La censure ne peut pas être la seule réponse à la désinformation anti-vaccin,
Plutôt s'attaquer aux algorithmes au cœur du problème, affirme l'EFF

Le , par Stan Adkens

122PARTAGES

3  0 
Nous assistons à une réapparition des maladies déjà éliminées depuis des décennies comme la rougeole à cause de l'hésitation à se faire vacciner que l'Organisation mondiale de la Santé a désignée comme l'une des 10 plus grandes menaces pour la santé mondiale en 2019. Au centre de cette tempête de réticence aux vaccins se trouvent des « chambres d'écho » en ligne entretenues par les plateformes – comme Amazon, YouTube, Facebook, Pinterest, Instagram, GoFundM – qui influencent les parents avec des mèmes anti-vaccins (ou « anti-vax »). Beaucoup de ces chambres d'écho sont des pages et des groupes en ligne comme « Vaccine Resistance Movement », « Vaccine Re-education Discussion Forum », et « Vaccine Injury Stories », par exemple, qui cherchent à exploiter l'ignorance et les craintes de leurs centaines de milliers de fidèles.

Avec la médiatisation de cette désinformation, certaines de ces entreprises ont récemment interdit la diffusion de ces contenus anti-vax sur leur plateforme. Cependant, selon l’EFF (Electronic Frontier Foundation, une ONG de protection des libertés sur Internet), la censure ne peut pas être la seule réponse à la désinformation en ligne, car la tendance anti-vax est un problème plus important que la censure ne peut résoudre. Selon l’EFF, lorsque les entreprises de technologie prennent pour habitude d’opter pour la censure du contenu comme la seule solution contre la désinformation, au lieu de corriger le problème, elles finissent par censurer des informations exactes et utiles ou, pire encore, par renforcer la désinformation par leurs politiques.


De nombreux intermédiaires agissent déjà comme censeurs des messages, commentaires et comptes des utilisateurs, et les règles qui régissent ce que les utilisateurs peuvent et ne peuvent pas dire deviennent de plus en plus complexes chaque année. Toutefois, le fait de supprimer des catégories entières de contenus d'une plateforme ne résout pas les problèmes sous-jacents, selon l’EFF. L’ONG suggère plutôt aux entreprises du numérique et à des plateformes en ligne d'autres moyens de lutter contre la diffusion rapide de la désinformation, notamment de s'attaquer au « mégaphone » algorithmique qui favorise la diffusion de ces messages et de donner aux utilisateurs le contrôle sur leurs propres flux.

L’organisation propose également à celles de ces plateformes qui adoptent la solution des interdictions catégoriques, de suivre les Principes de Santa Clara sur la transparence et la responsabilité en matière de modération de contenu pour s'assurer que les utilisateurs sont informés sur le quand et le pourquoi leur contenu a été supprimé, et qu'ils ont la possibilité de faire appel.

L’insuffisance ou l'inexistence d’information sur les vaccins contribuant à faire prospérer la désinformation anti-vax

Selon l’EFF, l’une des raisons de la persistance de la prolifération de la désinformation anti-vax est le fait que ces contenus anti-vax existent dans un vide de données dans lequel l'information disponible en ligne sur les vaccins est « limitée, inexistante ou profondément problématique ». En effet, parce qu’il n’y a pas assez de littérature scientifique récente ou de matériel éducatif, les internautes qui cherchent de la documentation récente sur les vaccins trouveront probablement plus de contenu anti-vax que la recherche médicale empirique à l'appui des vaccins.

Par conséquent, la censure pratiquée par les entreprises ne pourra pas résoudre le problème de désinformation anti-vax. Selon L’EFF, les tentatives bien intentionnées d’effacer complètement du contenu anti-vax de l'Internet le mettront hors de portée des chercheurs, des professionnels de la santé publique et d'autres personnes qui doivent être en mesure de l'étudier et de comprendre comment il se propage et dans le pire des cas, pourraient même aggraver le problème.

Facebook et Twitter luttent depuis des années contre les fake news et la désinformation depuis plusieurs années, mais le problème persiste. Même les outils renouvelés et une large équipe de modérateurs de Facebook ne parviennent pas à mettre fin à la désinformation et la haine qui persistent toujours sur ses plateformes de réseau social.

Les entreprises devraient responsabiliser les utilisateurs plutôt que de leur imposer ce qu’ils doivent voir et quand par des algorithmes

Selon L’EFF, « les algorithmes qui décident ce que les utilisateurs voient et quand », constituent l’une des causes profondes de la prolifération de la désinformation à laquelle les plateformes en ligne doivent s'attaquer. Au lieu de leur imposer ce qu’ils doivent voir, les plateformes devraient commencer par responsabiliser les utilisateurs avec des outils plus individualisés qui leur permettent de comprendre et de contrôler l'information qu'ils voient, a écrit l’ONG dans son article publié le mercredi dernier.

L’organisation de protection des libertés sur Internet trouve que les algorithmes comme le fil d'actualités de Facebook ou la chronologie de Twitter prennent des décisions concernant quels sujets d’actualité, quelles publicités et quel contenu généré par les utilisateurs promouvoir ou cacher. Selon elle, ce type de traitement de données en ligne par ces plateformes peut jouer un rôle amplificateur pour certains types de contenus incendiaires au lieu de les « décourager », malgré leurs meilleurs efforts pour peaufiner leurs algorithmes. « C'est pourquoi ces plateformes devraient examiner les parties de leur infrastructure qui agissent comme un mégaphone pour les contenus dangereux et s'attaquer à la cause profonde du problème plutôt que de censurer les utilisateurs », a écrit l’EFF.

Selon L’EFF, les éléments les plus importants à considérer pour venir à bout à ce phénomène de désinformation, notamment la prolifération du contenu anti-vax, sont la transparence – transparence dans le fonctionnement des algorithmes d'une plateforme –, et l'ouverture – c'est-à-dire, mettre en œuvre des outils permettant aux utilisateurs de s'ouvrir et de créer leurs propres flux. L’EFF dit que ces éléments sont déterminants pour mieux comprendre le traitement algorithmique, le type de contenu qu'il peut encourager et les conséquences qu'il peut avoir.

A ce propos, L’EFF trouve que les récentes améliorations de transparence de Facebook sont encourageantes, toutefois, selon l’organisation, Facebook devrait aller plus loin.

En effet, Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a annoncé en mars sa volonté de réorienter son entreprise vers plus de confidentialité. Le mardi dernier, Facebook a procédé à une refonte de sa principale application afin de mieux protéger la vie privée des utilisateurs, en prenant des mesures concrètes pour transformer la plateforme en une entreprise privée de messagerie et de commerce électronique. Cette refonte est intervenue alors que la société tente de surmonter les scandales passés tout en exploitant de nouvelles sources de revenus à un moment où la croissance du nombre de ses utilisateurs qui contribuent le plus à ses entrées stagne aux Etats-Unis, au Canada et en Europe.

Zuckerberg a expliqué, lors de la conférence F8 2019, qu'il s'agissait d'un changement fondamental dans la manière dont Facebook développe des produits et gère son entreprise. Mais l’EFF pense que ces changements annoncés pour l’application principale Facebook et pour Messenger ne sont pas suffisants pour empêcher la désinformation.

Par ailleurs, Facebook a annoncé en mars qu’il était en train de travailler à lutter contre la désinformation concernant les vaccins sur Facebook en réduisant leur propagation et en fournissant aux personnes des informations faisant autorité sur le sujet. Cette annoncé est intervenue après la médiatisation de l'affaire Lindenberger, le lycéen américain de 18 ans originaire de l'Ohio qui s'est fait des vaccins contre l'avis de sa mère qui, selon lui, avait rejoint les communautés anti-vaccin sur Facebook.

Pour parvenir à ses fins, Facebook a dit, entre autres : « Nous ne montrerons pas et ne recommanderons pas de contenu contenant des informations erronées sur les vaccinations sur Instagram Explore ou les pages hashtag ». Toutefois, selon L’EFF, cette solution pourrait entrainer la suppression de contenus légitimes et contribuer à aggraver le problème. Un peu plutôt en janvier, pour lutter contre la désinformation et les rumeurs, WhatsApp a annoncé qu’il limitait le transfert d'un message à seulement cinq destinataires au maximum.

Selon l’EFF, les utilisateurs ne devraient pas être pris en otage par l'algorithme propriétaire d'une plateforme. Dans son article, l’organisation a écrit : « Au lieu de servir à tout le monde « un algorithme qui va les régir tous » et de donner aux utilisateurs seulement quelques occasions de l'améliorer, les plateformes devraient ouvrir leurs API pour permettre aux utilisateurs de créer leurs propres règles de filtrage pour leurs propres algorithmes ». « Les agences de presse, les établissements d'enseignement, les groupes communautaires et les particuliers devraient tous être en mesure de créer leurs propres fils de nouvelles, ce qui permettrait aux utilisateurs de choisir en qui ils ont confiance pour conserver leurs informations et partager leurs préférences avec leur communauté », a-t-elle ajouté.

Source : EFF

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Quel commentaire faites-vous des propositions de L’EEF pour vaincre la désinformation ?
Pensez-vous aussi que la censure est contre-productive contre la désinformation en ligne ?
Quelle solution proposez-vous ?

Lire aussi

Pour lutter contre la désinformation et les rumeurs, WhatsApp limite le transfert d'un message, à cinq destinataires au maximum
Mark Zuckerberg va réorienter Facebook vers le chiffrement et la confidentialité, et les gens communiqueront dorénavant en groupe restreint
Facebook procède à une refonte de son application principale pour mieux protéger la vie privée, et vous aider à trouver l'amour
Twitter a supprimé une centaine de comptes qui auraient tenté de manipuler, la présidentielle américaine de 2016
Les utilisateurs américains de Facebook quittent le réseau social par millions, selon un sondage d'Edison Research

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/05/2019 à 8:10
L’insuffisance ou l'inexistence d’information sur les vaccins contribuant à faire prospérer la désinformation anti-vax
C'est faux, l'information est partout, il suffit d'avoir envie de la chercher et surtout de l'accepter, ce qui est rarement le cas à cause du biais de confirmation. On a beau essayer d'expliquer aux anti-vaxx que des milliers d'études prouvent l'innocuité des vaccins et qu'ils ont sauvé des milliers de vies, ils s'en foutent complètement et préféreront toujours se fier à un blog bidon allant dans leur sens.

Les entreprises devraient responsabiliser les utilisateurs plutôt que de leur imposer ce qu’ils doivent voir et quand par des algorithmes
Les utilisateurs sont pour la plupart des gosses arriérés. C'est triste mais c'est comme ça. L'objectif de la censure des fake news, c'est d'exposer au minimum les personnes n'ayant pas d'avis tranché dans la question et susceptibles de pencher du mauvais côté de la balancer ("s'il je vois tant d'articles sur les dangers des vaccins sur Facebook c'est qu'il doit bien y avoir une vérité derrière !").
Avatar de Jaujon
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 06/05/2019 à 8:45
Citation Envoyé par Sodium Voir le message
C'est faux, l'information est partout, il suffit d'avoir envie de la chercher et surtout de l'accepter, ce qui est rarement le cas à cause du biais de confirmation. On a beau essayer d'expliquer aux anti-vaxx que des milliers d'études prouvent l'innocuité des vaccins et qu'ils ont sauvé des milliers de vies, ils s'en foutent complètement et préféreront toujours se fier à un blog bidon allant dans leur sens.

Les utilisateurs sont pour la plupart des gosses arriérés. C'est triste mais c'est comme ça. L'objectif de la censure des fake news, c'est d'exposer au minimum les personnes n'ayant pas d'avis tranché dans la question et susceptibles de pencher du mauvais côté de la balancer ("s'il je vois tant d'articles sur les dangers des vaccins sur Facebook c'est qu'il doit bien y avoir une vérité derrière !").
Expliquer une réalité complexe avec des concepts binaires et simplistes tels que le Bien et le Mal, puis rajouter la répression de la puissance étatique pour imposer cette vérité, c'est le meilleur carburant pour les anti-vaxxers.
Avatar de fredinkan
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 06/05/2019 à 8:59
Citation Envoyé par Sodium Voir le message
Les utilisateurs sont pour la plupart des gosses arriérés. C'est triste mais c'est comme ça. L'objectif de la censure des fake news, c'est d'exposer au minimum les personnes n'ayant pas d'avis tranché dans la question et susceptibles de pencher du mauvais côté de la balancer ("s'il je vois tant d'articles sur les dangers des vaccins sur Facebook c'est qu'il doit bien y avoir une vérité derrière !").

Le problème c'est qu'on le forme plus du tout à l'esprit critique.
Toutes les théories du complot allant des anti-vaxx aux reptiliens pour les américains sont "crues" au cause de ce manque de discernement.

Quand on voit des vidéos youtube vantant les mérites de la "création électrique de la patate" avec 3 clous plantés dedans qui plafonnent à 10 millions de vues, mais des vidéos de vulgarisateurs (non, pas e-penser, lui c'est juste du divertissement... on en a des bien mieux...), qui sont à moins de 200k vues... ça fait peur...

Et je parle de vulgarisation.. Même pas d'explication scientifique complète...
Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/05/2019 à 9:33
D'où l'intérêt de mettre moins en avant les contenus de désinformation. Car il ne faut pas rêver, former 300 millions de personne à l'esprit critique ce n'est tout simplement pas possible.
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 06/05/2019 à 9:38
Citation Envoyé par Sodium Voir le message
Car il ne faut pas rêver, former 300 millions de personne à l'esprit critique ce n'est tout simplement pas possible.
Si on l'intègre à la formation obligatoire, cela pourrait se faire avec le temps.

Il me semble que c'était Hygiène Mentale qui avait suivi une telle formation dans une école de maternelle, cela semblait avoir été plutôt intéressant.
Avatar de fredinkan
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 06/05/2019 à 9:47
Citation Envoyé par Sodium Voir le message
Car il ne faut pas rêver, former 300 millions de personne à l'esprit critique ce n'est tout simplement pas possible.
C'est malheureusement quelque chose qu'il faut prévoir dans les écoles obligatoires.
On avait plein de branches qui nous permettaient d'améliorer ça. Le problème c'est que c'est des choses qui prennent du temps et qui sautent dès le moment où tu as des réductions de coûts.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/05/2019 à 9:48
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Pensez-vous aussi que la censure est contre-productive contre la désinformation en ligne ?
Oui, car des gens peuvent se dire "si ont veut à ce point les faire taire c'est probablement parce qu'ils ont raison".
Il y a plein de trucs fous sur internet et on en entend pas parler...

Plus de 98% des enfants étasuniens se font vacciner, il n'y a pas de quoi paniquer...
Percentage of young U.S. children who don’t receive any vaccines has quadrupled since 2001
Of children born in 2015, 1.3 percent had not received any of the recommended vaccinations, according to a CDC analysis of a national 2017 immunization survey. That compared with 0.9 percent in 2011 and with 0.3 percent of 19- to 35-month-olds who had not received any immunizations when surveyed in 2001.
Apparemment aux USA il y a des croyants qui ne sont pas fan de la vaccination :
A New York, «certains juifs préfèrent la rougeole au vaccin»
Brooklyn : les yeshivot pourraient fermer en raison des étudiants non vaccinés
Rougeole sur un navire de la Scientologie: débarquement envisagé mercredi

Et sinon il y a des gens qui sont dans l'optique "j'ai vacciné un de mes enfants et il a été diagnostiqué autiste peu de temps après (ou "une sclérose en plaques (ou une autres maladie auto-immune) s'est déclaré") alors je ne vaccinerai pas les suivants".

Il y a peu de mort de la Rougeole aux USA, le dernier ça devait être il y a 10 ans.
Le maximum est déjà fait :
Rougeole: un comté de New York bannit les mineurs non vaccinés des lieux publics
Rougeole : les enfants non vaccinés bannis de certains lieux publics aux États-Unis

En France si tu n'es pas vacciné toutes les portes te sont fermés, tu ne peux rien faire.
Faut-il faire vacciner son enfant pour l'inscrire en collectivité ?
Oui. Un enfant doit être vacciné (sauf contre-indication médicale reconnue) pour pouvoir être admis, en crèche, à l'école, en garderie, en colonie de vacances ou toute autre collectivité d'enfants.
Pourquoi la France impose la vaccination depuis plus d’un siècle ?

Si tu n'es pas vacciné t'es un sous citoyen, on peut pas tellement faire plus...

===
Je trouve qu'on s'inquiète trop des 1% qui choisissent de ne pas se faire vacciner.
Il n'y a pas une histoire de couverture maximale qui doit être au dessus de 95% ? On y est non ?
Couverture vaccinale dans les pays de l'Union européenne
Avec 98 % des enfants vaccinés à un an contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et la poliomyélite en 2008, la France dépasse le pourcentage de vaccination moyen des 27 pays de l'UE (95 %) et se situe à la 8ème place sur 25.
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Par ailleurs, Facebook a annoncé en mars qu’il était en train de travailler à lutter contre la désinformation concernant les vaccins sur Facebook en réduisant leur propagation et en fournissant aux personnes des informations faisant autorité sur le sujet. Cette annoncé est intervenue après la médiatisation de l'affaire Lindenberger, le lycéen américain de 18 ans originaire de l'Ohio qui s'est fait des vaccins contre l'avis de sa mère qui, selon lui, avait rejoint les communautés anti-vaccin sur Facebook.
Les gens étaient trop libre sur Facebook (et il y a eu l'élection de Trump, le Brexit, les Gilets Jaunes, etc), maintenant Facebook va devenir comme BFM TV, Canal + ou TF1.

Personne ne va critiquer la suppression des contenus contre la vaccination, parce que tout le monde se dit "la vaccination est très importante, vous vous rendez-compte si un enfant attrapait la rougeole il pourrait être malade pendant une à deux semaines ".
Mais bon c'est comme ça que commence la censure, elle va s'élargir petit à petit.
Les USA contrôleront ce que le monde a le droit de penser.

On arrive dans le rêve de Christophe Barbier :
Christophe Barbier : "Ça se régule aussi Internet... Les Chinois, ils y arrivent bien !"
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 06/05/2019 à 9:49
J'en pense qu'on devrait laisser faire , à un moment donné une sélection naturelle va s'effectuer
Avatar de fredinkan
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 06/05/2019 à 9:52
Citation Envoyé par grunk Voir le message
J'en pense qu'on devrait laisser faire , à un moment donné une sélection naturelle va s'effectuer
Le problème c'est que ce sera au détriment des gens qui ont fait les choses comme il faut...
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 06/05/2019 à 9:59
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Plus de 98% des enfants étasuniens se font vacciner, il n'y a pas de quoi paniquer...
Percentage of young U.S. children who don’t receive any vaccines has quadrupled since 2001
Tu sais, ce n'est pas parce que tu as reçu un seul vaccin que tu es immunisé contre toutes les maladies...

Tu nous donnes le chiffre des enfants qui n'ont reçu aucun vaccins, or, pour la couverture vaccinale, ce qui nous intéresse c'est le nombre d'enfant qui ne s'est pas fait vacciné par vaccin recommandé/obligatoire.
Sachant aussi qu'il y a des rappels.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Et sinon il y a des gens qui sont dans l'optique "j'ai vacciné un de mes enfants et il a été diagnostiqué autiste peu de temps après (ou "une sclérose en plaques (ou une autres maladie auto-immune) s'est déclaré") alors je ne vaccinerai pas les suivants".
Un jour, j'ai mangé un chocolat, et paff, il s'est mis à pleuvoir... je ne mangerais plus jamais de chocolat.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
En France si tu n'es pas vacciné toutes les portes te sont fermés, tu ne peux rien faire.
Encore heureux.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je trouve qu'on s'inquiète trop des 1% qui choisissent de ne pas se faire vacciner.
Il n'y a pas une histoire de couverture maximale qui doit être au dessus de 95% ? On y est non ?
Tu suis l'actualité ou quoi ?
Tu n'as pas vu passer des cas de résurgences de maladies pourtant "disparues" ?

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Personne ne va critiquer la suppression des contenus contre la vaccination, parce que tout le monde se dit "la vaccination est très importante,
Personne, absolument personne...

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
vous vous rendez-compte si un enfant attrapait la rougeole il pourrait être malade pendant une à deux semaines ".
Arrête de balancer de telles désinformations, alors même qu'on t'a repris plusieurs fois dessus. C'est malhonnête et criminel.

Citation Envoyé par grunk Voir le message
J'en pense qu'on devrait laisser faire , à un moment donné une sélection naturelle va s'effectuer
Le problème ce sont les dommages collatéraux : enfants à naître ou en très bas âges, personnes immun-déficientes, personnes âgées, etc.

Sachant aussi qu'un vaccin n'est jamais parfaitement fiable à 100%, bien qu'on s'en rapproche.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web