Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Apple et Google rendront leur API disponible dès le 28 avril prochain,
Le jour du vote à propos de StopCovid à l'Assemblée nationale

Le , par Bill Fassinou

385PARTAGES

5  0 
Initialement prévue pour mi-mai, la première version de l’API d’Apple et Google dans le cadre du traçage des personnes afin de savoir si elles ont été en contact avec une personne atteinte du Covid-19 fera son apparition ce mardi 28 avril. La nouvelle vient d’une conversation téléphonique entre le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton et Tim Cook, le PDG d’Apple, la semaine dernière. Thierry Breton s’est entretenu avec Sundar Pichai et Tim Cook afin de s’assurer que leur plateforme commune respecte les prescriptions européennes en matière de vie privée.

Alors que le monde entier se prépare à un déconfinement progressif jusqu’à un retour à la normale, l’utilisation des applications de contact tracing se précise de plus en plus. En France, c’est l’application StopCovid qui tient les débats, mais celle qui retient désormais le plus l’attention c’est l’API annoncée par Apple et Google dans cet objectif. La solution commune que proposent ces deux géants devrait permettre de retracer efficacement les infections au Covid-19 en permettant aux smartphones dotés de leurs systèmes, Android et iOS, de communiquer entre eux.

L’API est basée sur la technologie Bluetooth. « Tout d’abord, en mai, les deux entreprises publieront des API qui permettent l’interopérabilité entre les appareils Android et iOS à l’aide des applications des autorités de santé publique. Ces applications officielles seront disponibles pour les utilisateurs à télécharger via leurs boutiques d’applications respectives », ont-ils annoncé. Mais, à la suite de l’échange de Thierry Breton et de Tim Cook la semaine dernière, cette date a été modifiée. La toute première version de l’API sera publiée le 28 avril.


Avant Tim Cook, le commissaire européen au marché intérieur avait déjà eu une discussion téléphonique avec le PDG de Google, Sundar Pichaï. Breton s’est engagé sur cette voie pour s’assurer que les cas d’utilisation de l’API vont se limiter effectivement à ce qu’Apple et Google ont annoncé dès le départ. En effet, leur collaboration est perçue comme une menace à la vie privée par certaines personnes. Elles dénoncent les risques que de pareilles applications pourraient faire peser sur la protection des données privées.

« Il est important de s'assurer qu'Apple respecte bien tous les éléments de la boîte à outils de l'Union européenne qui pose des verrous en la matière », a expliqué Breton, à l'issue de son entretien téléphonique. En outre, ces applications doivent aussi faire l’objet d’une approbation par les autorités sanitaires nationales avant leur utilisation. Elles disparaîtront en même temps que l'épidémie du Covid-19 et ne seront ensuite utilisées que sur la base du volontariat.
Cela dit, le projet pourrait connaître un blocage dans certains pays comme la France.

En effet, certains gouvernements souhaitent avoir accès à davantage de données, notamment des informations sur la localisation et l'identification des utilisateurs. Breton a déclaré que les entreprises technologiques devraient faire tout leur possible pour développer des solutions pour les cas d'utilisation nationaux, mais n'a pas mentionné de cas spécifiques. De son côté, Apple a refusé d'ouvrir l'accès de son Bluetooth quand l'application n'est pas utilisée.

Ces points n’ont toutefois pas été abordés lors de l’entretien entre les deux hommes. Le commissaire européen au marché a d’abord insisté sur le fait que les considérations techniques doivent être réglées au niveau des États membres. Selon la rumeur, ces États demandent plus d’accès, car ils craignent de perdre la maîtrise sur la conception de ces applications, au profit de Google et Apple. En France, l’on estime que le développement de l’application StopCovid pourrait être bloqué si Apple ne respecte pas les exigences du gouvernement.

L’API de recherche de contacts sera déployé en tant que mise à jour des services Google Play sur Android, et en tant que mise à jour du logiciel iOS pour les smartphones d’Apple. Apple a déclaré vouloir mettre cette technologie à la disposition du plus grand nombre de personnes possible, ou au moins de tous les appareils Apple actifs qui disposent de la pile Bluetooth appropriée. Cela implique qu'Apple publiera des mises à jour d'OS au moins pour iOS 13 et iOS 12. En plus des dispositions relatives à la protection de la vie privée, la fonctionnalité sera accessible à tous.

Le système d'exploitation demandera aux utilisateurs s'ils souhaitent participer à la recherche des contacts. Les utilisateurs devront également télécharger l'application de santé publique qui correspond à leur région. L’application rassemblera les identifiants Bluetooth anonymes et émettra des alertes si un cas positif au Covid-19 est suivi à proximité. Apple a indiqué qu’il ne permettra à aucune application de l’App Store d'utiliser l’API de recherche de contacts. Les dispositions seront prises pour qu’il y ait une seule application correspondante à une région géographique.

Les utilisateurs ne pourront pas se déclarer comme positifs sans une sorte de vérification médicale, afin d'éviter le trolling et l'abus du système. Par ailleurs, dans la deuxième phase du projet, qui devrait arriver dans les mois à venir, Apple et Google comptent intégrer des parties de ce système de suivi directement dans leurs systèmes d'exploitation respectifs. Cela signifie qu'il ne sera plus nécessaire de télécharger une application pour obtenir des alertes de proximité pour la recherche de contacts. Le projet a été coupé en deux phases en raison de l'urgence de la crise mondiale.

Source : Les Echos

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Apple et Google lancent un outil commun de traçage du COVID-19 pour iOS et Android, il se traduira d'abord par une API, puis un outil intégré nativement aux deux systèmes

StopCovid : la France travaille sur une application qui va tracer l'historique des contacts avec les malades, mais la piste de la géolocalisation est écartée

Covid-19 : faut-il pister les téléphones pour cibler les lieux de rassemblements ? Le PM canadien n'écarte pas l'idée d'aller vers un « totalitarisme sanitaire », d'après les défenseurs des libertés

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de stardeath
Membre expert https://www.developpez.com
Le 05/05/2020 à 14:44
apple et google ne placent pas de garde fous, ils placent des restrictions pour que les autres ne puissent pas s'en servir. il ne faut pas s'inquiéter pour ça, google et apple se gardent le droit de faire tout ce qu'ils veulent, y compris faire croire qu'ils respectent la vie privée.

quelle blague.
7  1 
Avatar de ijk-ref
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 06/09/2020 à 22:09
Citation Envoyé par epsilon68 Voir le message
et voila comme d'hab, a se demander si ce n'etait pas fait expres tout de meme non ?
Les omniscients et omnipotents Dieux Google et Apple ne font PAS - JAMAIS - d'erreurs. Tout est prémédité, ils ont un plan - Amen

Si tu connais un peu l'histoire de l'informatique, aucun humain a crée de système (réseau) infaillibles. Pour croire que Google et Apple y échappent c'est leur prêter des pouvoirs inhumains.
3  0 
Avatar de Malabarre
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 05/05/2020 à 15:27
Quelle étrange qualification désigner décentralisée chez Les Gafa ou centralisée dans une agence publique. Ça manque de clarté ou un flou volontaire? Car stocker dans les postes usagers, avec des identifiants cachés, mais parfaitement "révèlables" une fois un stockage adressé à une autorité centralisatrice. Une IA chez l'un des intermédiaires sera capable de croiser les déclenchements, avec les adresses des postes ayants chargé l'application, et donc créé un identifiant générateur des clés secrètes. La certification médicale reliera aux bases( - Ameli ... ou autres). D'ailleurs le projet de texte de loi en France prévoit déjà l'exception qui sera un précédent, usera-t-on encore une fois de la nécessité "sanitaire"?
2  0 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 29/05/2020 à 20:58
Quelle sera l'efficacité des applications Covid-19 ? Sur ce point, les auteurs de CommitStrip sont pessimistes :

http://www.commitstrip.com/fr/2020/05/29/covid-go/
2  0 
Avatar de Steinvikel
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 05/09/2020 à 19:50
L’API n’étant pas entièrement open source, une tierce partie n’est pas en mesure de proposer une solution.
...d'où l'importance, autre que politique, d'adopter des solutions sous licences "libres" à copyleft fort.
2  0 
Avatar de pkplomb46
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 30/04/2020 à 18:37
Je serai currieux d'avoir l'avis de la CNIL sur le sujet ...
1  0 
Avatar de SQLpro
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 05/05/2020 à 16:41
Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
Merci à Apple et Google de placer des gardes fous de sorte à forcer le respect de la vie privée de tout un chacun !!!

Ce qui me fait m’interroger est le fait de constater que ce sont des entreprises privées qui doivent se positionner de la sorte pour que nos droits soient respectés !?
Tu te trompes légèrement... En effet, google te géolocalise en permanence dès que tu es en possession d'un téléphone android. Même si tu désactive la géolocalisation, Android continue de te tracer, mais n'envoie pas les informations en temps réel. il les enverras dès que pour une raison quelconque, une application te demandera d'être géolocalisée.....

Ce qui est bien la pire des situations, car Google pourra ensuite revendiquer le monopole de toutes les informations liées au Covid et vendre tout cela au plus offrant!
https://www.sciencesetavenir.fr/high...lephone_116061
https://hal.inria.fr/hal-01575519/document

A +
2  1 
Avatar de Malabarre
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 28/04/2020 à 9:13
Je suis A, je croise B, dès la détection (quelle proximité?) un dialogue s’établit entre les couches cachées des systèmes Bluetooth, on mesure cette durée (quelle bonne durée estimée à moins de 2 m?) et dans ce cas A enregistre l'adresse (qui change chaque 1/4 d'heure).
J'imagine croiser dans mes déplacements, dans mes queues à la caisse de l'hyper, dans un bus ou un wagon, ... beaucoup de gens.
Dans les 14 jours B qui n'avait aucun des premiers symptômes connus (s'il en avait j'espère qu'il avait pris soin de rester chez lui) a une poussée de fièvre (peut-être détectée par un vigile à l'entrée d'une salle de spectacle?) il a pris soin de contacter le 0806800540 qui l'a aiguillé sur le 15 qui a confirmé qu'il devait se faire tester (par son déplacement ... chez un généraliste, dans un labo?) le prélèvement effectué il est resté 2 jours à attendre la confirmation.
Soit B est testé "non positif" et la vie continue ... et il devra se refaire tester si les symptômes s'aggravent (car il est fréquent d'avoir des faux négatifs d'où l'inutilité des tester "tout le monde")* soit B est "positif" et en plus de s'isoler B doit indiquer sa positivité dans l'application peut-être en indiquant un code "clef de sécurité" ou directement par un praticien lors du premier traitement ou hospitalisation (car de fausses alertes sont à éviter!!!).*
Ce signalement par B déclenche une communication du téléphone de B vers le service centralisateur (donc les Google-Apple et autres fournisseurs d'accès Orange, Xavier Niel, Numéricable-SFR, ...) connaitront par des fonctions signalées spécifiquement par cette appli qu'une détection a eu lieu, quel individu (son num tel) et une communication dont la durée signifiera le nombre de contacts transmis, voire une géolocalisation GPS, et plein d'autres infos "normalement" communiquées dans ces liaisons.
Le centre décryptera les équivalents des numéros de téléphones "tracés" reçus lors de ce signalement, puis adressera semble t-il un SMS d'alerte!
Donc moi A, reçois un tel message dans lequel on m'invite à prendre des précautions, sûrement immédiatement me mettre à l'écart, prévenir mes proches, mon patron ... et appeler le 0806800540* et dérouler la démarche (ici même sans symptômes?).

On imagine avec l'incertitude des tests "non positifs", une contagiosité asymptomatique, combien cette chaine doit avertir et paniquer combien de personnes si rapidement.
En fait c'est comme le confinement qui ralenti l'affluence dans les hôpitaux, c'est la quantité de smartphones qui ne seront pas au rendez-vous qui limitera les détections.
Mais alors la circulation sera pratiquement incontrôlable. Une usine à gaz pour rien.
0  0 
Avatar de Malabarre
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 28/04/2020 à 9:25
On retient cette précision d'Apple:

"Apple a indiqué qu’il ne permettra à aucune application de l’App Store d'utiliser l’API de recherche de contacts. Les dispositions seront prises pour qu’il y ait une seule application correspondante à une région géographique."

Donc de l'AppleStore non, du GooglePlay? mais déjà ces plateformes connaitront les identités qui ont chargé l'appli!

Et en développant une appli , par exemple sur Windows, pourrait-on rechercher les contacts établis avec une personne porteuse (de l'appli et marquée positive) sans avoir à décrypter, ni identifier, mais par exemple avec une borne d'entrée de magasin, ou plus simplement avec un mobile spécifique fourni à des vigiles par exemple; ils sont bien en droit de vérifier les contenus de sacs.

Y en a t'il été question quelque part. La précision d'Apple laisse entendre vouloir éviter une telle possibilité d'espionnage.
0  0 
Avatar de phil995511
Membre averti https://www.developpez.com
Le 05/05/2020 à 13:12
Merci à Apple et Google de placer des gardes fous de sorte à forcer le respect de la vie privée de tout un chacun !!!

Ce qui me fait m’interroger est le fait de constater que ce sont des entreprises privées qui doivent se positionner de la sorte pour que nos droits soient respectés !?

Les politiques qui désireraient que l'on viole nos vies privées, ce quel qu’en soit le prétexte, devraient purement et simplement êtres éjectés de leurs postes d'élus / représentants du peuple et de la démocratie...

Seuls le pistage de téléphone faisant suite à des crimes peut être toléré, cela uniquement suite à une décision de justice accompagnée de l'émission d'un mandat en ce sens.
2  2