Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une responsable de Facebook News serait derrière la campagne de dénigrement visant Elizabeth Warren
(Alias la femme qui veut démanteler les GAFA) prétendument menée par le site d'information The 74

Le , par Christian Olivier

62PARTAGES

13  0 
Un organe de presse cofondé par la responsable des partenariats d’actualités de Facebook News se serait engagé dans une campagne de dénigrement visant la sénatrice américaine Elizabeth Warren, l’une des favorites côté démocrate pour la prochaine présidentielle, a révélé un nouveau rapport. La nouvelle a été rapportée ce lundi par le journaliste Judd Legum par le biais de Twitter et de son site Popular Information.


La firme de Menlo Park est sur la défensive depuis cette annonce qui survient deux semaines à peine après le lancement par l’entreprise de son service d’information controversé. Pour rappel, Facebook a fait l’objet de vives critiques après la révélation de la rencontre de son PDG Mark Zuckerberg avec des dirigeants du parti conservateur en 2016 et après la décision du groupe d’inclure les publications controversées de Breitbart et The Daily Caller, deux sites d’informations d’extrême droite, dans la liste des sources de confiance de Facebook News.

Campbell Brown, une ancienne correspondante de NBC News, a rejoint Facebook en 2017 et a joué un rôle déterminant dans le développement de « The 74 » - un site d’information à but non lucratif fondé en 2015 et consacré aux questions d’éducation aux États-Unis -, en tant que rédacteur en chef jusqu’à récemment. Le nom de ce site fait référence aux 74 millions d’enfants de moins de 18 ans qui vivaient en Amérique au moment de sa création. Comme l’a souligné Legum, « The 74 » a publié de nombreux articles visant Warren en 2019, la décrivant dans certains comme « une millionnaire qui s’extasie sur le socialisme » ou encore comme « la seconde Karl Marx ». The 74 serait allé trop loin dans ses publications ?

Le nouveau rapport met également en exergue les liens de « The 74 » avec la secrétaire républicaine à l’Éducation, Betsy DeVos. Mme Brown a siégé au conseil d’administration de l’American Federation for Children (AFC), un organisme à but non lucratif que DeVos a fondé et présidé. Par la suite, DeVos - que Brown considère comme une « amie » - a accordé une subvention de deux ans par l’entremise de sa fondation familiale pour le lancement de The 74.

Pour sa défense, Elisabeth Brown a expliqué que « The 74 ne fait pas partie de Facebook News et que l’équipe de FB News ne soutient pas et n’a pas soutenu The 74 de quelque façon que ce soit ». Brown précise qu’elle siège simplement au conseil d’administration sans aucun rôle éditorial au sein de The 74 et fait des dons personnels. Selon elle, le site d’information a également publié des articles sur d’autres candidats.


Suite à ces révélations, un porte-parole de la firme de Menlo Park a déclaré dans un communiqué : « The 74 ne fait pas partie de Facebook News. Le travail de Campbell avec The 74 est bien connu et elle a fait preuve de transparence quant à son rôle au sein de l’association à but non lucratif depuis de nombreuses années ». Ces déclarations peuvent, malgré tout, paraitre contradictoires quand on sait que rien que pour le compte de l’année 2019, Chan Zuckerberg, l’épouse du PDG de Facebook, a fait don de 600 000 $ à The 74.


Facebook et Elizabeth Warren ont des rapports très tendus depuis que la sénatrice du Massachusetts a révélé, il y a plusieurs mois de cela, qu’elle comptait démanteler les géants de la « Big Tech » - des entreprises telles que Amazon, Google et Facebook dont le chiffre d’affaires dépasse 25 milliards de dollars, selon sa définition – afin de promouvoir la concurrence dans le secteur technologique. Mark Zuckerberg en retour, n’a pas caché sa frustration, précisant que Facebook de battrait pour éviter de disparaitre et poursuivrait le gouvernement US en justice si une éventuelle administration Elizabeth Warren essayait de démanteler les GAFA.

Source : Twitter 1, Twitter 2

Et vous ?

Quel est votre avis sur cette affaire ?
The 74 serait allé trop loin dans ses publications ou s’agit-il d’une simple tentative d’auto-victimisation du camp démocrate ?
Que pensez-vous de l’initiative Facebook News ?

Voir aussi

Le nouveau plan d'Elizabeth Warren : démanteler les géants Amazon, Google et Facebook, pour promouvoir la concurrence dans le secteur technologique
Des enregistrements audio de Zuckerberg font l'objet de fuite et révèlent que Facebook envisage de poursuivre le gouvernement US si Elizabeth Warren tente de démanteler les GAFA

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/11/2019 à 10:44
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Quel est votre avis sur cette affaire ?
Que j'aime beaucoup cette sénatrice !
8  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/11/2019 à 11:08
Ce genre d'affaire peut faire augmenter la côte de popularité d'Elizabeth Warren, du côté des démocrates qui n'aiment pas Facebook.
Elisabeth Brown est à la fois rédactrice en chef de "The 74" et responsable des partenariats d’actualités de Facebook News, ça ne doit pas plaire à certains démocrates qui vont peut-être s'intéresser à Elizabeth Warren. (avec la logique l'ennemi de mon ennemi est mon ami)

===
Edit : Ça c'est louche par contre :
Google, Facebook, and Twitter Tell Biden Campaign They Won't Remove Defamatory Trump Ad
Vice President Joe Biden’s presidential campaign sent requests to Google, Facebook, and Twitter this week asking the companies to remove ads produced by President Donald Trump’s reelection campaign, arguing that the ads make false allegations. All three companies denied the request, explaining that the ads don’t violate their policies—but Facebook’s response was particularly confounding.

The ad falsely alleges that Biden promised to give Ukraine $1 billion in exchange for firing a prosecutor investigating Biden’s son’s company—a claim that Trump has made many times without presenting evidence. In fact, no one has been able to provide evidence of the claim which originates from a conspiracy-spinning book by Peter Schweizer, an editor at the alt-right blog Breitbart News. According to Bloomberg, Schweizer doesn’t even allege that any crimes were committed in his unproven scenario.

Reuters reported that Biden’s campaign sent a letter to the three tech companies and each of them declined to take action because each found that the ad did not violate the rules of any of the platforms.
D'habitude ces entreprises aiment bien interdire les pubs pro Trump, c'est étrange qu'elles laissent passer ça.
3  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 13/11/2019 à 13:03
Tous les coups sont permis, et les démocrates semblent commencer à apprendre un peu la leçon que Trump leur a donné il y a trois ans : aucune outrance n'est de trop quand il s'agit de conquérir le pouvoir. Ils restent des années lumières derrière le maître incontesté en la matière, mais il font des efforts dans ce sens là, clairement.

Le pire, c'est que ça pourrait marcher - et donc devenir une habitude
3  1