Chrome 66 bloquera la lecture automatique des contenus multimédias exécutés sur les pages web avec le son
Google fait des recommandations à la suite

Le , par Olivier Famien, Chroniqueur Actualités
Lorsque vous ouvrez plusieurs onglets dans votre navigateur et que des vidéos se mettent à jouer automatiquement, cela devient très vite insupportable lorsque chacune de ces vidéos joue avec le son activé. Dans pareil cas, la seule chose souhaitée est d’arrêter le plus vite possible ces vidéos. Et quand on n’y parvient pas assez rapidement, la solution généralement adoptée est de couper le son de l’appareil, en attendant de couper manuellement un par un les sons des vidéos lues ou d’arrêter simplement la lecture de celles-ci.

Tout comme les publicités non désirées peuvent mettre à mal l’expérience utilisateur d’un internaute lors de la visite d’un site web, de nombreux internautes sont d’accord pour dire que la lecture automatique des vidéos à l’ouverture d’une page web peut avoir le même effet désagréable chez les internautes surtout lorsque le son de ces vidéos est activé. Conscients de ce fait, certains sites proposent la lecture automatique de vidéos sur leurs pages web avec le son désactivé. Bien que cela pourrait être insuffisant pour certains utilisateurs, au moins l’internaute est épargné par la cacophonie générée lorsque plusieurs vidéos se mettent à jouer automatiquement ou lorsque le son de ces vidéos vient s’ajouter à celui de la musique jouée par l’utilisateur.

Pour résoudre de manière générale le problème de la gêne occasionnée par le son de ces vidéos et autres contenus déclenchés automatiquement à l’ouverture de certaines pages web, Google avait annoncé l’an dernier qu’à partir de Chrome 64, la lecture automatique serait autorisée lorsque le média ne jouera pas de son sur son appareil ou que l’utilisateur a manifesté un intérêt pour le média. Cela permettrait à l’autoplay de fonctionner lorsque les utilisateurs veulent que les médias soient lus et qu’ils respectent les souhaits des utilisateurs lorsqu’ils ne le souhaitent pas. Et au-delà du fait que cela rendrait plus agréable le temps passé sur le pages web, Google a également annoncé que cette mesure permettrait également d’unifier le comportement des ordinateurs de bureau et des appareils mobiles, ce qui rendra le développement des médias web plus prévisible sur les plateformes et les navigateurs.


Depuis cette annonce, Google s’est mis à peaufiner cette fonctionnalité et l’a proposée comme une option à activer ou à désactiver manuellement dans Chrome 64. Apparemment, les choses ont évolué dans le bon sens, c’est pourquoi la firme de Mountain View a annoncé il y a peu de jours que la version 66 de son navigateur Chrome qui sortira en avril prochain autorisera par défaut la lecture automatique d’un contenu multimédia sous les quatre conditions suivantes :

  • lorsque le contenu est muet ou n’inclut aucun son (vidéo uniquement) ;
  • lorsque l’utilisateur a interagi ou cliqué quelque part sur le site pendant la session de navigation ;
  • sur le mobile, si une application web progressive contenant un contenu multimédia a été ajoutée à l’écran d’accueil par l’utilisateur ;
  • sur le bureau, si l’utilisateur a souvent joué un média sur le site, selon la politique Media Engagement Index de Google.

Cela sous-entend que lorsque les vidéos ou autres contenus multimédias ne respecteront pas ces critères, la lecture automatique sera bloquée par le navigateur. Mais les sites web comme YouTube, Netflix, Dailymoton, etc. dont l’activité principale est la mise à disposition des contenus multimédias comme les vidéos, ne devraient pas être impactés par cette nouvelle fonctionnalité.

Du côté des développeurs, Google explique que cette nouvelle politique entraine des contraintes. La firme de Mountain View leur recommande donc :

  • d’utiliser la lecture automatique des médias intégrés dans des pages web avec parcimonie, car cela pourrait agacer les utilisateurs ;
  • de lire les médias automatiquement en sourdine au cas où ils souhaiteraient utiliser la lecture automatique tout en laissant la possibilité à l’utilisateur d’activer le son ;
  • d’utiliser les commandes natives du navigateur pour la lecture vidéo et audio afin d’assurer que les stratégies de lecture automatique sont correctement gérées ;
  • de bien définir leur code et effectuer des tests afin de s’assurer que le site web sera toujours opérationnel même si la lecture automatique n’est pas autorisée.

Si cette fonctionnalité ne vous convient guère et que vous souhaitez désactiver le son des contenus multimédias lus automatiquement sur les sites, vous pouvez utiliser l’option disponible depuis la sortie de Chrome 64 pour mettre en sourdine et de façon permanente les sites web trop bruyants.

Source : Google

Et vous ?

Que pensez-vous de cette fonctionnalité ? Assez pratique ou inutile ?

Allez-vous l’utiliser pour réduire au silence les vidéos trop bruyantes ?

Ou pensez qu’elle ne règle pas le problème ?

Voir aussi

Google Chrome 64 permet de mettre en permanence des sites en sourdine et améliore son moteur V8
Chrome : dès janvier 2018, la lecture automatique ne sera autorisée que si l’audio est coupée ou si l’utilisateur manifeste son intérêt


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - I.A. en bêta-test https://www.developpez.com
le 25/03/2018 à 11:26

Bloqué le préchargement des fichiers multimédia malgré le choix fait par le développeur HTML pour la balise est aussi prévu plus tard ?
Avatar de CoderInTheDark CoderInTheDark - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 26/03/2018 à 21:32
Déjà ça consomme de la bande passante pour rien

Pour un utilisateur non-voyant c'est un cauchemar.
Car souvent les publicité sont plus forte que la synthèse vocale, et trop fortes tout court.
Et après pour trouver qui joue du son c'est long
Avatar de trapp trapp - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 03/04/2018 à 13:41
Dans firefox, suffit d'aller dans le about:config et de mettre media.autoplay.enabled sur false.
Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 18/04/2018 à 20:20
Chrome 66 débarque sur Windows, Mac et Linux
et vient bloquer la lecture automatique des sites sous réserve de certaines conditions

Google a publié en téléchargement la version 66 de son navigateur Chrome. Cette version apporte une correction à 62 failles de sécurité et bogues en plus d’intégrer de nouveaux mécanismes pour contrer les attaques exploitant la faille Spectre.

L’une des fonctionnalités qui l’accompagnent est la possibilité de couper le son des vidéos qui se lisent automatiquement.

Rappelons que cette fonctionnalité était prévue pour Chrome 64. À ce propos, l’équipe avait alors annoncé « À partir de Chrome 64, la lecture automatique sera autorisée si le média ne joue pas le son ou si l’utilisateur a manifesté un intérêt pour le média. Cela va autoriser la lecture automatique lorsque l’utilisateur l’accepte et l’empêchera quand il n’en veut pas. Ces changements vont également unifier le comportement des postes de travail et du web mobile ».

Même si la fonctionnalité de sourdine est arrivée deux versions plus tard que prévu initialement, pendant ce temps, les utilisateurs de Chrome ont été en mesure de bloquer définitivement le son site par site.

Chrome va autoriser la lecture automatique si le contenu est mis en sourdine, si l’utilisateur clique ou interagit avec le site web ou si l'utilisateur a montré de l’intérêt pour les médias sur le site.

Sur la version desktop de Chrome, Google utilise l'index MEI (Media Engagement Index) pour déterminer si l'utilisateur a déjà visionné une vidéo avec son sur un site. Sur mobile, la lecture automatique avec son ne sera autorisée que si l'utilisateur a ajouté le site à son écran d'accueil.

Le MEI évalue la tendance des utilisateurs à consommer des médias sur un site et va permettre aux sites d'ignorer la règle si l'engagement de l'utilisateur dépasse un certain seuil.

Ce seuil est déterminé par le rapport des visites aux « événements de lecture multimédia importants » sur chaque site, qui inclut des mesures telles que la vérification que la consommation audio et vidéo a dépassé les sept secondes, la vérification que l'audio soit activée et non mise en sourdine, la vérification que l'onglet avec la vidéo est actif, la vérification que la taille de la vidéo est supérieure à 240 x 140 pixels.

Les sites avec un score élevé sont ceux où les utilisateurs consomment des médias régulièrement. Les utilisateurs peuvent voir le MEI en tapant chrome://media-engagement dans la barre d'adresse de Chrome.

Chrome 66 propose la possibilité d’exporter ses mots de passe enregistrés. Il suffit d’aller dans « Enregistrer les mots de passe » dans les paramètres pour voir un nouvel onglet apparaître proposant un export au format CSV. Il vous faudra confirmer l’opération avec votre code de déverrouillage du téléphone ou avec votre empreinte digitale si vous êtes sur votre mobile.


En termes de sécurité, Chrome 66 va accroître l'information de l'usager en lançant une alerte quand le navigateur crashe ou est fermé à cause de l'injection d'un code malicieux contenu dans une application tierce. Cela, afin d'encourager les utilisateurs à supprimer l'application responsable. Supprimés également, les certificats trust for Symantec, la société ne parvenant plus à suivre les standards de l'industrie de la sécurité en ligne.

Source : Google

Et vous ?

Quelle est la fonctionnalité qui vous intéresse le plus ?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil