Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La première chanson composée par une intelligence artificielle vient de voir le jour
En attendant la sortie d'un album complet en 2017

Le , par Coriolan

258PARTAGES

9  0 
L’intelligence artificielle est le nom donné à la discipline scientifique qui cherche à créer et à simuler l’intelligence. Cette discipline a été toujours un sujet de polémique, puisqu’elle cherche à mettre au point des programmes informatiques capables de réaliser de façon plus satisfaisante des tâches qui sont pour l’instant accomplies par des humains, autrement dit, on cherche à créer des machines capables d’imiter les différents aspects humains comme le raisonnement, la compréhension des langages naturels, la perception visuelle ou auditive, etc. Le développement de l’IA a suscité de nombreuses réactions tant dans les récits de science-fiction que dans les essais philosophiques. Si pour certains enthousiastes, elle constitue un grand pas pour l’humanité, d’autres, au contraire sont inquiets et voient d’un mauvais œil l’avancée rapide de cette technologie.

Et si l’intelligence artificielle devenait vraiment une intelligence créatrice à l’image de l’Homme, capable d’écrire du code, de dessiner des portraits, de réaliser des œuvres d’art, qu’elles soient littéraires, cinématographiques et bien sûr musicales. Dans tous les domaines, l’IA a donné ses fruits ; mais c’est plutôt en musique que les dernières avancées ont été faites, puisque Flow Machines, un projet réalisé par Sony en France, a composé un morceau musical.

Cette chanson a été élaborée par un algorithme développé par le Sony Computer Science Laboratory (CSL) situé à Paris. Flow Machines s’est inspiré des Beatles afin de composer la musique et a été aidée par Benoît Carré pour les paroles et les arrangements. Le but ultime du projet est d’arriver à faire oublier que c’est bien un programme informatique qui est à l’origine de la musique.

Afin de concrétiser cet objectif, le projet s’est appuyé sur l’apprentissage par la machine d’un large répertoire musical mis en place par les chercheurs. Au total, ils ont amassé dans une base de données 13 000 compositions retraçant les principales caractéristiques d’une musique (harmonie, mélodie, etc.). Ensuite, l’IA s’est chargée de parcourir ces partitions afin de les analyser et les assimiler grâce aux systèmes de machine et de deep learning. Le projet s’est appuyé également sur certains logiciels pour rajouter quelques accompagnements, arranger le tout et rajouter les paroles. Flow Machines « est capable de produire des musiques de niveau professionnel » a précisé François Pachet, chercheur et directeur de Sony SCL, « Nous travaillons depuis 2012 sur ce projet, subventionné notamment par le Conseil européen de la recherche ».


Jusque-là, Flow Machines a composé plusieurs chansons dont “Daddy’s Car” qui est inspirée des Beatles et "The Ballad of Mr Shadow" qui est supposée imiter les styles de compositeurs américains comme Irving Berlin et Duke Ellington. Sony CSL a affirmé qu’un album entier va sortir en 2017 pour peut-être entrer dans l’histoire comme le premier album entièrement composé par une intelligence artificielle.

Pour l’instant, Flow Machines n’est pas libre de droits et on ne sait pas si elle le deviendra un jour, ce qui nous amène à poser des questions sur la viabilité des droits d’auteur et la relation entre musique et AI. « Les machines pourront surement créer, mais ne pourront pas savoir si ce qu'elles ont créé est intéressant, car elles n'ont pas de conscience. Le choix humain sera toujours primordial. » Explique François Pachet.

Il faut savoir que Sony n’est pas la première firme à jouer avec l’AI pour composer de la musique, en juin dernier, Google avait créé le buzz en dévoilant son projet Magenta ayant le même objectif. La musique n’était pas à la hauteur certes, mais l’algorithme est entièrement libre, ce qui explique l’engouement qu’a connu le projet.

Source : flow-machines - Le Huffington Post

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Une intelligence artificielle écrit le scénario d'un court-métrage de science-fiction, présenté durant le festival Sci-Fi London

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de nirgal76
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/09/2016 à 10:50
Ca peut pas être pire que du Maitre Gims
7  0 
Avatar de TallyHo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 27/09/2016 à 11:30
Pourquoi utiliser l'IA quand il suffit de reprendre les mêmes accords magiques bien connus dans les usines de fabrications de "tubes"... ?

3  0 
Avatar de TallyHo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 27/09/2016 à 21:39
Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message

Je te rassure les humains peuvent faire bien pire que cette AI. Aussi il serait aisé de faire du rap, c-à-d le niveau zéro de la musique, avec la diction syncopée de n'importe quoi (le manuel de mon smartphone par exemple).
Il faut nuancer quand même. Comme la vidéo que j'ai postée le montre, il y a un standard dans la musique commerciale et tu peux effectivement te dire que c'est le niveau zéro au niveau de la créativité. Par contre, tu trouves des perles en dehors du système commercial, de la vraie création et dans tous les styles musicaux. Après on peut ne pas aimer un style mais il faut reconnaître la créativité quand il y en a et il y en a même dans le rap (mais pas celui que tu écoutes à la radio).

Après si on veut parler bonne musique, à mon avis rien ne vaut du Tchaikovsky ou du Händel...
3  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 27/09/2016 à 22:14
Le plus triste là-dedans c’est qu’une fois le système rodé et popularisé (l’affaire d’une décennie?) le philistin n’aura plus qu’à prononcer «OK Google, j’ai adoré Come as You Are, peux tu me plagier ce titre?».

Cette expérimentation de Sony prouve, s’il en est besoin, qu’ils se fichent de la création artistique, eux qui pourtant sont les premiers à venir pinailler concernant «la crise de la musique enregistrée».
3  0 
Avatar de pierre-y
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/09/2016 à 0:00
Pour le coup j'aimerais bien a titre de curiosité entendre la part effective de la machine dans la chanson. C'est a dire sans ce que Benoît Carré y a ajouté ou changé. Ca serait intéressant.
3  0 
Avatar de kmedghaith
Membre averti https://www.developpez.com
Le 27/09/2016 à 10:24
Super bonne nuovelle !!!
A quand la tournée ?
2  0 
Avatar de neuneutrinos
Membre actif https://www.developpez.com
Le 27/09/2016 à 11:16
Magic system ont déjà implémenté cet algorithme des années auparavant...
3  1 
Avatar de picodev
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 27/09/2016 à 15:37
Ce qui me désole c'est le côté people de l'information. Waouh ! on a implémenté des algorithmes qui donnent de bons résultats ! Épatant !
J'exagère un peu évidemment.
Bon, on va avoir les réactions des «pro humains» qui vont défendre corps et âme les valeurs supérieures, les vraies valeurs celles qui démontrent que ce que produit l'esprit humain sera toujours supérieur à ce que produit une piètre machine. Le paradoxe étant qu'au final le morceau de musique reste une création humaine, tout autant que la roue.
Mais on va aussi avoir les réaction des transhumanistes qui vont voir une occasion de noter qu'on se rapproche chaque jour un peu plus de la singularité technologique.
Bref, un débat plus ou moins stérile où on s'extasie ou pas sur la simple implémentation d'un outil. Dommage que l'inventeur du marteau n'ait pas eu la chance de vivre à notre époque.
Quoi qu'il en soit, je serais néanmoins curieux de voir les résultats d'un test en double aveugle pour juger de la qualité de ces morceaux. Nous en apprendrions plus sur nous mêmes que sur les recherches en IA ou peu importe le nom qu'on leurs donne.
3  1 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 30/09/2016 à 22:30
Citation Envoyé par Bubonik software Voir le message
Ce que je constate, c’est que, pour le moment, les IA basées sur l’apprentissage parviennent à faire des choses vraiment impressionnantes quand elles font du pastiche
Bonjour,

Je serais enclin à penser qu’il en va de même concernant l’esprit humain.

Vous l’écrivez vous-même: il est question d’IA basées sur l’apprentissage. Mais il me semble que l’intelligence puis la créativité découle systématiquement de l’apprentissage.

L’exemple de Bach est intéressant puisqu’il n’est pas considéré comme ayant créé de nouvelles formes musicales mais plutôt comme un savant doublé d’un virtuose, ayant synthétisé les différents courants musicaux de son époque, pour atteindre un degré d’achèvement jamais dépassé dans certaines formes de compositions (cantate religieuse, etc...).

La rigueur méthodique de Bach doit probablement s’approcher de ce que les chercheurs essayent d’insuffler aux IA. À défaut d’un référentiel autre que celui de l’esprit humain.

En revanche le génie artistique, comme celui de Django Reinhardt donnant naissance à la forme de Jazz «Manouche» me semble impossible à reproduire en IA. Parce cette créativité découle de facteurs socioculturels et d’autres événements imprévisibles. Dans le cas de Django Reinhardt une brûlure de la main gauche, le contraignant à adopter une posture de jeu inédite, ouvrant la voie vers de nouvelles techniques de jeu... Ce même Django Reinhardt utilisant une guitare puisqu’il est impossible de véhiculer les instruments composants un quintet Jazz lorsque l’on vit en roulotte.

Créer des IA répondant aux lois du hasard me semble improbable, le hasard n’étant encore qu’un concept abstrait pour l’être humain.
2  0 
Avatar de blbird
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 27/09/2016 à 10:45
Le conseil européen de la recherche qui finance ca? Il n'y a vraiment pas d'autres choses à financer, sérieusement?
4  3