France : les régulateurs tirent la sonnette d'alarme contre le projet de vente de « coupons » de bitcoin
Dans les bureaux de tabac dès 2019

Le , par Bill Fassinou

203PARTAGES

12  0 
Il y a quelques jours, on nous apprenais qu'à partir de janvier 2019, les bureaux de tabac pourront se lancer dans la vente des bitcoins. Cela était annoncé comme une victoire pour la Confédération nationale des buralistes (syndicat des personnes travaillant dans les bureaux de tabac) qui permettrait à près de 4000 bureaux de tabac sur près de 25 000 de se lancer dans la vente physique du bitcoin en 2019 en petits coupons de bitcoin de divers montants. Et c'est KeplerK (plateforme de vente et d'achat de crypto-actifs), qui servira de plateforme d'échange pour la vente. Les utilisateurs de ce site disposeront d'un portefeuille électronique qui sera crédité en unité de la cryptomonnaie utilisé lors de l'échange en fonction du cours de cette cryptomonnaie par rapport à l'euro lorsqu'elle a été achetée. Ces opérations de change permettront aux buralistes de réaliser des bénéfices sur une partie des 7 % de commission que percevra KeplerK au moment de l'achat.

Cependant, il convient de préciser que les cryptomonnaies sont très fluctuantes et peuvent chuter drastiquement. Au passage, rappelons que le bitcoin connait depuis quelques jours, une baisse de sa valeur et pour certains cela n’est pas près de s’interrompre. Valorisé actuellement à moins de 4000 dollars, le bitcoin est très loin de son embellie financière de 2017 qui lui a valu un attrait massif d’investisseurs. C'est l'une des raisons pour lesquelles la Banque de France dit s'opposer à ce projet. En effet, le 21 novembre, dans l'un de ses communiqués, la Banque de France a déclaré qu' « aucune convention n'a été signée afin de permettre la vente de bitcoin dans les bureaux de tabac. Aucun accord n'est par ailleurs discuté ni envisagé sur le sujet. La Banque de France rappelle qu'elle a émis à plusieurs reprises des mises en garde sur l'usage des crypto-actifs ; ces mises en garde demeurent d'actualité. Ce sont des actifs purement "spéculatifs" et ne sont pas des monnaies. Ceux qui investissent dans le bitcoin comme dans les autres crypto-actifs le font entièrement à leurs risques et périls ».


Dans un communiqué commun publié le 26 novembre dernier et signé par la Banque de France, l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), ces institutions rappellent que l’achat/vente et l’investissement en Bitcoins s’effectuent à ce jour en dehors de tout marché réglementé et annonce qu'à l’heure actuelle, KeplerK « ne dispose d’aucune autorisation ni agrément », en France ou à l’étranger. « À la suite des annonces portant sur le projet formé par la société utilisant la dénomination KEPLERK de proposer un service d’achat/vente de bitcoins contre espèces avec le projet d’associer les buralistes à la commercialisation de ce service, l’Autorité des marchés financiers, la Banque de France et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution rappellent les risques associés à un investissement sur ces actifs spéculatifs, peu adaptés aux profils d’investisseurs particuliers non avertis. L’AMF, la Banque de France et l’ACPR rappellent que l’achat/vente et l’investissement en Bitcoins s’effectuent à ce jour en dehors de tout marché réglementé », peut-on lire dans le communiqué.

Pour ces institutions, « le Bitcoin est l’un des actifs, parfois qualifiés à tort de "monnaies" virtuelles ou "crypto-monnaies", qui existent actuellement dans le monde ». Les raisons pour lesquelles ces institutions s'opposent à ce projet de KeplerK sont multiples. Pour elles, le bitcoin « s’échange en ligne et n’est matérialisé par aucune pièce ou billet. Il ne bénéficie pas d’un cours légal contrairement aux monnaies émises par les banques centrales. Sa très grande volatilité est avérée et il existe également des risques de piratage des portefeuilles de bitcoins. Sa diffusion par une société anonyme, PAYSAFEBIT SASU au capital de 50000 euros, utilisant la dénomination commerciale KEPLERK, qui ne dispose d’aucune autorisation ni agrément par une autorité française ou étrangère, n’est pas de nature à fournir une quelconque garantie à la clientèle. La dénomination commerciale KEPLERK ne doit en outre pas porter à confusion avec des sociétés agréées en France telles que Kepler Cheuvreux ou Kepler capital markets qui n’ont aucun lien avec cette activité ».

Rappelons qu'en octobre dernier, Juniper Research, un cabinet d'étude spécialisé dans l'identification et l'évaluation du marché à forte croissance au sein de l'écosystème numérique, a effectué une étude sur le marché de la cryptomonnaie. Il met en garde que de nombreux indicateurs du monde de la cryptomonnaie laissent présager une implosion du marché notamment en raison d’un déclin graduel du volume de transaction. Dans son étude dénommée « The Future of Cryptocurrency : Bitcoin & Altcoin Trends & Challenges 2018-2023 », Juniper Research a souligné que la baisse du volume d’échange journalier du Bitcoin et d’autres cryptomonnaies est un signal particulièrement négatif pour la valorisation de l’industrie des cryptomonnaies.

Source : Communiqué de presse

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

La valeur du bitcoin plonge à 3800 dollars et entraine une perte globale de 163 milliards de $ chez les utilisateurs, bitcoin, une arnaque déguisée ?

France : dès 2019, les bureaux de tabac pourront vendre des « coupons » de bitcoin permettant de créditer des portefeuilles électroniques

Bitcoin : l'industrie de la cryptomonnaie est au bord de l'implosion en raison d'un déclin graduel du volume de transaction, selon une étude

Le bitcoin continue son déclin et passe sous la barre des 5000 dollars US en raison d'une nouvelle scission de Bitcoin Cash

La communauté Bitcoin finalement divisée en deux le fork Bitcoin Cash a été officiellement créé le 1er août

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de globalsb
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 02/12/2018 à 17:24
1 % des hommes profiteront toujours des 99% . C'est une loi de la nature.
Par contre , rendre cette arnaque légale ... merci nos régulateurs (en gros l'Etat).
0  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web