Uber s'est servi du spyware Surfcam pour écraser son concurrent GoCatch en Australie
En faisant du « braconnage » de ses chauffeurs

237PARTAGES

12  0 
Uber est l'une des sociétés de covoiturage les plus connues. Cependant, sur plusieurs sites dans le monde, Uber doit faire face à une concurrence féroce et déployer toutes les méthodes disponibles pour pouvoir survivre dans cette jungle. L’Australie est l’une de ces arènes et Uber doit y affronter GoCatch, une entreprise de covoiturage qui est soutenue par des milliardaires locaux comme James Douglas Parker, un investisseur qui occupe une position sur la liste des dix personnes les plus riches du pays, et le gestionnaire de fonds spéculatifs Alex Turnbull. Il faut noter que GoCatch était un concurrent majeur d'Uber lors du lancement de la société américaine en Australie en 2012. À cette époque, les deux sociétés offraient un nouveau moyen de réserver des taxis et de louer des voitures à l'aide d'une application pour smartphone.

D'après un rapport, Uber a estimé que la menace de GoCatch sur le marché australien est beaucoup trop grande pour être gérée par des méthodes conventionnelles. L'entreprise a donc déployé un logiciel espion appelé « Surfcam » contre la startup.

Citant des sources anonymes, le rapport publié souligne que le logiciel Surfcam a été développé par un employé d’Uber qui était dans la filiale de Sydney. Surfcam a été conçu pour extraire en temps réel les données publiées par les concurrents afin de déterminer le nombre de conducteurs présents sur le système d’un concurrent ainsi que les emplacements des conducteurs. Son créateur est venu travailler au bureau d’Uber à Singapour après avoir quitté Sydney, avant de s’installer au siège européen d’Uber à Amsterdam. Il est toujours employé par Uber.

Le rapport poursuit en affirmant que l'outil était principalement utilisé sur Grab et qu'un membre de l'équipe juridique d'Uber « se demandait s'il pouvait être légalement exploité à Singapour, car il pourrait enfreindre les conditions d'utilisation de Grab ou enfreindre les lois strictes du pays en matière de criminalité informatique ».


GrabTaxi Holdings Pte. Ltd (simplement appelée Grab) est une société de technologie basée à Singapour qui propose des services de téléphonie mobile, de partage de repas, de livraison de nourriture et de logistique via son application à Singapour et dans les pays voisins comme la Malaisie, l'Indonésie, les Philippines, le Vietnam, la Thaïlande, Myanmar et Cambodge.

L'application Grab attribue des taxis aux clients à proximité via un système de partage d'emplacement. Chaque fois que la société pénètre sur un nouveau marché, elle achète des smartphones pour les conducteurs des pays dans lesquels elle se développe, ce qui lui permet de payer des versements quotidiens pour le téléphone. La société gagne de l'argent en prenant un pourcentage des frais de réservation. Bien que certaines sociétés de taxi aient essayé d'empêcher leurs propres conducteurs d'utiliser l'application, Grab a contacté directement les chauffeurs de taxi et les inscrivait à son programme sur place, les chauffeurs de taxi n’avaient donc pas besoin de venir dans ses bureaux pour commencer à lui faire gagner de l’argent. L'entreprise informe également les chauffeurs de taxi de l'utilisation du smartphone et de leur application mobile. En plus des grandes villes, Grab a également tenté de pénétrer les marchés des petites villes.

Surfcam a été lancé en 2015, alors que Travis Kalanick était toujours le chef de la direction d’Uber. Kalanick a démissionné en juin 2017 et Dara Khosrowshahi, l’ancien PDG d’Expedia, lui a succédé en août 2017.

Un spyware pour faire du « braconnage » de conducteurs

Un ancien employé d’Uber a déclaré à Four Corners que l’utilisation du logiciel espion Surfcam était destinée à faire du « braconnage » les conducteurs de GoCatch.

« Lorsqu'il était utilisé en Australie, Surfcam était capable de mettre les compétiteurs australiens sur le devant de la scène », a déclaré l'ancien employé connaissant directement le programme sous le couvert de l'anonymat. « Surfcam a permis à Uber Australia de voir toutes les voitures concurrentes et de récupérer des données telles que le nom du chauffeur, l'immatriculation de la voiture, etc. »

Cela a permis à Uber d'approcher directement les conducteurs de GoCatch et de les inciter à travailler pour Uber. « GoCatch perdrait des clients à cause du braconnage de ses pilotes, ce qui épuiserait leurs réserves. Avec de moins en moins de conducteurs, GoCatch finirait par disparaître », a déclaré l'ancien employé d'Uber.

En clair, développée en interne par Uber Australia, Surfcam a permis à Uber de s'approcher des chauffeurs de GoCatch, privant essentiellement leurs concurrents de sous-traitants et nuisant à leur activité de manière fondamentale. Les logiciels espions ont alimenté les bureaux d’Uber dans le pays avec des données telles que l’emplacement des voitures du concurrent, le nom du conducteur, l’immatriculation de la voiture, etc. Cela a permis à Uber de faire des offres ciblées à ces conducteurs, proposant des offres légèrement supérieures ou sensiblement meilleures que celles de GoCatch, et de les convertir en leurs propres sous-traitants.

Le rapport arrive alors que les autorités américaines ont lancé « au moins cinq enquêtes criminelles » sur Uber en raison de ses stratagèmes invasifs et éventuellement illicites tels que Surfcam.


« Impact massif sur notre entreprise »

Le cofondateur et chef de la direction de GoCatch, Andrew Campbell, a déclaré à Four Corners que même si GoCatch avait survécu, la tactique d’Uber avait porté atteinte à la société.

« Le fait qu'Uber ait utilisé les technologies de piratage pour voler nos données et nos pilotes est épouvantable », a-t-il déclaré.

« Cela a eu un impact considérable sur nos activités. Il crée un précédent très dangereux pour l'économie australienne et les entreprises australiennes. Il indique à toutes les multinationales de venir en Australie et de suivre la même pratique ».

« En tant que petite entreprise australienne, une startup technologique basée en Australie qui améliore l'efficacité et les niveaux de service dans le secteur des taxis, voir une entreprise venir en Australie et s’en tirer à bon compte malgré ce type de comportement est tout simplement dégoûtant ».

« Les dommages que cela a causés à GoCatch et à d'autres entreprises sont importants et, franchement, ils auraient dû être stoppés ».

L'utilisation par Surfcam à Singapour contre un concurrent appelé Grab a été rapportée fin 2017. Cependant, son utilisation à Sydney contre GoCatch n'a jamais été révélée auparavant.

Surfcam faisait partie d'une stratégie agressive poursuivie par Uber sous le cofondateur, Travis Kalanick, pour s'établir à l'échelle mondiale au milieu d'une opposition farouche des autorités et du secteur des taxis.

Profil d'espionnage d'entreprise

Ce n’est pas la première fois qu’Uber utilise un logiciel pour nuire à ses concurrents. Le mois dernier, le Federal Bureau of Investigation des États-Unis a ouvert une enquête sur un programme connu au sein d’Uber sous le nom de « Hell », que l’entreprise aurait utilisé pour suivre les chauffeurs travaillant pour son rival américain Lyft.

Bien qu’elle ne soit plus en activité, Hell était en mesure de déterminer le moment où les conducteurs travaillaient en double vacation pour Uber et Lyft et de collecter des informations sur les tarifs de Lyft.

Un autre programme appelé « Greyball » a été largement commenté; il a été créé pour identifier et éviter les régulateurs sur les marchés où Uber était interdit. Greyball est en cours d’examen par le ministère américain de la Justice.

Pendant ce temps, Uber est parvenu à un accord avec la Federal Trade Commission sur un outil appelé « God View » qui a également été utilisé par la société pour surveiller les coureurs et a soulevé des préoccupations en matière de protection de la vie privée auprès de l'agence américaine de défense des droits des consommateurs.

Source : ABC

Et vous ?

Que pensez-vous de ce genre de méthodes ?

Voir aussi :

La responsabilité pénale d'Uber n'est pas engagée dans la mort de la femme fauchée par l'un de ses véhicules autonomes, selon une décision de justice
Un véhicule - chambre d'hôtel autonome qui vient à vous comme un taxi Uber et où le service de chambre est assuré par des drones
La CNIL inflige une amende de 400 000 euros à Uber pour le piratage dont la société a été victime en 2016
Les autorités britanniques et néerlandaises infligent une amende d'un million d'euros à Uber pour une violation des données de ses clients en 2016
La CJUE atteste que les États de l'UE peuvent interdire les services de VTC sans prévenir Bruxelles : Uber perd encore contre la France

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de archqt
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 9:02
Cela me rappelle la façon qu'a eu Microsoft pour évincer Netscape des navigateurs.
Pas très fair play tout ça, en espérant qu'UBER soit condamné. Comment voulez vous qu'un indépendant puisse se battre contre des pratiques pareils ?
2  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 8:29
Je ne comprend pas.

De ce que j'ai compris le logiciel extrait des données publiques. Alors pourquoi parler de spyware/logiciel espion/piratage ? .
0  0 
Avatar de herr_wann
Membre actif https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 10:27
J'espère qu'Uber sera banni du continent Australien à vie pour ce genre d'entrave à la concurrence. Le capitalisme doit rester encadré pour éviter ces dérives, une simple amende ne servirait à rien.
0  0 
Avatar de archqt
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 13:58
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Je ne comprend pas.

De ce que j'ai compris le logiciel extrait des données publiques. Alors pourquoi parler de spyware/logiciel espion/piratage ? .
Ils ne devaient pas avoir le droit d'exploiter les données du concurrent pour "engager" les chauffeurs du concurrent et ainsi priver l'entreprise d'un développement.
0  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/03/2019 à 14:40
Citation Envoyé par archqt Voir le message
Ils ne devaient pas avoir le droit d'exploiter les données du concurrent pour "engager" les chauffeurs du concurrent et ainsi priver l'entreprise d'un développement.
Oui, cela j'ai bien compris.

Ce que je ne comprends pas, c'est de qualifier cela de spyware/piratage/etc. alors qu'à priori ils exploitaient des données publiques.
0  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web