DARPA ambitionne de concevoir des capacités de bon sens pour les machines en s'appuyant sur l'IA
Mais ce projet n'est-il pas trop ambitieux ?

Le , par Olivier Famien, Chroniqueur Actualités
À bien des égards, DARPA, l’agence américaine pour les projets de recherche avancée de défense, demeure l’une des références mondiales en matière de projets avant-gardistes dans le domaine technologique. Pour mémoire, cette agence du département de défense des États-Unis fut à l’origine des technologies comme l’Internet (avec l’ARPANET), le système hypertexte (à travers oN-Line System) et les interfaces graphiques.

Un peu plus tôt dans ce mois d’octobre, cette agence a annoncé un nouveau projet concernant l’intelligence artificielle afin de pousser encore plus loin les avancées dans le domaine. Bien évidemment, en parlant d’intelligence artificielle, l’on pourrait penser immédiatement à un énième projet quelconque qui viendra s’ajouter à la liste des autres projets déjà lancés par d’autres entités.

Mais pour ce qui concerne celui initié par DARPA, il faut retenir que l’agence envisage de s’appuyer sur les progrès significatifs dans le domaine de la connaissance et du raisonnement pour développer de nouvelles capacités pour les machines, à savoir le bon sens. Pour ce faire, DARPA a créé un programme nommé Machine Common Sense (MCS) avec lequel elle compte explorer les avancées récentes en compréhension cognitive, traitement du langage naturel, apprentissage en profondeur et autres domaines de la recherche sur l’IA pour doter les machines du sens commun.


Pour DARPA, en dépit du fait que les systèmes d’apprentissage automatique d’aujourd’hui sont capables d’automatiser les tâches de plus en plus complexes, une composante essentielle de l’intelligence artificielle (IA) reste hors de portée : le bon sens de la machine. Défini comme « la capacité fondamentale de percevoir, de comprendre et de juger des choses partagées par presque toutes les personnes et que l’on peut raisonnablement attendre de presque toutes les personnes sans avoir besoin de débat », le bon sens constitue un fondement essentiel de la manière dont les humains interagissent avec le monde qui les entoure. Selon Dave Gunning, responsable de programme au sein de l’Information Innovation Office (I2O), « l’absence de bon sens empêche un système intelligent de comprendre son monde, de communiquer naturellement avec les gens, de se comporter raisonnablement dans des situations imprévues et de tirer les leçons de nouvelles expériences ». Du point de vue de DARPA, posséder ces connaissances de base essentielles pourrait faire progresser de manière significative le partenariat entre l’homme et les machines.

Aussi, pour relever ce défi, l’agence américaine compte adopter deux approches. La première permettra de créer des modèles informatiques tirant les leçons de l’expérience et reproduisant les domaines fondamentaux de la cognition. Cela inclut les domaines des objets (physique intuitive), des lieux (navigation spatiale) et des agents (acteurs intentionnels). Les chercheurs auront pour objectif de mettre au point des systèmes qui pensent et apprennent comme le font les êtres humains au tout début de leur développement, souligne DARPA, tout en tirant parti des avancées dans le domaine du développement cognitif pour fournir des indications empiriques et théoriques.

La seconde approche MCS consistera à créer un référentiel de connaissances de bon sens capable de répondre aux requêtes en langage naturel et aux images sur les phénomènes de sens commun en lisant sur le Web. Selon les exigences de la DARPA, les chercheurs devront utiliser une combinaison de construction manuelle, d’extraction d’informations, d’apprentissage automatique, de techniques de crowdsourcing et d’autres approches informatiques pour développer le référentiel. La capacité résultante sera mesurée par rapport aux tests de référence Common Sense de l’Institut Allen pour l’intelligence artificielle (AI2) utilisés pour mesurer les connaissances d’un sens commun d’un adulte moyen.

Présenté ainsi, ce projet, s’il arrive à son terme, pourrait favoriser l’émergence de nouvelles machines encore plus intelligentes et réduire le fossé entre la machine et l’homme. Mais pour d’autres personnes, avoir des machines dotées du bon sens et capables de réagir dans des situations imprévues comme les hommes relève de la fiction et ne pourra jamais voir le jour. Quel est votre avis ?

Source : DARPA

Et vous ?

Que pensez-vous de ce projet ? Pourra-t-il atteindre ses objectifs ?

Pensez-vous que les machines pourront raisonner un jour comme les humains, peu importe le sujet ou le domaine abordé ?

Voir aussi

La DARPA prévoit d’exploiter les vieux processus de fabrication de semi-conducteurs pour battre les plus récents, en combinant silicium et carbone
DARPA : 100 millions de $ dans deux projets de CAO électronique destinés à réduire la complexité et les coûts de conception des SoC
Paris appelle à la création d’une DARPA européenne financée à hauteur de 2,5 milliards par an pour garantir la souveraineté technologique de l’UE
La DARPA finance le développement d’un nouveau type de processeur optimisé pour l’analyse de graphes et le Big data
La DARPA prépare la succession du GPS avec une technologie de géolocalisation sans satellite et résistante aux brouillages


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Contacter le responsable de la rubrique Accueil