Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

En floutant des images, des services de cartographie en ligne révèlent des installations secrètes,
Comme des bases qui hébergent des missiles

Le , par Stéphane le calme

163PARTAGES

15  0 
Vous voulez savoir comment susciter la curiosité d’un analyste en imagerie par satellite ? Il vous suffit de flouter des images.

Google Earth le fait parfois à la demande de gouvernements qui souhaitent garder les yeux indiscrets à l'écart de certains de leurs sites militaires ou politiques les plus sensibles. Vous vous souvenez probablement de l’évasion de Rédoine Faïd, le 1er juillet ; la prison de Réau, de laquelle il s'est échappé en hélicoptère, ainsi que le centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil, où il est actuellement écroué, n’étaient pas floutés sur l'outil de cartographie de Google.

Après cette spectaculaire évasion, le ministère de la Justice a engagé le dialogue dès le 31 juillet avec Google pour brouiller les pistes et mieux dissimuler ces établissements sensibles. Le 9 octobre, interviewée sur RTL, Nicole Belloubet a fait part de son mécontentement. « Il n’est pas normal que les établissements sécurisés comme des prisons se retrouvent sur Internet », a tranché la Garde des Sceaux. Sur 67 prisons, 49 pouvaient encore être survolées, d'après L'Express. Par courrier, Google a entre-temps assuré remédier au problème d'ici la fin de l’année.

De la même manière, une ancienne loi néerlandaise obligeait les entreprises néerlandaises à brouiller leurs images satellites d'installations militaires et royales.

Cette tendance à brouiller les images satellites suscite plutôt l’intérêt. En effet, une entreprise russe de cartographie en ligne a tenté de dissimuler des bases militaires étrangères. Ce faisant, elle a accidentellement confirmé leurs emplacements, dont beaucoup étaient tenues secrets.

Yandex Maps, le premier service de cartes en ligne de Russie, a brouillé les emplacements précis des bases militaires turques et israéliennes, en indiquant précisément leur emplacement. Les bases hébergent des sites de missiles sol-air sensibles et des installations hébergeant des armes nucléaires.

Selon la Fédération des scientifiques américains, Yandex Maps a flouté « plus de 300 bâtiments, aérodromes, ports, bunkers, sites de stockage, bases, casernes, installations nucléaires et bâtiments distincts » dans les deux pays. Certaines de ces installations étaient bien connues, mais d'autres non. Non seulement Yandex a confirmé leur emplacement, mais le flou révèle également leur taille et leur forme exactes.

Citation Envoyé par Fédération des scientifiques américains
Ce floutage est presque certainement le résultat de demandes d'Israël et de la Turquie; Il semble très improbable qu'une entreprise russe entreprenne de son propre chef une tâche aussi longue. Heureusement (du point de vue de l'OSINT - Open Source Intelligence, il s’agit d’un renseignement obtenu par une source d'information publique -), cela a eu pour effet involontaire de révéler l'emplacement et le périmètre exact de chaque installation militaire importante dans les deux pays, si vous êtes assez curieux pour parcourir toute la carte à la recherche de taches floues. La correspondance des sites flous avec des images non floues (bien que dégradées) disponibles via Google Earth constitue une méthode de « basculement et de repère » dans laquelle un jeu de données est utilisé pour documenter une analyse plus détaillée d'un deuxième jeu de données.
Depuis des années, les services de cartographie en ligne ont brouillé les zones sensibles en réponse aux demandes du gouvernement. Cela signifie souvent que l'on doit réduire la résolution de zones entières pour s'assurer qu'une installation secrète ne se démarque pas. Une autre raison de réduire la résolution : la loi fédérale oblige les services de cartographie américains à ne pas montrer à Israël plus de détails que ceux disponibles avec des images satellitaires commerciales, ce qui donne une résolution de deux mètres pour l’ensemble du pays. Ce n'est pas génial pour ceux qui aiment jouer à Virtual Tour, mais cela aide à garder le pays en sécurité.

Le floutage très spécifique de Yandex révèle l’emplacement de plusieurs installations sensibles, de bases militaires turques, d’installations nucléaires israéliennes et de batteries de missiles Patriot israéliens. Les installations en Turquie se démarquent vraiment, car tout le pays est disponible en haute résolution. La base aérienne d'Incirlik, utilisée par les États-Unis et abritant des armes nucléaires tactiques B61, est repérée par un gros flou. Une personne avisée pourrait alors utiliser des images non floutées d’Incirlik pour définir les paramètres physiques exacts de la base.

Yandex a probablement été invité à brouiller ces lieux par les gouvernements israélien et turc. Cependant, la manière dont il a choisi de protéger ces lieux les a rendus moins sûrs en les attirant l’attention dans un forum très public. La prochaine fois, Yandex pourrait envisager de réduire simplement la résolution globale de ses cartes.

Source : FAS

Voir aussi :

Microsoft : des employés l'exhortent à ne pas soumissionner de proposition pour JEDI, qui ambitionne de créer une force militaire « plus meurtrière »
L'IA de niveau humain pourrait être réalisée « d'ici 5 à 10 ans », selon les experts, et les plus grandes menaces sont les applications militaires
Un pirate parvient à dérober des secrets militaires parce qu'un mot de passe FTP par défaut n'a pas été changé
Polar Flow, une application de fitness, expose par inadvertance les maisons des agents de renseignements et du personnel militaire
Google promet de ne pas utiliser l'IA pour le développement d'armes, mais informe qu'il va continuer à coopérer avec les militaires

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Doksuri
Membre expert https://www.developpez.com
Le 13/12/2018 à 17:51
il y a une base militaire non loin : vue satellite pixelisee,
je prends le bonhomme pour regarder streetview (sur la route d'acces) a cote de la base ils ont tout floute

je prends le bonhomme, je le met sur une route parallele (qui n'est pas la route d'acces a la base -qui est a 200m grosso-modo- ) : on a de belles images =)
sans compter que a cote de cette meme route, il y a un petit espace avec quelque paraboles (surement relies a la base) qui n'ont pas ete floutes non plus ^^

fouter ou non, on fini toujours par avoir l'info
1  0 
Avatar de Steinvikel
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 13/12/2018 à 22:37
<troll> on a repeint ce bouton là en rouge... faut surtout pas appuyer dessus ! Bon, on vous laisse, salut ! </troll>
1  0 
Avatar de TheLastShot
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/12/2018 à 20:46
Google floute donc les espaces militaires à la demande du gouvernement, hmm... et quand est-il des centaines de satellites qui ne sont pas sous leur contrôle ? ><
1  0 
Avatar de kbadache
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 13/12/2018 à 21:56
Quand ceux qui prônent l'espionnage à tout va sont pris à leur propre jeu
0  0 
Avatar de Steinvikel
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 14/12/2018 à 22:19
Google opérait déjà une certaine forme de censure depuis ses débuts, c'était parfois une tuile marine qui manquait parce que les tracés hypothétiques étaient contestés, parfois une tuile manquante parce que l'espace aérien était interdit (et que l'entité en cause s'était exprimé à ce sujet, de manière privé). Puis le flou est arrivé pour les personnes dans StreetView, puis les plaques d'immatriculations, puis les façades des bâtiments pour les contestataires. Etc.

Ce que font les autres satellites n'est pas du même ressort que ce que pose Google comme problème, à savoir : servir des info sensibles gratuitement, et très facilement accessibles.
Évidemment que les autres partages des info, les vendent, épient les zones interdites, etc. Mais c'est du domaine de l'espionnage à proprement parler, et est bien moins accessible.
0  0