Nadella, PDG de Microsoft : les centres de données sous-marins sont l'avenir,
Car faciles et rapides à déployer à proximité des utilisateurs

Le , par Stan Adkens, Chroniqueur Actualités
Difficile d’imaginer Internet aujourd’hui sans datacenters. Ces énormes infrastructures qui donnent à la transformation numérique toute sa raison d’être et où les services cloud tirent profit des économies d’échelle pour stocker et traiter les données, entraîner des modèles d’apprentissage machine et exécuter des algorithmes d’IA.

Microsoft a répondu à la question à savoir s’il était possible de faire du fond marin un abri pour des centres de données. La société veut passer à une autre étape : repousser les frontières de l'informatique de pointe et aller partout dans le monde pour apporter la puissance de calcul où les données sont générées grâce à son Projet Natick.

Présenté au début dans un livre blanc préparé à l’occasion d’un événement de Microsoft appelé ThinkWeek, le concept de centre de données sous-marin a vite pris forme avec l’appui de l’équipe de l’IA et de recherche de Microsoft. Douze mois seulement après le lancement du projet, un prototype avait été déployé, en 2015, dans les eaux de la Californie. Lorsque Microsoft était en train de déployer son premier module du projet, de nombreux acteurs du secteur des centres de données avaient qualifié cette expérience d’expérience scientifique qui était bien impressionnant mais qui ne pouvait pas supporter une charge de travail de production à grande échelle. Mais l’annonce du déploiement de la deuxième phase a concrétisé le projet de Microsoft de déployer des centres de données sous-marins.

Après des résultats encourageants engrangés par cette première phase, le Projet Natick a entrepris de concevoir et tester un module plus grand et de le déployer en Écosse en juin dernier. Le centre de données déployé au large de la côte écossaise fait 12 mètres de long et regroupe 12 baies contenant un total de 864 serveurs et un système de refroidissement de l’infrastructure. Un câble sous-marin alimente le centre de données et lui permet de communiquer avec le rivage et l’Internet.


Prenant la parole lors de l'évènement Microsoft « Future Decoded » qui s’est tenu du 31 octobre au 1er novembre 2018 à Londres, le PDG de Microsoft, Satya Nadella, a déclaré que les centres de données sous-marins de la société pourraient jouer un rôle clé dans la future infrastructure de Microsoft. Selon lui, une infrastructure sous-marine, telle que dans le Projet Natick, peut apporter Azure cloud et edge technology de Microsoft à un grand nombre d'utilisateurs futurs.

« Etant donné que 50 % de la population mondiale vit à proximité de points d'eau, nous pensons que c'est ainsi que nous voulons penser à l'avenir des régions de centres de données et de leur expansion », a déclaré Nadella.

Selon les propos du PDG de Microsoft, avec plus de la moitié de la population mondiale vivant près des côtes, en installant des datacenters dans des conteneurs près des villes côtières, les données auront une distance limitée à parcourir pour atteindre les communautés. Le but étant de réduire le temps de latence, facteur important pour les services de cloud computing, afin d’améliorer l’expérience de navigation du web, le streaming vidéo, le jeu en ligne et offrir des expériences authentiques pour les technologies de l’IA.

L’un des plus grands avantage est que le centre de données sous-marin de Microsoft est exclusivement alimenté par des énergies renouvelables via un câble et facile et rapide à déployer. « C'est unique », a déclaré Nadella en parlant du Projet Natick. « C'est sous l'eau, autonome et durable. Cela peut prendre de l’énergie éolienne et sa construction est très rapide : du début à la fin, c’était 90 jours. »

Ce délai de déploiement très court pourrait permettre à Microsoft de réagir à la demande d'augmentation de la capacité sans avoir à anticiper la demande future. La société envisage de déployer une collection de modules sous-marins, chacun comptant plusieurs milliers de serveurs, et de les déployer en fonction des besoins.

Selon Data Center Frontier, Microsoft pourrait investir dans son concept vu le vote de confiance de Nadella et les résultats encourageants du centre de données de l’Ecosse qui pourraient aboutir à l'agrégation de modules afin de créer une batterie de serveurs pouvant atteindre 20 mégawatts ou plus.

Avec cette expérience de datacenters sous-marins que Microsoft est en train de réussir, la société compte innover avec l’informatique en nuage. Le PDG a clairement exposé cette idée dans son intervention lors du Future Decoded, en disant que l’informatique de proximité constituait un élément essentiel de la stratégie de Microsoft.

Selon l’un des avis de l’industrie des centres de données, confiés à Data Center Frontier, à propos de la viabilité des données du centre de données sous-marins :

« En déployant un centre de données modulaire et évolutif sous-marin, Microsoft utilise non seulement le refroidissement en eau profonde, mais résout également le problème de la recherche d'espace à proximité des utilisateurs finaux. C'est une idée brillante qui résout les problèmes actuels, futurs et de durabilité en matière d'espace, de refroidissement, de latence et de durabilité. … De notre point de vue, le projet de Microsoft repousse les limites de la manière dont nous construisons, livrons et maintenons notre infrastructure de centre de données critique. À cet égard, il convient de féliciter Microsoft pour sa volonté de « repousser les limites » en ce qui concerne les centres de données de classe entreprise. », à déclaré Samir Shah, chef d’équipe à BaseLayer Technology.

Selon Data Center Frontier, cette capacité de déploiement régional pourrait permettre à Microsoft de faire de la différenciation concurrentielle pour gagner du terrain sur Amazon Web Services et Google Cloud Platform. Selon le PDG Nadella, Microsoft dessert déjà 140 pays avec ses services cloud à partir de ses 54 régions de datacenters situées dans le monde entier.

Source : Data Center Frontier

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Quels impacts d’un déploiement mondial de datacenters sous-marins prévoyez-vous dans les prochaines décennies ?

Voir aussi

Microsoft ouvre officiellement quatre datacenters en France, et prévoit d'en ouvrir d'autres en Allemagne, en Suisse et aux EAU
Cloud : Microsoft compte installer des centres de données en Afrique, et fournir des services comme Microsoft Azure, Office 365 et Dynamics 365
Azure Data Lake Tools est maintenant disponible pour Visual Studio Code, ce toolkit apporte un éditeur de code pour le traitement de scripts U-SQL
Microsoft Azure prend en charge NVIDIA GPU Cloud pour les projets de Deep Learning et HPC, une solution qui permet d'exploiter la puissance des GPU
Box annonce le support des nouveaux services cognitifs de Microsoft Azure, pour apporter le machine learning au contenu stocké sur sa plateforme


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de blbird blbird - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 03/11/2018 à 11:32
Oui bien sûr. Et déjà que les poissons sont en train de disparaître, on va aller directement chauffer l'eau dans les océans encore plus qu'avant.
Avatar de Placide Avorton Placide Avorton - Membre averti https://www.developpez.com
le 03/11/2018 à 13:10
C'est bien joli tout ça mais quid des gestes de proximité?

Si le datacenter doit être remonté à la surface chaque fois qu'il est nécessaire de poser une sonde ou de remplacer un composant défectueux ce modèle est juste ingérable. A plus forte raison si l'infra globale est constituée d'un maillage étendu de "petits sites" de production distants de plusieurs centaines de km les uns des autres.
Avatar de fab256 fab256 - Membre averti https://www.developpez.com
le 05/11/2018 à 9:53
Pourquoi on continuerai a appeler cela du "cloud" si c'est "sous-marin"!
Avatar de Uther Uther - Expert éminent https://www.developpez.com
le 05/11/2018 à 13:39
Citation Envoyé par blbird Voir le message
Oui bien sûr. Et déjà que les poissons sont en train de disparaître, on va aller directement chauffer l'eau dans les océans encore plus qu'avant.
C'est pas ça qui va chauffer significativement l'eau des océans. Au pire ça aura un effet à quelques mètres autour du bâtiment.

Citation Envoyé par Placide Avorton Voir le message
Si le datacenter doit être remonté à la surface chaque fois qu'il est nécessaire de poser une sonde ou de remplacer un composant défectueux ce modèle est juste ingérable. A plus forte raison si l'infra globale est constituée d'un maillage étendu de "petits sites" de production distants de plusieurs centaines de km les uns des autres.
Ces "datacenters" ne seront pas du tout gérés comme les datacenter de surface. Il ne sont pas faits pour être évolutifs. Le matériel en panne le restera. Les éléments critiques seront probablement redondant pour éviter une panne générale le plus longtemps possible. Et une fois en fin de vie, ils seront abandonnés(peut-être qu'ils seront récupérés, mais j'en doute) et remplacés par des nouveaux.
Avatar de luigifab luigifab - Membre du Club https://www.developpez.com
le 05/11/2018 à 17:43
Ça ressemble à un projet pas très utile quand même.
Avatar de disedorgue disedorgue - Expert éminent https://www.developpez.com
le 06/11/2018 à 14:56
Citation Envoyé par Uther Voir le message
Ces "datacenters" ne seront pas du tout gérés comme les datacenter de surface. Il ne sont pas faits pour être évolutifs. Le matériel en panne le restera. Les éléments critiques seront probablement redondant pour éviter une panne générale le plus longtemps possible. Et une fois en fin de vie, ils seront abandonnés(peut-être qu'ils seront récupérés, mais j'en doute) et remplacés par des nouveaux.
Mouais, et au bout de combien de temps est programmé l'obsolescence dans le cahier des charges de Microsoft ?

Au moins, c'est clair: ils vont nous vendre du cloud (ou plutôt du "surf" puisque c'est sous l'eau) qui sera en fait du "scum"
Avatar de grigric grigric - Membre régulier https://www.developpez.com
le 08/11/2018 à 16:32
encore une bonne idée pour aller polluer lles mers....

Et question température comme évoqué par Shigrum, je pense fortement que l'on va y participer... je ne parle pas avec un caisson, mais avec ce qu'ils prévoient, genre quelques milliers de datacenter en mer au bord de toutes les côtes de tous les pays... vu que l'homme est fort pour industrialiser ce genre de chose...
Avatar de sirthie sirthie - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 09/11/2018 à 13:25
Citation Envoyé par fab256 Voir le message
Pourquoi on continuerai a appeler cela du "cloud" si c'est "sous-marin"!
En tout cas, pour héberger le Deep Web, c'est tout indiqué...
Avatar de Rakoun Rakoun - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 09/11/2018 à 14:37
Bonjour,

Il faudrait que Microsoft communique sur le volet protection de l'environnement de son projet.
Le seul point positif que je vois pour les poissons, c'est que ces centres créeront des lieux de vies pour eux.
Pour le reste ça paraît un peu léger.

R.
Avatar de Placide Avorton Placide Avorton - Membre averti https://www.developpez.com
le 10/11/2018 à 0:23
Citation Envoyé par Rakoun Voir le message
Il faudrait que Microsoft communique sur le volet protection de l'environnement de son projet.
L'article dont est issu la news de developpez.net rapporte que ce second prototype est issu d'un partenariat entre Microsoft et Naval Group (un marchand de canons).

Autant ne pas espérer voir éclore le moindre volet écologique dans ces conditions...

Citation Envoyé par Rakoun Voir le message
Le seul point positif que je vois pour les poissons, c'est que ces centres créeront des lieux de vies pour eux.
Si ces merdiers de DC côtiers devaient se généraliser il faudrait par exemple des centaines de Darwin Awards aux mousettes et autres crabes pour apprendre à ne pas pondre à proximité d'une source de chaleur bardée de champs électromagnétiques...

"Pour le reste ça paraît un peu léger."
Contacter le responsable de la rubrique Accueil