La France approuve les démarches de l'UE sur la blockchain et l'IA,
Mais n'adhère pas à celles sur l'e-santé

Le , par Blondelle Mélina, Chroniqueuse Actualités
Le Conseil européen a demandé en octobre 2017 à la commission de présenter une approche européenne de l'intelligence artificielle (IA) et de la blockchain visant à permettre à l'UE d'explorer de nouveaux marchés et de réaffirmer le rôle moteur de son industrie.La Commission a annoncé qu'elle s'en tiendra à une communication sur IA en avril 2018. Elle a également annoncé qu'elle investira 300 millions d'euros dans des projets soutenant l'utilisation de la blockchain dans les domaines techniques et sociétaux via son programme Horizon 2020. Elle prévoit également s'investir dans l'e-santé.


Les États membres ont été très actifs dans le soutien des écosystèmes de la blockchain, en commençant des expériences et en annonçant des actions au niveau gouvernemental. Le secteur privé est également un pionnier de la blockchain pour améliorer l'efficacité, renforcer la confiance et promouvoir la croissance. Les technologies de blockchain sont considérées comme particulièrement prometteuses pour assurer plus de sécurité, d'intégrité et de transparence lors de la fourniture de services, l'application de la réglementation et l'assurance de la conformité légale.

Les États membres coopéreront aussi pour stimuler la technologie et la capacité industrielle de l'Europe dans le domaine de l'IA notamment en améliorant l'accès aux données du secteur public. Ils conviennent également de s'attaquer aux défis socio-économiques, la modernisation des systèmes d'éducation et de formation en Europe, y compris l'amélioration des compétences et le recyclage des citoyens de l'UE.

La Commission prévoit aussi d'adopter un accord prévoyant entre autres « une infrastructure de données pour faire progresser la recherche, la prévention des maladies (infectieuses et complexes ) ». Les signataires de cette déclaration conviennent de travailler ensemble pour fournir des solutions de santé et de soins transfrontalières, axées sur les données au bénéfice des citoyens de l'Union.

Ils sont 25 pays au total à s’être engagés sur le volet IA. Particulièrement, la France s’est engagée sur l’IA et la blockchain pour des accords de coopération annoncés à Bruxelles le 10 avril à l’occasion du Digital Day, organisé par la Commission européenne. En revanche, elle ne valide pas ceux sur l’e-santé et le financement de la recherche.

Sources : IA, Blockchain, e-santé

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Partagez-vous la position de la France sur l'accord e-santé ?

Voir aussi

USA : le sous-secrétaire à la défense soulève l'importance d'associer l'intelligence artificielle à l'armée, évoquant une future course aux armes

L'EFF appelle à ne pas utiliser l'intelligence artificielle pour la guerre, s'adressant à Google et aux entreprises de l'IA

La Russie se prépare à envoyer un robot capable de tirer avec des pistolets à l'ISS ? Il ne s'agit pas d'un Terminator, assure le vice-président russe


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Matthieu Vergne Matthieu Vergne - Expert éminent https://www.developpez.com
le 15/04/2018 à 2:42
Citation Envoyé par Blondelle Mélina Voir le message
Les États membres coopéreront aussi pour stimuler la technologie et la capacité industrielle de l'Europe dans le domaine de l'IA notamment [...] l'amélioration des compétences et le recyclage des citoyens de l'UE.
Tout est dit : soit vous vous faites implanter des puces pour être plus efficaces, soit on vous recycle en robots !

[❐▭❐] Sarah Connor ?
Avatar de Madmac Madmac - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 16/04/2018 à 7:14
N'importe quel connerie pour justifier leur existence ...
Contacter le responsable de la rubrique Accueil