Microsoft veut développer des solutions basées sur l'IA pour prédire la probabilité qu'un ordinateur soit infecté
Par un logiciel malveillant

Le , par Bill Fassinou

304PARTAGES

12  0 
La multinationale informatique Microsoft entend développer des solutions basées sur l’IA pour prédire la probabilité qu’un ordinateur soit infecté par un logiciel malveillant en fonction de sa configuration. Pour cela, la firme a lancé un concours à la communauté de la science des données pour développer des techniques pouvant prédire si une machine sera bientôt touchée par un logiciel malveillant. L’équipe qui sortira gagnante de ce concours remportera une somme de 25 000 dollars US. Le concours est organisé par l’équipe Windows Defender Research en partenariat avec l’université de Northeastern et le Georgia Institute of Technology. L’objectif principal est de proposer de nouvelles idées pour lutter contre les attaques et les atteintes des logiciels malveillants.

« Le secteur des logiciels malveillants reste un marché bien organisé et bien financé, dédié à l’évasion des mesures de sécurité traditionnelles. Une fois qu'un ordinateur est infecté par des logiciels malveillants, les criminels peuvent nuire aux consommateurs et aux entreprises de nombreuses manières. Avec plus d'un milliard de clients entreprises et particuliers, Microsoft prend ce problème très au sérieux et investi beaucoup dans l'amélioration de la sécurité », peut-on lire sur la page Kaggle de Microsoft. Kaggle est une plateforme permettant aux scientifiques de données de créer des projets de science des données, de télécharger des jeux de données et de participer à des concours.


Pour la compétition, Microsoft fournit une base de données anonymes d’une taille de 9,4 Go. Ces données proviennent de 16,8 millions d'appareils dans le monde et à partir desquelles les participants au challenge devront créer leurs modèles de prédiction en se basant bien sûr sur l’intelligence artificielle. La base de données fournie par Microsoft contient diverses informations sur la configuration des ordinateurs notamment la localisation du pays, le type de processeur, la version du système d’exploitation, le moteur Windows Defender, la capacité de stockage, l’antivirus installé (actif ou non) et d’autres choses.

En 2015, selon son site web, Microsoft avait déjà organisé un concours sur la classification des logiciels malveillants qui lui a permis de générer environ 0,5 téraoctets de données. Le firme s’en est servie pour améliorer les défenses en couches de Windows Defender tout en mettant l’accent sur la défense préventive et continue de faire de la recherche avec. Aujourd’hui encore, l’entreprise veut aller loin et associer l’IA à sa solution de défense contre les logiciels malveillants. Elle s’explique en ses termes : « la cybersécurité est le défi central de notre ère numérique. La protection contre les menaces avancées de Windows Defender ( Windows Defender ATP ) utilise des systèmes intelligents pour protéger des millions de périphériques contre les cyberattaques chaque jour. L’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle pilotent des protections dans le cloud qui détectent et préviennent des nouvelles menaces ».

Les inscriptions pour le concours ont commencé depuis le jeudi 13 décembre, date de lancement dudit concours et se poursuivront jusqu’au 06 mars 2019. Les modèles développés par les équipes pour prédire les risques d’infection pour un périphérique pourront être soumis jusqu’au 13 mars 2019, date limite de soumission. Si vous voulez mettre à contribution vos idées afin de protéger des milliards de machines, des dommages causés par les logiciels malveillants avant que cela ne se produise, alors Microsoft vous invite à vous inscrire au concours sur sa page Kaggle et rejoindre une grande communauté d’universitaires et des chercheurs d’horizons divers.

Participez au concours ici

Source : Microsoft

Et vous ?

Qu'en pensez vous ?

Voir aussi

Windows 10 transmet à Microsoft l'historique d'activités de votre PC une fois connecté même si vous lui dites de ne pas le faire

Microsoft confirme que les utilisateurs de Windows 10 risque de tester une mise à jour instable lorsqu'ils font la mise à jour manuellement

Le nouveau Microsoft Edge va prendre en charge les extensions Chrome grâce au passage à Chromium pour le développement du navigateur

Microsoft dévoile de nouvelles icônes pour les applications d'Office un effort de redesign que l'éditeur entend étendre à Windows 10

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de ultimatemanu
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 14:00
Fastoche, pas besoin d'IA pour ça:
Code : Sélectionner tout
If OS==WINDOWS THEN result = 99.99%
Je sais C'était facile
Ok je sors
2  0 
Avatar de CaptainDangeax
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 15:07
Microsoft prend un gros risque. L'IA, après avoir bien appris et fait monter son intelligence, va sortir un truc du genre "votre système est défectueux par conception, veuillez vous adresser à un autre fournisseur".
Il y a des solutions pas tellements complexes pour sécuriser un OS utilisateur. Pour commencer, on met un filesystem qui gère le "noexec" (pas comme NTFS, donc, où tout est exécutable par défaut) ; tous les fichiers entrants sont noexec, ça calme. Couplé avec le bit NX des derniers CPU, on progresse bien. Ensuite, on arrête de laisser les programmes s'installer dans le dossier utilisateur, ou alors, à tout le moins, on met ça dans un conteneur, une sandbox...
0  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web