L'éditeur Square Enix va retirer trois jeux de sa boutique pour gamers belges
Après l'introduction d'une loi qui bannit les loot box

Le , par Patrick Ruiz

103PARTAGES

14  0 
The Guardian s’est fait le relais de cette information il y a peu et écrit :

Citation Envoyé par The Guardian
l'éditeur de jeux Square Enix retire trois jeux mobiles de Belgique à la suite de l'introduction d'une loi dans le pays européen qui interdit les loot box considérés comme forme de jeu de hasard. Les jeux - Mobius Final Fantasy, Kingdom Hearts Union X et Dissidia Final Fantasy Opera Omnia - sont parmi les plus grands titres dans le portfolio de jeux pour plateformes mobiles de l'éditeur plus connu pour ses jeux sur console tels que Tomb Raider, Final Fantasy et Hitman. Dans des déclarations publiées au sein desdits jeux, Square Enix confirme que c’est la nouvelle loi qui est à blâmer pour leur suppression et cite " le statut juridique incertain actuel " des loot box du point de vue du droit belge
D’après le site spécialisé GamesIndustry.biz, le retrait se fera selon un calendrier : dès le 30 novembre pour Mobius Final Fantasy ; les 6 et 19 décembre pour Kingdom Hearts Union X et Dissidia Final Fantasy Opera Omnia.

La manœuvre de l’éditeur japonais fait suite à celle de son homologue américain Valve. Ce dernier n’avait pas retiré des titres de sa boutique pour gamers belges, mais leur avait rendu l’accès aux pochettes-surprises impossible. Le problème, comme le souligne Koen Geens – ministre de la Justice belge – est que les titres au sein desquels les éditeurs implémentent des loot box mixent plaisir de jouer et paris. En effet, la mécanique derrière les loot box implique l’achat (en argent réel ou virtuel) de coffrets virtuels dont le joueur veut découvrir le contenu. Cette approche tombe sous le coup de la loi belge sur les jeux de hasard. Les contrevenants s’exposent à des peines de prison pouvant aller jusqu’à 5 ans et à des amendes qui plafonnent à 800 000 euros.


En Europe, la Belgique et les Pays-Bas (avec le Betting and GamingAct) font office de pionniers en matière de lutte contre le système des loot box. À travers une déclaration conjointe faite au mois de septembre dernier, une dizaine d’autres pays du Vieux Continent et l’État de Washington les ont rejoint ; objectif : s’attaquer aux jeux d’argent liés au gaming. En février, des législateurs hawaïens ont procédé à l’introduction d’une loi qui bannit la vente des jeux avec loot box aux personnes âgées de moins de 21 ans. À l’échelle globale, l’étau se resserre donc de plus en plus autour des éditeurs qui se verront obligés de lâcher une source de revenus importante. Pour ne citer que ceux là, Activision et Electronics Arts ont, grâce aux pochettes-surprises, vu leur capitalisation augmenter de 70 millions de dollars.

C’est, semble-t-il, le début de la fin de ce stratagème qui permet de faire de l’argent par le biais de ce que de nombreux observateurs considèrent comme des jeux de hasard. Pour corser l’addition des éditeurs, The Guardian rapporte que « les propositions de loi mises en place dans les divers pays bénéficient d’un soutien à large échelle parmi les gamers. »

Source : The Guardian

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ? Êtes-vous pour ou contre ? Pourquoi ?
Quelle expérience avez-vous des loot box ?

Voir aussi :

Jeux vidéo : Electronic Arts compte améliorer les « loot box » ou pochettes-surprises payantes, même si certains gouvernements les jugent illégales

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Markand
Membre averti https://www.developpez.com
Le 26/11/2018 à 9:18
Pourtant c'est à la mode, donc si j'ai bien compris, une palanquée de jeux va disparaître. Clash Royale utilise des coffres pour donner des cartes au hasard aux joueurs. Ces coffres peuvent être achetés avec de la vraie monnaie. Même Roller Coaster Tycoon sur téléphone a utilisé ce système. Que vont-ils devenir ?
Avatar de kazuzu
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 26/11/2018 à 9:57
J'espère pas que les éditeurs vont supprimer leur jeux car avant cette stupide loi, sur Dokkan Battle,j'en ai dépensé quelques euros MAIS je le voulais bien et je n'ai JAMAIS été forcé.
Loi débile !
Avatar de Bubu017
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/11/2018 à 10:19
Citation Envoyé par kazuzu Voir le message
J'espère pas que les éditeurs vont supprimer leur jeux car avant cette stupide loi, sur Dokkan Battle,j'en ai dépensé quelques euros MAIS je le voulais bien et je n'ai JAMAIS été forcé.
Loi débile !
Officiellement, c'est pour protéger les enfants, mais je ne vois pas comment ces mêmes enfants peuvent les acheter sans carte bancaire.
Le souci est s'ils s'attaquent à ça, pourquoi ne pas s'attaquer aux cartes Magic, pokemon and co ? et là du coup, tu pètes toute l'économie de ces jeux.
Avatar de Kannagi
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 26/11/2018 à 10:20
Pour ma part je ne suis pas concerné , mais je déteste ce genre de chose dans un jeux vidéo , déjà que le hasard dans le Jeux Vidéo j’apprécie moyen (parce que c'est une perte de temps pour le joueur) , si on plus il faut dépenser de l'argent pour avoir l'item que tu recherche...
Peut être que ça forcera au dev de ce concentré sur le gameplay , et pas un jeux de hasard pour se faire de l'argent facilement
Avatar de onilink_
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/11/2018 à 10:31
Citation Envoyé par Bubu017 Voir le message
Officiellement, c'est pour protéger les enfants, mais je ne vois pas comment ces mêmes enfants peuvent les acheter sans carte bancaire.
Le souci est s'ils s'attaquent à ça, pourquoi ne pas s'attaquer aux cartes Magic, pokemon and co ? et là du coup, tu pètes toute l'économie de ces jeux.
Le problème c'est surtout l'aspect "jeu d'argent" ou tu risques de dépenser beaucoup trop pour avoir ce que tu veux, tout en pouvant tout perdre d'un coup d'un jour au lendemain (tu ne gardes rien de physique comparé a magic par exemple).

Je pense que plutôt qu'interdire cela, ils devraient juste l'encadrer. Au moins pour laisser le temps aux éditeurs qui ont leur modèle économique basé sur ce principe de revoir leur façon de faire.
Par exemple interdire de dépenser plus de X€ par mois (ans?) dans les lootbox d'un même jeu pour une personne.
Ce qui limite totalement l'effet addictif, et tout le monde est gagnant (bon après il y aurait le potentiel soucis de multicomptes...).
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/11/2018 à 13:49
Citation Envoyé par Bubu017 Voir le message
Officiellement, c'est pour protéger les enfants, mais je ne vois pas comment ces mêmes enfants peuvent les acheter sans carte bancaire.
Le souci est s'ils s'attaquent à ça, pourquoi ne pas s'attaquer aux cartes Magic, pokemon and co ? et là du coup, tu pètes toute l'économie de ces jeux.
Attention, car au niveau des jeux de cartes cités, il faut distinguer la version physique et le jeu vidéo, en version physique tu garde un bout de carton que tu peux collectionner, et pour certaines cartes, la valeur qu'elle prend en fonction de la rareté peut te rapporter énormément (perso en X années, j'ai du investir facile 4/5000 euros dans Magic, aujourd'hui ma collection vaut entre 20 et 25 000€).

Après oui, dans les versions vidéoludiques de ces jeux, le problème est similaire aux lootbox.

Et comment achète les enfants ? Bien souvent, les parents enregistrent leurs données bancaires dans le jeu pour ne pas tout retaper à chaque fois (ou éventuellement ils vont chercher la cb dans le portefeuille et la remette après) .

Après il faut, et comme je l'avais dit dans un autre fil, distinguer les différents types de lootbox, car il y en a où c'est purement cosmétique, et d'autres où cela t'avantage carrément dans le jeu (et ces dernières sont plus à bannir pour moi), d'autres où tu n'as pas trop le choix de faire autrement (typiquement pour les jeux de cartes précités).

Car si on interdit tout ce qui ressemble de près ou de loin à une lootbox, il y a en effet un paquet de truc à interdire dont personne ne s'est jamais soucié, outre les jeux de cartes type Magic, Pokemon et autres, quid des albums pour enfants avec des images autocollantes type Panini et autres qui existe depuis des dizaines d'années ? On achète des paquets de cartes qui sont aléatoires également. Mais ça, que les enfants pillent le porte-monnaie de leur parents pour en acheter pleins, cela n'a jamais gêné personne, normal, ce n'est pas un jeu vidéo...
Avatar de Patrick Ruiz
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 29/11/2018 à 7:25
Jeux vidéo : la Federal Trade Commission américaine va se pencher sur les loot box
Ces pochettes-surprises pour lesquelles les gamers doivent payer

Il s’agit de développements liés à une sortie de Joseph Simmons – président de la Federal Trade Commission des États-Unis – lors d’une audience du Congrès qui s’est tenue il y a peu. Le responsable de l’Agence en charge de l’application du droit de la consommation et du contrôle des pratiques anticoncurrentielles répondait alors à des questions du sénateur Maggie Hassan.

Citation Envoyé par le sénateur Maggie Hassan
Plus tôt cette année, j'ai évoqué la possibilité que la FTC examine la question des enfants dans l'espace des jeux vidéo. Plus précisément, nous avons discuté des loot box, ces pochettes-surprises qu’on acquiert contre de l’argent dans des jeux vidéos et la plupart d'entre vous ont convenu qu'il s'agit d'un domaine qui pourrait faire l'objet d'une surveillance supplémentaire par la FTC.

Les loot box sont désormais une endémie dans l'industrie du jeu vidéo et sont présentes dans tous les domaines, des jeux pour smartphones aux plus récents titres à gros budgets. Les loot box représenteront une industrie de 50 milliards de dollars d'ici 2022, selon les dernières estimations de la recherche. Les enfants peuvent être particulièrement susceptibles de se lancer dans ce type d’achats qui sont souvent considérés comme faisant partie intégrante des jeux vidéo. Pas plus tard que ce mois-ci, la commission britannique des jeux de hasard a publié un rapport selon lequel 30 % des enfants ont utilisé des loot box dans des jeux vidéo. Le rapport a également souligné que cette exposition pourrait être corrélée à une augmentation du nombre de jeunes parieurs au Royaume-Uni.

Compte tenu de la gravité de la situation, je pense qu'il est temps que la FTC examine ces mécanismes pour s'assurer que les enfants soient protégés adéquatement et pour éduquer les parents au sujet de la dépendance potentielle ou d'autres effets négatifs de ces jeux. Vous engageriez-vous à entreprendre ce projet et à tenir ce comité informé à son sujet ?
Cette requête intervient environ neuf mois après l'envoi par Hassan d'une lettre au Entertainment Software Ratings Board. Le sénateur demandait au groupe de revoir le processus d'évaluation des loot box, d'examiner leur commercialisation auprès du public, notamment, des plus jeunes et de revoir les pratiques de développement liées à cette forme de microtransactions. Le sénateur a également demandé au conseil d'administration de mener une étude qui se penche davantage sur la portée et l'impact des loot box dans les jeux. À l'époque, elle a annoncé que la FTC prendrait le relais si l’organe d’évaluation des jeux vidéo ne prenait pas assez de mesures. C’est ce que vient de faire Joseph Simmons en répondant à la question du sénateur par l’affirmative.


Avec les loot box, la question centrale reste celle de savoir si le mécanisme n’induit pas une forme de pari. À ce sujet particulier, l’avis de la FTC américaine continue de se faire attendre. Le site spécialisé kotaku.com rapporte à ce propos que pour l’éditeur Electronic Arts (EA), loot box et paris ne sont pas liés. « À l’inverse d’une machine à sous, le gamer reçoit toujours quelque chose en contrepartie », argumente EA.


Mais, à l’échelle globale, l’étau se resserre autour des éditeurs qui implémentent ces pochettes-surprises au sein de leurs titres. Electronics Arts fait l’objet d’une enquête menée par la Commission belge des jeux de hasard. Avec les Pays-Bas, ce pays fait office de pionnier en matière de lutte contre les loot box. En février, des législateurs hawaïens ont procédé à l’introduction d’une loi qui bannit la vente des jeux avec loot box aux personnes âgées de moins de 21 ans. Au travers d’une déclaration conjointe formulée en septembre dernier, l’Etat de Washington et une dizaine, d’autres pays du Vieux Continent les ont rejoints.

Les loot box … le début de la fin ? Avec cette tendance les éditeurs vont devoir laisser tomber une source qui rapporte déjà 30 milliards de dollars d’après Juniper Research. Certains ont commencé à s’aligner. En juillet, Valve a annoncé la désactivation des loot box pour les gamers belges et néerlandais. Il y a quelques heures, l’éditeur japonais Square Enix a annoncé le retrait de trois titres de sa boutique pour gamers belges.

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Les loot box des jeux vidéo sont illégales et exposeraient les joueurs vulnérables à la dépendance estime la justice belge

Jeux vidéo : Electronic Arts compte améliorer les « loot box » ou pochettes-surprises payantes même si certains gouvernements les jugent illégales

Loot box : une source de revenus attrayante pour les développeurs de jeux freemium, son interdiction pourrait-elle menacer l'essor de ce marché ?
Avatar de Itachiaurion
Membre actif https://www.developpez.com
Le 29/11/2018 à 12:54
C'est bien tout ça, le problème qu'il risque d'y avoir au début c'est que les jeux seront indisponible dans les pays en question avant que les éditeurs et les actionnaires songe que ce sera moins rentable que de retirer les lootbox. Puis si c'est juste pour taxer le système de lootbox pour faire plus de sous... merci mais non merci.
Avatar de Patrick Ruiz
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 02/03/2019 à 19:05
Epic Games, l’éditeur de Fornite, sous le coup d’un recours en action collective
À cause de loot box jugés « agressifs »

La plainte a fait l’objet d’un dépôt il y a peu ; le dernier jour du mois précédent pour être exact. Elle revient sur les principaux grief émis à l’encontre du système des loot box – des coffrets virtuels à contenu aléatoire – depuis quelques mois déjà par la commission belge et d’autres organes régulateurs : les loot box exposent les plus jeunes à la dépendance et constituent un moyen malhonnête pour les éditeurs de se faire de l’argent.

Citation Envoyé par les plaignants
S'élevant au premier rang dans une industrie du jeu vidéo de plusieurs milliards de dollars, Epic a mis au point un plan prédateur par lequel l’éditeur exploite les joueurs, y compris les mineurs, en les incitant à acheter des coffres à contenu aléatoire dans le but de débloquer des options de jeu plus poussées.

Dans le cadre de son plan, Epic offre Fortnite Save the World à un prix inférieur à celui des jeux vidéo concurrents pour amener les joueurs à commencer à jouer à son jeu puis les inciter à effectuer des microtransactions génératrices de revenus importants pour Epic.

Parce que la progression du jeu Fortnite Save the World est inextricablement liée aux progrès en terme d'acquisition de contenus virtuels spécifiques, les joueurs sont poussés à continuer à les rechercher.

De ce fait, Epic a conçu Fortnite Save the World pour limiter efficacement la capacité d'un joueur à progresser dans le jeu sans dépenser d'argent pour acquérir des coffres à contenu aléatoire.

Le plan se déroule parfaitement au profit d'Epic : une fois que les joueurs ont suffisamment investi dans le jeu, l'éditeur les incite à acheter des coffres à contenu aléatoire afin d’obtenir de meilleurs objets virtuels, ce qui se traduit par des revenus énormes pour Epic.

Epic a fait fortune sur les achats au sein de ses jeux en s'attaquant en grande partie aux mineurs particulièrement vulnérables à de telles tactiques prédatrices.

Cependant, bon nombre de ces achats sont commercialisés par le biais de fausses déclarations et d'omissions matérielles qui attirent les mineurs et d'autres joueurs à faire des achats répétés sans recevoir les contenus promis
Dans le cas de Save The World, certains coffres à contenu aléatoire ont l’aspect de lamas que l’éditeur présentent comme « hautement susceptibles de contenir des objets virtuels à même d’augmenter la puissance et la prouesse des personnages. »


Il y a seulement que la plainte accuse le studio de garder le secret sur la probabilité d’obtenir un objet virtuel donné au sein d’un lama. D’après ce qui ressort de cette dernière, la probabilité de recevoir un objet virtuel donné d’un lama est quasi nulle.

Citation Envoyé par les plaignants
Seul Epic sait quelles sont les chances de recevoir un objet virtuel donné donné au travers d'un lama et il exploite cet avantage de façon impitoyable pour attirer les mineurs et autres acheteurs à faire des achats qu'ils ne feraient pas autrement.

Epic fait systématiquement de la publicité en promettant que les lamas contiendront un objet virtuel attrayant et précieux. Comme avec une machine à sous, l’éditeur manipule psychologiquement les jeunes joueurs en leur faisant croire qu'ils auront de la chance. Mais ce que Epic sait – et ce que ses jeunes joueurs ne savent pas – c’est que les lamas ne contiennent presque jamais ce qu'ils sont censés contenir.

Le consommateur qui achète des lamas croit qu'il aura de bien meilleures chances de recevoir un objet virtuel d'une valeur supérieure à celle d'un autre qu'il a obtenu dans une tentative antérieure.
D’après les plaignants, Epic devrait divulguer les informations sur la probabilité d’obtenir un objet virtuel donné via un lama. « Si nous avions connaissance de ce que les chances de recevoir l'objet virtuel désiré via les lamas étaient pratiquement nulles, nous n'aurions pas procédé aux achats », soulignent-ils.

Le dépôt de la plainte intervient après qu’Epic a annoncé la fin du système loot box pour Fortnite Save the World le 30 janvier dernier. En fait la mesure concerne également tous les modes les plus récents ; par exemple, le populaire Fortnite Battle Royale qui a propulsé le jeu dans les sphères de la célébrité. Le fait est que l’étau des autorités de régulation se resserre autour des éditeurs. Après l’introduction d’une loi qui bannit les loot box en Belgique, l’éditeur Square Enix s’est vu forcé de retirer trois jeux de sa boutique pour gamers belges. Noter à ce propos que la mouvance ne concerne pas uniquement les pays d’Europe puisque cette plainte est susceptible d'intéresser la Federal Trade Commission des États-Unis qui a déjà annoncé qu’elle se penchera sur la question des loot box.

Source : plainte

Et vous ?

Êtes-vous en accord avec l’affirmation selon laquelle les loot box constituent un moyen malhonnête pour les éditeurs de se faire de l’argent ?

Quel commentaire faites-vous de l’argumentaire des plaignants dans le cadre de cette plainte ?

Voir aussi :

Les loot box des jeux vidéo sont illégales et exposeraient les joueurs vulnérables à la dépendance estime la justice belge

Jeux vidéo : Electronic Arts compte améliorer les « loot box » ou pochettes-surprises payantes même si certains gouvernements les jugent illégales

Loot box : une source de revenus attrayante pour les développeurs de jeux freemium, son interdiction pourrait-elle menacer l'essor de ce marché ?
Avatar de Kannagi
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 02/03/2019 à 19:12
D'un coté oui c'est le souci de tout les Free To Play , mettre les objets important en boutique.
Après je ne suis pas sur que ça soit efficace , d'un coté Epic fais ce que toute les entreprises font , se faire l'argent le plus possible même si c'est peu éthique (oui je considère que se faire de l'argent sur le dos de mineur , en jouant sur pas mal de technique pour rendre le jeu addictif c'est moyen comme méthode).
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web