Linus Torvalds publie Linux 4.17 RC-1 qui s'accompagne de nombreuses améliorations côté graphique
Et d'une meilleure gestion de l'énergie

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Linus Torvalds a publié Linux 4.17 RC-1 il y a quelques heures. Voici quelques fonctionnalités qui devraient débarquer dans la prochaine version stable de Linux qui est attendue pour la mi-juin.

Beaucoup de nouveautés côté graphique

Direct Rendering Manager (gestionnaire de rendu direct en anglais), abrégé en DRM est un sous-système du noyau Linux, servant à la gestion cohérente au sein du système informatique, du mode d'affichage (modesetting), des tampons mémoires utilisés par le système graphique, de la gestion d’objets partagés en mémoire, de la gestion de la queue de commandes au processeur graphique, la gestion de l'intervalle de rafraîchissement vertical, ainsi que la synchronisation interprocessus de toutes ces fonctions. Il expose ainsi à l'espace utilisateur une interface unifiée pour une gestion plus cohérente et plus simple que ses prédécesseurs.

Dans Linux 4.17, le pilote DRM d'Intel voit maintenant activé le support de Cannonlake par défaut. Il faut rappeler que le support de Cannonlake a été en développement durant les derniers cycles du noyau ; pour les plus curieux, il était possible de s’en apercevoir grâce à un drapeau en alpha qui est maintenant activé par défaut pour les microarchitectures Gen 10 (la microarchitecture pour l'unité de traitement graphique d'Intel utilisée par les microprocesseurs basés sur Cannonlake – Gen10 est le successeur de Gen9.5 utilisé par Kaby Lake). Les processeurs Cannonlake devraient commencer à être livrés plus tard cette année.

Le pilote vidéo Intel prend désormais en charge HDCP (High-Bandwidth Digital Content Protection), qui décrypte le contenu multimédia. Notons que le code est déjà utilisé dans Chrome OS.

Depuis l'introduction du code d'affichage AMDGPU DC (anciennement connu sous le nom de DAL) sous Linux 4.15, cette pile d'affichage moderne vient d'être activée par défaut pour les nouveaux périphériques Radeon Vega et Raven Ridge. Avec Linux 4.17, ce support de AMDGPU DC est activé par défaut pour les GPU pris en charge.

AMDGPU DC permet entre autres la prise en charge de la mise en mode atomique, l'audio HDMI / DP, la prise en charge FreeSync, etc.

Gestion de l'énergie

L'une des améliorations concerne la gestion de l'énergie, Linux semble consommer moins en mode inactif.

Rafael J. Wysocki Intel, qui gère le sous-système ACPI de Linux, a annoncé dans un communiqué cette amélioration de la gestion de l'énergie, a évoqué une réduction d'au moins 10 % de la consommation inutilisée de certains systèmes. Il a également parlé de la possibilité d'une amélioration des charges de travail pour lesquelles la boucle d'inactivité compte. « Cette fonctionnalité a été travaillée pendant plusieurs semaines et a été testée et examinée de manière approfondie », a-t-il déclaré.


Processeurs

Linux 4.17 va s’accompagner de la suppression de huit architectures CPU obsolètes, ce qui devrait correspondre à la suppression de plus d’un demi-million de lignes de code. Les architectures qui se préparent à faire leurs adieux à Linux sont Blackfin, CRIS, FRV, M32R, Metag, MN10300, Score et Tile. Outre le code d'architecture du processeur, les pilotes de périphériques exclusifs à ces ports seront également supprimés. Ces ports sont supprimés, car ils sont obsolètes et sans utilisateurs actifs de ce dernier code de noyau.

Il faut noter l’arrivée d’une nouvelle architecture de CPU qui a été ajoutée à l'arbre principal pour les Andes NDS32. Le hardware Andes NDS32 est principalement utilisé pour les appareils médicaux, portables, connectés (IdO) et autres appareils nécessitant une faible puissance.

Comme le note Linus, en dehors de ces huit architectures, d'autres éléments vont également être supprimés du noyau. Nous pouvons par exemple citer les architectures POWER4/POWER4+.

« J'ai été quelque peu agréablement surpris par le nombre de pull request qui se sont terminés par la suppression de plusieurs lignes de code. Certaines d'entre elles étaient des pilotes qui ont été abandonnés et traînaient comme des fantômes (comme irda) [...]. Résultat final : nous avons effectivement supprimé plus de lignes que nous n'en avons ajouté : 13538 fichiers modifiés, 627 723 insertions (+), 818 855 suppressions (-), ce qui est probablement une première dans l'histoire de l'univers ou, au moins, dans les versions du noyau. »

Linux 4.17 rc1

Source : annonce Linus, Rafael J. Wysock

Voir aussi :

Le noyau Linux fait le ménage dans sa base de code et devient plus léger, faut-il donc passer à la version 5.0 ? Linus Torvalds aborde le sujet
Windows 10 Redstone 5 : la build 17643 est disponible et fait du copier-coller un atout supplémentaire du sous-système Linux
RHEL : Red Hat compte remplacer Python 2 par Python 3 dans la prochaine version majeure de sa distribution Linux
Un contributeur de Linux appelle Symantec à publier le code source d'un de ses routeurs qui s'appuierait sur un projet publié sous licence GPLv2


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Steinvikel Steinvikel - Membre actif https://www.developpez.com
le 17/04/2018 à 20:59
Serait-il possible de compiler le noyau Linux pour une unique architecture cible, et remplacer l'actuel... ou réinstaller la distribution avec ce dernier ?
Si oui, quel intérêt à réduire aussi drastiquement le noyau (outre la diminution de surface d'attaque, de bugs...) ?
Je me doute bien que ça compte pour l'embarqué pour réduire l'usage des ressources, ma question est plutôt orienté PC.

edit : je sais bien que compiler c'est possible (puisque open-source), la question porte plutôt sur l'implémentation de la compilation dans l'existant, et par extension, l'accessibilité d'une opération qui touche à quelque chose d'aussi délicat.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil