Qu'auriez-vous aimé savoir avant de vous lancer dans une carrière de développeur ?
Une ingénieure logiciel dresse une liste

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Il arrive que nos aspirations pour le futur nous vienne de notre environnement (le papa qui travaille en tant que médecin par exemple), d'un film (Chloé O'Brian est tellement forte qu'elle peut taper le code pour lancer les missiles nucléaires du monde entier en tapant son code avec ses orteils tout en prenant son café) ou autres. Mais à quel point sommes-nous préparés ?

Dans un billet humoristique, l'ingénieure logiciel Ana Ulin s'est essayée à l'exercice de relever les différences entre les attentes qu'elle avait et la réalité qu'elle a découverte dans le monde professionnel :

« Mon père a commencé à m'enseigner le Basic à l'âge de 7 ans et je savais que je voulais créer un logiciel pour gagner ma vie. C'était évidemment une chose amusante et utile à faire, et quelque chose que je pourrais bien faire. Mais il y a une grande différence - et je veux dire grande à l'échelle du Grand Canyon - entre la "programmation" et le travail d'ingénieur en logiciel professionnel. »


Ana Ulin

Voici une liste, sans ordre particulier, de certaines choses dont personne ne lui a parlé au sujet du travail dans la technologie en tant qu'ingénieur logiciel:
  • Il est normal d'avoir plus de lignes de tests que de code de production.
  • Ne pas avoir d'autre choix que d'utiliser vi tôt dans ma carrière signifierait que je ne pourrai jamais oublier ces raccourcis clavier.
  • Nous passons un temps ridicule à configurer des builds, des versions et des outils généraux. Parfois, autant ou plus de temps que vous passez à coder.
  • Que mon sexe ou mon âge ou mon appartenance ethnique ou mon orientation sexuelle ou mon poids ou mes vêtements puisse avoir un impact sur la qualité perçue du logiciel que je développe (Ou, en d'autres termes, que ce n'est pas vraiment une méritocratie, et faire un bon travail ne suffit pas.)
  • Qu'écrire du code n'est qu'une petite partie de ce qui entre en compte dans la livraison des logiciels en production.
  • Le fait qu'une grande partie de ma vie professionnelle soit subordonnée aux choix de capital-risque à peine informés et de fondateurs primitifs débordés sans expérience du secteur.
  • Que tout ce qui est ancien soit constamment renouvelé, de MySpace à Facebook, d'IRC à Slack. PHP est cool à nouveau, et la programmation fonctionnelle est revenue à la mode.
  • Le fait d’avoir des compétences humaines décentes rend mes compétences techniques suspectes, aux yeux de certains.
  • Apprendre à gérer ma propre énergie et mon propre état d'esprit est la compétence la plus importante aussi bien pendant un débogage effroyable que pendant la révision de codes très pointus.
  • Vous pouvez avoir plus de 100% de différence de salaire de base en faisant le même travail, selon que vous travaillez dans une petite startup ou dans une grande enseignes.
  • Tous les rôles en génie logiciel n’ont pas le même cachet aux yeux de la culture locale. (Sinon, les bons spécialistes en frontend et en automatisation des tests sont nettement sous-évalués.)
  • Que l’idée que travailler dans une petite startup puisse vous rendre riche est dépassée. Ces jours-ci, pratiquement aucune introduction en bourse n’est possible et vous pouvez économiser plus facilement si vous travaillez pour une entreprise plus grande et stable.
  • Que le CSS est le langage de programmation moderne le plus complexe.
  • Que les stages doivent toujours être payés au taux du marché.
  • Que le vendeur de livres en ligne de spunky deviendrait synonyme d’infrastructure distribuée. Que le nouveau concurrent Altavista devienne un Microsoft Office moins mauvais. Que la nouvelle version de My Space contribuerait à nuire aux démocraties du monde entier.
  • Cela fait 15 ans que mes principales contributions professionnelles pourraient être résumées comme suit: inciter les gens à écrire de meilleurs tests et / ou plusieurs tests et amener les gens à se parler.
  • Que la meilleure technologie ne l'emporte pas nécessairement. En fait, ce n’est souvent pas le cas.
  • Que je serais si méfiante lorsque les tests passeront du premier coup et que je devrais inverser mes affirmations pour forcer un échec au test et me convaincre que tout se passait comme prévu. (en fait : pourquoi n'est-ce pas une fonctionnalité standard des frameworks de test ? Je voudrais un moyen de relancer les tests en retournant certaines des assertions, pour m'assurer qu'ils testent ce à quoi je pense)
  • Utiliser de façon appropriée des émoticônes deviendrait une compétence de communication importante.

Source : billet du développeur

Et vous ?

Qu'auriez-vous aimer savoir avant de vous lancer dans une carrière de développeur ?
Ce que vous avez découvert dans le monde professionnel se rapproche-t-il de l'idée que vous aviez ?
Que pensez-vous de la liste proposée par Ana Ulin ?
Quels éléments pourriez-vous ajouter ?

Voir aussi :

Combien pourrait coûter une nouvelle identité numérique ? Un ingénieur parcourt le Dark Web pour y répondre !
Un ingénieur espère contribuer à réduire la dépendance aux écrans, avec un prototype de lunettes IRL qui bloquent les écrans
Un ingénieur de Google estime qu'il est temps de créer de nouveaux langages et architectures informatiques, la loi de Moore ayant atteint ses limites
Trolldi : comment écrire du code non maintenable et qui vous assurera un travail à vie ? Petites astuces dans le langage Java
Un manuscrit d'Ada Lovelace, considérée par des experts comme étant le premier programmeur, vendu aux enchères pour plus de 100 000 €


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de marsupial marsupial - Membre émérite https://www.developpez.com
le 12/11/2018 à 8:43
D'avoir 5 pattes et être payé en dessous du revenu médian français.
Avatar de JCD_31 JCD_31 - Membre actif https://www.developpez.com
le 12/11/2018 à 8:57
Qu'auriez-vous aimer savoir avant de vous lancer dans une carrière de développeur ?
La réalité du marché.

Si j'avais su qu'en France, 90% du marché était dominé par les SSII et que pour rentrer chez un industriel, il faut connaitre MR Untel ou avoir bossé 10 ans chez eux pour espérer qu'il te proposent un poste en interne, j'y aurais pensé à deux fois. Sans compter bien sur le fonctionnement de ces entreprises: les bons se barrent, les mauvais restent et les managers ne sont là que pour faire du pognon et n'en n'ont rien à foutre de ta gueule, te poussant toujours dans des directions que tu ne veux pas prendre. ("Expert technique ? Tu te fous de moi ? Tu feras chef de projet, comme tout le monde !".

Sans oublier les technos : "Ho, t'as envie de travailler sur ce projet en Angular JS / Kubernetes / Spring ? Ok. Tu iras sur ce projet PHP 4 qui ne tourne que sur IE 5". Y a des fois j'ai l'impression d'entendre un sergent instructeur comme me le décrit mon père quand il avait fait le service militaire obligatoire: "Tu veux tirer au fusil ? OK, tu iras aux cuisines !".

En résumé, avec mes connaissances actuelles du monde de l'informatique français, il y a 10 ans, j'aurais fait un autre métier.

Que mon sexe ou mon âge ou mon appartenance ethnique ou mon orientation sexuelle ou mon poids ou mes vêtements puisse avoir un impact sur la qualité perçue du logiciel que je développe (Ou, en d'autres termes, que ce n'est pas vraiment une méritocratie, et faire un bon travail ne suffit pas.)
Vous pouvez avoir plus de 100% de différence de salaire de base en faisant le même travail, selon que vous travaillez dans une petite startup ou dans une grande enseignes.
Je ne peux que plussoyer.

Le fait d’avoir des compétences humaines décentes rend mes compétences techniques suspectes, aux yeux de certains.
Vécu différemment. On s'en fout que tu sois bon techniquement, on veut que tu parles bien.
Avatar de Markand Markand - Membre averti https://www.developpez.com
le 12/11/2018 à 9:19
Que ça allait autant me décevoir.

Étant grand passionné de technologies et nouveautés, j'ai du mal à travailler dans des entreprises qui éditent des logiciels de plus de 25 ans dont le code laisse à désirer. Malheureusement dans ma carrière professionnelle, j'ai pu travailler dans plusieurs cas comme ça et ce sont des choses qui ne m'enchantent pas. Mon goût du travail bien fait et ma rigueur me rendent aussi la vie difficile quand l'entreprise en question n'est pas en adéquation avec mes préférences personnelles.

Quelques perles de mon expérience :

  • « T'embête pas avec les tests unitaires, on a pas le temps pour ça ». On m'a dit ça après avoir développé une fonctionnalité et ajouté des tests unitaire.
  • « Quoi ? On peut déclarer une variable sans new ? ». Un chef de projet dans une équipe C++.
  • Un code d'une collègue : http://markand.fr/static/indent.png
Avatar de Doksuri Doksuri - Membre émérite https://www.developpez.com
le 12/11/2018 à 9:34
Qu'auriez-vous aimer savoir avant de vous lancer dans une carrière de développeur ?

=> que tu penses a ton code tout le temps
Avatar de matd.h matd.h - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 12/11/2018 à 9:39
Qu'il y a pas mal de dev. qui ne sont pas des passionnés et ne vont donc pas se pignoler sur la beauté du code, chercher à apprendre de nouvelles choses ..
Avatar de Florian_PB Florian_PB - Membre averti https://www.developpez.com
le 12/11/2018 à 9:47
Qu'au bout de deux ans de boîte la moitié de mes amis devs et moi même souhaiterions changer de branche car le dev en entreprise nous a dégoûté du développement :'(
Avatar de Cpt Anderson Cpt Anderson - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 12/11/2018 à 10:15
Que dans 90% des boites, c'est un vrai bordel, autant sur le plan organisationnel que sur le plan du code : très peu de documentation, très peu de suivi, du code fait à la wanagain et le turnover qui fait que tu comprends vite plus rien de ce qui a été développé.

Avatar de egann538 egann538 - Membre habitué https://www.developpez.com
le 12/11/2018 à 10:16
Histoire de nuancer un peu les réponses de ce forum où on va trouver forcément (vu le sujet de la discussion) plus de déçus que de contents: ça peut heureusement aussi bien se passer. J'en suis à plus de 15 ans de développement sans que l'on ai essayé à tout prix de me faire changer des poste. Il y a eu des propositions certes (ingénieur design, product owner...) mais sans pression.

J'ai fait 5 ans de SSII avant d'être embauché par un client, et les projets sur lesquels j'ai pu bosser, sans être forcément à la pointe de la technologie (je ne suis pas dans une startup, mais plutôt une grosse boîte) sont intéressants et utilisent des langages et frameworks décents, dans lesquels je continue à apprendre. J'ai des formations, le salaire est à la hauteur... bref, objectivement pas vraiment de raisons de me plaindre.

Je pense que ça dépend beaucoup de chemins personnels, et des équipes sur lesquelles on tombe. Dans l'entreprise où je travaille, je pourrai forcément trouver des développeurs déçus, ou des chef de projets détestés, qui regrettent le temps où ils étaient des développeurs adulés... (je caricature un peu). Je dirais simplement que pour peu que l'on se trouve dans un bon bassin d'emploi, il ne faut pas hésiter à bouger si on ne se sent pas à l'aise dans son poste, où dans la culture de l'entreprise (machisme, réseautage... à vous de choisir).

<edit>
Pour rester dans le sujet du forum. Je rejoins l'auteur sur le temps de codage des tests, quasiment aussi long que celui de l'appli.
Et j'aurais aussi aimé savoir qu'il faut par principe faire du x2 sur ses devis de développement pour coder dans de bonnes conditions! (mais c'est lié à la ligne du dessus).
</edit>
Avatar de Shepard Shepard - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 12/11/2018 à 10:36
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
Que dans 90% des boites, c'est un vrai bordel, autant sur le plan organisationnel que sur le plan du code : très peu de documentation, très peu de suivi, du code fait à la wanagain et le turnover qui fait que tu comprends vite plus rien de ce qui a été développé.

Jipété va pas être content https://fr.wiktionary.org/wiki/%C3%A0_la_one_again
Avatar de grunk grunk - Modérateur https://www.developpez.com
le 12/11/2018 à 10:45
Que le CSS est le langage de programmation moderne le plus complexe.
J'avoue j'ai ri ...

Tous les rôles en génie logiciel n’ont pas le même cachet aux yeux de la culture locale. (Sinon, les bons spécialistes en frontend et en automatisation des tests sont nettement sous-évalués.)
C'est une réalité, tous les métiers du génie logiciel ne demande pas le même niveau de compétences.C'est d'ailleurs pour ça que pas mal de décideur ne comprennent pas qu'on ne peut pas faire n'importe quel poste juste parce que on fait de "l'informatique".
Contacter le responsable de la rubrique Accueil