UK : Google cherche à limiter le « droit à l'oubli » de deux hommes d'affaires sur leurs crimes passés
Et refuse de déréférencer les liens

122PARTAGES

10  0 
Dans le premier cas relatif au Droit à l’oubli à être présenté devant la Haute Cour d'Angleterre, deux hommes d’affaires se battent pour que Google retire de ses résultats de recherche des informations sur leurs crimes passés. Pour sa part, Google a refusé de s’y plier. Pour sa défense, le numéro un de la recherche a fait valoir que l'entreprise devrait être protégée en vertu de l'exception faite pour le journalisme, car elle donne accès à du contenu journalistique.

Il s’agit en réalité de deux cas qui présentent des similitudes : les deux cas impliquent chacun un homme d’affaires qui a été reconnu coupable de crimes en col blanc dans les années 90, et a demandé que Google supprime plusieurs URL référençant leurs condamnations, y compris des articles de presse.

Pour rappel, le crime en col blanc est une catégorie de criminalité financière définie comme « un crime commis par une personne respectable et de haut rang social dans le cadre de sa fonction. »

Lorsque Google a rejeté leur demande, ils ont intenté une action en justice en vertu de la décision rendue en 2014 par l'Union européenne, qui établissait le droit des particuliers à ce que les informations soient retirées des index de recherche sous certaines conditions.


Pour sa défense, Google a fait valoir qu'il devrait être protégé en vertu d'une exception pour le journalisme, car il donne accès à du contenu journalistique.

Gareth Corfield, un journaliste de The Register qui a couvert ces deux affaires, a déclaré qu'il est malhonnête que Google revête le manteau du journalisme seulement quand cela lui convient. « Ils ont fait de grands efforts pour dire qu'ils ne font aucun jugement éditorial dans le traitement des résultats », a déclaré Corfield, mais « ils veulent maintenant que vous croyiez que cela va de pair avec le journalisme. »

Ces affaires étant les premières relatives au « droit à l'oubli » à être portées devant la Haute Cour d'Angleterre, il est possible que les décisions qui vont en résulter posent quelques règles de base dans le débat difficile entre la vie privée et la liberté d'expression sur Internet.

Source : CJR

Et vous ?

Que pensez-vous de cette affaire ? Partagez-vous le point de vue de Google, qui estime que ce genre d'information doit rester accessible au public ?
Êtes-vous d'accord avec Gareth Corfield, qui voit dans l'action de Google de la malhonnêteté ?

Voir aussi :

Google se prépare à procéder à une refonte de son service Gmail, qui va arborer un nouveau design et s'accompagner de nouvelles fonctionnalités
L'EFF appelle à ne pas utiliser l'intelligence artificielle pour la guerre, s'adressant à Google et aux entreprises de l'IA
IBM propose une bibliothèque d'apprentissage profond 46 x plus rapide que Google TensorFlow, SNAP disponible en fin d'année
Google aurait utilisé 100 % d'énergies renouvelables pour alimenter tous ses bureaux et Datacenter en 2017, d'après son premier vice-président

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 10/04/2018 à 8:23
Heu... vous êtes sûr que ce sont des crimes ? N'y a-t-il pas eu erreur dans la traduction ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Crime
En anglais courant, le mot crime désigne indifféremment un crime ou un délit.

Pour rappel un crime c'est au niveau d'un meurtre, assassinat, ou viol. À ne pas confondre avec les crimes de droit pénal international (crime de guerre, crime contre la paix, crime contre l'humanité).

Pour rappel, la criminalité regroupe les délits et les crimes. La criminalité financière est plutôt au niveau du délit.
4  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/04/2018 à 21:11
Le droit à l'oubli sert à cela : effacer les erreurs du passé. Après il faudrait savoir jusqu'à quel point s'évalue leurs crimes.
1  0 
Avatar de pierre-y
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/04/2018 à 21:56
Et si quelqu'un se fait de nouveau avoir par ces escrocs du fait même qu'il n'a pu s'informer sur eux. j’appelle ça de la complicité personnellement. Le droit à l'oubli oui mais surement pas pour des crimes.
1  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 10/04/2018 à 0:02
Il y a le pour et le contre, ça dépend de quel coté de la barrière tu es :
- C'est utile d'avoir accès à l'historique si tu doit faire affaire avec quelqu’un et si tu veux savoir si tu as affaire à quelqu’un de clean ou à un ancien margoulin.
- C'est utile de bénéficier du droit à l'oubli si tu veux retrouver un job ou lancer un nouveau business.
1  0 
Avatar de defZero
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 09/04/2018 à 23:35
Je ne vois pas en quoi, référencer des décisions de justice (public) dans les résultats de recherches concerneraient le droit à l'oublie.
Le droit à l'oubli concerne uniquement les données personnels des usagés non ?
0  0 
Avatar de wolinn
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/04/2018 à 9:20
Comme dit plus haut, les décisions de justice sont publiques...
Et pour ce qui est de retrouver un travail, même si une condamnation pour escroquerie doit être pénalisante pour en retrouver dans un secteur où on manipule de l'argent, et même s'il y avait une interdiction de gérer une société, il y a beaucoup d'autres métiers pour lesquels cela n'a pas ou peu d'importance : ils peuvent toujours se reconvertir en ouvrier du bâtiment, balayeur, etc.,
0  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 10/04/2018 à 9:25
Bonjour,

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Heu... vous êtes sûr que ce sont des crimes ? N'y a-t-il pas eu erreur dans la traduction ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Crime

Pour rappel un crime c'est au niveau d'un meurtre, assassinat, ou viol. À ne pas confondre avec les crimes de droit pénal international (crime de guerre, crime contre la paix, crime contre l'humanité).

Pour rappel, la criminalité regroupe les délits et les crimes. La criminalité financière est plutôt au niveau du délit.
Dans son sens premier, crime est une notion plus grande que meurtre, assassinat ou viol. Vous pouvez le constater ici où il est expliqué que :

La criminalité est l'ensemble des actes illégaux, délictueux (délits) et criminels (crimes), commis dans un milieu donné, à une époque donnée. Elle est la transgression des normes juridiques d'un système social[...]. On distingue la petite criminalité (délinquance) de la grande criminalité (crimes)
Le crime dont vous parlez est donc simplement un sous ensemble et fait référence à la grande criminalité.
1  1 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 10/04/2018 à 10:10
Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
Le droit à l'oubli oui mais surement pas pour des crimes.
Pourquoi oui ? Pour moi c'est non. Le droit à l'oubli ça consiste à réécrire l'histoire. C'est inacceptable.

Le seul cas d'usage concrètement utile c'est pour les personnes mineures qui ont fait n'importe quoi sur les réseaux sociaux. Pour les adultes il faut assumer ses actes.
0  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 10/04/2018 à 10:16
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Dans son sens premier, crime est une notion plus grande que meurtre, assassinat ou viol. Vous pouvez le constater ici où il est expliqué que
Vous êtes en train de confondre "crime" et "criminalité"...
0  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/04/2018 à 13:23
Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
Pourquoi oui ? Pour moi c'est non. Le droit à l'oubli ça consiste à réécrire l'histoire. C'est inacceptable.
Je serai d'accord avec toi si 100% de ta vie était enregistrée et accessible par tous.
Là, un évenement serait noyé dans la masse parmis les milliers d'autres.
On ne donnerai pas une proportion démesurée à un de tes propos car non seulement il serait facile de le mettre dans son contexte (car tout autour serait également enregistré) mais en plus, il serait noyé dans les millions d'autres propos que tu auras pu tenir depuis.

Du coup, l'effet d'un propos maladroit (ou perçu comme tel) devient presque inexistant et même se réduit avec le temps.

Aujourd'hui, on a un truc pervers car on ne dispose que de quelques séquences éparses qu'il est super simple de retrouver (car indexé) et de ressortir à tort età travers durant des années durant.
On n'a rien sur le contexte et en plus, comme il est fort probable qu'on ne retrouve pas des milliers d'autres séquences te concernant, on va lui donner une importance énorme même 20 ans après.

Par exemple : on effectue une recherche sur quelqu'un et on ne trouve que 10 vidéos dont une d'une soirée arrosée il y a 10 ans.
Les 9 autres vidéos sont totalement inintéressantes donc on en donne beaucoup à celle qui reste.
Naturellement, les gens vont s'imaginer que le gus est un gros fêtard doublé d'un alcoolo.
Bref, c'est du gros n'importe quoi.

Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
Le seul cas d'usage concrètement utile c'est pour les personnes mineures qui ont fait n'importe quoi sur les réseaux sociaux. Pour les adultes il faut assumer ses actes.
Sauf que y a des tas de fois où l'on ne te demande pas ton avis.
Qui n'a jamais été pris en photo au cours d'une soirée arrosée, par exemple ?
Qui peut ensuite contrôler que la photo n'est pas postée sur un réseau social quelconque ensuite ?

De plus, y a des tas de conneries que l'on fait à la fac et qu'on préférerai oublier et pourtant, on est majeur légalement.
On fait quoi dans ces cas là ?

Je ne sais pas pour vous mais j'avais ma grand mère qui me rabâchait sans arrêt la fois où j'avais cassé sa fenêtre avec mon ballon de foot à l'âge de six ans.
Même 20 ans plus tard, elle était en boucle là dessus et j'en avais franchement ras le cul (même si j'adorais ma mamie).
Imagine un peu que c'est comme ça avec toute ta vie ?
Et qu'au lieu que ça soit ta grand mère, ça soit tout le monde ?
0  0 
Les fédéraux américains ont demandé à Tesla de cesser de faire des « déclarations trompeuses » sur la sécurité de la Model 3
Un expert canadien en bitcoin réussit à arnaquer un escroc, et donne l'argent à une organisation caritative
Flutter, le framework UI de Google, serait-il meilleur que React Native de Facebook
Apprendre Python et s'initier à la programmation - Partie 2 : Programmation avancée, un cours de Sébastien Combéfis
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web