Kite, le moteur de complétion de code Python basé sur l'IA analyse maintenant le code en local,
Mais des développeurs ne sont toujours pas rassurés

Le , par Olivier Famien

196PARTAGES

Lorsque vous travaillez sur un projet de développement d’application, vous avez besoin d’un ensemble d’outils pour faciliter l’écriture des lignes de code. Alors que de nombreux environnements de développement intégrés (EDI) et éditeurs de codes sont disponibles sur le marché afin de permettre aux développeurs d’écrire rapidement leurs codes, des entrepreneurs ont annoncé la disponibilité de Kite, un moteur de complétion de code Python basé sur l’intelligence artificielle. Kite a pour objectif d’analyser le code du développeur et d’effectuer une complétion de lignes de code. Pour fonctionner, Kite s’intègre à de nombreux éditeurs comme VS Code, Atom, PyCharm, IntelliJ, Sublime Text et Vim.

À l’origine, Kite était capable d’effectuer que la complétion d’un seul mot en faisant des suggestions en fonction de la popularité du code. Mais depuis quelques jours, l’équipe de développement de Kite a annoncé que son moteur d’analyse de code est maintenant capable de prédire des lignes de code en s’appuyant sur un moteur d’intelligence artificielle sophistiqué. Cela signifie que si vous utilisez la récente version de Kite, l’outil est en mesure de vous faire plusieurs propositions de lignes de code simultanément. Et la particularité est que l’équipe de Kite souligne que les codes proposés ont généralement plus de pertinence avec vos attentes de propositions que les autres outils de complétion de code peuvent le faire.

Une autre étape que l’outil vient également de franchir est que l’analyse du code se fait maintenant en local sur l’ordinateur du développeur. Nous rappelons qu’avec les premières implémentations de Kite, l’analyse du code se faisait sur le cloud. Les développeurs étaient donc obligés de créer un compte Kite et pousser leur code local sur les serveurs Kite afin de pouvoir recevoir en temps réel les suggestions de code.


Mais cette dernière fonctionnalité ne fut pas du goût de nombreux développeurs. En effet, pour ces derniers, le fait d’envoyer le code local sur le cloud poserait un problème de confidentialité, en particulier à cause des autorisations d’accès étendues demandées par l’outil. Les développeurs ont déclaré craindre que différents scénarios ne conduisent à la mise à disposition de données médicales, de données de paiement et d’autres données confidentielles sur Kite. En outre, de nombreuses entreprises privées ont pour politique de ne pas télécharger des données vers des tiers, ce qui rendrait Kite inutilisable pour les développeurs de ces entreprises.

Pour corriger donc ce problème de confidentialité décrié par de nombreux développeurs, l’équipe de Kite a basculé le traitement du code au niveau local. « ;Kite effectue tous les traitements localement sur les ordinateurs des utilisateurs, plutôt que dans le cloud. Il est inutile de télécharger votre code sur nos serveurs. Vous n’êtes même pas obligé de créer un compte Kite ;», a fait remarquer le fondateur de Kite Adam Smith.

Toutefois, malgré ces changements effectués par l’entreprise, des développeurs craignent encore la récupération du code des développeurs par l’équipe de Kite avec son outil. Aussi, pour rassurer les utilisateurs, un membre de l’équipe de Kite s’est voulu transparent et a souligné que Kite collecte diverses analyses d’utilisation qui aide son équipe à comprendre comment les développeurs utilisent Kite et comment l’équipe peut aider à améliorer le produit. Les informations collectées concernent les points suivants :

  • Avec quels éditeurs vous utilisez Kite ;;
  • le nombre de requêtes que le moteur Kite a traité pour le développeur ;;
  • à quelle fréquence utilisez-vous des fonctionnalités spécifiques de Kite, par exemple combien de complétion de code de Kite avez-vous utilisée ;?
  • la taille (en nombre de fichiers) des bases de code avec lesquelles vous travaillez
  • Les noms des packages Python tiers que vous utilisez ;;
  • L’utilisation des ressources de l’application Kite (CPU et RAM).


L’équipe déclare par ailleurs qu’elle ne collecte pas les informations concernant :

  • Le contenu (partiel ou complet) de tout fichier de code source résidant le disque dur du développeur ;;
  • les chemins de fichiers sur la hiérarchie de votre système de fichiers ;;
  • les index de votre code produits par le moteur Kite pour alimenter nos fonctionnalités — ceux-ci restent tous localement le disque dur du développeur.


Enfin, l’équipe de Kite précise qu’il est possible de désactiver l’envoi des analyses d’utilisation en modifiant les paramètres de Kite pour ne pas accepter la collecte de ces données.

Bien que ces déclarations paraissent rassurantes, pour des développeurs, l’entreprise devrait plutôt faire l’action inverse à savoir demander aux développeurs d’accepter explicitement la collecte de ces informations avant de procéder à la collecte plutôt que de leur proposer de s’y soustraire après avoir mis la collecte par défaut. Certains encore soulignent que pour que l'IA soit efficace, il lui faut analyser de grandes quantités de données, ce qui pourrait s'apparenter à de l'espionnage selon certains. Pour d’autres internautes, le fait que l’équipe de Kite n’a pas véritablement décrit comment elle compte rentabiliser son projet laisse la porte ouverte à beaucoup d’incertitudes. Certains utilisateurs expliquent que lorsque les bailleurs de fonds feront pression pour rentabiliser leurs investissements, l’équipe de Kite risque d’être contrainte de collecter le code des utilisateurs de Kite afin de chercher à renflouer ses caisses. À ce sujet, Adam Smith informe que son équipe a obtenu un nouveau financement de 10 millions de dollars, ce qui porte le financement total de Kite à 17 millions de dollars.

À en juger par les risques de mauvais usage des données des développeurs soulevés par des internautes, certains utilisateurs pourraient être tentés de crier à la paranoïa, car ce n’est pas la première entreprise qui effectue du traitement dans le cloud. Mais ce qu’il faut savoir est que la confiance de certains développeurs pour l’équipe de Kite a disparu, car pour ces derniers, l’équipe de Kite aurait récupéré un plug-in de l’éditeur Atom nommé Autocomplete-Python et mis en retrait le moteur open source de l’outil baptisé Jedi pour activer le moteur Kite par défaut dans Autocomplete-Python. Cela, sans avoir informé les utilisateurs de ce projet open source. Les développeurs ont très mal digéré ce fait et ont accusé l’équipe de Kite d’espionner le code des développeurs avec son moteur de complétion de code sur le cloud.

L’équipe de Kite a donc décidé de rassurer en passant son moteur en mode local, mais cela semble ne pas apaiser les craintes de certains utilisateurs. Pensez-vous qu’ils ont raison de manifester ces craintes ;?

Source : Kite, The Outline

Et vous ?

Que pensez-vous de Kite ;?

Pourra-t-il se faire une place avec de telles fonctionnalités ;?

Voir aussi

Vim : la version 8.1 de l'éditeur de texte multiplateforme est disponible avec le support de l'exécution d'un terminal dans une fenêtre Vim
Sublime Text 3.1 est disponible au menu : meilleure prise en charge des moniteurs à très haute densité de pixels et plus
Microsoft annonce la disponibilité de Visual Studio Code 1.30, petit aperçu des nouveautés et améliorations apportées par l'éditeur
PyCharm 5 est disponible en version stable avec la prise en charge de Python 3.5, TypeScript 1.6, AngularJS 2.0 et bien d'autres améliorations
Atom 1.0 : l'éditeur de texte de GitHub pour les développeurs atteint sa première version stable, il est open source et repose sur Chromium et Node.js

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web