IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Voici comment Amazon s'appuie sur des moyens technologiques pour empêcher ses employés de se regrouper en syndicats
Tout en prétextant d'œuvrer pour le maintien de leur productivité

Le , par Patrick Ruiz

1.2KPARTAGES

18  0 
Amazon France a décidé de fermer ses entrepôts en avril dernier. C’était en raison d’une action syndicale qui a amené le tribunal judiciaire de Nanterre à prendre cette décision. Motif : l’entreprise a failli à implémenter les mesures nécessaires à la protection des employés contre le coronavirus. Depuis lors, le géant du commerce en ligne prend des dispositions drastiques contre cette capacité de ses employés à se regrouper pour syndiquer. Il met en place des moyens technologiques dans l’optique de l’atteinte de cet objectif. Il les présente néanmoins comme des moyens de « maintenir leur productivité. »

Des moyens technologiques pour le maintien de la productivité des employés

Dans une publication parue l’an dernier, un ancien employé de l’entreprise souligne que celle-ci traite ses travailleurs comme des robots : « La technologie a permis aux employeurs d'imposer un rythme de travail qui ne laisse aucune place à l'inefficacité en supprimant chaque once de temps d'arrêt des journées de travail. Le scanner que j'utilisais pour faire mon travail avait aussi pour rôle d’effectuer le suivi de mes activités. Chaque chose que je faisais était surveillée et chronométrée. »

« Lorsque je terminais une tâche, non seulement le scanner m'en assignait une nouvelle à l'immédiat, mais il entamait automatiquement un décompte du temps restant pour l'accomplir. J'avais l'impression que la société voulait que nous soyons des robots. Pas d'arrêt, pas de possibilité d'éloigner l'esprit de la tâche. Je subissais une pression incroyable pour réprimer les "défauts" humains qui me rendaient moins efficace qu'une machine », ajoute Emily Guendelsberger. Le système d'Amazon suit une métrique appelée temps libre, indiquant le nombre de fois où les travailleurs font une pause. En droite ligne avec cet élément, elle affirme que les travailleurs n’avaient droit qu’à 18 minutes par vagues de tâches pour aller aux toilettes ou s’approvisionner en eau.

C’est un témoignage qui prend un coup de neuf avec une plus récente publication qui dresse sans détour une liste de l’arsenal dont Amazon fait usage : logiciels de navigation, bracelets, caméras thermiques, caméras de sécurité, enregistrements. Chez le géant du commerce en ligne, on se justifie en arguant qu’il s’agit de dispositifs destinés à encadrer la productivité des employés.

« Les performances des employés sont mesurées et évaluées sur une longue période, car nous savons que divers facteurs peuvent avoir un impact sur la capacité à répondre aux attentes d'un jour ou d'une heure donnés. Nous soutenons les personnes qui ne sont pas performantes au niveau attendu grâce à un accompagnement spécifique pour les aider à s'améliorer », répond Amazon.

Ce qu’il faut bien noter à propos des entrepôts d’Amazon est qu’ils ont fait l’objet d’automatisation et certains postes ont été remplacés par des robots. La société s’appuie sur un animé par une intelligence artificielle chargée du suivi de la productivité des employés. Ce dernier est même en mesure de générer de façon automatique les documents nécessaires au licenciement en cas de non-atteinte des objectifs. Ce seul motif a mené au licenciement de plus de 300 employés travaillant dans un des entrepôts de l’entreprise à Baltimore pendant la période allant d'août 2017 à septembre 2018.

Amazon a fait savoir que malgré le fait que le système soit en mesure de produire des documents de licenciement, l'accord d'un superviseur humain est obligatoire pour la décision finale. Dans ce cas, celle-ci est transmise à l'employé concerné par le superviseur humain. Quoi que la société puisse dire pour sa défense, ses mécanismes pour une productivité exigeante sont omniprésents dans bon nombre de ses domaines d’activité. À titre d’illustration, ses chauffeurs ont déclaré être tellement sous pression qu'ils ne prennent des pauses que devant les panneaux d'arrêt et qu'ils urinent dans des bouteilles dans les camions de livraison.


L’agenda plus ou moins masqué : empêcher les employés de se regrouper en syndicats

C’est une offre d’emploi récemment mise en ligne par Amazon qui vient révéler des pans additionnels des raisons de l’adoption de tous ces moyens technologiques par l’entreprise. À la recherche d’un « analyste en renseignement » elle stipule que ce dernier a pour missions : d’espionner les efforts de syndicalisation des travailleurs et rendre compte de ses conclusions aux dirigeants de l’entreprise ; collecter des éléments pour le montage des actions en justice contre les groupes de travailleurs qui protestent contre Amazon ; etc. Des prérogatives difficiles à remplir si l’analyste ne s’appuie pas sur l’arsenal technologique évoqué.


Amazon a fini par supprimer l’offre d’emploi en question. L’entreprise affirme désormais qu’elle ne « décrivait pas de façon fidèle le poste à attribuer. » « L'offre d'emploi n'était pas une description précise du poste. C'était une erreur qui a été corrigée depuis », indique-t-elle.

Sources : Reuter, CNBC

Et vous ?

Que pensez-vous de l’utilisation de tels moyens en milieu de travail pour les raisons évoquées ?
Accepteriez-vous de travailler dans de telles conditions ?

Voir aussi :

Amazon : un employé demande à son patron d'arrêter de vendre le système de reconnaissance faciale à la police évoquant des dérives
24 ouvriers d'Amazon soignés à l'hôpital après qu'un robot ait déchiré accidentellement une bombe anti-ours, dans un entrepôt à News Jersey
Amazon révèle que plus de 10 000 employés travaillent sur Alexa ainsi que sur les appareils Echo qu'il alimente

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/02/2021 à 19:13
@Mingolito, non justement, les syndicats servent à quelque chose, la preuve quand la majorité des salariés était syndiqués en France (dans certains secteurs), c'est là qu'il y a eu le plus de gains sociaux/économique pour ces derniers (les 5 semaine de vacances par ans, le 49, 45, 40 puis 35h, c'est pas venu tout seul).

En Finlande & au Danemark, ça frôle les 70% de salariés syndiqués et j'ai pas l’impression que les salariés Français soit mieux loti qu'eux, ce serait même le contraire, mais bon .

Et puis ton exemple du détournement d'argent, t'es quand même d'accord pour dire que ce n'est pas le fonctionnement normale, ni attendu d'un syndicat ?

Le problème des syndicats aujourd'hui en France, c'est que l’État s'en est mêlé, pas que leur utilité à disparu, bien au contraire.
15  1 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/09/2020 à 15:00
Bonjour,

Qu’en pensez-vous de l’utilisation de tels moyens en milieu de travail pour les raisons évoquées ?
Les employés en question sont les "cobayes" des temps modernes. Dans 10 ans bon nombre de caristes et manutentionnaires auront été licenciés. Le but in-avouer et de ce servir des datas de temps et disposition de travail pour automatiser ces tâches.

Un exemple tout simple , en France les pharmacies du réseau " la mutualité française ", ont remplacé les préparateurs en pharmacie par des robots . Du coup une diminution du nombre de personnel.

Autre exemple chez Amazon, les produits qui passent en entrepôts et sont issus de marques externes, Amazon exige des tailles, mesures, poids , transportabilité ... pour maximiser la manipulation des "petits" objets en "vrac" par des robots.

Les raques ou l'on a des objets en vrac devrons représenter moins de 5% des volumes d'ici 2025 à 2030. Cela a été expliqué dans un reportage en 2019 sur M6.

Accepteriez-vous de travailler dans de telles conditions ?
C'est humainement intenable sur plusieurs années ... Les emplois en question sont dans la majorité des cas, des emplois d’intérimaires ou de CDD ou alors d'étudiant en mal d'argent ... max 18 à 24 mois.

Amazon n'a même pas besoin ou alors rarement besoin de licencier. Les travailleurs partent d'eux même tellement ils sont dégoutés des conditions de travail.
11  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/09/2020 à 7:25
Citation Envoyé par mymouns Voir le message
mettre en place une taxe ou un forfait a Amazon pour financer le chômages ?
Arrêtez avec vos fantasmes, ça n'arrivera jamais...
Oui des travailleurs vont être remplacé par des robots, mais il n'y aura pas de taxe pour financer le RSA ou le chômage.
Les gens qui vont perdre leur emploi n'en retrouveront plus et voilà. Ils vont finir au RSA et toucher 400€/mois.
Personne ne va toucher 1200€ sans rien faire. (à part les assistants des élus , mais c'est encore autre chose (emploi fictif))
8  0 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/02/2021 à 11:48
Bonjour,

Amazon envoie des instructions "Votez NON" aux employés dans le cadre de l'élection syndicale et leur demande d'utiliser une nouvelle boîte aux lettres qui les met mal à l'aise

Quel est votre avis sur le sujet ?
Au vu de la taille d'Amazon, l'idée est surtout de trouver des postes d'économies sur l'aspect œuvres sociales / avantages salariaux / protections sociales / complémentaires ... 1 millions d'employés dont 40 à 50 % de CDD / intérim avec des profils de type chauffeurs/livreurs/manutentionnaires , précaire en somme.

La pression pour faire des "gestes financiers" sur les petits salaires doit juste être énorme ...

Amazon cherche simplement à appliquer un modèle 1h travaillé = 1 heure payée , rien de plus, ni avantage ... Dans le monde anglo saxon on voit fleurir les contrats 0 heures et heures à la "demande" ... A part un salaire horaire il n'y a aucune protection sociale ou alors le strict minium et aucun avantage (CSE, avantage de paiement de frais divers ... ) passent à la trappe.

Le modèle Amazon c'est surtout conserver les "plus dociles" et "performants" jusqu'à s'user la santé et / ou le physique ... Au moindre grain de sable > par ici la sortie .

Et on ose nous venter les "metiers" par les pubs ... il est "beau " le modèle
6  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/09/2020 à 0:54
Citation Envoyé par mymouns Voir le message
Je suis peut être utopistes mais pourquoi ne pas remplacer ce travail ingrat par des robots
Ça c'est en cours :
- Entrepôts gérés par des robots
- Livraisons faite par des robots et des drones robots
- Transferts vers les entrepôts par des camions robots
- Transferts internationaux fait par des avions transports robots (Airbus auto pilot déjà fonctionnels)

Tout ça fonctionne déjà, ça sera mis en place petit à petit

Citation Envoyé par mymouns Voir le message
et mettre en place une taxe ou un forfait a Amazon pour financer le chômages ?
Ça non, Jeff Bezos à décidé d'accumuler encore plus de trillions de dollars, puis quand il en aura assez lui et Musk iront se construire une villa sur Mars pour échapper à la foule des 7 milliards d'êtres humains furieux après leur mise au chômage









5  0 
Avatar de Sylvain_LD
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 05/03/2021 à 11:36
Tout le monde critique la politique salariale, sociale de l'entreprise, mais un très grand nombre de personnes dans le monde est client d'Amazon!
La bonne méthode, quand on est pas content d'un commerçant, c'est de ne pas aller chez lui.
Moi je n'ai pas de compte chez Amazon et je n'ai jamais rien acheté chez eux!
6  1 
Avatar de calvaire
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 02/09/2020 à 13:53
moi oui c'est évident que c'était une erreur, c'est typiquement le genre d'erreur que nous commettons tous les jours
4  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 22/02/2021 à 16:56
C'est l'iédologie californienne : le succès se construit en s'asseyant sur le droit (ici le droit du travail, mais ils en piétinent d'autres aussi). Ca ne peut pas marcher indéfiniment, mais ils ont pris un tel ascendant que le retour sur terre va être très, très, très long.
4  0 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/02/2021 à 18:48
Bonsoir,

Amazon offre des primes de démission de 2000 $ à ses employés afin de les empêcher de participer à un vote historique pour s’ouvrir la porte de la syndicalisation à laquelle l’entreprise s’oppose.

Que pensez-vous de l’approche Amazon sur ce cas ?
1) Le comportement d'Amazon dépasse l'indescence ...

2) Mieux vaut refuser 1000 , 2000 ou 10000 € de "prime" , que de sacrifier un travail ...

3) Aucune loi n'interdit quinconce de monter une assos ou de se rassembler pour avoir des revendications ... les employés et syndicats aussi devraient jouer sur la corde sensible . Histoire de prendre Amazon de court ... Que peut faire Amazon face une asso et non syndicat ? Rien juridiquement ... trouble à l'ordre publique ? Si il n'y a pas de manif ...

Amazon va vite retomber de sa chaise à se prendre pour dieu.
4  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/03/2021 à 8:30
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Une instruction écrite en gras dit : « Marquez votre bulletin de vote. Protégez ce que vous avez. Votez non ». Plus loin, le magazine énumère aussi une série de raisons pour lesquelles il faut voter "non". Il y a, entre autres, « un syndicat ne peut pas garantir une plus grande sécurité de l'emploi ou de meilleurs salaires ou avantages » et « vous payez le syndicat avec les cotisations qu'il prélève sur votre salaire chaque mois ». Si les syndicats ne peuvent pas garantir des conditions de travail spécifiques, les travailleurs syndiqués aux États-Unis gagneraient en moyenne 11 % de plus que leurs collègues non syndiqués dans le même secteur.
On dirait qu'Amazon est inquiet. C'est impressionnant qu'il fasse autant d'efforts pour empêcher la création d'un syndicat.
4  0