommes sur des marchés très, très concurrentiels »

Le , par Stan Adkens

87PARTAGES

9  0 
Tim Cook, le PDG d'Apple, a accordé une interview à l'Atlantic Festival lundi dernier. Pendant l’interview à distance lors de l’ouverture de l'événement, M. Cook a parlé de l'enquête antitrust du Congrès, de la protection de la vie privée, de sa relation avec le président des États-Unis Donald Trump et de la manière dont Apple fait face aux mesures de confinement prises par les autorités pour freiner le coronavirus, d’après la vidéo YouTube de l’entretien.

Alors que les autorités américaines enquêtent depuis plus d'un an sur la possibilité d'abus de position dominante par la big tech ainsi que sur la pertinence des lois antitrust existantes et de leur application, Tim Cook a déclaré à l'Atlantic Festival que les grandes entreprises méritaient d'être examinées et qu'il n'avait aucun problème à ce qu'Apple fasse l'objet d'une enquête pour des questions d'antitrust en déclarant qu’on ne devrait pas parler de monopole en ce qui concerne Apple.


« Je pense que les grandes entreprises méritent un examen minutieux. Et je pense que c'est non seulement juste, mais important pour le système que nous avons en Amérique. Je n'ai donc aucun problème à ce qu'Apple soit placée sous le microscope et à ce que les gens regardent et sondent. J'espère qu'à mesure que les gens entendront notre histoire et qu'ils continueront à l'entendre, il leur apparaîtra aussi clairement qu'à nous que nous n'avons pas de monopole. Il n'y a pas de monopole ici ».

Cook a poursuivi en a abordant la question du matériel, qui n'a jamais été soulevée comme une préoccupation, plutôt que de discuter de l'App Store. Il a déclaré que les marchés sur lesquels Apple opère pour les smartwatches, les tablettes et les ordinateurs étaient extrêmement concurrentiels, les décrivant comme « essentiellement des combats de rue pour des parts de marché ».

« Nous sommes sur des marchés très, très concurrentiels comme les smartphones, les smartwatches, les tablettes et les ordinateurs personnels. Ces choses sont très concurrentielles. Ce sont essentiellement des combats de rue pour des parts de marché. Notre stratégie de base en tant qu'entreprise est de faire le meilleur et non le plus... cette stratégie de base ne produira jamais un monopole. Il est très rare, presque impossible pour les meilleurs de devenir aussi les premiers. Quelqu'un choisira un produit de base et il y aura suffisamment de gens qui achèteront ce produit de base pour qu'il ait plus de parts de marché. Et c'est vrai dans tous les domaines où nous sommes présents ».

Pour cela le PDG d’Apple pense que son entreprise devrait se retirer de l’enquête en cours : « J'espère que les gens ont entendu cela et qu'ils ont entendu comment nous nous conduisons, parce que c'est très important pour nous. Nous faisons toujours ce que nous croyons être justes et nous nous conduisons avec la plus grande intégrité et le plus grand professionnalisme. J'espère que cela est apparu et que nous pourrons nous retirer de cette enquête ».

« Nous considérons la vie privée comme un droit de l'homme fondamental »

L'autre grande préoccupation à propos des entreprises technologiques est bien sûr la protection de la vie privée, et M. Cook a naturellement tenu à souligner la position d'Apple sur ce point - et à faire remarquer qu’Apple a vu les problèmes potentiels avant même que la plupart des entreprises ou des gouvernements n'y aient pensé.

« Nous considérons la vie privée comme un droit de l'homme fondamental, un droit de l'homme très fondamental. Et de notre point de vue, si vous la considérez du point de vue américain, elle est le fondement sur lequel reposent d'autres libertés », a déclaré Cook lors de l’interview.

« Et donc, depuis toujours, ce n'est pas quelque chose que j'ai commencé, mais depuis la fondation d'Apple, nous nous sommes toujours souciés de la vie privée des gens. Parce que nous avons vu le jour, pas exactement comment cela s'est passé, mais nous avons vu que le monde numérique avait la capacité de détruire la vie privée. Et donc je sais que nous avons été un peu sur une île. Il y a plus de gens qui viennent sur l'île, ce dont je suis très heureux, mais nous avons fait une série de choix différents de ceux de certaines autres entreprises ».

Tim Cook intervient à partir de la 15e minute


En ce qui concerne sa relation avec le président Trump et la manière dont il interagit avec le président, M. Cook a déclaré qu'il considérait les conversations spécifiques qu'il a eues avec M. Trump comme des « conversations privées » et qu'il ne voulait pas entrer dans le vif du sujet, mais il a réitéré une chose qu'il a déjà dite plusieurs fois : qu'il vaut mieux être impliqué que de ne pas faire partie de la conversation.

« Je crois qu'il vaut mieux être impliqué, que vous soyez d'accord sur une question ou que vous soyez en désaccord sur un point. Chez Apple, nous nous concentrons donc sur la stratégie. Nous ne nous concentrons pas sur la politique. Cela nous permet de rester en dehors de la mêlée quotidienne de la politique et de nous concentrer sur les choses qui sont très importantes pour nous ».

Apple ne compte pas rester en travail à distance à long terme

En ce qui concerne le passage au travail à domicile imposé par la crise du covid-19, M. Cook a déclaré qu’Apple était une entreprise très collaborative, et qu'il voulait vraiment que la plupart des gens retournent au bureau – à la différence de ces entreprises qui comptent laisser les employés travailler à domicile à long terme –, cependant, il a dit que certaines choses continueraient à se faire de manière virtuelle.

« En toute franchise, ce n'est pas comme être ensemble physiquement. Et donc j'ai hâte que tout le monde puisse revenir au bureau. Je ne crois pas que nous allons revenir à ce que nous étions, parce que nous avons découvert qu'il y a des choses qui fonctionnent très bien virtuellement. Mais des choses comme la créativité et l’heureux hasard dont vous parlez, ces choses-là, dépendent du fait que les gens se croisent au cours de la journée. Nous avons conçu l'ensemble de notre bureau de manière à ce qu'il y ait des zones communes où les gens se rassemblent et parlent de différentes choses. Et vous ne pouvez pas programmer ces moments ».

« Et donc je pense que la grande majorité d'entre nous ne peut pas attendre de pouvoir retourner au bureau. Vous savez, j'espère que cela se produira l'année prochaine, qui sait exactement quelle sera la date. Nous avons environ 10 à 15 % de nos effectifs qui travaillent aujourd'hui au bureau. Je suis également au bureau à différents moments de la semaine, mais la grande majorité, 85 à 90 % de l'entreprise travaille encore à distance ».

Apple a fait face à de nombreuses critiques concernant App Store, le seul moyen pour les propriétaires de produits de la marque d'acheter et d'installer des logiciels. Auditionné en juillet - en même temps que Sundar Pichai d’Alphabet, maison mère de Google, Mark Zuckerberg de Facebook et Jeff Bezoz d’Amazon - par la Commission judiciaire de la Chambre des représentants du Congrès américain, M. Cook a défendu son magasin en ligne et une commission qui y est appliquée aux vendeurs d’Applications.

« Les commissions d'Apple sont comparables ou inférieures aux commissions facturées par la majorité de nos concurrents », a déclaré Tim Cook. « Et elles sont largement inférieures aux 50 à 70 % que les développeurs de logiciels ont payé pour distribuer leur travail avant le lancement de l'App Store », a-t-il ajouté.

Le PDG d’Apple avait aussi souligné que son entreprise n’était pas en situation de monopole, en déclarant qu’Apple « n'a pas de part de marché dominante sur aucun des marchés où nous exerçons nos activités ». « Le marché des smatphones est extrêmement concurrentiel et des entreprises comme Samsung, LG, Huawei et Google ont bâti des entreprises de smartphones très réussies offrant différentes approches », a-t-il déclaré devant le Congrès.

Source : Vidéo YouTube

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous aussi que les marchés sur lesquels Apple fait des affaires sont « très, très concurrentiels » ?

Voir aussi :

Les PDG des GAFA ont été auditionnés par le Congrès américain dans le cadre d'une enquête antitrust, une séance marquée par des échanges tendus entre les participants
Tim Cook, DG d'Apple, affirme que les monopoles ne sont pas mauvais tant qu'il n'y a pas d'abus, et insiste sur le fait qu'Apple n'est pas en situation de monopole
Tim Cook : Apple n'est pas en situation de monopole puisqu'il vend moins que Samsung, « nous n'avons une position dominante sur aucun marché »
Mark Zuckerberg : Apple fait payer des « loyers de monopole » avec sa « mainmise » sur les iPhone, l'App Store « bloque l'innovation, bloque la concurrence »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de KEKE93
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/10/2020 à 17:31
Les procès pour situation monopolistique sont des procédures très très longues.
Le procès anti-trust d'IBM avait duré de 1969 à 1982 et a généré 30 millions de pages

https://www.historyofinformation.com/detail.php?id=923

Tellement long que la situation d'IBM s'est arrangée toute seule au début des années 80, de nouveau concurrents étant venus sur le marché (Cf les PC compatibles, Oracle puis Cisco...); la cour ayant jugé qu'IBM ne méritait plus un tel procés...
IBM, prévoyant un démantellement, avait changé sa structure organisationelle de sorte qu'un démantellement ait le moins d'effet possible et est ainsi devenu un monolithe elephantesque incapable de "danser" face à la concurrence...

C'est ce qui pourrait advenir aussi aux GAFAM.
8  0 
Avatar de emilie77
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 23/09/2020 à 10:32
Apple ou Android... Wow marché ouvert
Apple avec son store super ouvert...
6  0 
Avatar de walfrat
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/10/2020 à 13:18
Outre tous les abus, je pense aussi qu'il y a une partie de la situation qui vient des clients. Une grosse majorité des gens qui passent leur temps sur Internet, n'ont pas envie d'écumer 10 moteurs de recherches, 10 application de magasin en lignes, 10 réseaux sociaux différents pour ce qu'ils veulent faire, en soit ils n'ont pas nécessairement tort, mais ça rend la vie difficile aux petits.

Je pourrais prendre aussi une nouvelle marque de voiture, essayer d'imaginer comment ce doit être difficile de lancer une nouvelle marque de voiture et de se faire une place a côté des gros déjà existant.
6  0 
Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/09/2020 à 17:51
Apple dont le R&D consiste à développer des protocoles et des connecteurs particuliers qui n'existent que sur le matériel Apple est clairement sur un marché ouvert.
3  0 
Avatar de esperanto
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 12/10/2020 à 8:55
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Au final, Bill Gates a pu éviter une rupture en promettant de changer les méthodes de son entreprise.
Ah bon? J'aimerais bien savoir en quoi Microsoft a changé ses méthodes. La vente liée, ça n'a pas changé. Le secure boot qui empêche de choisir sa distribution linux si elle n'a pas payé sa dîme à Microsoft, c'est quand même eux. Ah oui pardon, maintenant il y a la possibilité de payer qui n'existait pas avant...

Au fait, l'adulte, c'est pas celui qui a quitté la maison et peut donc faire ses bêtises dans son coin sans embêter personne?
Au fond elle a juste raison sur un point: l'adulte, ce n'est pas elle!
4  2 
Avatar de Steinvikel
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 28/09/2020 à 20:33
ce qui est triste, c'est que tout ce qui semble être pensé, ce sont des lois/règles/mécanismes pour "réguler" le marcher ...c'est pensé avant tout pour l'économie, par pour la technique ou l'inventivité.

Mais bon, pour ça, je ne pense pas vivre dans la bonne ère. ^^'
1  0 
Avatar de phil995511
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/10/2020 à 19:02
Je n'apprécie pas Micro$ pour les procès qu'ils ont intentés à l'époque contre Linux pour tenter de leur barrer la route, tout comme le fait qu'ils nous imposent leur OS à l'achat d'une machine, etc, etc.

Microsoft = hégémonie... c'est plus que certain.

Après si leur gouvernement démantèle potentiellement les entreprises US de la Hi-Tech comme on en entend parler ces derniers jours, ils vont perdre leur leadership ainsi que bien de $ au passage. Il y a donc assez peu de chances que des entreprises comme Google and Amazon and co soient réellement démantelées, sauf si ils continuent à essayer de ne pas payer leurs impôts...
1  0 
Avatar de esperanto
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/10/2020 à 9:54
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Bill Gates : « j'étais naïf chez Microsoft, je n'ai pas réalisé que le succès entraînerait un examen antitrust »
Moi je n'ai pas été naïf, j'ai vite compris que cet examen ne changerait pas grand chose pour l'utilisateur final...
(ou encore pire, qu'on imposerait des mesures tellement stupides que l'utilisateur final les rejetterait, comme l'histoire de l'écran du choix de navigateur...)
0  0 
Avatar de eikofee
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 21/10/2020 à 11:42
Autant je préfère Edge et Bing à Chrome et Google, autant je trouve que c'est donnant donnant les applis Google préchargées avec la majorité des smartphones par rapport à la majorité des PCs sur le commerce préchargé avec Windows, Edge et Bing. Le plus pénible, c'est d'enlever ce préchargement: à ma connaissance, il est tout à fait possible de "dé-Microsoftiser" son PC (en installant une distribution Linux ou bien en jouant avec les registres et services de Windows) mais beaucoup moins facile de "dé-Googleiser" les smartphones Android sans faire sauter de garantie suivant les modèles, et ça c'est pas cool.

J'suis sûr Google mettrait juste un truc au premier démarrage d'Android du style "Voulez-vous installer les services Google sur votre téléphone" en spécifiant que ça donne accès au Play Store, GMail, GMaps et le reste, ils perdraient presque pas d'utilisateurs et auraient probablement moins de soucis côté anti-trust
0  0 
Avatar de phil995511
Membre averti https://www.developpez.com
Le 21/10/2020 à 13:22
Un démantèlement entraînerait forcement une perte de leadership pour les USA.

Si ils en sont pas stupides, ils ne tueront leur vache à lait... une très grosse amande semblerait bien plus censée !!
0  0