Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Deux musiciens utilisent un algorithme pour générer toutes les combinaisons possibles de mélodies et les mettent sous licence CC0
Afin de mettre fin à des poursuites en matière de droits d'auteur

Le , par Victor Alisson

155PARTAGES

9  2 
Damien Riehl et Noah Rubin viennent de trouver une astuce en vue de libérer les mélodies et les musiciens qui les utilisent des éventuelles poursuites pour plagiat : générer toutes les combinaisons possibles de mélodies à partir de huit notes et de douze temps à l’aide d’un algorithme, afin d’enregistrer chacune d’elles sous format MIDI. Les deux musiciens, Riehl étant également développeur et avocat spécialiste du droit d’auteur, s’efforcent ensuite de mettre sous la licence libre Creative Commons Zero ces productions ainsi générées. L’idée est d’éviter que les utilisateurs des œuvres protégées de manière involontaire ne soient victimes de poursuite judiciaire.


L’algorithme en question, dont le code source n’a pas encore été publié par les deux musiciens, a pu générer 300 000 mélodies par seconde, et le résultat final consiste en un répertoire de 68,7 milliards de mélodies stockées en format MIDI. Ces dernières ont dès lors été publiées dans deux gros fichiers pesant chacun un peu plus de 600 Go sur le site archive.org. Les notes d’une mélodie sont convertibles en série de chiffres, ce qui facilite l’écriture de l’algorithme pour les développeurs. En effet, il suffit pour ces derniers d’employer la même approche que celle utilisée par les pirates informatiques pour tester toutes les combinaisons possibles de suites de chaînes de caractères afin de trouver un mot de passe.

Néanmoins, il faut reconnaître que les éléments utilisés par ces deux musiciens sont, jusqu’ici, discutables. Par exemple, les notes ayant été prises en compte sont limitées à celles qui sont diatoniques à la gamme majeure, c’est-à-dire ne considérant pas le dièse (ou le bémol) : il faudrait encore, dans ce cas, compléter les notes utilisées en intégrant l’ensemble des douze notes de la gamme chromatique. De plus, l’algorithme de Riehl et Rubin se limite à une seule octave, alors que la mélodie d’une chanson peut souvent embrasser deux, voire trois octaves. Il y a lieu également de penser, non seulement à la longueur du temps pour jouer chaque note, mais aussi au temps dédié pour le silence. Les musiciens et artistes admettent, en effet, que ces quelques éléments peuvent changer sensiblement et de façon substantielle les caractères d’une mélodie, distinguant celle-ci par rapport à une autre.

Cependant, de très nombreux internautes qui se sont exprimés sur le sujet se montrent plutôt sceptiques, notamment sur le manque possible de considération que les juges pourraient accorder aux œuvres produites via une intelligence artificielle. De plus, il est fort probable que certaines des mélodies générées par ce procédé sont déjà protégées par d’autres auteurs qui les ont créées originellement.

Tout de même, il faut dire que ce projet réalisé par Riehl et Rubin constitue une initiative ouvrant probablement la voie à d’autres pistes de recherche et d’exploration. Ce qui implique sans doute la réécriture de l’algorithme. Effectivement, de très nombreux commentaires louent cette initiative qui pourrait réussir à rassembler de très fortes contributions de la part des communautés des développeurs et des musiciens. Il y a, par exemple, ceux qui ont déjà proposé des codes pour générer le titre pour chacune des millions de mélodies produites, avec Diceware, une méthode pour créer des phrases aléatoirement. Les deux musiciens espèrent que d’autres contributeurs élargiront le champ couvert par ce projet à d’autres domaines que celui de la musique pop.

Les deux initiateurs de ce projet rappellent, dans une interview, que les problèmes liés au plagiat d’œuvre musicale sont fréquents, pouvant frapper injustement des musiciens et artistes de bonne foi. Les procès qui en découlent sont souvent très coûteux pour le monde musical qui risquerait généralement de dépenser entre 380 000 et 2 millions de dollars, uniquement pour les frais d’avocat. De surcroît, les amendes à payer en cas de reconnaissance du plagiat par le juge sont parfois très élevées. L’on se souvient par exemple du procès, en été 2019, concernant la chanson à succès « Dark Horses » de Katy Perry, désormais obligée de verser 2,78 millions de dollars, car la mélodie en question se ressemblerait à celle d’une chanson de rap chrétienne écrite par Marcus Gray intitulée « Joyful Noise ».

Source : Archive.com

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative de Riehl et Rubin ?

Voir aussi :

La première chanson composée par une intelligence artificielle vient de voir le jour

L'Office européen des brevets refuse d'accorder des brevets à des concepts proposés par une IA

Le Bureau américain des brevets et des marques veut savoir si l'IA peut détenir le contenu qu'elle crée, en demandant des commentaires du public

Le système de mise en garde pour atteinte aux droits d'auteurs sur YouTube déjà utilisé par des escrocs

Un homme bidouille son bras prothétique pour contrôler un synthétiseur par sa pensée et baptise son invention le « SynLimb »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/03/2020 à 9:35
Où voyez-vous de l'IA là-dedans ? Ce n'est qu'une bête énumération !
16  0 
Avatar de halaster08
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/03/2020 à 10:29
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Où voyez-vous de l'IA là-dedans ? Ce n'est qu'une bête énumération !
Depuis quelques années maintenant, dans tout les articles qu'on peut lire dans la presse tout ce qui utilise de près ou de loin un ordinateur est une IA. C'est plus vendeur donc on met de l'IA a toutes les sauces même si ça ne veut rien dire.
9  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 03/03/2020 à 18:58
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Où voyez-vous de l'IA là-dedans ? Ce n'est qu'une bête énumération !
Oui, maintenant lister toutes les combinaisons d'éléments d'un ensemble fini, c'est un scoop, wow

Outre-Atlantique, c'est encore plus drôle, ils disent que les 2 musicos se sont inspirés d'un algorithme de hackers :

https://www.attackmagazine.com/news/...public-domain/

Ben oui, quand des hackers font des attaques brut force, ils essaient aussi toutes les combinaisons

Des fois, je me dis que je pourrais être journaliste

-VX
5  0 
Avatar de Hellwing
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/03/2020 à 11:32
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Je ne trouve aucune définition juridique de l'IA.

Voulais-tu dire que pour qu'un juge incompétent pourrait confondre une énumération pour de l'IA ?
Oui c'est exactement ça
4  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/03/2020 à 10:15
Citation Envoyé par Hellwing Voir le message
Pour les juges, c'est de l'IA.
Je ne trouve aucune définition juridique de l'IA.

Voulais-tu dire que pour qu'un juge incompétent pourrait confondre une énumération pour de l'IA ?
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/03/2020 à 10:37
Citation Envoyé par Victor Alisson Voir le message
Cependant, de très nombreux internautes qui se sont exprimés sur le sujet se montrent plutôt sceptiques, notamment sur le manque possible de considération que les juges pourraient accorder aux œuvres produites via une intelligence artificielle. De plus, il est fort probable que certaines des mélodies générées par ce procédé sont déjà protégées par d’autres auteurs qui les ont créées originellement.
Ben ouais ça ne sert à rien ce qu'ils font...

Citation Envoyé par eldran64 Voir le message
il y a une mélodie qui se ressemble mais le reste n'a rien à voir...
1. Elle a été condamné à verser 2,78 millions de dollars
2. Tu peux être condamné pour avoir utiliser 1 sample si tu ne l'as pas clear (enfin pas toujours... Drake gagne son procès malgré une utilisation de sample non autorisée)
3. Une mélodie ? J'ai entendu la même note joué plusieurs fois et un kick.
Écouter à 1:44 :


Tout le monde aime Led Zepplin alors qu'ils semblent avoir copié beaucoup de choses :
List of Led Zeppelin songs written or inspired by others
Bon après ce n'est peut-être que des coïncidences.
Vous avez suivi l'affaire Stairway to Heaven / Spirit - Taurus ?

Là ça parle de procès :
Songs on Trial: 12 Landmark Music Copyright Cases

Je pense que des artistes ont demandé l'autorisation avant de copié un truc, par exemple Gnarls Barkley - Crazy s'inspire beaucoup de ça, et je n'ai pas entendu parler de procès :
2  0 
Avatar de eldran64
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/03/2020 à 9:21
La mélodie, les accords c'est mignon, mais il ne faudra pas oublier la construction musicale de toute la chanson.
Dans le cas de Katy Perry, il y a une mélodie qui se ressemble mais le reste n'a rien à voir...
1  0 
Avatar de emilie77
Membre averti https://www.developpez.com
Le 02/03/2020 à 9:35
"notamment sur le manque possible de considération que les juges pourraient accorder aux œuvres produites via une intelligence artificielle", non c'est un algo, ce n'est pas tout IA...
1  0 
Avatar de Hellwing
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/03/2020 à 10:04
Pour les juges, c'est de l'IA.
0  0 
Avatar de Samuel Blanchard
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 03/03/2020 à 9:00
for(x=0;x < int.MaxValue;x++)
{
LicenceCC0(x);
}

De rien !
1  1