Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'homme qui a collecté 700 000 € en crowdfunding pour lancer iBackPack, un sac à dos intelligent, s'explique,
Il est poursuivi par la FTC pour avoir utilisé les fonds à des fins personnelles

Le , par Axel Lecomte

184PARTAGES

9  0 
Le projet de sac à dos intelligent avait séduit de nombreux technophiles. Selon son créateur, Douglas Monahan, l'iBackPack possède une trentaine de compartiments pouvant accueillir un PC portable de 15 pouces, une tablette et d'autres accessoires ou documents. De plus, le produit est waterproof et est capable de bloquer les ondes RFID.

L'iBackPack est équipé de :

  • 5 câbles USB zip ;
  • une batterie de 20 000 mAh dotée de 4 ports USB ;
  • une autre batterie de 8 000 mAh avec un port USB ;
  • une puce GPS ;
  • une enceinte Bluetooth ;
  • un système de fermeture standard TSA ;
  • une plaque en kevlar.


Une affaire qui remonte à 2015

Pour concrétiser le projet, Monahan s'est tourné vers le financement participatif. Il y a cinq ans, il a d'abord lancé une première campagne via la plateforme Indiegogo. Il avait alors expliqué que les fonds collectés serviront au développement, à la production et à la distribution du sac à dos au mois de mars 2016. Huit mois après cette échéance, plus de 641 000 euros ont été levés par la campagne.

En mars 2016, Doug Monahan a ensuite lancé une deuxième campagne via Kickstarter, dans le but de lancer l'iBackPack 2.0, une autre version du produit. La campagne a pris fin juste un mois après et il a pu collecter 67 000 euros, alors qu'aucun produit n'a été livré.

Mais il a également lancé deux autres campagnes sur Indiegogo au cours de la même période, respectivement pour un sac à bandoulière nommé « MOJO » et un système de câble USB qu'il a appelé « POW », lui permettant de récolter 9 700 euros.

Presque trois ans plus tard, le 6 mai 2019, la Federal Trade Commission (FTC), une agence fédérale des États-Unis, a intenté une action en justice contre Douglas Monahan, après que des centaines de consommateurs se sont plaints sur les plateformes de crowdfunding et sur Facebook. Une plainte a ensuite été déposée par la FTC auprès du tribunal de district américain pour le district sud du Texas. De plus, l'État du Texas a aussi déposé une plainte contre Monahan et sa société iBackPack of Texas.

« Monahan n'a cependant pas utilisé les fonds principalement pour développer, produire, compléter ou livrer ces produits, mais a continué à solliciter les consommateurs pour obtenir des fonds tout en utilisant une grande partie des fonds pour diverses dépenses personnelles. Alors que des centaines de consommateurs se sont plaints des campagnes, Monahan a largement ignoré les demandes de remboursement et a ensuite fermé l'entreprise, transféré le reste de l'argent à des entreprises non liées gérées par lui-même, et a cessé de communiquer avec les consommateurs », a indiqué la FTC dans sa plainte.

« Si vous collectez des fonds par le biais d'un financement participatif, vous n'avez pas à garantir que votre idée fonctionnera », a abondé Andrew Smith, directeur du bureau de la protection des consommateurs de la FTC.

Malgré les critiques, il insiste sur le fait qu'il n'est pas un escroc

Douglas Monahan est un entrepreneur de 63 ans. Dans les années 90, il a créé la société de bases de données marketing Sunset Direct qu'il a ensuite vendue à 6 millions de dollars (20 millions d'après lui dans une interview).

Il y a 12 ans, un médecin lui avait dit qu'il ne lui restait plus que deux ans à vivre. Il a donc décidé de dépenser tout son argent. Un ami à lui a même affirmé que Monahan a vécu un style de vie extravagant. Il a alors manqué d'argent après cette période.


Douglas Monahan

En 2010, il a fondé Mobilezapp, une société de développement d'applications, qui s'avère être « une arnaque absolue », d'après un ancien employé.

Doug Youmans, un ancien client de Mobilezapp, déclare même que Monahan lui a volé 27 000 euros qu'il a payés d'avance pour des services qu'il n’a jamais reçus jusqu'à présent. « J'ai tout perdu. Le gars m'a ruiné », a-t-il indiqué. Monahan a ensuite quitté l’entreprise.

L'idée de la création de l'iBackPack lui est venue après avoir dormi chez une petite amie et que la batterie de son téléphone était à plat. Et pour lancer son sac à dos intelligent, il a pris l'exemple du projet Coolest Cooler, un refroidisseur avec un haut-parleur Bluetooth, qui a levé plus de 13 millions de dollars sur Kickstarter.

En outre, d'anciens associés de Monahan indiquent que l'iBackPack était une idée d'une société nommée GeoValid, lancée en 2013 par Charlie Erlandson. Ce dernier avait chargé Doug Monahan de concevoir une application et un site Web liés au sac à dos. Le projet de l'entreprise n'a jamais pu voir le jour et le manque de liquidités a contraint GeoValid à fermer ses portes.

« Je suis sûr que nous n'étions pas les premiers, et je sais que nous ne serons pas les derniers ; c'est vraiment triste... Ce fut un si mauvais moment pour ma famille, je veux le mettre dans le passé... Il a littéralement saigné ma famille », a alors déclaré Zachary Erlandson, fils de Charlie, à propos de Monahan.

« Je construisais une gamme de produits avec un plan à long terme pour en vendre des dizaines de milliers, et ces 4000 personnes ne faisaient que la financer au début. C'est tout (...) Je veux vendre 40 000 [sacs à dos] par mois, pas 4 000 sacs à dos. Ce n'est pas du tout mon jeu », explique Doug Monahan.

« Chaque personne va avoir son sac à dos, et ça va être un bon. J'ai bâti une grande entreprise prospère et j'ai échoué ici. C'est sans aucun doute un échec », ajoute-t-il.

Concernant la fabrication de l'iBackPack et la gestion des réseaux sociaux, Monahan a fait appel à quatre personnes habitant aux Philippines et deux autres en Inde. L'un d'entre eux, Wally Cruz, entrepreneur philippin, déclare : « c'est la pire personne que j'ai jamais rencontrée ».

Chris Justes, un autre ancien employé de Monahan, qui est en charge de saisir des données, affirme de son côté qu' « il n'y avait qu'un seul prototype en état de marche, et c'est ce que Doug l'avait en main ».

À propos de la procédure judiciaire engagée par la FTC, Monahan répond que l'agence fédérale « ne se soucie pas que quelqu'un reçoive un sac à dos ». « Ce qu'ils [la FTC] veulent, c'est un RIP sur moi », ajoute-t-il.

Par ailleurs, Douglas Monahan affirme qu'il a connu des problèmes de santé. Récemment, les médecins lui ont amputé un doigt de pied après avoir été atteint d'une thrombose veineuse, affirme-t-il en ajoutant que son hospitalisation l'a rendu inapte et qu'il est devenu dépendant aux analgésiques.

« Je pense que la seule chose que je puisse faire est de rire. Je suis content de ne pas être assis dans une cellule en ce moment (...) Tout ce qu'ils [les contributeurs et les employés] veulent, c'est leur chèque de paie ou leur sac - c'est une transaction, et ce n'est pas mon travail d'être gentil avec les gens non plus », conclut-il.

Source : FTC

Et vous ?

Que pensez-vous de la réaction de Doug Monahan ?

Voir aussi :

Ubuntu Edge ne verra pas le jour, la campagne de Crowdfunding de Canonical se solde par un échec
Canonical se lance dans une campagne de Crowdfunding pour financer Ubuntu Edge, la société espère réunir 32 millions de dollars pour le smartphone
La startup Lily Robotics échoue à livrer son drone après avoir levé 34 millions de dollars, une poursuite judiciaire est en cours

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de archqt
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/03/2020 à 1:00
C'est un escroc en fait
2  0 
Avatar de Steinvikel
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 15/03/2020 à 9:10
Comment peut-on se dire ne pas être un escroc, et avoir manifestement aussi peu de considération pour autrui… =,='

Si je résume : " c'est pas ma faute, j'ai pas eu de chance, et puis d'abords on s'en fou des autres, le passé c'est le passé "
2  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre averti https://www.developpez.com
Le 12/05/2020 à 16:24
Donc si j'ai bien compris, ce gars est un escroc professionnel qui a escroqué des milliers de personnes et à de nombreuses reprises depuis des années et pour des montants faramineux ; la grande méchante FTC est venue montrer les dents, tout ça pour au final condamner l'escroc à dire "promis je ne le ferais plus" ? Non mais allô quoi.
1  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/05/2020 à 20:00
Citation Envoyé par Steinvikel Voir le message
Comment peut-on se dire ne pas être un escroc, et avoir manifestement aussi peu de considération pour autrui… =,='

Si je résume : " c'est pas ma faute, j'ai pas eu de chance, et puis d'abords on s'en fou des autres, le passé c'est le passé "
Les anglophones parlent de not-pology, une excuse qui est tout sauf une excuse. Quelqu'un connait un équivalent français?
1  0 
Avatar de CoderInTheDark
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 18/03/2020 à 8:59
En même temps il ne faut pas s'étonner de se faire pigeonner sur un site qui s'appelle "Indiegogo. " ouarf, bon je retourne en télétravaille
0  0 
Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/05/2020 à 18:34
Donc si j'ai bien compris, ce gars est un escroc professionnel qui a escroqué des milliers de personnes et à de nombreuses reprises depuis des années et pour des montants faramineux ; la grande méchante FTC est venue montrer les dents, tout ça pour au final condamner l'escroc à dire "promis je ne le ferais plus" ? Non mais allô quoi.
@Fleur en plastique
Totalement d'accord, mais il y a une petite nuance.
Un politicien est élu. S'il ment / vole durant sa campagnes ou pendant sont mandat, en France aucune sanction ou rien de rédhibitoire.
Un PDG est élu par le conseil d'administration. S'il fait mal son boulot, au pire il part avec un parachute doré en laissant les petits actionnaire avec leurs yeux pour pleurer.
...etc

Seulement dans le cas de l’article, le mec est un escroc "honnête" . Personne n'est obligé de tomber dans le piège.
Alors que dans les exemples que je donne, aucun choix n'est possible pour les personnes qui subirons les dommages collatéraux.

Si je me fait voler ma voiture parce que j'ai laissé les clés dedans, c'est bien ma faute.
Maintenant si le constructeur à laissé un moyen de démarrer sans clé et ne m'en informe pas, qu'est ce que je peut y faire si on me vole ma caisse ?
Réponse, rien.
Ici on est dans un cas de figure similaire.
Vous êtes adultes, vous faites des choix qui on des conséquences, c'est normale et prévisible.
1  2