Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

USA : l'industrie des puces veut 50 milliards de dollars pour maintenir la fabrication au sein du pays,
Alors que la Chine soutient le secteur national de semi-conducteurs

Le , par Stan Adkens

109PARTAGES

4  0 
Pendant que la Chine dépense beaucoup d'argent pour devenir l'un des principaux producteurs de semi-conducteurs, une étude révèle que des incitations fédérales pour la fabrication nationale de semi-conducteurs renforceraient la production américaine de puces, l'économie, la sécurité nationale et les chaînes d'approvisionnement. Selon le rapport d’étude publié mercredi, dix-neuf nouvelles usines de fabrication de puces seraient construites aux États-Unis au cours des dix prochaines années avec un investissement fédéral de 50 milliards de dollars.

La Semiconductor Industry Association (SIA), en partenariat avec le Boston Consulting Group (BCG), a publié une étude analysant l'impact des incitations fédérales proposées pour la fabrication nationale de semi-conducteurs. Le rapport, intitulé "Government Incentives and U.S. Competitiveness in Semiconductor Manufacturing", constate que de solides incitations fédérales permettraient d'inverser la trajectoire du déclin de la production de puces aux États-Unis, qui dure depuis des décennies, et de créer jusqu'à 19 grandes usines de fabrication de semi-conducteurs et 70 000 emplois bien rémunérés aux États-Unis au cours des dix prochaines années.


Selon l'industrie américaine des puces, c’est ainsi que les États-Unis pourraient mettre un terme à une tendance de délocalisation de la fabrication à l'étranger, la Chine dépensant beaucoup d'argent pour devenir l'un des principaux producteurs de semi-conducteurs. Le gouvernement fédéral doit déployer entre 20 et 50 milliards de dollars pour rendre les États-Unis aussi attractifs que Taïwan, la Chine, la Corée du Sud, Singapour, Israël et certaines parties de l'Europe afin d’y implanter des usines, a déclaré la SIA dans son rapport d’étude. L'échec de cette démarche menace le leadership américain dans l'ensemble du secteur, a-t-elle ajouté.

« Les incitations fédérales pour la fabrication de semi-conducteurs aux États-Unis sont un investissement dans la force économique de l'Amérique, la sécurité nationale, la fiabilité de la chaîne d'approvisionnement et la réponse à la pandémie », a déclaré Keith Jackson, PDG et directeur d'ON Semiconductor et président de la SIA 2020. « Par une action rapide et ambitieuse, le gouvernement américain peut contribuer à inverser la tendance à la baisse de la part de la fabrication de puces électroniques aux États-Unis, qui est actuellement de 12 % seulement, et faire de ce pays l'un des endroits les plus attractifs au monde pour la production de semi-conducteurs ».

Le groupe de lobbying, qui compte parmi ses membres les entreprises telles qu'Intel Corp. et Qualcomm Inc., cherche à convaincre le gouvernement américain à un moment où il pense que Washington est plus ouvert à l'écoute. La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis et les perturbations de la chaîne d'approvisionnement causées par la pandémie ont révélé les risques de faire fabriquer à l'étranger des composants aussi essentiels.

« Il y a six mois, je ne pense pas que nous aurions pu avoir cette discussion, le monde est allé dans notre direction », a déclaré John Neuffer, directeur général de la SIA. « Ce n'est pas un petit changement à Washington, c'est un changement important ».


Selon Bloomberg, l'industrie des semi-conducteurs, qui représente 400 milliards de dollars, est dirigée par des entreprises américaines, mais de nombreux fabricants de puces, tels que Nvidia et Qualcomm, sous-traitent la production à des usines situées principalement en Asie. Taiwan Semiconductor Manufacturing domine cette partie du marché et fabrique également des puces conçues par Apple et d'autres géants technologiques américains.

Les techniques de production, y compris les processus chimiques, et les équipements de fabrication complexes jouent un rôle essentiel dans la détermination des performances des puces. Les États-Unis doivent conserver une partie de ce travail au niveau national afin de pouvoir maintenir leur base de connaissances et la propriété des compétences, a déclaré la SIA.

Alors que la production américaine de semi-conducteurs diminue, le gouvernement chinois verse plus d'argent dans son industrie nationale

Selon le rapport de la SIA, seulement 6 % des nouvelles capacités mondiales en développement seront situées aux États-Unis. En revanche, la Chine ajoutera environ 40 % des nouvelles capacités au cours de la prochaine décennie et deviendra le plus grand site de fabrication de semi-conducteurs au monde. Mais la SIA a déclaré que les nouvelles usines américaines construites avec le soutien du gouvernement fédéral « apporteraient une technologie de fabrication de pointe et une capacité suffisante pour couvrir la demande de semi-conducteurs des industries américaines de la défense et de l'aérospatiale ».

Selon un article publié en début septembre par Bloomberg, la Chine prévoirait un ensemble de nouvelles politiques gouvernementales de grande envergure pour développer son industrie nationale des semi-conducteurs et contrer les restrictions de l'administration Trump, en choisissant de conférer le même type de priorité à l'effort qu'elle a accordé à la construction de sa capacité atomique. Une série de mesures visant à soutenir la recherche, l'éducation et le financement de l'industrie a été ajoutée à un projet du 14e plan quinquennal du pays, qui sera présenté aux principaux dirigeants du pays en octobre, a rapporté Bloomberg.

« Les dirigeants chinois réalisent que les semi-conducteurs sont à la base de toutes les technologies de pointe et qu'ils ne peuvent plus compter sur les fournitures américaines », a déclaré Dan Wang, analyste technologique de la société de recherche Gavekal Dragonomics. « Face aux restrictions américaines plus strictes sur l'accès aux puces, la réponse de la Chine ne peut être que de continuer à pousser sa propre industrie à se développer ».


Le Congrès étudie actuellement une loi bipartisane appelée "CHIPS for America Act" qui prévoit des investissements substantiels dans la fabrication et la recherche sur les semi-conducteurs aux États-Unis. La SIA représente 95 % du chiffre d'affaires de l'industrie américaine des semi-conducteurs et près des deux tiers des entreprises de fabrication de puces non américaines, selon l’Association.

Le sénateur John Cornyn, parrain de la loi, s'est prononcé sur la question mercredi : « La fabrication nationale de semi-conducteurs est en déclin constant, et la pandémie du covid-19 a montré clairement à quel point nos chaînes d'approvisionnement existantes sont vulnérables », a déclaré le sénateur républicain du Texas. « Ce rapport souligne la nécessité de relancer la production américaine de semi-conducteurs ».

Selon le rapport, implanter une usine aux États-Unis coûte environ 30 % de plus sur une décennie que des sites comparables à Taïwan, en Corée du Sud et à Singapour. La Chine pourrait être jusqu'à 50 % moins chère. Il faut jusqu'à 20 milliards de dollars pour construire une grande usine de fabrication de puces, soit beaucoup plus qu'un nouveau porte-avions ou une centrale nucléaire, estime le rapport. En dix ans, les usines de semi-conducteurs ont coûté jusqu'à 40 milliards de dollars. Les incitations gouvernementales dans le monde entier réduisent cette facture jusqu'à 13 milliards de dollars, selon le rapport.

La plupart des incitations aux États-Unis sont fournies par les gouvernements des États qui ne peuvent pas concurrencer les pays disposant de budgets plus importants, a déclaré la SIA. Certains pays offrent des subventions pour libérer les terres nécessaires. D'autres réduisent les impôts sur les sociétés et les taxes foncières ou aident à couvrir les coûts d'achat d'équipement. Selon l’Association, les États-Unis sont en bas de la liste dans la plupart de ces catégories, dont beaucoup sont contrôlées par Washington.

« Le pays qui est à la pointe de la recherche, de la conception et de la fabrication de puces avancées aura une longueur d'avance dans la course mondiale au déploiement de nouvelles technologies de changement de jeu, telles que la 5G, l'intelligence artificielle et l'informatique quantique », a déclaré John Neuffer.

Source : Rapport de la SIA

Et vous ?

Que pensez-vous du plan de 50 milliards de dollars pour maintenir la fabrication des semi-conducteurs aux USA ?
Ce plan permettra-t-il aux États-Unis de demeurer le leader de la production de puces ?

Voir aussi :

La Chine prévoit un fonds de 47 milliards de dollars pour stimuler son industrie de semi-conducteurs, et réduire le fossé technologique avec les USA
La Chine crée un fonds de 29 milliards de dollars pour faire progresser ses initiatives nationales en matière de semi-conducteurs, et réduire sa dépendance à la technologie américaine
La Chine injecte 2,2 milliards de dollars dans une entreprise locale de fabrication de puces, alors que Washington tente de couper Huawei des fournisseurs mondiaux de semi-conducteurs
Les États-Unis tentent de couper Huawei des fournisseurs mondiaux de puces, alors que la Chine envisage des représailles

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Madmac
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 18/09/2020 à 2:51
Compte tenu de l'espionnage que pratique la Chine. Le gouvernement chinois ne devait pas sortir perdant de l'opération.
1  0