Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le PDG de TikTok, Kevin Mayer, critique Facebook pour des attaques déguisées en patriotisme,
Par l'intermédiaire d'une note de blog

Le , par Jonathan

161PARTAGES

6  1 
Mercredi dernier, le PDG de Facebook est passé devant le sous-comité judiciaire de la Chambre sur l'antitrust où il a déclaré que le succès de Facebook est dans l'intérêt patriotique du pays pour éviter d'être devancé par la Chine. Seulement, il se trouve que les arguments utilisés par Zuckerberg devant les membres du Congrès ont été rendus publics avant son audience, ce qui n’a pas laissé indifférent Kevin Mayer, le directeur général de TikTok. Ce dernier a immédiatement réagi, et ceci quelques heures seulement avant l’audience de Zuckerberg, en accusant Facebook d’utiliser le patriotisme comme un moyen injuste d’attaquer l’application grand public chinoise.

Il faut rappeler que Mayer était responsable du streaming chez Disney avant de devenir au mois de mai de cette année, le PDG de TikTok et le nouveau chef de l’exploitation de sa société mère chinoise ByteDance. Il est là principalement pour renforcer la réputation de TikTok parmi les législateurs américains de Capitol Hill sceptiques quant à sa propriété chinoise. Il faut savoir qu’à peine quelques semaines après l’arrivée de Mayer, Facebook a diffusé une série de publicités de la campagne du président américain Donald Trump suggérant que TikTok espionnait ses dizaines de millions d'utilisateurs américains.


Bien sûr TikTok a nié ces accusations, mais elles ont eu pour effet d’accroître les tensions qui existaient déjà entre les 2 sociétés concurrentes. Sachant tout ceci, on comprend donc que Mayer ne pouvait pas rester passif face aux propos qu’allait tenir Zuckerberg devant le Congrès. Des propos qui laissent croire que l'ascension rapide de la technologie chinoise menace les valeurs occidentales de liberté d'expression et de démocratie.

« Sans TikTok, les annonceurs américains n'auraient à nouveau plus le choix. Chez TikTok, nous accueillons la concurrence. Nous pensons qu’une concurrence loyale nous rend tous meilleurs. Nous concentrons nos énergies sur une concurrence loyale et ouverte au service de nos consommateurs, plutôt que sur les attaques calomnieuses de notre concurrent à savoir Facebook, déguisées en patriotisme et conçues pour mettre fin à notre présence même aux États-Unis », tels ont été les mots employés par Mayer dans une note de blog.

Mayer a également critiqué les efforts de Facebook pour créer des applications qui ne seraient en réalité que des copies des TikTok. Il faisait ainsi allusion à un service vidéo de Facebook qui avait rapidement échoué et à Instagram Reels, un autre service vidéo de Facebook qui sera lancé aux États-Unis début du mois d’août.

Avec toutes les rumeurs autour de TikTok, l'administration Trump envisage de l'interdire en inscrivant sa société mère chinoise, ByteDance, sur la liste noire des craintes pour la sécurité nationale. Mais pour montrer sa bonne foi et faire preuve de transparence, Mayer a fait savoir que TikTok accepte de faire face à un examen encore plus minutieux en raison de ses origines chinoises.

« Nous acceptons cela et relevons le défi de donner la tranquillité d’esprit aux utilisateurs grâce à une plus grande transparence et responsabilité. Nous pensons qu’il est essentiel de montrer aux utilisateurs, annonceurs, créateurs et régulateurs que nous sommes des membres responsables et engagés de la communauté américaine qui respecte les lois américaines », a-t-il déclaré.

Ceci n’est pas surprenant venant de TikTok puisque déjà au mois de mars de cette année, TikTok avait annoncé son intention de créer un centre de transparence et de responsabilité pour divulguer ses politiques de contenu et son algorithme. Dans sa note de blog, Mayer invite les autres entreprises de médias sociaux à divulguer leurs algorithmes, leurs politiques de modération et leurs flux de données aux régulateurs, mais reste à savoir si Facebook, le principal accusateur, pourra aussi le faire.

Source : Note de blog

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous que Facebook puisse accepter de rendre publics ses politiques de modération et ses algorithmes ?

Voir aussi :

Zuckerberg prévoit de dire au Congrès américain que le succès de Facebook est dans l'intérêt patriotique du pays, pour éviter d'être devancé par la Chine
TikTok est-il en réalité un service de collecte de données déguisé en média social ? c'est l'avis d'un sénateur libéral australien
Anonymous fait campagne contre TikTok : « supprimer ce logiciel espion chinois maintenant », déclare le collectif hacktiviste sur son compte Twitter

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !