Project Alias « pirate » les enceintes connectées Amazon Echo et Google Home
Pour protéger la vie privée des utilisateurs

Le , par Patrick Ruiz

538PARTAGES

11  0 
Intégrer les dispositifs connectés (à Internet) à sa domotique … c’est désormais ce que proposent la plupart des géants de la Tech avec leurs google Assistant, Cortana ou encore Siri. Une famille de Portland aux États-Unis a, pour sa part, fait le choix des hauts-parleurs Écho armés à l’IA Alexa d’Amazon. Dans une publication parue à mi parcours de l’année précédente, Kiro-TV – une station de télévision américaine située à Seattle dans l’État du Washington – attire l’attention sur l’un des inconvénients majeurs d’un tel choix : le hub domotique peut mettre des moments d’intimité à la disposition du tiers.

C’est ce qui est arrivé à Danielle et à son époux. « Mon mari et moi avions l’habitude de blaguer en disant je parie que ces appareils écoutent nos conversations », rapportait alors la chaîne de télévision des propos de la dame. Deux semaines avant la publication de Kiro-TV, la famille passait de la blague à la crue réalité avec un coup de fil qui, dit-elle, a mis un terme à son amour pour Alexa. « Débranchez immédiatement vos dispositifs Alexa. Vous êtes victimes d’un piratage », disait l’appelant – un collègue du mari. « Nous avons débranché les appareils et il a poursuivi en disant qu’il a reçu des enregistrements audio de notre intérieur », rapportait Kiro des propos de Danielle.

C’est un fait les enceintes connectées en général sont sujettes à controverse à cause de rapports de ce type, mais le technologue Bjorn Karmann dit avoir la réponse appropriée. Au travers de Project Alias, il propose de « pirater » lesdits dispositifs pour protéger la vie privée des utilisateurs.

Citation Envoyé par Bjorn Karmann
Alias est un « parasite » [qui peut être enseigné] conçu pour donner aux utilisateurs plus de contrôle sur leurs assistants intelligents, tant au niveau de la personnalisation que de l'intimité.

Alias agit comme un dispositif intermédiaire conçu pour s'approprier n'importe quel dispositif à commande vocale. Équipé de haut-parleurs et d'un microphone, Alias est capable de communiquer et de manipuler l'assistant intelligent lorsqu'il est placé sur celui-ci. Les hauts-parleurs d'Alias sont utilisés pour l'interrompre avec un bruit constant faible directement transmis au microphone de l'assistant. Lorsque Alias reconnaît le mot-clé créé par l'utilisateur, il arrête le bruit et active tranquillement l'assistant avec un enregistrement sonore du mot-clé original. À partir de là, l'assistant peut être utilisé comme d'habitude.



Alias a l’aspect d’un champignon que l’utilisateur pose sur un dispositif Amazon Echo ou Google Home. Les auteurs du projet le disent d’ailleurs inspiré de l’observation de ces organismes du règne des Fungi. En toile de fond, on retrouve un ordinateur monocarte raspberry pi pour animer le « parasite. »


Alias est conçu comme une solution entièrement open source tant sur le plan matériel que logiciel ; des détails additionnels du projet Do it Yourself sont disponibles sur le dépôt GitHub dédié.


Source : Karmann, GitHub

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Alias est-il un projet utile ou attrape gogo marketing qui exploite la paranoïa ambiante sur la tech ?

Voir aussi :

Sécurité : un dispositif Echo enregistre les conversations d'une famille et les transfère à un contact sans permission, Amazon confirme et s'excuse

Amazon explique pourquoi son enceinte connectée Echo a enregistré une conversation puis l'a envoyée à un contact

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 15/01/2019 à 8:14
Si cela fonctionne vraiment cela n'a rien d'un gadget pour moi.
C'est vraiment très intéressant, et le fait de pouvoir le faire soit même rajoute une couche de confiance non négligeable.

On a bien compris que les objets connectés deviendront à terme de formidables outils marketing.
Avatar de disedorgue
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 15/01/2019 à 16:22
C'est beau la technologie, tu te payes un objet pour un besoin particulier, genre juste écouter de la musique, et tu dois payer ou du moins te prendre la tête pour désactiver tous les trucs annexes qui peuvent te pourrir la vie...
ça me rappelle la fois où j'étais allé en boutique pour m'acheter un tél. portable (les smartphones n'existait pas encore) :
-Je vais voir le vendeur et lui dit que je veux le tél. suivant et celui-ci me répond, vous êtes sur ?
-Et là, pendant au moins 10 minutes, il me fait la pub de différent tél. qui sont capable de faire ceci et cela, voir le café...
-Et à un certain moment, je craque et lui dit: vos trucs ont l'air pas mal mais, vous savez, je suis venu prendre un tél. pas un autre article, et là j'ai senti comme de la surprise dans son regard.
-Bah, ouais, à aucun moment, pour les trucs qu'il me présentait, il ne m'a dit qu'ils faisaient aussi téléphone...
Au final, je suis reparti avec le tél. que j'avais choisi au départ.

Maintenant, c'est automatique, tu achètes un article dont son but premier n'est pas son but premier

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web