IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les clients d'Oracle seraient en train de migrer vers SQL Server et d'autres SGBD
Oracle perdrait du terrain sur tous les fronts selon des analystes

Le , par Stan Adkens

991PARTAGES

16  1 
Pour rappel, Oracle a déjà des difficultés à cause de ses tactiques de vente agressives, menaçant les clients de ses logiciels sur site avec des audits d'utilisation potentiellement coûteux et suggérant fortement que ces clients pourraient résoudre leurs problèmes en se déplaçant vers son cloud. Cela fait migrer ses clients vers les solutions cloud des concurrents. Oracle (chiffre d'affaires annuel de 1,7 milliard de dollars et une croissance annuelle de 24 %) s’était déjà fait surclasser par Amazon Web Service, le leader du marché cloud (34 % de part de marché, 20,5 milliards de dollars de revenus et 44 % de croissance annuelle) et par Microsoft Azure (11 % de part, pour 6,3 milliards de dollars de revenus annuels et 98 % de croissance annuelle).

Mark Hurd, PDG d'Oracle Corporation


L’annonce de JP Morgan selon laquelle Oracle est en train de perdre la faveur des acheteurs de technologies pour des principaux fournisseurs de solutions de cloud computing est une consécration de la chute du leader de solution de base de données sur site.

En effet, les actions d’Oracle sont en baisse de 4,9 % à la suite de la rétrogradation de son titre, par le cabinet d'analystes JP Morgan, le faisant passer de 55 $ à 53 $. La note d’Oracle a été, par ailleurs, abaissée par le cabinet à neutre, en s’appuyant sur des résultats négatifs dans un sondage sur les dépenses des DSI.

Dans une note envoyée aux clients hier, selon CNBC, l'analyste Mark Murphy a mentionné que les « mesures spécifiques d'Oracle dans notre enquête CIO à grande échelle ont été négatives, ce qui nous rend mal à l'aise car les résultats de nos enquêtes CIO au cours des années ont été hautement prédictifs. Les intentions de dépenses d'Oracle ont seulement semblé tièdes dans notre travail d'enquête CIO dans un passé récent, mais les données plongent dans le sondage actuel. »

M. Murphy n’a pas aussi manqué de révéler des résultats des discussions avec des DSI des clients de technologies selon lesquels ces entreprises sont en train de migrer des bases de données Oracle vers Microsoft, Amazon et autres. « Dans nos discussions, les DSI ont clarifié qu'ils migrent les bases de données Oracle vers Microsoft SQL Server, les bases de données Amazon et PostgreSQL. »

Selon son rapport, 27 % des DSI ont mentionné Microsoft comme leur fournisseur « le plus complet », 12 % pour Amazon et seulement 2 % pour Oracle.

L’analyste a déclaré ensuite que « La force d'Oracle dans la base de données et le middleware est contrée par l'incertitude à long terme des applications et du matériel, car les préférences de consommation informatique passent des solutions traditionnelles sur site aux modèles de cloud public ».

Source : CNBC

Et vous ?

Que pensez-vous de ces nouvelles données sur Oracle ?
Oracle est-il en train de perdre du terrain sur tous les fronts ?
Qu'en est-il dans le domaine des bases de données ?

Voir aussi

Les techniques de vente agressives d'Oracle s'avèrent contre-productives, elles ont tendance à chasser certains clients
Oracle a annoncé la disponibilité de l'Autonomous Data Warehouse Cloud, le premier service cloud de base de données autogéré et autosécurisé

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Chuck_Norris
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 15/06/2018 à 13:44
Il était pourtant évident que la fuite des clients en masse aurait été la conséquence logique de leur politique extrêmement hostile envers leurs propres clients. Juste retour de bâton, d'autant plus que la concurrence existe bien.
15  0 
Avatar de michel.bosseaux
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/06/2018 à 14:13
Ils ont choisi de tondre le client quand celui-ci n'avait pas le choix, plutôt que de le fidéliser pour fermer le marché à d'éventuels concurrents.

Ils ont continué jusqu'à l'absurde alors même que Sql server débarquait sur Linux, que le cloud rebattait les cartes (avec Azure en très gros acteur).

Ils n'ont tjrs pas compris que le client finit par se lasser de se faire tondre, et que comme il est roi, quand il a le choix, il fait le choix.

Maintenant, c'est l'heure de payer leur absence de vision orientée client.
14  0 
Avatar de SQLpro
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 19/06/2018 à 9:25
Pour ma part cela fait depuis 2010 que je voit des entreprises se tourner vers SQL Server au détriment d'Oracle.
Cela a commencé avec la BI. Beaucoup d'entreprise prenant SQL Server pour sa très complète suite BI comprenant un des ETL les plus rapide au monde (1), le datawarehousing avec le moteur SQL Server, les cubes pour faire des datamarts avec SSAS ainsi que le datamining et la solution de reporting SSRS, tous cela compris dans la même licence... Qui s'est enrichie au fil des ans avec la BI desktop à la façon clikview avec PowerPivot...

Pour information en 2011 la BI de United Airline est passé d'Oracle à SQL Server. C'est probablement une des plus gosses BI du monde (système Sabre...).

En 2012 les entreprises habituellement réticentes à MS ont commencé d'intégrer massivement du SQL Server par le biais de solutions tierces parce que certains éditeurs avaient décidé d'abandonner leurs solutions Oracle et ne proposait que SQL Server sans alternative, hormis parfois dans le libre.

À partir de 2014, le portage vers SQL Server des solutions Oracle à commencé à se faire de façon massive. D'abord aux USA, puis à partir de 2015 pour les entreprises française. Un exemple parmi d'autre, L'Oréal qui a décidé d'abandonner définitivement Oracle au profit de SQL Server.

Dans la même période on a vu des éditeurs venant du monde Oracle, quitter ce monde au profit de SQL Server. C'est le cas de SAGE qui a décidé de plus éditer de solutions sous Oracle.

On voit aussi un mouvement intéressant au sein d'Oracle : jusqu'il y a quelques années, le SQL d'Oracle était extrêmement anormatif (NVL, TO_DATE, DECODE... au niveau des fonctions, NUMBER comme seul et unique type numérique..., CONNECT BY pour la récursivité... et j'en passe). Depuis quelques années, voyant fuir les clients et tentant d'en récupérer venant d'un monde plus normatif comme PostgreSQL et SQL Server, le staff d'Oracle a décidé de revenir vers un SQL plus "sage" et a enfin intégré quelques unes des opérations, fonctions, structures qui font la richesse de la norme... C'est ainsi que sont apparues d'abord des fonctions normalisées comme COALESCE, CAST, NULLIF... mais aussi et heureusement :
  • les collations (le NVL était la pire merde qui a fait capoté nombre de projets de bases internationales)
  • les noms longs (la norme étant de 128 caractères, transposer une base SQL Server ou PostgreSQL nécessitait de récrire TOUT !)
  • les CTE récursives
  • l'opérateur APPLY, proposé en 2005 par Microsoft dans SQL Server, en remplacement de l'incomplet LATERAL
  • le multibase que tous les SGBDR proposaient (sauf que Oracle fait payer chaque base suppélementaire contrairement aux autres SGBDR).


Dans les entreprises, le choix est assez simple : SQL Server pour les bases sensibles et PostGreSQL pour les bases de faible volume (quelque centaines de Go au plus) et ayant des heures creuses.

Contrairement à ,ce qui s'est dit ici, les entreprises ne choisissent que très peu Linux pour SQL Server, car la solution est relativement incomplète actuellement...

Pour ma part j'accompagne de nombreux clients pour passer d'oracle à SQL Server.

(1) https://blogs.msdn.microsoft.com/ssi...fied-settings/

Pour info, en février 2016, dans mon blog :
https://blog.developpez.com/sqlpro/p...-la-difference
j'avais publié les cours des actions Oracle et MS :
https://blog.developpez.com/sqlpro/f...-2015-2016.jpg
https://blog.developpez.com/sqlpro/f...-2015-2016.jpg
et le volume de formation d'une grande entreprise du genre :
https://blog.developpez.com/sqlpro/f...SQL-Server.jpg
... ainsi que de nombreux autres indices...

A +
9  1 
Avatar de Drowan
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/06/2018 à 14:05
Vu l'article précédent (Oracle a déjà des difficultés à cause de ses tactiques de vente agressives), ça semblait évident.

Je reste très stupéfait qu'un grand groupe comme Oracle puisse se planter à ce point niveau marketing...
7  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 19/06/2018 à 10:49
Citation Envoyé par CaptainDangeax Voir le message

- Les commandes Linux moins complètes que les commandes AIX, là je te décerne le grand prix du troll de la semaine. Rien que la commande "TAR" par exemple. Vérification faite sur la page de man d'une CentOS 7, la commande TAR accepte les paramètres z pour gzip, Z pour compress et J pour bzip2. Vérification faite sur la page de man d'uns AIX 7.1,rien de tout cela dans la version AIX de TAR. D'ailleurs, vérification faite sur Solaris, ce n'est pas mieux qu'AIX. Donc ou bien tu trolles, ou bien tu ne sais pas de quoi tu parles.

Ou bien tu as lu trop vite, car même si sa construction de phrase n'était pas parfaite, il affirmait justement la même chose que toi, que les commandes Linux étaient plus complètes.
5  0 
Avatar de weed
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 18/06/2018 à 7:01
Citation Envoyé par darklinux Voir le message
Je ne vais pas pleurer pour eux, qu' ils se fassent bouffer par du libre et gratuit est un juste retour des choses. La boite d'Ellison est dans la même erreur que Microsoft en sous-estimant l'open source et le client. Oser vendre des solutions à des tarifs et des connecteurs prohibitifs...
Selon moi, Oracle ne va se faire bouffer par du libre, mais l'autre principal sgbd utilisé en entreprise : Sql server.
Sql server n'est pas libre
3  0 
Avatar de SQLpro
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 19/06/2018 à 9:03
Citation Envoyé par weed Voir le message
Il ne faut pas oublier PL/SQL sur les projets. A moins que je me trompe, le PL/SQL est incompatible sur SQL Server (transac SQL)
Microsoft fournit une solution de traduction automatique du PL/SQL vers le Transact SQL.
https://www.microsoft.com/en-us/down....aspx?id=54258
Ce n'est pas parfait, mais permet d'aller très vite vers une migration même en présence de nombreuses procédures triggers ou fonctions.

A +
2  0 
Avatar de SQLpro
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 28/06/2018 à 14:08
Citation Envoyé par gregja Voir le message
A noter que la version 10.3 de MariaDB, sortie récemment, embarque le support d'un PL/SQL compatible avec celui d'Oracle.
Cela semble prometteur, ce sera intéressant d'observer comment le marché réagit à cette annonce.
Et les poules ont des dents depuis peu….

J'en rigole des genoux… Voici un article de Peter Gulutzan qui est senior technical lead chez MySQL depuis A0 ans :
http://ocelot.ca/blog/blog/2017/01/1...ql-in-mariadb/
Je traduit en particulier une phrase :
"
… Oui, et l'anglais fournit des fonctionnalités équivalentes au russe, sauf que tous les mots sont orthographiés différemment et dans un ordre différent
"
A +
2  0 
Avatar de phc2908
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 16/07/2018 à 14:24
Dans ma boite, on vend des logiciels médicaux et à l'origine (il y a fort, fort longtemps sous DOS ou en 16bits Windows) nous utilisions des fichiers DBASE mais vu le niveau de fiabilité du bouzin (surtout à cause des gros bugs de pile IP sous 95), nous nous sommes tournés vers Oracle et cela fonctionnait super bien, fiable, simple, robuste mais déjà des politiques tarifaires et commerciales pourries qui changeaient presque tous les ans.

Lorsque j'ai tout réécrit pour passé en 32 bits, j'ai viré DBASE et ai commencé à intégrer SQSErver (la 6.5 à l'époque) et aujourd'hui nous supportons les deux mais la Oracle se fout visiblement complètement de ses petits clients et leurs tarifs ne se sont pas arrangés et pendant très longtemps nous sommes restés à un rapport 80 / 20 en faveur d'Oracle mais à force de prendre leurs clients pour des pigeons, le vent a tourné. En plus de cela, de version en version, tout est de plus en plus lourd et complexe et mon absence de formation continue dans ce domaine (ben oui, comme dans beaucoup de boîte, c'est considéré comme de l'argent gaspillé... heureusement qu'il y a Internet, les forums et que l'expérience s'accumule petit à petit)

Depuis quelques années nous migrons donc en masse nos clients de Oracle vers SQLServer pour des raisons très différentes :
1- une raison rationnelle de coût : SQLServer est moins cher et surtout notre application supporte très bien les versions Express, gratuite (faible volumétrie de données, peu d'utilisateurs simultanés)... donc ça coûte encore moins cher
2- une rationalisation des moyens techniques : il faut éviter de démultiplier les types de plateforme et l'argument 1 fait qu'on ne conserve que SQL Server... seuls nos clients vraiment attachés à Unix / Linux continuent encore de préférer Oracle.
3- une raison irrationnelle : SQLServer c'est graphique et donc c'est simple : oui oui je l'ai bien ressenti celui-là comme argument. Les décideurs pensent A TORT que tout est plus simple parce que tout (ou presque) est graphique et qu'ils pourront en même temps se passer du salaire d'un vrai DBA. Grave erreur dont certains se mordent les doigts le jour où de vrais problèmes apparaissent mais bon...

J'ai développé moi-même l'outil de transfert entre Oracle et SQLServer (il marche dans les deux sens) et cela marche très bien car je me suis toujours assuré d'une totale cohérence de structuration entre les deux types de bases.

Là où cela se complique c'est pour les procédures stockées. J'avoue honnêtement que lorsqu'on a développé pendant des années en PL/SQL, passer à SQLServer, c'est une abomination : fini les exceptions dans les fonctions, fini le code ultra bien structuré (ça devient vite pourri si on n'est pas carré dans sa tête quand on développe et si je me fait un point d'honneur à toujours l'être, tous les développeurs ne le sont pas), fini les packages qui permettent de regrouper son code et ne montrer que ce qui est utile, fini le "for each rows" des trigger qui compliquent terriblement leur développement, fini la simplicité de certains outils en ligne de commandes comme SQLLoader (ben oui c'est graphique sous SQLServer donc faut tout faire graphiquement là où un simple fichier de contrôle en ASCII suffit pour ligne de commandes), etc... et SURTOUT fini la possibilité de wrapper son code pour s'assurer que les clients ne voient en clair le code qu'on livre. Dans certains cas, masquer son code "métier" est très utile pour des raisons de sécurité.

J'ai eu à faire une très grosse migration comme celle là pour un client qui avait beaucoup d'interfaces avec d'autres systèmes informatiques et à traduction bête et méchante de code, j'ai grosso modo divisé par 10 les performances dans certains cas (et le pire : en passant d'un vieux Oracle 8.1 à un SQL Serveur 2008R2 !). Il a ensuite fallu tuner tout cela pour que cela redevienne supportable mais là, il a fallu faire appel aux DBA et beaucoup de temps. Il faut admettre que les processus internes d'optimisation d'Oracle sont très efficaces et dispensent de beaucoup de travail d'optimisation quand on a des besoins simples.

Alors que dire. Pour moi Oracle demeure largement supérieur à SQL Serveur techniquement mais ça ne les sauvera pas s'ils continuent avec leur politique commerciale aussi moisie (pour rester poli). On a déjà vu des leaders techniques se casser la gueules à cause de leur incapacité à gérer correctement l'aspect commercial.

Ceci était juste le témoignage d'un utilisateur des deux bases...
2  0 
Avatar de CaptainDangeax
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 18/06/2018 à 10:17
Citation Envoyé par weed Voir le message
Selon moi, Oracle ne va se faire bouffer par du libre, mais l'autre principal sgbd utilisé en entreprise : Sql server.
Sql server n'est pas libre
Le vrai mouvement gagnant de MS a été de porter SQL server sur Linux. D'après les premiers benchmarks que j'ai lu, SQL server est 15 à 25% plus rapide sous Linux que le même sous windows. Si MS ne fait pas la connerie de brider la version Linux (ils en sont bien capables), le manchot peut les amener sur un gros marché très lucratif ! Quant aux DBA Oracle habitués à AIX ou Solaris, la plupart accepteront de passer sous Linux en se pinçant le nez, mais il y a peu de chance de les voir migrer sous Windows server, et c'est là que le mouvement est gagnant !

Quant à Oracle, je suis sur un dossier dans le boulot, rapport à leur nouvelle méthode de tarification des environnements virtualisés. Vu ce que ça coûte en plus, pas étonnant que les DSI migrent vers autre chose.
1  0