Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon intente une action en justice contre Brian Hall, l'ancien vice-président marketing d'AWS
Après que ce dernier a accepté un poste chez Google Cloud

Le , par Jonathan

347PARTAGES

6  0 
Brian Hall est un ancien vice-président du marketing produit chez Amazon Web Services Inc. Il est actuellement sous le coup d’une plainte déposée par son ancien employeur au moment même où il a pris fonction chez Google Cloud, l'un des principaux concurrents d’Amazon. En effet, Amazon a déposé une plainte contre Hall devant la Cour supérieure du comté de King à Seattle. Dans cette plainte, la société affirme que le nouvel emploi de Brian Hall viole les termes d'un accord de non-concurrence que ce dernier avait signé lorsqu’il travaillait chez elle et craint de voir exposer des informations concurrentielles précieuses.

Hall indique que son dernier jour de travail de fond chez Amazon était le 13 février dernier, son emploi a officiellement pris fin à la fin du mois de mars, et il a accepté un poste de responsable marketing produit chez Google Cloud début avril. Il est important de préciser que d’après des documents judiciaires inclus au dossier, cet accord de non-concurrence qu’avait signé Hall, l’obligeait à ne pas travailler pour un concurrent pendant 18 mois après avoir quitté Amazon.


C’est précisément à ce niveau que les avocats de Hall basent leur défense en alléguant que les agissements d’Amazon avaient amené leur client à croire que la société n'appliquerait pas cette disposition de l’accord de non-concurrence. Ils soutiennent que la société applique ses accords de non-concurrence de manière incohérente. Pour mieux comprendre ces allégations, il faut savoir qu’Ariel Kelman, l'ancien patron de Hall chez AWS, a quitté Amazon pour occuper le poste de directeur du marketing chez Oracle plus tôt cette année.

D’après le dossier, la décision d’Amazon de ne pas intenter une action en justice contre Kelman aurait laissé croire à Hall que la société n’appliquerait pas son propre accord de non-concurrence. De plus, Hall déclare que cet accord ne devrait pas être appliqué puisque le travail ne l'obligera pas à utiliser ou à divulguer des informations confidentielles d'Amazon. Il ne reste plus qu’à savoir si sa seule parole suffira à convaincre les autorités.

D’un autre côté, on peut comprendre la décision d’Amazon d’empêcher Hall de travailler pour la concurrence. Il faut rappeler que Hall a été un maillon fort chez Amazon et non un simple technicien dont on peut facilement se passer. Il a aidé à développer et connaît l'intégralité de la feuille de route confidentielle des produits cloud d'Amazon pour 2020-2021. En conséquence, il s'est vu confier une vision inhabituellement large des plans de produits cloud d'Amazon, ses priorités et sa stratégie concurrentielle. On peut donc comprendre que cela puisse faire peur à Amazon de le voir travailler pour la concurrence.

L’action d’Amazon contre Hall a tout de même un précédent. On se souvient que l’année dernière, Amazon a poursuivi son ancien directeur des ventes Philip Moyer, après que ce dernier ait lui aussi décidé d’aller travailler pour Google Cloud. Ricardo Martinez, le juge de cette affaire avait finalement décidé de limiter certains aspects du nouveau rôle de Moyer chez Google pour la durée de son accord de non-concurrence, sans manquer de critiquer certaines de ses dispositions comme étant déraisonnables.

Tout comme le juge Martinez, plusieurs internautes ont à redire concernant ces accords de non-concurrence. Certains vont même jusqu’à dire qu’il serait plus juste pour l’employé qu’il continue d’être payé par l’entreprise qu’il a quittée aussi longtemps que cet accord l’empêche d'être employé par la concurrence. Espérons pour Hall le juge en charge de cette affaire soit du même avis ou au moins qu’il rende une décision semblable à celle rendue par le juge Martinez l’an dernier.

Source : Plainte

Et vous ?

Comment pensez-vous que cette affaire puisse se terminer ?

Voir aussi :

Amazon dit ignorer à quel moment les entrepôts vont rouvrir en France à un moment où l'entreprise use de moyens subtils pour réduire les commandes des clients, en raison de l'escalade de la demande
Amazon « en désaccord » avec la décision du tribunal judiciaire qui ordonne à Amazon France de se limiter à la livraison des « marchandises essentielles »
Le chiffre d'affaires d'Amazon a augmenté de 26 % au cours du 1T20, mais son PDG prévient les investisseurs que les bénéfices vont souffrir des mesures liées au Covid-19

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de user056478426
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 09/06/2020 à 10:12
Voilà ce qui arrive quand on fait un pacte avec le diable
1  0 
Avatar de Thomasa21
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/06/2020 à 11:27
Citation Envoyé par user056478426 Voir le message
Voilà ce qui arrive quand on fait un pacte avec le diable
serais-tu sérieusement entrain d'essayer de nous faire croire que travailler pour Amazon serait similaire à pactiser avec le diable ?
J'espère que j'ai mal compris.
1  0 
Avatar de lvr
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/06/2020 à 20:54
Citation Envoyé par Thomasa21 Voir le message
serais-tu sérieusement entrain d'essayer de nous faire croire que travailler pour Amazon serait similaire à pactiser avec le diable ? J'espère que j'ai mal compris.
Non, il parlait d'aller travailler chez Google
1  0