Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

UK : Uber, Google et d'autres ont-ils payé le journal Evening Standard pour une couverture favorable ?
Le quotidien londonien dément l'accusation

Le , par Stan Adkens

103PARTAGES

14  0 

« Le journal London Evening Standard, édité par l'ancien chancelier George Osborne, a conclu un accord de 3 millions de livres avec six grandes sociétés commerciales, dont Google et Uber, leur promettant des informations positives et des commentaires favorables », a révélé Open Democracy dans sa publication du mercredi dernier.

Le quotidien Evening Standard a explicitement réfuté les affirmations d’Open Democracy, les qualifiant d’allégations selon lesquelles le journal édité par l’ancien chancelier George Osborne aurait vendu son indépendance éditoriale au profit d’un contrat de partenariat avec ces sociétés commerciales. C’est dans sa parution du mercredi soir que le quotidien est revenu sur l’accusation.

Selon Open Democracy, le contrat concernerait un projet appelé « London 2020 » qui devrait être lancé le 5 juin. Le site a annoncé que le projet impliquerait six « projets thématiques » que les entreprises allaient organiser conjointement avec le journal pendant deux ans. « Les six entreprises partenaires du projet ont chacune payé un demi-million de livres pour être impliquées », a déclaré Open Democracy. « Plusieurs nouvelles sans marque écrites par les journalistes du personnel sont prévues pour le mois prochain », pouvait-il continuer.

La réaction contre cette accusation a continué avec John O'Donnell, directeur commercial d'ESI Media, société mère d’Evening Standard, dans sa déclaration au site Web The Drum. O’Donnell a qualifié le rapport d’Open Democracy d'« interprétation grossièrement inexacte et très mal comprise du projet London 2020 ». London 2020 est « une campagne éditoriale conçue pour susciter des changements positifs et soutenir Londres dans son objectif de devenir une ville plus durable sur le plan environnemental et social pour l'avenir », a expliqué O'Donnell.

O’Donnell a assuré de la primauté de l'intégrité et l'indépendance de l'éditorial du journal et que « le contenu commercial était clairement étiqueté comme tel », a-t-il soutenu.

Contre l’accusation d’Open Democracy selon laquelle le quotidien aurait déclaré aux partenaires commerciaux qu'ils ne recevraient pas seulement le contenu habituel, clairement étiqueté « publicitaire », mais aussi des nouvelles et des commentaires « qui apparaîtront aux lecteurs comme des éditoriaux routiniers, écrits de manière indépendante », O’Donnell réplique : « En aucune circonstance, ces clients (Uber, Google et autres) n'ont eu la garantie d'une couverture médiatique à leurs propres fins, et ils ne l'auront jamais. »

« The Evening Standard a une longue histoire dans la production de campagnes importantes et primées, et nous sommes ravis des perspectives que Londres 2020 apportera à la marque, à ses partenaires et à la population de Londres. », a-t-il ajouté.

The Drum a tendu la main à Google et Uber pour une déclaration, le mercredi dernier ; la réponse pourrait intervenir plus tard.

Source : The Drum

Et vous ?

Que pensez-vous du financement ou du contrôle secret des médias par les grandes entreprises ?
Est-ce une pratique largement répandue aujourd'hui ?
Est-ce pour les médias la meilleure source de financement ?

Voir aussi

Londres menace d'imposer de nouvelles taxes aux géants de la technologie, pour les inciter à lutter davantage contre l'extrémisme sur Internet
Uber prêt à faire des concessions pour rester à Londres : Des mesures de sécurité pour les passagers et des congés payés pour les chauffeurs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !