Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Russie accuse Facebook et Google d'ingérence dans ses élections
Pour avoir autorisé la diffusion de publicités à caractère politique durant la période électorale

Le , par Stéphane le calme

132PARTAGES

12  0 
Suite aux élections locales et régionales effectuées ce weekend en Russie, Roskomnadzor, l’organisme de réglementation des communications du pays, a accusé Facebook et Google d'interférences électorales « illégales » et « inacceptables ». Les grandes enseignes technologiques sont pointées du doigt pour avoir laissé circuler des messages publicitaires à caractère politique pendant les élections.

Dans une déclaration, Roskomnadzor explique avoir demandé à Facebook et Google de stopper toute promotion en lien avec la politique sur la durée du weekend, conformément à la loi Russe. Elle les accuse de ne pas avoir respecté cette période de silence, ce qui aurait eu un impact sur le bon déroulement des élections :

« Lorsque nous avons parcouru des médias de masse le jour de vote, nous avons constaté des faits de distribution dans le moteur de recherche Google, sur le réseau social Facebook et sur l'hébergeur vidéo YouTube de publicités politiques.

« Ces actes peuvent être considérés comme une ingérence dans les affaires souveraines de la Russie et entravent la tenue d'élections démocratiques dans la Fédération de Russie.

« De telles actions d'entreprises étrangères sont inacceptables.

« Auparavant, le 6 septembre 2019, Roskomnadzor avait mis en garde Google et Facebook sur l'inadmissibilité de la diffusion de publicité politique sur leurs plateformes les 7 et 8 septembre 2019 étant donné la tenue des élections en Fédération de Russie ».


Roskomnadzor a récemment pris de l'importance, alors que la Russie avançait dans ses projets visant à permettre la séparation de l'internet et à désactiver certaines parties de son réseau de téléphonie mobile pour empêcher les manifestants anti-Poutine. Dans le même temps, la Russie a été décrite comme le principal défenseur de l’ingérence électorale dans le monde. C’est un mélange enivrant.

Selon les médias russes, un membre de la Chambre civique de la Fédération de Russie (CCFR), Aleksandr Malkevich, a déclaré que Google « affichait des publicités relatives au système dit de "vote intelligent" promu par la personnalité de l'opposition et blogueur vidéo Aleksey Navalny - ces annonces auraient été montrées à des utilisateurs à la recherche de données sur les élections locales à Moscou ».

La réaction de Facebook et Google

Google a déclaré lundi qu'il était favorable à une publicité politique responsable conforme à la législation locale, après que la Russie l'ait accusée d'en avoir diffusé lors des élections locales du weekend : « Nous soutenons la publicité politique responsable et attendons du public qu'il se conforme aux exigences de la législation locale, y compris aux lois sur les élections et les droits de vote, ainsi qu'un "silence électoral" obligatoire pour toutes les zones géographiques dans lesquelles cette publicité est orientée », a déclaré Google dans un communiqué.

Facebook a déclaré lundi que les annonceurs, et non la société elle-même, étaient tenus de respecter les lois électorales locales.

Des élections locales et régionales ont eu lieu dimanche dans plusieurs régions de la Russie. A Moscou, le parti au pouvoir, Russie unie, qui soutient le président Vladimir Poutine, a perdu plusieurs sièges au parlement, a rapporté lundi l'agence de presse RIA.

Les tensions ne cessent de grandir entre La Russie et les grands groupes du numérique. Le Roskomnadzor avait déjà menacé de bloquer Facebook et Twitter sur le territoire russe, si les données personnelles des ressortissants n’étaient pas stockées sur des serveurs russes.

Source : Roskomnadzor, RT Russie, The Moscow Times

Et vous ?

Que pensez-vous de cette situation ?

Voir aussi :

Des experts US proposent de placer l'arsenal nucléaire du pays sous le contrôle d'une IA pour pouvoir contrecarrer d'éventuelles attaques de la Russie ou de la Chine
La Russie ferme « secrètement » l'Internet mobile pour frustrer les manifestants moscovites, selon un rapport
Quand des bots s'invitent dans les votes d'un show populaire pour tenter de faire gagner un enfant, la finale de The Voice Kids annulée en Russie
La Russie met en garde les USA du danger qu'engendrerait leur incursion dans son réseau électrique : une cyberguerre entre les 2 pays

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/09/2019 à 18:46
Curieux de savoir comment vont se passer les élections de 2020 aux Etats-Unis après l'affaire Cambridge Analytica.
4  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/09/2019 à 11:32
La phrase la plus drôle

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
« Ces actes peuvent être considérés comme une ingérence dans les affaires souveraines de la Russie et entravent la tenue d'élections démocratiques dans la Fédération de Russie.
Il faut comprendre, des élections où le parti de Poutine risquerait de ne pas gagner avec les 90% habituels !
5  2 
Avatar de Conan Lord
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/09/2019 à 10:57
Citation Envoyé par Ecthelion2 Voir le message
Attention, débarquement des anti-américanistes primaires pour dire que là c'est pas pareil et que c'est vrai, contrairement aux élections US et FR dans 5,4,3,2,1...
L'anti-américaniste primaire débarque

Effectivement c'est pas pareil. Ici, la Russie accuse Google (je n'évoque pas Facebook puisque je ne connais pas les modalités, mais vu leur réponse c'est la même chose) d'avoir diffusé des annonces politiques en Russie pendant la période de silence. C'est interdit selon la loi russe, donc les annonces politiques auraient dû être bloquées en Russie pendant cette période comme elle le sont dans les autres pays (jettes un œil sur cette page par exemple). Google sait qu'il bénéficie d'une impunité quasi garantie puisque la Russie est accusée de la même chose (et que, soyons honnêtes, y'a pas beaucoup de suspense pour les élections russes), donc n'a probablement pas vu l'intérêt de se priver de son chiffre d'affaires pendant la période de silence. C'est pas de l'ingérence, c'est de la gourmandise. Mais ce n'est pas acceptable pour autant (pas plus que l'ingérence russe n'est acceptable).
2  0 
Avatar de 1franck
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 09/09/2019 à 20:33
C'est quand même ironique vue que la Russie a faites la même chose pendant les élections américaines de 2016 ...
5  4 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/09/2019 à 9:56
Il n'y a que moi qui trouve cela ridicule qu'ils viennent se plaindre de cela, alors que cela fait déjà plusieurs années qu'ils sont accusés d'exactement la même chose via ces mêmes plateformes par différents pays ?

Toujours le mot pour rire ces russes.

Attention, débarquement des anti-américanistes primaires pour dire que là c'est pas pareil et que c'est vrai, contrairement aux élections US et FR dans 5,4,3,2,1...

3  3 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/09/2019 à 11:27
Citation Envoyé par Conan Lord Voir le message
L'anti-américaniste primaire débarque

Effectivement c'est pas pareil. Ici, la Russie accuse Google (je n'évoque pas Facebook puisque je ne connais pas les modalités, mais vu leur réponse c'est la même chose) d'avoir diffusé des annonces politiques en Russie pendant la période de silence. C'est interdit selon la loi russe, donc les annonces politiques auraient dû être bloquées en Russie pendant cette période comme elle le sont dans les autres pays (jettes un œil sur cette page par exemple). Google sait qu'il bénéficie d'une impunité quasi garantie puisque la Russie est accusée de la même chose (et que, soyons honnêtes, y'a pas beaucoup de suspense pour les élections russes), donc n'a probablement pas vu l'intérêt de se priver de son chiffre d'affaires pendant la période de silence. C'est pas de l'ingérence, c'est de la gourmandise. Mais ce n'est pas acceptable pour autant (pas plus que l'ingérence russe n'est acceptable).
Mais comme le dit Google, c'était aussi et surtout aux annonceurs de respecter la loi russe, et de ne pas mettre d'annonce politiques pendant cette période.

D'ailleurs dans la page que tu donnes, c'est bien marqué dans les conditions que Google accepte que les diffuseurs passent des annonces politiques, mais qu'ils doivent respecter les lois locales.

La seule influence de Google la-dedans, c'est que pour diffusés des annonces politiques, les annonceurs doivent avoir été validés par Google, mais ils peuvent très bien, diffuser des annonces non-politiques le reste du temps, avoir la validation, et passer des annonces politiques en période électorale dans telle ou telle zone du globe, je ne pense pas que Google s'amuse à revalider chaque annonceur à chaque nouveau spot publicitaire (à mon avis en revanche, si il y a trop de plaintes / signalements, un annonceur pourra se voir révoquer sa validation).

Bref pour le coup, et pour rester sur Google (car il faudrait effectivement vérifier aussi ce genre de page pour FB), je ne vois pas de quoi jeter la pierre à Google, il faudrait plutôt lapider se retourner contre les annonceurs. Ton lien est on ne peut plus clair.

Enfin toujours est-il que cette situation d'arroseur / arrosé me fait beaucoup rire.
0  0 
Avatar de Conan Lord
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/09/2019 à 11:55
Citation Envoyé par Ecthelion2 Voir le message
Mais comme le dit Google, c'était aussi et surtout aux annonceurs de respecter la loi russe, et de ne pas mettre d'annonce politiques pendant cette période.
D'ailleurs dans la page que tu donnes, c'est bien marqué dans les conditions que Google accepte que les diffuseurs passent des annonces politiques, mais qu'ils doivent respecter les lois locales.
[...]
Bref pour le coup, et pour rester sur Google (car il faudrait effectivement vérifier aussi ce genre de page pour FB), je ne vois pas de quoi jeter la pierre à Google, il faudrait plutôt lapider se retourner contre les annonceurs. Ton lien est on ne peut plus clair.
Les annonceurs sont responsables vis-à-vis de Google, mais les deux parties (aussi bien la régie que l'annonceur) sont responsables vis-à-vis de la loi. S'ils disent aux annonceurs qu'ils sont responsables, c'est pour ne pas que les annonceurs portent plainte contre Google pour concurrence déloyale ou autre en cas de suspension de compte. L'application des lois nationales, après, dépend des accord internationaux. C'est pour ça que, vu les circonstances, Google peut se permettre de rire au nez de la Russie. Quand c'est un pays de l'UE (ou pire, les USA), c'est une autre histoire.

Citation Envoyé par Ecthelion2 Voir le message
La seule influence de Google la-dedans, c'est que pour diffusés des annonces politiques, les annonceurs doivent avoir été validés par Google, mais ils peuvent très bien, diffuser des annonces non-politiques le reste du temps, avoir la validation, et passer des annonces politiques en période électorale dans telle ou telle zone du globe, je ne pense pas que Google s'amuse à revalider chaque annonceur à chaque nouveau spot publicitaire (à mon avis en revanche, si il y a trop de plaintes / signalements, un annonceur pourra se voir révoquer sa validation).
Au moment de la validation, ils mettent des libellés aux annonces et aux annonceurs. Les annonces sont toutes validées, seuls les gros comptes archi clean peuvent diffuser avant la fin du process, et encore, pas pour les contenus dits sensibles comme les produits réglementés et les contenus politiques. Donc non normalement, ça n'arrive pas. Toutes les annonces qui ont le libellé contenu politique sont bloquées dans le pays cible pendant les périodes de silence. On peut a minima accuser Google de manque de zèle par rapport à d'autres pays, et la Russie a raison de bouder pour le coup.

Citation Envoyé par Ecthelion2 Voir le message
Enfin toujours est-il que cette situation d'arroseur / arrosé me fait beaucoup rire.
J'avoue que l'accusation d'ingérence ne manque pas d'humour (surtout que Google et FB n'ont pas la meilleure position sur le marché pour ça)
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/09/2019 à 11:41
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Il faut comprendre, des élections où le parti de Poutine risquerait de ne pas gagner avec les 90% habituels !
Non ça veut dire que les élections sont peut-être manipulé par une force étrangère.
Un pays n'a pas le droit d'aider l'opposition dans un autre pays, c'est comme quand la France livre des armes aux terroristes en Syrie.

En tout cas ça montre qu'il n'y a pas de triche dans le compte des votes en Russie.
2  4 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/09/2019 à 11:06
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous de cette situation ?
Facebook, Google, Twitter peuvent configurer leur algorithmes pour favoriser une idéologie.
En 2016 ces sites étaient déjà anti Trump, mais ça va être encore pire en 2020, les publications pro Trump seront moins visible, les publication anti Trump seront plus visible.
Les algorithmes peuvent favoriser une idée et empêcher une autre de se répandre. Ces sites ont les moyens de manipuler l'opinion publique. Officiellement c'est pour lutter contre la haine, mais derrière tu peux faire ce que tu veux.

Et pour les élections russes il faudrait enquêter pour savoir d'où vient l'argent qui a financé ces pubs...
Les USA aiment bien intervenir pour déstabiliser des pays étrangers, par exemple :
Venezuela : l'ambassadeur en France dénonce l'ingérence des États-Unis qui "financent et stimulent la violence pour déstabiliser le gouvernement"
Venezuela : quatre questions sur l'influence des Etats-Unis dans la crise
Les Etats-Unis ont très vite soutenu l'opposant Juan Guaido, président par intérim autoproclamé, face à Nicolas Maduro, le successeur d'Hugo Chavez. Pourquoi ce choix ? Explications.
Cette histoire me rappelle un truc :
Le film «Home» a-t-il fait le jeu des écologistes ?
Plusieurs responsables politiques se demandent si la diffusion de cette ode à l'environnement signée Yann Arthus-Bertrand vendredi sur France2 n'a pas encouragé le vote écologiste.
===
Beaucoup de gens utilisent adblock, donc les pubs devraient poser de moins en moins de problème.
2  5 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web