Uber aurait négligé les simulations informatiques de ses véhicules autonomes
Pressé de lancer son taxi sans conducteur

Le , par Stan Adkens, Chroniqueur Actualités
Un des prototypes de voiture autonome d’Uber a été impliqué dans une collision mortelle avec une piétonne en mars dernier à Tempe en Arizona, lors d'un essai sur les routes. Les capteurs de la voiture ont bien détecté la piétonne, mais le véhicule ne l’a pas évitée. Le logiciel d’Uber n’a pas réagi à temps et a percuté la femme qui est décédée des suites de ses blessures.


La cause probable identifiée par la société était la conséquence d’un mauvais réglage du logiciel de conduite autonome. Selon sa configuration, le logiciel d’Uber comme d'autres systèmes de véhicules autonomes peut ignorer les « faux positifs » ou des objets qui ne seraient pas des obstacles pour le véhicule comme un sachet plastique volant.

Cependant, selon The Information, certains dirigeants et membres de l’équipe véhicule autonome d’Uber ont reconnu que le problème provient de la course effrénée au développement d’un taxi autonome, négligeant la simulation par ordinateur au profit des tests pratiques sur des routes privées. Cette raison n’est pas établie de façon précise, selon les sources d’information, mais cet accident pourrait être évité avec un logiciel bien amélioré si les simulations avaient été correctement menées, ont dit les informateurs.

Depuis l’accident mortel, Uber a arrêté les essais sur les routes pour focaliser son équipe sur la simulation par ordinateur. La société a, par ailleurs, considérablement augmenté ses dépenses en technologie de simulation ces derniers mois, selon The Information.

Les simulations informatiques de véhicule autopiloté avant les tests réels de validation

La sécurité routière s’est accrue grâce à la simulation numérique. Le prix d’un crash test en conditions réelles étant extrêmement coûteux, il est possible aujourd’hui de simuler de nombreuses situations de collision avant d’aller réaliser le vrai test de validation.

Les simulations par ordinateur des scénarios de conduite sont conçues pour détecter les problèmes avant que les prototypes de véhicules autonomes soient mis dans des situations réelles et pour évaluer ensuite comment les voitures autonomes ont géré des situations risquées sur la route, afin que des améliorations puissent être apportées.

Des logiciels de jeu vidéo 3D sont utilisés pour alimenter certains simulateurs, l’objectif étant de tester dans un environnement virtuel des manœuvres particulières, dans des millions de variations différentes, beaucoup plus qu'une voiture peut tester dans le monde réel. Les ingénieurs ont besoin pour cela de rassembler des données très détaillées sur les routes et les panneaux de signalisation, ainsi que les comportements des autres véhicules sur les routes capturés à partir des capteurs d'un prototype de voiture autonome afin d’améliorer le logiciel de conduite.

Les difficultés rencontrées avec la simulation informatique chez Uber

Problèmes de financement

La faiblesse du programme de simulation est en partie le fait d’un manque d’investissement, selon The Information. C’était tout le contraire chez d’autres grandes entreprises de développement de véhicule autonome tel que Waymo, où les tests de simulation étaient une priorité absolue. Jusqu’en fin 2017-début 2018, les ingénieurs étaient sous-payés, selon The Information. Ce qui n’encourageait pas de nouveaux talents à intégrer l’équipe ni les anciens à rester. Le logiciel actuel a été développé en 2018 après que l’équipe se soit battue pour obtenir une amélioration des rémunérations.

Problèmes de personnes

Les défaillances dans les simulations d’Uber sont, également, en partie dues aux problèmes de personnes au sein de l’équipe. En effet, en mi-2016, l’équipe, renforcée par de nouveaux ingénieurs, était dirigée par Anthony Levandowski, qui travaillait auparavant dans l'équipe des voitures autonomes de Google. Bien que M. Levandowski ait poussé Uber à investir dans la simulation, elle n’est pas devenue une partie importante du processus de développement de logiciel chez Uber en partie à cause des incompréhensions entre le nouveau dirigeant de l’équipe et les anciens. Aussi, une poursuite engagée contre M. Levandowski par Google pour vol de secrets commerciaux a conduit à son renvoi en mi-2017.

Problèmes de compatibilité entre logiciel d’autopilotage et logiciel de simulation

L’incompatibilité entre le code développé par l’équipe de base de la conduite autonome et celui qui alimentait le programme de simulation rendait difficile l’exécution des simulations par les ingénieurs. Par manque de temps, l’équipe de développement du logiciel de conduite autonome ne pouvait pas répondre aux requêtes d’adaptation du logiciel de base formulées par l’unité de simulation. À cause de cette incompatibilité, l’unité de simulation ne pouvait pas contribuer significativement à la préparation des ambitions d’Uber de se lancer dans le développement d’un véhicule commercial autopiloté, selon The Information.

Course au lancement de taxi sans chauffeur

La course au développement du véhicule commercial sans conducteur impliquait plus de charges pour l’équipe de simulation qui travaillait déjà avec un logiciel à capacité réduite. Mais au lieu d’aider son unité de simulation à améliorer les possibilités de son logiciel pour des tests informatisés plus avancés, Uber a préféré se concentrer sur des tests pratiques, espérant accélérer l’apprentissage de son véhicule autonome pour rattraper son retard sur Waymo, qui a déjà des robots taxis en circulation.

Cependant, un ancien cadre de conduite autonome d'Uber pouvait dire : « Vous ne pouvez pas simuler les données du monde réel ». « Mais en créant des environnements virtuels avec relativement peu d'obstacles, les simulateurs peuvent identifier les problèmes de base, à la fois avant et après que les voitures commencent à être testées dans les rues publiques ». C’est le simulateur qui permet de tester les changements apportés par une amélioration du logiciel de conduite en l’exécutant en milieu virtuel tout en évitant les crashs réels. Des millions de kilomètres de tests physiques ne suffisent pas à avoir une meilleure voiture autonome, mais une simulation approfondie est aussi nécessaire, a rapporté The Information.

Source : The Information

Et vous ?

Que pensez-vous de cette expérience d’Uber ?
Selon vous, est-il possible d’investir dans un projet de voiture autopilotée et négliger les simulations informatisées ?

Voir aussi

Les chauffeurs d'Uber auraient manipulé le système de tarification de la société pour forcer la hausse des prix, avant de prendre des passagers
Uber AI Labs déploie son premier projet open source : le langage de programmation probabiliste Pyro, qui s'appuie sur Python et PyTorch


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de sergio_is_back sergio_is_back - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 20/06/2018 à 14:03
Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
Je pense que c'est plutôt la communication d'UBER qui est allé un peu trop vite en besogne alors que visiblement la mise au point n'en est qu'au tout début mais il faut rassurer les investisseur que diantre !

Et celui-ci : https://www.consoglobe.com/taxis-aut...-chauffeurs-cg

C'est aller vite en besogne pour rassurer les marché au détriment d'une future et quasi-certaine perte de crédibilité...

Soit les ingénieurs étaient trop enthousiastes et trop confiants dans leurs travaux.
Soit les objectifs assignés par les patrons d'UBER étaient irréalistes à ce stade.
Soit le service communication s'est emballé

Soit un peu des trois...
J'avais donc un peu vu juste en somme.....
Comme on dit chez moi : Il ne faut pas mettre le CPU avant les pneus
Avatar de macslan macslan - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 20/06/2018 à 20:10
Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
J'avais donc un peu vu juste en somme.....
Comme on dit chez moi : Il ne faut pas mettre le CPU avant les pneus
mouais en Suisse ça fonctionne plutôt bien
Avatar de marsupial marsupial - Membre émérite https://www.developpez.com
le 20/06/2018 à 20:24
C'est grave comme information. Pressé par le rendement boursier, Uber n'a pas validé le soft comme il se devrait. Je veux dire, c'est une vie qui est partie pour nous l'apprendre. Pas une erreur dans une base ou dans un algorithme qui a pour conséquence un retard de production à corriger, cela a coûté une vie. Irréparable.
Avatar de ddoumeche ddoumeche - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 20/06/2018 à 22:06
Citation Envoyé par sebbod Voir le message
On peut imaginer que la victime appréciait les sensations forte et on peut dire aussi qu'après l'accident elle était doublement défoncé pardon j'ai pas pu m'empêcher
Lamentable, toi aussi tu m'as l'air bien défoncé

Citation Envoyé par Chuck_Norris Voir le message

Donc l'I.A. a tenté de freiner, mais comme le système de freinage d'urgence était coupé, ben ça n'a pas freiné.

CQFD : il n'y a donc pas meurtre de la part de l'I.A.
Sauf si c'est l'IA elle même qui a désactivé les freinages d'urgences pour se donner un Alibi.... un nouveau métier est né, profileur d'IA sérial killeuse.
Avatar de DevTroglodyte DevTroglodyte - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 21/06/2018 à 8:47
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Sauf si c'est l'IA elle même qui a désactivé les freinages d'urgences pour se donner un Alibi.... un nouveau métier est né, profileur d'IA sérial killeuse.
Bah le MIT a bien réussi à produire une IA psychopathe
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 21/06/2018 à 13:40
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Que pensez-vous de cette expérience d’Uber ?
Vu l'esprit d'emprise d'Uber, cela n'a rien de surprenant.
D'autant que dans le cas d'Uber, la voiture autonome est une question de survie pour l'entreprise qui est ultra endettée et ce n'est pas près de s'arranger avec tous les procès qu'elle perd les uns après les autres et tous ses chauffeurs qui sont reconnus comme salariés...

Google et consort peuvent prendre leur temps pour peaufiner cette techno mais pas Uber.
Avatar de Stan Adkens Stan Adkens - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 23/06/2018 à 5:12
Accident Uber : l'opérateur à bord du véhicule suivait une émission TV sur son portable
La collision était entièrement évitable, selon la police

En mars dernier, Uber a connu son premier accident mortel dans la ville de Tempe, en Arizona où l'entreprise testait ses voitures autonomes. La victime fut une piétonne, identifiée par les autorités comme étant Elaine Herzberg, âgée de 49 ans, qui poussait sa bicyclette de l'autre côté de la rue quand le véhicule Uber, qui se dirigeait vers le nord, l’a heurtée.

Selon le rapport d’une enquête préliminaire sur l’accident publié en mai dernier, par le National Transportation Safety Board des États-Unis, la voiture n'a pas pu identifier Mme Herzberg comme étant une piétonne, et n'a pris aucune mesure pour éviter de la heurter ni effectuer un arrêt d'urgence. Les capteurs installés sur ce type de véhicule sont censés détecter et générer des alertes si la présence d’un piéton au milieu de la route est signalée. Ce qui permet de déclencher le processus de freinage d’urgence. Cependant, selon le rapport d’enquête, la voiture Uber a eu environ six secondes pour réagir après avoir repéré Mme Herzberg traversant la route dans l'obscurité devant elle, mais ne l’a pas fait.

Capture d'écran (Vidéo BBC)


Selon un rapport de la police de Tempe délivré un mois après les enquêtes préliminaires du National Transportation Safety Board, l'accident était « entièrement évitable » si seulement Rafaela Vasquez, en ce moment au volant du véhicule Uber, s’était concentrée sur la route tandis que la voiture fonctionnait de manière autonome.

Le rapport de police, dont une copie a été transmise aux procureurs du comté, suggère que la conductrice de la voiture suivait un épisode de l'émission de talents The Voice plutôt que de se concentrer sur l’évolution de la voiture et qu'elle pourrait faire face à des accusations d'homicide involontaire. Le rapport a été publié le 21 juin suite à une demande d'accès à l'information.

Dans les débuts des enquêtes, Uber a déclaré qu'il « coopérait pleinement » avec les autorités tandis que la société procédait, elle-même, à son propre examen de sécurité interne. « Nous avons une politique stricte interdisant l'utilisation des appareils mobiles pour tous ceux qui utilisent nos véhicules autonomes, nous prévoyons de partager plus sur les changements que nous allons apporter à notre programme bientôt », a-t-il ajouté.

Le rapport détaille que c’est seulement à environ 0,5 seconde avant l'accident que Mme Vasquez, dont les yeux étaient rivés sur son téléphone pendant environ 5,3 secondes auparavant, a levé les yeux de l'écran. Mais c’était déjà tard et elle n’a pas pu éviter la collision qui a entraîné la mort de la piétonne. À l'époque, la voiture Volvo sans conducteur roulait à 70 km / h.

Uber a toujours exigé que le conducteur soit actif à tout moment pour pouvoir prendre la main dans des situations difficiles ou lorsque le véhicule rencontre une situation qu'il ne sait pas gérer.

Source : BBC

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Qui est finalement à blâmer dans les différents accidents mortels ?

Voir aussi

Le véhicule autonome d'Uber impliqué dans l'accident mortel aurait vu sa victime, mais l'a ignorée, à cause d'une défaillance de son système
Uber suspend son activité de voiture autonome après une collision mortelle aux États-Unis, suite à laquelle une piétonne a perdu la vie
Avatar de pscar13 pscar13 - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 23/06/2018 à 15:05
L'existence des autres disparaît dès lors que nous mettons les yeux sur un « écran ». Ici jusqu'à les tuer.
Tournez la tête, levez les yeux, il y à de la vie autour de vous quand vous arrêtez de regarder cet écran que vous êtes en train de lire.
Avatar de macslan macslan - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 26/06/2018 à 14:55
Même si aux dernières nouvelles elle était plus irresponsable que ce qu'on pensait. Je trouve quand même que la cycliste a aussi commis des fautes.
Avatar de xelab xelab - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 27/06/2018 à 8:36
Citation Envoyé par macslan Voir le message
Même si aux dernières nouvelles elle était plus irresponsable que ce qu'on pensait. Je trouve quand même que la cycliste a aussi commis des fautes.
A priori c'était bien un endroit où on pouvait traverser et les experts disent que la voiture avait largement le temps de s'arrêter ou ralentir (6 secondes c'est énorme, même en admettant que le capteur soit plus efficace que l'oeil humain, un être humain l'aurait vu 5 secondes avant, 1 ou 2 secondes de temps de réaction et ça vous laisse 3 à 4 secondes pour lever le pied). Je ne compte pas le nombre de fois où je traverse en estimant avoir largement le temps de passer en comptant sur le fait que la voiture qui arrive ralentisse un peu (et non continue à rouler à la même vitesse). En regardant la vidéo de l'accident, on voit que si la voiture avait ralenti de 10 ou 20km/h la piétonne passait sans problème (le choc a eu lieu sur le côté droit de la voiture, la piétonne avait presque fini de traverser). Bref, c'est scandaleux de dire que la victime est un peu responsable de sa mort.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil