Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Les entreprises se sont retrouvées dépendantes du caprice arbitraire des géants technologiques »
Des PME viennent expliquer au Congrès comment les GAFA ont abusé de leur position dominante

Le , par Stéphane le calme

471PARTAGES

7  0 
Après le scandale de Cambridge Analytica qui a impliqué les données de dizaines de millions d'utilisateurs de Facebook, des législateurs ainsi que d'autres entités ont appelé au démantèlement des grandes enseignes technologiques, estimant que ce concentré de pouvoir ne profitait qu'à ces entreprises. « Nous avons ces géants de la technologie qui pensent régner sur la terre », a déclaré la sénatrice Elizabeth Warren en mars dernier devant une foule d'environ 300 personnes à Long Island City, dans l'arrondissement du Queens. « Je ne veux pas d'un gouvernement qui est là pour travailler pour les géants de la technologie. Je veux un gouvernement qui travaille pour le peuple ».

« Les grandes entreprises technologiques d'aujourd'hui ont trop de pouvoir – trop de pouvoir sur notre économie, notre société et notre démocratie. Ils ont écrasé la concurrence, utilisé nos renseignements personnels à des fins lucratives et incliné le terrain de jeu contre tout le monde. Et ce faisant, ils ont nui aux petites entreprises et étouffé l'innovation », a martelé Warren, s'exprimant au sujet de sa proposition visant à démanteler les grandes enseignes numériques. « C'est pourquoi mon administration apportera de grands changements structurels au secteur de la technologie pour promouvoir plus de concurrence, y compris le démantèlement d'Amazon, de Facebook et de Google. », a-t-elle ajouté.


Des déclarations qui ont trouvé un écho parmi les rivaux plus modestes

En avril 2019, Tile.com, qui aide les utilisateurs à trouver des objets perdus ou égarés s'est soudainement retrouvé en concurrence avec Apple Inc, après des années de relations mutuellement bénéfiques avec le fabricant d'iPhone. Apple proposait Tile sur son App Store et vendait ses produits dans ses magasins depuis 2015. Elle avait même présenté la technologie de Tile lors d'un grand événement en 2018. La startup avait envoyé un ingénieur au siège d'Apple pour développer une fonctionnalité avec l'assistant vocal de l'entreprise, Siri.

Puis, au début de 2019, les dirigeants de Tile ont lu des rapports indiquant qu'Apple allait lancer sur le marché un produit matériel ainsi qu'un service qui ressemblait à ce que Tile vendait. En juin, Apple a cessé de vendre les produits Tile dans ses magasins et a depuis embauché son ingénieur.

La start-up smart-tracker était l'une des quatre entreprises qui ont témoigné lors de la dernière audience du sous-comité antitrust du U.S.Judiciary Committee au Colorado vendredi. Les petites entreprises cherchent à exhorter le Congrès à examiner comment les grandes technologies utilisent leur poids considérable pour blesser leurs rivaux. Des enquêtes similaires sont en cours au ministère de la Justice, à la Federal Trade Commission et avec une collection bipartite de procureurs généraux de dizaines d’États.

« Après mûre réflexion et des mois durant lesquels nous avons fait part de nos préoccupations à Apple par le biais de canaux réguliers, Tile a pris la décision de continuer à faire part de ses inquiétudes concernant les pratiques anticoncurrentielles d'Apple », a déclaré à Reuters l'avocat général de Tile, Kirsten Daru, dans une interview avant l'audience. Un porte-parole d'Apple a déclaré que la société n'avait pas construit de modèle commercial pour connaître l'emplacement d'un client ou l'emplacement de son appareil.

En septembre, les législateurs de la Chambre ont demandé à plus de 80 entreprises des informations sur la façon dont leurs entreprises pouvaient avoir été affectées par le comportement anticoncurrentiel d'Apple, d'Amazon, de Facebook et d'Alphabet Google. En octobre, le président du comité, David Cicilline, a déclaré qu'il s'attendait à avoir un rapport final sur son enquête d'ici la « première partie » de 2020.


« Les entreprises se sont retrouvées dépendantes du caprice arbitraire des géants technologiques »

Vendredi, Cicilline a fait une déclaration cinglante contre les grandes technologies. « Les entreprises, grandes et petites, se sont retrouvées dépendantes du caprice arbitraire de ces géants technologique qui les ont placés à un algorithme de la ruine », a déclaré Cicilline. « Parce que leurs décisions sont en grande partie inexplicables, opaques et entraînent des conséquences radicales, les plateformes dominantes servent effectivement de régulateurs privés », a-t-il déclaré.

PopSockets, un vendeur de poignées de téléphone pliables, a témoigné contre Amazon. Le directeur général de la société, David Barnett, a déclaré que la société avait commencé comme vendeur sur le marché tiers d'Amazon, puis avait vendu des articles directement à Amazon en tant que vendeur, mais avait décidé de mettre fin à ses relations avec la société après deux ans en 2018.

Barnett a déclaré qu'Amazon exigeait que PopSockets paie près de 2 millions de dollars en marketing pour pouvoir commercialiser ses produits en tant qu'originaux face à une vague de contrefaçons. Le détaillant en ligne « a souvent baissé le prix de vente de notre produit, puis il s'attendait à ce que nous payons pour la marge qu'ils avaient perdue», a-t-il déclaré. « À plusieurs reprises, nous avons constaté qu'Amazon Retail achetait lui-même des PopGrips contrefaits et les vendait aux côtés de nos produits authentiques », a-t-il déclaré aux législateurs.

Le porte-parole d'Amazon, Jack Evans, a déclaré que PopSockets était libre de choisir les détaillants qu'il approvisionne et pourrait choisir d'arrêter de vendre via Amazon. Les vendeurs tiers continuent de vendre le produit sur la plateforme. « Nous avons continué à travailler avec PopSockets pour répondre à nos préoccupations communes concernant la contrefaçon », a déclaré Evans.

Basecamp, qui vend un outil de gestion de projet en ligne, s'est plaint que Google autorise ses concurrents à soumissionner pour que leurs propres annonces soient diffusées lorsque son nom de marque a été saisi dans le moteur de recherche. Il a déclaré que cette pratique permettait aux concurrents d'acheter des publicités qui rendaient difficile pour les consommateurs d'accéder au site Web de Basecamp, a déclaré le cofondateur David Heinemeier Hansson à Reuters dans une interview avant l'audience. La société a ouvert plusieurs enquêtes sur les atteintes aux marques avec Google, mais le processus est « onéreux et lent », a-t-il déclaré.

« Le monopole de Google sur la recherche sur Internet doit être brisé pour un marché équitable », a déclaré Hansson. Basecamp est maintenant contraint de lancer une campagne publicitaire annuelle de plus de 70 000 $ pour contrer cet effet, a-t-il regretté. Le porte-parole de Google, Jose Castaneda, a déclaré que pour les termes de marque tels que les noms d'une entreprise, la politique de la société équilibre les intérêts des utilisateurs et des annonceurs. Google permet aux concurrents d'enchérir sur des conditions de marque, car cela offre aux utilisateurs plus de choix lorsqu'ils font des recherches, mais si un propriétaire de marque dépose une plainte, Google empêche les concurrents d'utiliser leur nom réel dans le texte de la publicité, a déclaré Castaneda.

Autant d'éléments qui font que ces PME se montrent en faveur d'un processus de démantèlement de ces grandes enseignes technologiques.

Source : Reuters

Et vous ?

Les révélations faites par ces PME devant le Congrès vous semblent-elles crédibles ?
Que pensez-vous des réponses apportées par les porte-paroles des grandes enseignes accusées ?
Un argument suffisant pour justifier la demande de démantèlement ?
Est-ce que le démantèlement serait une proposition sérieuse pour rétablir la libre concurrence et l'innovation ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !