Les développeurs de logiciels sont désormais une ressource plus précieuse que l'argent
Pourtant mal exploitée par les entreprises, selon une enquête

Le , par Stan Adkens, Chroniqueur Actualités
Les défis des dirigeants de l’entreprise ont changé depuis l’introduction de l’Internet dans tous les domaines d’activité. Il ne s’agit plus de la recherche des capitaux, question épineuse qui était résolue par les experts consultants en finances et gestion il y a plus de dix ans en arrière. Dorénavant, il s’agit pour les dirigeants de la C-Suite de dénicher et de mieux gérer les nouveaux experts de l’aire informatique, qui sont les développeurs de logiciels, afin de conduire le nouveau catalyseur de la croissance de l’entreprise : la transformation numérique imposée par le bouleversement induit par les nouvelles technologies.


Pendant qu’aucune entreprise, quel que soit son domaine d’activité, ne peut être productive, désormais, autrement qu’en prenant en compte l’informatisation de son activité, une nouvelle étude révèle que l’accès aux ingénieurs développeurs de logiciels de qualité, indispensables dans tout processus d’informatisation, devient difficile, la demande ayant atteint un point record.

En effet, une étude, menée par Stripe et Harris Poll auprès des milliers de cadres dirigeants et développeurs dans plus de 30 pays afin d'analyser comment les entreprises exploitent les compétences de leurs développeurs, a révélé que 61 % des dirigeants de C-Suite estiment que l’accès aux talents des développeurs constitue une menace pour la réussite de leur entreprise.


Alors que les problèmes qu’ont toujours connus les entreprises tels que les vulnérabilités de sécurité, les tarifs commerciaux, les règlements gouvernementaux complexes, la concurrence mondiale accrue, les problèmes déploiement persistent, l’étude nous montre que les développeurs peuvent être le facteur le plus important ayant un impact sur le succès futur des entreprises. C’est, par ailleurs, pour cette raison que les cadres supérieurs, à qui l’enquête s’est adressée, s'inquiètent maintenant de l'accès aux compétences des développeurs plus qu’ils ne s’inquiètent de l’accès au capital et aux autres défis.

Cependant, bien que les talents développeurs de logiciels soient prisés dans de nombreuses entreprises, ils ne sont pas utilisés comme il faut au point que les entreprises perdent chaque année 300 milliards de dollars, selon les résultats de l’enquête.

En effet, les développeurs passent plus de 13 heures par semaine à résoudre des problèmes de maintenance, tels que le débogage et le remaniement de code et plus de 3 heures à la correction des erreurs de code, selon l’enquête qui a, par conséquent, déduire que, bien que les développeurs soient précieux pour la croissance de l’entreprise, c’est la façon dont ils sont exploités qui est un facteur de succès et non leur nombre.


Ceci est d’autant plus important que les entreprises doivent mieux tirer parti de leurs logiciels existants ainsi que leurs talents en ingénierie s’ils veulent créer de nouveaux produits et exploiter de nouvelles tendances émergentes. Selon les résultats de l’enquête, c’est déployés correctement que les ingénieurs développeurs de logiciels peuvent être des multiplicateurs économiques et des coefficients qui augmentent considérablement le rendement des équipes et des entreprises dont ils font partie.

Pour ce faire, les dirigeants de C-Suite doivent pendre certaines mesures afin de faire profiter à l’entreprise les talents de ses ingénieurs développeurs.

L’allocation des temps de travail des développeurs doit être faite avec attention au même titre que celle des capitaux en mettant les ingénieurs sur les projets à fort impact. Les entreprises devraient externaliser les tâches communes en adoptant pleinement le cloud pour le stockage, le calcul et toutes les activités qui ne sont pas les métiers propres à l’entreprise.

Aussi, les entreprises devraient miser sur le long terme en intégrant directement les développeurs de logiciels dans la sphère de décisions stratégiques de l’entreprise. Ceci devrait avoir pour conséquence une bonne équipe dirigeante et une bonne stratégie technologique.

La transformation numérique devenant de plus en plus l’épine dorsale de toute croissance en entreprise, il est donc impérieux pour les entreprises, non seulement de disposer des talents développeurs qu’il faut, mais également, de les doter des outils, de l’infrastructure et des conseils nécessaires afin de faire, effectivement, d’eux des coefficients multiplicateurs qui augmentent considérablement le rendement et stimulent la croissance des entreprises.

Source : CNBC, Stripe and Harris Poll

Et vous ?

Que pensez-vous de cette enquête ?
Pensez-vous qu’associer les ingénieurs développeurs de logiciels à la décision stratégique propulsera la croissance de l’entreprise ?

Voir aussi

Trolldi : à partir de quel âge est-il raisonnable pour un développeur de s'orienter ailleurs ?
Trolldi : pourquoi coder lentement c'est coder plus vite, mais aucun développeur ne peut le faire dans la réalité
Inutile de coder votre page web vous-mêmes, dessinez-la et notre intelligence artificielle fera le reste, dit Microsoft aux développeurs


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de berceker united berceker united - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 07/09/2018 à 11:48
En France, l'utilisation abusif des SSII font énormément de mal sur la qualité des produits, car un prestataire n'est qu'un mercenaire qui par logique ne s'attache pas avec le client. Il y a la conscience professionnel mais avant tout c'est son intérêt personnel qui prime, cette configuration qui veut cela. Après, je ne critique pas ceux qui aime ce mode de travail il y en a qui y trouve leur compte. Mais je parle surtout des entreprises qui font appel à des prestataires sur les mêmes projets sur plusieurs années voir avec le même prestataires, les cas de >10 ans ne sont pas rare.
Avatar de sergio_is_back sergio_is_back - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 07/09/2018 à 13:25
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Les défis des dirigeants de l’entreprise ont changé depuis l’introduction de l’Internet dans tous les domaines d’activité. Il ne s’agit plus de la recherche des capitaux, question épineuse qui était résolue par les experts consultants en finances et gestion il y a plus de dix ans en arrière.
Je sais dans quel monde vit celui qui a écrit cette jolie news, mais la recherche de capitaux, de financement, est toujours d'actualité (surtout dans les petites boites PME/PMI)... Et les experts consultants en finances et gestion sont toujours bien là... Le pognon reste le nerf de la guerre : pas pognon = pas d'informaticien
Avatar de Anselme45 Anselme45 - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 07/09/2018 à 13:50
Les développeurs de logiciels sont désormais plus précieux pour les entreprises que l'argent
Dommage que les développeurs ne soient pas désormais payés à leur juste valeur...
Avatar de berceker united berceker united - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 07/09/2018 à 14:37
Depuis environs 2010, un développeur est vu comme un simple ouvrier en jean's basket par la direction. Vers la période 2000 post éclatement bulle internet c'était limite un dieu mais les écoles ont tellement déversé de dieu en le faisant miroiter du rêve que maintenant les entreprises veulent un mouton à 5 pattes pour lui faire le poirier
Avatar de el_slapper el_slapper - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 07/09/2018 à 15:15
C'est toujours le problème : que vaut mon informaticien? Comment mesurer sa productivité? Certains valent 5 fois leur salaire, d'autres ne seraient pas rentables même gratuits. Et la grille est la même pour tous.
Avatar de Grogro Grogro - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 07/09/2018 à 15:29
Citation Envoyé par berceker united Voir le message
En France, l'utilisation abusif des SSII font énormément de mal sur la qualité des produits, car un prestataire n'est qu'un mercenaire qui par logique ne s'attache pas avec le client. Il y a la conscience professionnel mais avant tout c'est son intérêt personnel qui prime, cette configuration qui veut cela. Après, je ne critique pas ceux qui aime ce mode de travail il y en a qui y trouve leur compte. Mais je parle surtout des entreprises qui font appel à des prestataires sur les mêmes projets sur plusieurs années voir avec le même prestataires, les cas de >10 ans ne sont pas rare.
C'est un peu facile d'accuser notre métier de presta, et nos employeurs, et tu n'as pas tort loin de là. Mais le problème ce n'est pas uniquement ce que tu mentionnes. La difficulté que nous avons, même quand nous avons une équipe qui travaille au sein même des locaux du clients, au milieu des équipes du client, c'est notre éloignement du métier du client. Nous devons découvrir leur règles métiers. Leur culture d'entreprise. Leurs silos fonctionnels. Tout ça avec un très fort turn-over qui nous embête bien pour travailler dans le temps. Un client dont le service des achats cherche à comprimer la dépense le plus possible, ce qui pousse les SSII à envoyer essentiellement des juniors voire des jeunes diplômés. Etc.
Avatar de Psycadi Psycadi - Membre averti https://www.developpez.com
le 07/09/2018 à 16:26
Vu que les développeurs sont plus précieux que l'argent, ça veut dire qu'on va nous placer aussi aux îles Caïmans ?
Avatar de fredinkan fredinkan - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 07/09/2018 à 16:32
Citation Envoyé par Psycadi Voir le message
Vu que les développeurs sont plus précieux que l'argent, ça veut dire qu'on va nous placer aussi aux îles Caïmans ?
Ces temps ils préfèrent la pologne et l'espagne
Avatar de Aurelien.Regat-Barrel Aurelien.Regat-Barrel - Expert éminent https://www.developpez.com
le 07/09/2018 à 16:52
Citation Envoyé par berceker united Voir le message
En France, l'utilisation abusif des SSII font énormément de mal sur la qualité des produits, car un prestataire n'est qu'un mercenaire qui par logique ne s'attache pas avec le client. Il y a la conscience professionnel mais avant tout c'est son intérêt personnel qui prime, cette configuration qui veut cela.
C'est peut être ton vécu, mais ce n'est pas le mien. Pour moi:
- si le presta débarque dans une boite de m**** il n'attend qu'une chose : partir
- s'il est dans une boite qui lui plait, bien souvent il cherche à se faire embaucher parce qu'être chez un client final c'est mieux qu'en SSII

Et à titre perso, j'ai été beaucoup mieux traité dans les SSII que dans le PME.

En ce qui concerne la qualité, j'ai beaucoup d'exemple où heureusement qu'il y a des consultants externes pour apporter du sang neuf très précieux à des boites en complet décalage avec les méthodologies modernes. Car ces boites là sont incapables d'attirer / retenir les bons profils en interne. En cause : un pourcentage élevé de salariés confortablement installés dans leur petit plan de carrière pépère, qui vivent plutôt à la coule sans trop forcer tout en confiant le taf un peu sérieux / pointu à des prestataires externes. Aucune place pour la passion et la motivation d'apprendre et s'améliorer. Par contre on joue à cumuler les avantages liés à l'ancienneté.
Au delà d'une certaine taille toutes les entreprises possèdent ce genre de profils, mais AMA ce qui distingue une bonne boite du reste c'est quand leur pourcentage reste en dessous de 10% voire 20% max. C'est pas donné à tout le monde...
Avatar de Anselme45 Anselme45 - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 07/09/2018 à 18:18
Citation Envoyé par fredinkan Voir le message
Ces temps ils préfèrent la pologne et l'espagne
Pensée émue pour le service informatique central de la multinationale Nestlé localisé à Lausanne et ses 500 informaticiens (dont de nombreux français frontaliers) qui sont jetés comme des m... vu que leur service est délocalisé en Espagne et au Portugal!

Mais ces 500 personnes ne sont pas abandonnées... Le porte-parole de Nestlé est apparu au journal télévisé suisse pour annoncer que Nestlé allait leur proposer des postes en Espagne et au Portugal... "Aux conditions locales, bien sûr" s'est-il empressé d'ajouter: Ce qui veut dire se délocaliser dans un pays qui ne parle pas ta langue pour un salaire divisé par 4!

Bénéfice de Nestlé en 2017: 7,2 milliards de francs suisses, soit 6,5 milliards d'euro!!!

Cela doit être cela "Les développeurs de logiciels sont désormais plus précieux pour les entreprises que l'argent", non?

PS: En réalité, ce ne sont pas 500 informaticiens qui vont perdre leur emploi parce que la facture va s'alourdir avec plusieurs milliers de salariés travaillant dans des sociétés informatiques locales qui sont sous-traitants de Nestlé, mais là on ne leur propose rien
Contacter le responsable de la rubrique Accueil