Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Pour refroidir ses centres de données, Google utilise des milliards de litres d'eau par an,
Exploitant les réserves publiques d'eau qui sont déjà soumises à une forte pression, selon un rapport

Le , par Bill Fassinou

366PARTAGES

10  0 
Google se dit fier d’alimenter aujourd’hui une grande majorité de ses centres de données avec des énergies vertes et des énergies renouvelables, mais pour ce qui est du refroidissement de ces centres de données, l’histoire serait toute autre. Selon un nouveau rapport de Bloomberg, les centres de données du géant de la recherche sur Internet ont besoin de milliards de litres d’eau par jour pour être refroidis, un besoin en eau qui commence à dépasser les capacités des installations publiques d’approvisionnement en eau. Ces installations souffriraient déjà d’une surutilisation.

Les centres de données du géant de la recherche sur Internet ont besoin de milliards de litres d’eau par jour pour être refroidis

Selon le rapport de Bloomberg, Google d'Alphabet Inc. est en train de construire de nouveaux centres de données à travers les États-Unis afin d’alimenter la recherche en ligne, les services du cloud et la publicité sur le Web. L'entreprise se vante depuis des années que ces énormes entrepôts remplis d'ordinateurs sont économes en énergie et respectueux de l'environnement. Mais il y a un coût que l'entreprise essaie de garder secret. Ses milliers de centres de données utilisent des milliards de litres d'eau, et ce parfois dans des zones sèches qui luttent pour conserver cette ressource publique limitée.

En l’Arizona, et plus précisément dans la ville de Mesa par exemple, Google utilise un million de gallons (1 gallon américain = 3,78541 litres) par jour pour refroidir son centre de données, et aura le droit d’utiliser jusqu’à 4 millions de gallons par jour si son projet d'expansion du centre aboutit. Mais cela risque de priver de plus en plus de foyers d’eau ou encore de faire monter les factures d’eau dans la région. Plusieurs organisations ont dénoncé cela, mais les autorités semblent ne rien entendre.


« Les centres de données se développent et sont un peu partout. Ils doivent être construits d’une manière garantissant qu'ils ne retirent pas des ressources essentielles aux communautés qui manquent d’eau », a déclaré Gary Cook, directeur des campagnes climatiques mondiales chez le groupe de défense de l'environnement Stand.earth. Par ailleurs, selon le rapport, le géant de la recherche considère que son utilisation de l'eau est un secret commercial et interdit même aux fonctionnaires de divulguer la consommation de l'entreprise.

Mais des informations ont été divulguées, parfois dans le cadre de batailles juridiques avec les services publics locaux et les groupes de protection de l'environnement. Rien qu'en 2019, Google a demandé, ou obtenu, plus de 2,3 milliards de gallons d'eau pour des centres de données dans trois États différents, selon les dossiers publics mis en ligne et les dépôts légaux. D’après certains analystes, Google n’est pas le seul à user des ressources publiques pour faire face à cette grande demande en eau de leurs diverses installations.

La montée du cloud et la course sans cesse aux centres de données en sont les plus grandes causes. « La course aux centres de données pour suivre le rythme est assez frénétique », a déclaré Kevin Kent, directeur général de la société de conseil Critical Facilities Efficiency Solutions. « Ils ne peuvent pas toujours faire les meilleurs choix environnementaux ». De même, Google a l’habitude de placer ses centres de données à proximité des grandes agglomérations de population pour aider ses services Web à réagir rapidement.

Parfois, cela signifie qu'il faut construire dans des régions chaudes et sèches. Les unités de traitement à l'intérieur se réchauffent facilement et il faut de l'eau pour les refroidir. Selon un dépôt légal, à Red Oak, au Texas, Google veut jusqu'à 1,46 milliard de gallons d'eau par an pour un nouveau centre de données d'ici 2021. Dans le même temps, selon les données du Texas Water Development Board, le comté d'Ellis, qui comprend Red Oak et environ 20 autres villes, aura besoin de près de 15 milliards de gallons cette année pour tout, de l'irrigation à l'usage résidentiel.

Bientôt une pénurie d'eau dans les villes où se situent les centres de données ?

Cependant, il subsiste un problème. Le rapport estime que la ville de Red Oak n'est pas aussi décontractée en ce qui concerne l'utilisation de l'eau. Sur une page consacrée à la conservation de l'eau, la ville affirme qu'elle s'approvisionne à moitié à Dallas et encourage les habitants à réduire leur consommation d'eau, car les six réservoirs de Dallas sont épuisés à 18 %. Des restrictions obligatoires sur l'eau entreront en vigueur si ces sources sont épuisées à 35 %. De son côté, Google a déclaré qu’il n’utilise pas toute l'eau qu'il demande.

L’entreprise estime qu’elle doit s'assurer qu'il y en a suffisamment pour les périodes de forte demande ou en temps de chaleur, ajoutant que cela est nécessaire pour que les services Internet restent fiables. Dans la région de Californie, l’utilisation de l’eau par Google est devenue un sujet de controverse. Dans le comté de Berkeley, en Caroline du Sud, un groupe environnemental s'est opposé à la demande de l'entreprise d'utiliser 1,5 million de gallons d'eau souterraine par jour. Selon le groupe, la demande concerne une source d’eau jugée “historiquement menacée”.

Les groupes de défense sont sur le pied de guerre avec l’entreprise

Toujours en Californie, plusieurs groupes de défense sont sur le pied de guerre avec l’entreprise, car le ministère de la Santé aurait accordé des privilèges à Google pour continuer à puiser l’eau dans la nappe phréatique alors qu’il demande à d’autres entreprises de réduire leurs prélèvements. « Il est injuste que l’État nous demande de réduire notre prélèvement d'eau alors qu’un autre comme Google peut venir demander trois fois plus que son permis initial et l'obtenir », a déclaré Clay Duffie, directeur général de Mount Pleasant Waterworks.

Selon les experts en centres de données, il y a généralement un compromis entre l'utilisation de l'eau et de l'énergie. « Si la consommation d'eau diminue, la consommation d'énergie augmente et vice versa », a déclaré Otto Van Geet, ingénieur principal au Laboratoire national des énergies renouvelables. En effet, dans son rapport sur l’environnement, Google a expliqué qu’il s'appuie sur le “refroidissement par évaporation”, qui consiste à faire évaporer de l'eau pour refroidir l'air autour des unités de traitement empilées dans les centres de données.

Les systèmes les plus courants, connus sous le nom de climatiseurs de salles informatiques, sont gourmands en énergie. Le refroidissement par évaporation consomme moins d'énergie, mais le processus nécessite plus d'eau. D’après Cook de Stand.earth, les opérateurs adoptent souvent l'approche de l’eau parce qu'elle est moins coûteuse. Enfin, selon le rapport, Google a accordé plus d'attention à l'utilisation de l'eau ces dernières années. Elle s'appuie désormais sur de l'eau recyclée ou de l'eau de mer lorsqu'elle le peut pour éviter d'utiliser de l'eau potable ou de vider les réserves locales.

Source : Bloomberg

Et vous ?

Que pensez-vous de ce rapport ? Vous paraît-il exagéré ou pas ?

Voir aussi

Google aurait utilisé 100 % d'énergies renouvelables pour alimenter tous ses bureaux et Datacenter en 2017, d'après son premier vice-président

Les centres de données chinois émettent autant de carbone que 21 millions de voitures malgré une vaste capacité de production d'énergie verte, selon un rapport

La consommation d'énergie dans les centres de données deviendra "insoutenable", prédit un chercheur, mais les entreprises technologiques recherchent des solutions durables à ce problème

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de imag1
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 02/04/2020 à 22:20
la vrais question est plutôt que type d'eau est utilisé et où vas elle
on se doute que ce n'est pas de l'eau potable et qu'elle peut encore servir pour l'irrigation.

comme en France, où la majorité de l'eau consommé l'est par les centrales nucléaire, elle est puisé et relâché dans les rivière.

l'article est trop sensationnaliste
9  1 
Avatar de SimonDecoline
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/04/2020 à 14:04
Citation Envoyé par Pierre Fauconnier Voir le message
Que n'as-tu pas compris dans le paragraphe que je cite?

C'est vrai que s'inquiéter d'un risque de priver d'eau une population et de faire monter les prix, c'est faire dans le sensationnalisme.
Désolé mais l'article est effectivement très flou : "Google utilise un million de gallons", "cela risque de"...
Evidemment que l'eau est d'une importance capitale pour l'humanité mais on a quasiment aucune information sur la provenance de l'eau et sur le sérieux de l'analyse.
Ce n'est pas la même chose si l'eau est directement prélevée dans le réseau potable ou elle est empruntée à une rivière ou à un circuit d'eau grise d'une station d'épuration. De même, l'analyse n'a peut-être pas la même objectivité si elle vient d'une étude scientifique ou d'un tweet de décroissant extrémiste.
On se doute bien que Google cherche à maximiser son profit, mais l'article donne plus de punchlines alarmistes que de faits concrets, ce qui est dommage.
5  0 
Avatar de Etre_Libre
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 02/04/2020 à 22:01
Citation Envoyé par KEKE93 Voir le message
D'un autre côté, il y a des millions d'américains qui ont cru bien faire en achetant leurs bouteilles d'un gallon d'eau dite minérale de marque Nestlé mais malheureusement pour eux et pour le plus grand profit de Nestlé, l'eau était directement puisée dans les Grands Lacs américains (lac superieur et lac michigan).
ça avait fait grand bruits aux Etats-Unis, il y a 5~7 ans de vendre une ressource d'eau potable quasi sans limite plus de 100 fois son prix de revient...
Coca-cola ne se gêne pas non plus, que ce soit aux USA ou même dans des pays avec climat très sec et en manque d'eau.
D'ailleurs dans ces pays secs, coca-cola vend directement des bouteilles d'eau, pas uniquement du coca.

Quelques marques me semblent à éviter
3  0 
Avatar de KEKE93
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 02/04/2020 à 20:24
D'un autre côté, il y a des millions d'américains qui ont cru bien faire en achetant leurs bouteilles d'un gallon d'eau dite minérale de marque Nestlé mais malheureusement pour eux et pour le plus grand profit de Nestlé, l'eau était directement puisée dans les Grands Lacs américains (lac superieur et lac michigan).
ça avait fait grand bruits aux Etats-Unis, il y a 5~7 ans de vendre une ressource d'eau potable quasi sans limite plus de 100 fois son prix de revient...
2  0 
Avatar de SimonDecoline
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/04/2020 à 22:25
Citation Envoyé par imag1 Voir le message
la vrais question est plutôt que type d'eau est utilisé et où vas elle
on se doute que ce n'est pas de l'eau potable et qu'elle peut encore servir pour l'irrigation.

comme en France, où la majorité de l'eau consommé l'est par les centrales nucléaire, elle est puisé et relâché dans les rivière.
Complètement d'accord. Nos centrales nucléaires consomment 19 milliards de m3 par an soit environ 5000 milliards de gallons par an, si on en croit cette page : https://www.partagedeseaux.info/Le-n...eaire-et-l-eau .
L'important c'est de savoir comment c'est géré.
2  1 
Avatar de Hervé Autret
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 08/04/2020 à 13:09
Citation Envoyé par imag1 Voir le message
la vrais question est plutôt que type d'eau est utilisé et où vas elle
[...]
comme en France, où la majorité de l'eau consommé l'est par les centrales nucléaire, elle est puisé et relâché dans les rivière.
C'était le cas avec les premières centrales, mais en général ce n'est plus vrai. Ce mode de refroidissemennt est dit "en circuit ouvert" car chaque m3 ne passe qu'une fois dans le système pour être rejeté avec sa chaleur Il faut environ 50m3/seconde et par réacteur (Wikipedia). Il perturbe les écosystèmes en réchauffant les rivières et, de plus, oblige à arrêter les centrales en cas de manque de débit de la rivière.

Les concepteurs préfèrent maintenant les circuits fermés qui recyclent l'eau, et évacuent la chaleur par évaporation dans les impressionnantes tours aéro-réfrigérantes ; par contre l'eau évaporée ne retourne pas à la rivière, et il faut en prélever environ 2m3/s. Voilà pour les détails, sur lesquels l'article fait un silence complet

l'article est trop sensationnaliste
100% d'accord.
1  0 
Avatar de Pierre Fauconnier
Responsable Office & Excel https://www.developpez.com
Le 03/04/2020 à 13:33
Citation Envoyé par imag1 Voir le message
[...]
Que n'as-tu pas compris dans le paragraphe que je cite?

En l’Arizona, et plus précisément dans la ville de Mesa par exemple, Google utilise un million de gallons (1 gallon américain = 3,78541 litres) par jour pour refroidir son centre de données, et aura le droit d’utiliser jusqu’à 4 millions de gallons par jour si son projet d'expansion du centre aboutit. Mais cela risque de priver de plus en plus de foyers d’eau ou encore de faire monter les factures d’eau dans la région. Plusieurs organisations ont dénoncé cela, mais les autorités semblent ne rien entendre.
C'est vrai que s'inquiéter d'un risque de priver d'eau une population et de faire monter les prix, c'est faire dans le sensationnalisme.
1  2