Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Boeing licencie l'un de ses cadres moyens suite à la divulgation de courriels "embarrassants" pour la société
Alors même que ce dernier ne semble pas impliqué dans cette affaire

Le , par Christian Olivier

439PARTAGES

14  0 
Le géant de l’aérospatiale Boeing a licencié l’un de ses employés ce mercredi à la suite d’une affaire embarrassante concernant des courriels envoyés par des pilotes qui s’inquiétaient de la sécurité du Boeing 737 Max. Keith Cooper, l’ancien vice-président de la formation et des services professionnels chez Boeing, n’a pas participé à l’envoi ou à la réception desdits courriels, mais il a supervisé deux pilotes qui ont envoyé des messages internes dans lesquels ils se plaignent de l’avion de ligne, selon le Wall Street Journal, qui précise que les noms des employés qui ont écrit les courriels et les SMS ont été caviardés.


Pour rappel, les Boeing 737 Max sont interdits de vol depuis le 13 mars dernier à la suite de deux catastrophes aériennes distinctes impliquant ce modèle qui ont couté la vie à 346 personnes. Le constructeur américain d’aéronefs a depuis arrêté la production de l’avion peu et le jet 737 Max ne volera probablement pas avant au moins la mi-2020. Les détails des messages dans lesquels des employés du groupe affirment que l’avion a été fabriqué par des « ;clowns ;» ont plongé l'avionneur dans l’embarras. Ces messages rendu public en janvier dernier peu après le départ de l’ancien PDG de Boeing Dennis Muilenburg, mettent en scène un étalage choquant d’employés qui fustigent et/ou se moquent intentionnellement des clients de Boeing, des régulateurs de l’aviation civile US, de leurs responsables et de leurs collègues.

Les documents en question ont été remis plus tôt (en décembre dernier) au Comité des transports et des infrastructures de la Chambre des représentants des États-Unis ainsi qu'à la Federal Aviation Administration (FAA), le régulateur de l’aviation civile aux USA. Ils brossent un tableau inquiétant de la politique de Boeing en matière de sécurité et de la réaction du groupe au lendemain des deux accidents d’avion mortels qui ont pris la vie de 346 morts. L’avionneur américain avait déjà publié plus de 2016 messages internes, dont un émis par un pilote s’interrogeant sur les performances d’un dispositif de sécurité essentiel pendant les essais. D’autres messages sont cependant moins tendres vis-à-vis de Boeing lorsque leurs émetteurs (tous employés du groupe) font référence au 737 MAX :
  • « ;C’est une blague. Cet avion est ridicule ;» ;;
  • « ;Je serai choqué si la FAA valide cette merde ;» ;;
  • « ;Cet avion est conçu par des clowns qui sont à leur tour supervisés par des singes ;» ;;
  • « ;Pourrais-tu faire monter un membre de ta famille à bord d’un avion d’entraînement Max sur simulateur ;? Je ne le ferais pas ;».

Certains messages semblent même évoquer des tromperies faites aux régulateurs sur les problèmes liés aux simulateurs ou aux avions : « ;Je n’ai pas encore été pardonné par Dieu pour la dissimulation que j’ai faite l’année dernière ;», a déclaré un employé dans un message de 2018.

Certains employés de Boeing se sont également moqués des responsables d’Indonesia Lion Air, les qualifiant « ;d’idiots ;», car ils voulaient que leurs pilotes suivent une formation supplémentaire sur le 737 MAX, un an avant l’accident mortel qui a fait 189 morts. Ces messages accablants montrent que Lion Air a fait part de ses préoccupations concernant la formation de ses pilotes et demandé à ce que ses pilotes suivent une formation plus poussée sur simulateur pour le 737 MAX. D’autres se plaignent de la direction de Boeing, de la sélection de fournisseurs à bas prix initiée par l’entreprise et du gaspillage d’argent.


Boeing, qui est pris dans la tourmente depuis des mois et cherche tant bien que mal à limiter la casse, a déclaré qu’il envisageait des mesures disciplinaires contre certains employés à cause de leurs échanges de messages. Hormis l’ancien DG du groupe (Muilenburg) qui a été évincé, Cooper est le premier employé à être licencié par Boeing, bien qu’il n’ait pris part à aucune des conversations troublantes publiées. Le cadre moyen a supervisé deux des pilotes qui ont fait part de leurs préoccupations. Toutefois, on ne pourrait pas non plus exclure que dans l'un des mémos cités précédemment (« ;cet avion est conçu par des clowns qui sont à leur tour supervisés par des singes ;»), le mot singe renvoie peut-être à Keith Cooper puisqu’il était superviseur.


Pour résumer : pour soigner son image, Boeing vient peut-être de renvoyer un employé (possible victime de discrimination raciale ;?) qui ne savait apparemment rien sur des courriels avec lesquels il n'avait rein à voir, qu’il n’avait ni envoyés ni reçus et dans lesquels d'autres personnes exprimaient leurs préoccupations internes quant aux graves défauts de conception du 737 MAX, par exemple. Le point de vue de dirigeants du groupe serait-il que les cadres moyens comme Cooper auraient dû suffisamment menacer les personnes sous leur supervision pour qu’elles s’autocensurent ;? La culture d’entreprise chez Boeing ne serait-elle pas à revoir ;?

Source : WSJ

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
La culture d’entreprise chez Boeing ne serait-elle pas à revoir ;?

Voir aussi

Boeing pourrait suspendre la production du 737 Max, en raison des répercussions économiques de la crise qui dure depuis 5 mois
Le correctif logiciel de Boeing pour le problème du 737 MAX submerge l'ordinateur de bord de l'avion, selon les pilotes de la FAA
Les écrans de cockpit des Boeing 737 NG deviennent vierges lors de tentatives d'atterrissage sur des pistes spécifiques, aux USA, en Colombie et en Guyana
La FAA aurait assoupli le processus d'approbation du logiciel MCAS du Boeing 737 Max en 2017, selon les résultats d'une enquête

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Edrixal
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 14/02/2020 à 14:34
Citation Envoyé par MRSizok Voir le message
Qu'il faut leur lâcher les basquettes. Boeing exerce depuis des années. Que si vraiment cette avion était si pourri et que les employées étaient si certain d'eux. Pourquoi ils ont rien fait?
Saleté d'employé ! Ils aurait pu faire un effort et court-circuité la hiérarchie et déposer une plainte au commissariat du coin quand même !
Peut être tout simplement qu'aucun employé n'avais toute les cartes en main pour pouvoir prendre une décision et ou apporter les preuves nécessaire. De plus quel est le poids d'un employé face à une multinationale, multimilliardaire ? Sans compte que c'est la boite qui leur verse un salaire et qu'ils doivent avoir signé des clauses de confidentialité de tous coter.

Non franchement, qu'attendent les employés ?
16  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre averti https://www.developpez.com
Le 10/03/2020 à 11:41
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Certains pilotent savaient, des accidents ont été évités. Malheureusement l'information n'était pas parvenu à tout le monde
Justement. L'information n'était pas transmise parce que l'un des "avantages" du Boeing 737 MAX était l'absence totale de formation requise, donc économie de coût. De monstrueux pans de logiciels ont été mis en place pour autant que possible émuler l'ancien comportement, tout ça pour éviter une formation. Mais il aurait fallu aussi une formation pour le logiciel d'émulation, mais toute référence a été sciemment effacée et masquée.

Sans parler du fait de n'associer qu'un seul capteur à ce logiciel, et de ne pas prévoir de redondance, sauf à payer une option.

Tout a été fait côté Boeing pour maximiser les profits ; ceux de Boeing (plus de ventes grâce à la chimère d'un avion sans formation; tout en option, y compris la sécurité la plus élémentaire, et maximiser la présence de vieille technologie plus aux normes, notamment le fameux vérin de direction, en tirant partie de la clause du grand-père pour économiser des frais de développement et de certification), et ceux des compagnies aériennes clientes (pas de formation). Voilà où mène l'économie des coûts à l'extrême : des centaines de morts, un avion mort-né avec des centaines en stock qui n'ont jamais volé, une compagnie ruinée, une image désastreuse, le monde entier qui se moque de Boeing et de la soi-disante USA Qualität.

Il n'y a pas eu qu'une seule faute, mais des dizaines ; surtout côté Boeing, mais aussi côté FAA, on ne fait pas certifier un produit par son propre constructeur, cela paraît pourtant élémentaire. S'il n'y a pas de moyens, il n'y aurait pas dû avoir de certification. Si des politiques ont obligé la FAA à faire certifier par Boeing, ceux-là doivent être aussi traduits en justice.
14  0 
Avatar de calvaire
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/03/2020 à 12:55
quand bien même cette avion pourrais revoler, je suis pas sur que les clients ai envie de monter a bord même si c'est sans risque.

Pour moi Boeing a perdu ma confiance.... confiance qu'ils vont mettre du temps a retrouver, j'ai planifier un voyage pour le canada cette été et j'ai pris que des Airbus pour l'aller et le retour, j'ai préféré payer un peu plus cher(60€).
C'est pas juste un problème de conception que personne n'aurait pu prévoir, mais bien une escroquerie que Boeing connaissais très bien mais à préféré le profit à la sécurité.
9  0 
Avatar de Jeff_67
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 17/10/2020 à 11:40
Le régulateur européen n'a absolument aucune raison de faire une fleur à Boeing compte-tenu des 15% de taxes douanières sur les Airbus aux USA. Plus longtemps le 737 max sera interndit de voler en Europe, et mieux ce sera.
9  0 
Avatar de Edrixal
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 14/02/2020 à 15:46
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Qu'est-ce que les employés de Boeing auraient pu faire exactement ?
À part se faire virer, je ne vois pas ce qu'il y avait à gagner...
Ce faire virer aurait été le cadet de leur soucis je pense. Boeing aurait balancer toutes l'artillerie judiciaire pour enterre au plus vite le scandale. Ce qui aurait complétement gâcher la vie de la personne qui aurait tenter d'élever la voix (Dette, prison, etc...). A moins que ce dernier ne soit une sorte de Snowden, et encore, pas sur que Snowden soit ultra heureux de sa situation actuelle.
7  0 
Avatar de Fagus
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/02/2020 à 13:21
Citation Envoyé par MRSizok Voir le message
... Que si vraiment cette avion était si pourri et que les employées étaient si certain d'eux. Pourquoi ils ont rien fait?
En vrai, quand ta direction est malveillante, souvent c'est juste fini.

Anecdote :
J'ai connu quelqu'un qui bossait dans une boîte de distribution d'eau dans un grand pays européen, dans le service de certification de la qualité bactériologique de l'eau.
Cette boîte devait s'auto-certifier avant de communiquer les résultats aux autorités.
Les tests étaient trop négatifs : pas de bactéries. Les filles du labo avaient de curieux symptômes : peau blanchie en manipulant l'eau.
Puis finalement le test chimique qui te donne que l'eau testée contient de l'eau de javel +++.
Le mec qui fait les prélèvements d'eau pour le labo est un pote du patron.

Qu'ont fait les techniciens du labo ?
Ils ont contacté les autorités pour arriver à la conclusion qu'on ne pouvait rien faire. En cas de contrôle externe la boîte fournissait les échantillons de son choix (toujours conformes).
Les échantillons réels internes ne pouvaient sortir de la boîte contractuellement.
Les gens de la boîte étaient liés par des clauses de confidentialité.
Les autorités ont avoué qu'elle n'avaient pas de moyen d'action légal. Il aurait fallu qu'un des employés attaque la boîte, avec des preuves très faibles et se serait fait détruire par des tribunaux puissants.
7  0 
Avatar de laloune
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/03/2020 à 12:27
Boeing.
non, c'est la FAA qui avait la responsabilité de certifier l'avion. Mais ces derniers ont plus ou moins délegué à Boeing l'homologation. Mais il n'en reste pas moins que c'est la FAA qui est responsable en dernier ressort. Lorsque je sous-traite une tâche à un stagiaire et qu'il fait de la m... ce n'est pas lui que le patron va enguirlander mais bien moi!
7  1 
Avatar de gros_rougeot
Membre actif https://www.developpez.com
Le 09/03/2020 à 13:51
Fiasco et suicide du siècle qui sera enseigné dans les grandes écoles.
Boing a de la chance d'être en situation de monopole dans des secteurs stratégiques. Les USA vont augmenter la perfusion d'argent public pour maintenir le malade en vie.
6  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/03/2020 à 9:17
Tu compares des trucs qui n'ont rien à voir...

FAA : pas de budget, une bonne planque, copinage : on donne carte blanche à Boeing.
Boeing : on veut maximiser les profits et on vend un avion avec des défauts structurels majeurs, on le sait, et pourtant on le vend. sans rien dire évidemment.

Et tu OSES nous dire que seule la FAA est responsable ???
6  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/03/2020 à 14:29
En fait, les deux groupes se valent presque. Boeing était survalorisé comme toutes les boites US, ou la bulle a été plus importante encore qu'en Europe. Airbus était sans doute survalorisé aussi, mais pas dans les mêmes proportions. La crise du coronavirus va ramener tout ça à des niveaux plus raisonnables(et bousiller l'économie mondiale au passage, ce qui va tuer plus de gens que le virus lui-même, mais ça, c'est un détail).
6  0