IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

GitHub va désormais faire usage du terme « main » en lieu et place de « master » pour désigner la branche par défaut des projets
Et ainsi lutter contre les stéréotypes raciaux sur la plateforme

Le , par Patrick Ruiz

421PARTAGES

5  2 
Faut-il opérer le retrait de termes comme blacklist, whitelist, master, slave ou encore kill (longtemps utilisés au sein de bases de code et de documentations) au motif de ce qu’ils véhiculent des stéréotypes raciaux ? C’est l’un des débats qui divisent le plus la communauté des développeurs informatique à date. Avec les développements en lien avec la mort de Georges Floyd, il a pris plus d’ampleur. Désormais, le passage à des termes considérés comme plus inclusifs se généralise pour lutter contre le racisme dans le monde de l’informatique.

C’est la raison pour laquelle GitHub va désormais faire usage du terme « main » en lieu et place de « master » pour désigner la branche par défaut des projets. L’explication des responsables de la plateforme en lien avec ce changement tranche avec l’habituel en s’appuyant sur une terminologie elle-même politiquement correcte : « Main est le remplacement de master le plus populaire que l'on rencontre sur GitHub. Nous l'aimons parce qu'il est court, qu'il garde la mémoire musculaire intacte et qu'il se traduit bien dans la plupart des langues. »

Par défaut, GitHub utilise le terme « master » pour désigner la version primaire d'un dépôt de code source. Les développeurs font des copies de cette dernière sur leurs ordinateurs et y ajoutent leur propre code, puis fusionnent les modifications dans le dépôt master. « Dès le premier octobre 2020, tous les nouveaux dépôts que vous créerez utiliseront main plutôt que master pour désigner la branche par défaut », annonce GitHub. La mesure cible également les dépôts existants qui s’appuient sur le terme master pour désigner la branche principale. Toutefois, son application pour ces derniers pose certains problèmes que les responsables de la plateforme entendent contourner d’ici la fin d’année. En fait, cette annonce s’inscrit dans la suite d’une autre que le PDG de la plateforme a passée au mois de juin de l’année en cours.


L’année 2020 pourrait bien entrer dans l’histoire comme celle où il y a eu une prise de conscience mondiale sur les relations raciales. Dans l’univers de l’informatique, cette « vision globale des relations interraciales » se traduit par des appels au passage à des termes considérés comme plus inclusifs dans le but de lutter contre le racisme.

Par exemple, Linus Torvalds a procédé au cours du mois de juillet à l’intégration d’un guide terminologique à l’arborescence du projet Linux. Le document dénommé "Linux kernel inclusive technology" liste des termes comme master, slave, blacklist et whitelist comme étant à éviter dans le futur par la chaîne des contributeurs au noyau. Les modifications du code existant sont également dans le viseur, mais des exceptions sont prévues pour ce qui est de la maintenance d'une API d'espace utilisateur ou lors de la mise à jour d'un code pour une spécification qui rend ces termes obligatoires.



Cette inclusion fait suite à la proposition formulée par l'ingénieur principal d'Intel – Dan Williams. Elle bénéficiait déjà du soutien d’autres mainteneurs Linux dont Chris Mason et Greg Kroah-Hartman.

« La traite des esclaves africains était un système brutal de misère humaine déployé à l'échelle mondiale. Les décisions relatives au choix des mots dans un projet de logiciel moderne ne sauraient effacer ce malheureux héritage, mais peuvent aller dans le sens de maximiser la disponibilité et l'efficacité de la communauté mondiale des développeurs pour participer au processus de développement du noyau Linux », avait déclaré Dan Williams lors de la sortie de la proposition.

On dénombre 19 500 mentions du terme slave au sein de l’arborescence du noyau avec une prédominance de ces dernières au sein des sections de code dédiées à la gestion du réseau. La chaîne de caractères master pour sa part est mentionnée 26900 fois. Le décompte pour ce qui est de blacklist est de 888. Le noyau Linux quant à lui mobilise 69 300 fichiers texte, 3,54 millions de lignes de commentaires et 20,1 millions de lignes de code.

Cette annonce de l’introduction de ce guide terminologique au sein de l’arborescence du noyau s’inscrit dans une tendance générale à l'assainissement du langage technique dans l'ensemble de la communauté technologique. Après que les manifestations de Black Lives Matter ont éclaté aux États-Unis et dans certaines régions d'Europe, plusieurs entreprises ont annoncé leur intention de cesser d'utiliser des termes racistes et esclavagistes dans leur documentation technique. Des entreprises comme Twitter, GitHub, Microsoft, LinkedIn, Google, Ansible et d'autres se sont engagées à modifier le langage technique de leurs produits et de leur infrastructure afin de supprimer des termes comme master, slave, blacklist, whitelist et autres.

Grosso modo, on parle de modifications à controverse. En effet, deux courants au moins s’affrontent dans ces développements. Un pan des développeurs est d’avis que l’on devrait considérer des associations comme black (noir) = bad (mauvais) et white (blanc) = good (bon) comme justificatif pour formuler des propositions de terminologie inclusive. Un autre lui rétorque qu’il faudrait plutôt considérer l’origine de l’utilisation des termes en question et que dans ce cas les termes dans le viseur n’ont rien à voir avec des questions de racisme.

Jusqu’ici, on note comme un passage en force des idées des développeurs qui estiment qu’il faut considérer des associations comme black (noir) = bad (mauvais) et white (blanc) = good (bon) comme justificatif pour formuler des propositions de terminologie inclusive. Pour bon nombre de développeurs de l’autre bord, il y a comme une pensée totalitaire qui est en train de s’étendre dans le monde de l’informatique.

Source : GitHub

Et vous ?

L’année 2020 est-elle celle de la prise de conscience mondiale sur les relations raciales ?
Les développements en cours suggèrent-ils de parler de totalitarisme dans l’industrie de l’informatique ?
Laquelle des directions vous semble la plus pertinente dans ce débat ? Celle des associations black (noir) = bad (mauvais) et white (blanc) = good (bon) ou celle de l’origine des termes utilisés ?

Voir aussi :

Python va supprimer les termes "master/slave" de sa documentation et sa base de code pour des raisons de diversité et leur connotation à l'esclavage
L'équipe du langage Go retire les termes "whitelist", "blacklist", "master" et "slave" de sa documentation et de sa base de code parce qu'ils véhiculent des stéréotypes raciaux
Amazon annonce que la police ne pourra pas utiliser sa technologie de reconnaissance faciale pendant un an, suite aux manifestations liées à la mort de George Floyd
Après Apple, Google supprime à son tour l'application Gab de son Play Store, pour avoir violé sa politique relative aux discours haineux

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sergio_is_back
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 21/09/2020 à 10:14
Un nouveau jour se lève ...et les conneries continuent....
23  1 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 15/03/2021 à 9:54
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message

Que pensez-vous de ce qui apparaît comme une prise de conscience des relations raciales dans l’univers technologique ?
Ce n'est pas une prise de conscience mais ce qui s'apparente à du "green washing" pour les boîtes/industries polluantes:

Changer le nom par défaut de la branche principale, c'est une mesure qui ne coûte pas un kopeck et qui permet de dire: "vous voyez, nous on lutte contre les stéréotypes raciaux".

Et pendant ce temps, l'esclavage continue avec les enfants esclaves qui collectent le cacao, les travailleurs esclaves au Qatar, les femmes enlevées en Europe de l'est pour être prostituées, etc.

Bref, on fait disparaître des mots pour faire croire qu'un problème n'existe plus et se donner bonne conscience.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message

Les développements en cours suggèrent-ils de parler de totalitarisme dans l’industrie de l’informatique ?
Non. En fait, ça me rappelle un vieil épisode de South Park de juillet 2000, dans lequel la ville est divisée sur le changement/conservation de leur drapeau, qui représente le lynchage d'un noir par des blancs. La conclusion (à la South Park, bien sûr), c'est que les gamins, qui représentaient ceux qui voulaient conserver le drapeau pour des raisons historiques, n'étaient tellement pas racistes qu'ils n'avaient même pas compris que le problème était qu'il s'agissait de blancs qui pendaient un noir: eux ne voyaient que des personnes qui en pendaient une autre, car la couleur de la peau ne faisait pas de différence dans leur tête. Et pour finir, pour mettre tout le monde d'accord, ils conservent le drapeau mais en changeant la couleur des gens qui lynchent

Bref, tout ça pour dire que les termes en cours aujourd'hui ont été utilisés pour leur clarté, et non par "totalitarisme" ou je ne sais quelle autre raison stupide, et que les gens qui y voient du racisme devraient sans doute se remettre en question ou se battre pour faire disparaître l'esclavage plutôt que les mots...

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message

Laquelle des directions vous semble la plus pertinente dans ce débat ? Celle des associations black (noir) = bad (mauvais) et white (blanc) = good (bon) ou celle de l’origine des termes utilisés ?
L'origine des termes utilisés, bien sûr, sinon on appauvrit les langues au point de ne plus prendre en compte le contexte des mots. "master" est à prendre ici comme la version du maître face à celle de ses disciples, et non de ses esclaves. Du coup, pas de référence à l'esclavage dans ces propos, sauf pour les hypocrites ou les illettrés.
22  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/09/2020 à 9:42
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
« La traite des esclaves africains était un système brutal de misère humaine déployé à l'échelle mondiale. Les décisions relatives au choix des mots dans un projet de logiciel moderne ne sauraient effacer ce malheureux héritage, mais peuvent aller dans le sens de maximiser la disponibilité et l'efficacité de la communauté mondiale des développeurs pour participer au processus de développement du noyau Linux », avait déclaré Dan Williams lors de la sortie de la proposition.
  1. Tous les esclaves n'étaient pas africains
  2. Tous les marchands d'esclaves n'étaient pas blanc
  3. Tous les propriétaires d'esclaves n'étaient pas blanc

Il y a des africains qui vendaient des blancs, il n'y a rien de raciste dans les termes "maître" et "esclave".

Là par exemple il y a le mot "slave" et il n'y a pas de problème :


Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
L’année 2020 est-elle celle de la prise de conscience mondiale sur les relations raciales ?
Des entreprises essaient de se donner bonne conscience, mais ça n'aura jamais un impact positif sur des noirs.
Vous croyez que dans les quartiers pauvres aux USA, il y a des noirs qui sont en train de se dire "GitHub va remplacer le terme master, maintenant les choses iront mieux pour nous" ?
Si des noirs veulent en apprendre plus sur l'esclavage aux USA ils doivent s'intéresser au travail de Louis Farrakhan.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Jusqu’ici, on note comme un passage en force des idées des développeurs qui estiment qu’il faut considérer des associations comme black (noir) = bad (mauvais) et white (blanc) = good (bon)
Je ne suis pas d'accord, par exemple dans ce contexte le terme "bad" est positif :


Enfin bref, ils peuvent supprimer les mots : maitres, esclaves, liste blanche, liste noire, etc, ça n'aura jamais d'effet positif.
Le problème ce n'est pas la couleur c'est la pauvreté.
20  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 21/09/2020 à 10:25
Les 3 ahuris qui arrivaient à faire le lien entre un nom de branche et quelconque problème raciale sont désormais soulagés et les remercie

La traite des esclaves africains était un système brutal de misère humaine déployé à l'échelle mondiale.
Les migrants qui sont vendus (notamment en Libye) sont bien content de savoir qu'en fait l'esclavagisme est terminé depuis longtemps ...

Heuresement que ce renommage va mettre fin à tous ces agissements
18  0 
Avatar de redcurve
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 21/09/2020 à 10:27
Ils sont tarés
15  0 
Avatar de Jesus63
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 21/09/2020 à 10:39
"Couvrez ce mot que je ne saurais lire."

  • Github, le Tartuffe 2020
14  0 
Avatar de Fusoy
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 21/09/2020 à 18:35
Vous ne m'en voudrez pas, j'ai mis à jour mon diplôme.

13  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 15/03/2021 à 20:26
Que pensez-vous de ce qui apparaît comme une prise de conscience des relations raciales dans l’univers technologique ?
Maintenant il faut :

- interdire aux enfants d'appeler leur instituteur-trice maitre/maitresse (on verra le problème de l'écriture inclusive plus tard)
- interdire aux hommes d'avoir une maitresse
- ne plus appeler les avocats, les commissaires priseurs, les notaires maitre.
- bannir le mot maitre du dictionnaire

Et ensuite, nous aurons gagné la guerre contre le racisme.

13  0 
Avatar de TJ1985
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 15/03/2021 à 20:55
Bon. En plus de 30 ans d'info pro, vraiment, il ne m'est JAMAIS arrivé de songer à un lien entre la relation maitre-esclave de deux dispositifs/procédures/etc et cette abomination que fut l'esclavage. Peut-être que j'étais un petit peu trop occupé à bosser ?
Peut-être aussi que si il avait fallu commencer à s'excuser d'être homme, blanc et occidental auprès de chacun des collègues qui l'étaient moins, j'y serais encore. Au lieu de cela nous avons travaillé ensemble en utilisant plutôt nos cerveaux que nos peaux, nos sexes et nos hormones. Voir les projets achevés faisait plaisir aux utilisateurs, employeurs et clients.
Maintenant, il semble que sans un diplôme de prêtrise on ne puisse plus vivre en société. C'est sinistre.
Le pire est que les promoteurs de ces conneries sont sûrs de sauver le monde, qui aurait bien besoin qu'on s'occupe sérieusement de son cas, plutôt que de perdre du temps et de l'énergie à compliquer la vie des autres.
Peut-être surtout qu'ils sont incapables de faire autre chose que de monopoliser les salles de séminaires des étages élevés, ça leur donne une raison de vivre ? Et puis, les ronds de jambe, ça enrichit le carnet d'adresses, ça peut toujours être utile, sait-on jamais...
12  0 
Avatar de Bundy*Al
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 21/09/2020 à 11:28
L’année 2020 pourrait bien entrer dans l’histoire comme celle où il y a eu une prise de conscience mondiale sur les relations raciales.
C'est oublier que l'esclave est toujours d'actualité en Afrique. Que des africains noirs réduisent en esclaves d'autres africains noirs et qu'ils en ont le droit car l'autre porte un nom ou et d'une caste inférieure.
D’ailleurs le mot esclave vient de slave puisque pendant des siècles les royaumes musulmans allaient capturer des gens dans les pays d’Europe de l'est.

Voir l'excellent documentaire d’Arte "Les racines de l'esclavage".
9  0