L'un des fondateurs de WhatsApp appelle à quitter Facebook
Suite au scandale lié à la fuite massive de données utilisées pour un profilage

290PARTAGES

14  0 
En 2009, Jan Koum et Brian Acton, deux anciens ingénieurs de Yahoo, ont fondé l’entreprise WhatsApp, responsable du développement et de la maintenance de l’application de messagerie du même nom. L’application a connu un tel succès qu’elle n’a pas manqué d’attirer la convoitise de Facebook qui se l’est appropriée en février 2014 pour un montant de 19 milliards de dollars dont une grande partie a été versée sous forme d’actions Facebook et une autre payée en cash. L'accord prévoyait le versement de la somme de 3 milliards de dollars en actions sous réserve du bouclage du rachat. Cette dernière somme a été versée aux fondateurs et salariés de l'application de messagerie.

Petite parenthèse, après une dizaine d’années chez Apple et Yahoo, Brian Acton recherchait du travail et s’est vu fermer les portes de Twitter (mai 2009) et Facebook (août 2009). Mais il ne s’est pas découragé pour autant et a parlé de ces refus dans des tweets comme des motivations pour avancer dans la vie. Belle ironie de la vie lorsque Facebook vient vers lui pour lui racheter son application.


La popularité de WhatsApp n’a eu de cesse de croître, en 2016, l’application était utilisée par un milliard de personnes dans le monde chaque mois. En juillet 2017, elle a annoncé qu’elle était utilisée par un milliard de personnes dans le monde… chaque jour.

Mais Brian Acton semble ne pas avoir apprécié l’évolution de ce mariage entre Facebook et WhatsApp. C’est en tout cas ce que suggèrent certaines de ces actions. Par exemple, il a quitté WhatsApp l’année dernière et a décidé de financer une fondation pour démocratiser l’utilisation de Signal qu’il a financé à hauteur de 50 millions de dollars.

Pour rappel, Signal est l’application de messagerie chiffrée qui a contribué à démocratiser le chiffrement de bout en bout. Aux côtés de Moxie Marlinspike, fondateur de Signal, Acton a affiché sa détermination à mener à bien sa mission : « Je partage avec Moxie une croyance : que la meilleure manière de continuer à assurer la disponibilité de services de communication low-cost et hautement sécurisés comme Signal est de le faire à travers une structure de fondation, qui serait loin des limites d'une entreprise qui cherche à faire du profit. » Une petite pique envoyée au passage à Facebook qui a été critiqué par les CNIL européennes suite aux partages de données entre WhatsApp et Facebook au nom de l’amélioration des publicités ciblées et donc du profit.

Cette fois-ci, après les révélations d’un dénonciateur qui a fait savoir que les données de 50 millions d’utilisateurs de Facebook ont été utilisées pour faire un profilage dans le but de les influencer durant la campagne présidentielle américaine, mais également dans le vote du Brexit, Acton est plus direct : « il est temps. #deletefacebook », peut-on lire sur un tweet qui a le mérite d’être précis et concis.


Il est donc temps pour lui de supprimer Facebook. Il joint sa voix aux centaines d'autres personnes annonçant leur intention de ne plus utiliser le réseau social, suite au scandale de Cambridge Analytica.

L’ingénieur est devenu milliardaire grâce à la vente de WhatsApp à Facebook et son patrimoine s’élève à 5,5 milliards de dollars en mars 2018 d’après le magazine américain Forbes.


Source : blog WhatsApp, Forbes, Twitter

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative ?

Voir aussi :

L'application de messagerie Signal lance une fondation qui reçoit un don de l'un des cofondateurs de WhatsApp à hauteur de 50 millions de dollars

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Thorna
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/03/2018 à 15:09
whatsapp, cette appli qu'on ne peut installer qu'en lui donnant tous les pouvoirs dans le téléphone, y compris l'accès aux messages, au téléphone, aux photos etc. ?
Y'a pas une histoire avec l'hôpital et la charité ?
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/03/2018 à 15:50
pas sur android 6.0
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 21/03/2018 à 15:55
Citation Envoyé par Thorna Voir le message
whatsapp, cette appli qu'on ne peut installer qu'en lui donnant tous les pouvoirs dans le téléphone, y compris l'accès aux messages, au téléphone, aux photos etc. ?
Y'a pas une histoire avec l'hôpital et la charité ?
Bah c'est assez logique... WhatsApp te permet de téléphoner, de prendre des photos à envoyer à tes contacts ou groupes, etc... Donc rien d'étonnant dans le nombre de droits réclamés...
Pour l'accès au SMS, il teste ton numéro en envoyant un SMS qui est automatiquement analysé et confirmé, voilà pourquoi ils ont besoin de ce droit également...
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 21/03/2018 à 16:06
Moi ce qui me fait marrer, c'est qu'il appelle à quitter Facebook, alors que Facebook n'y est pour pas grand chose dans cette histoire.

Je veux bien qu'il y a moult choses à dire sur cette entreprise, mais pour le coup, c'est Aleksandr Kogan qui a menti à Facebook en prétendant faire ça pour des recherches, et qui revendu les données à Cambridge Analytica, qui après, a fait son business avec celles-ci.

Pourquoi tout le monde tape sur FB, mais pas sur Aleksandr Kogan ou Cambridge Analytica ?

Ah oui, car les deux autres, personnes les connait, du coup on peut pas faire du buzz avec...
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 21/03/2018 à 17:34
Partiellement raison Zirak. Le grand défaut de FB réside dans le fait qu'à partir de 270 000 données d'utilisateurs, il y ait pu avoir accès à 50 000 000 de personnes. Pour cette raison le CSO ( ou RSSI ) rue dans les brancards de FB. Mais également la cause de toutes ces enquêtes et demande de la FTC et de l'Europe ainsi que le Royaume-Uni car il s'agit de violations de la loi RGPD et d'un accord avec la FTC sur la protection des données utilisateurs. Les britanniques sont extrêmement stricts sur tout ce qui touche à la vie privée. Au moins autant que les allemands.
Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/03/2018 à 17:49
Citation Envoyé par Zirak Voir le message
Moi ce qui me fait marrer, c'est qu'il appelle à quitter Facebook, alors que Facebook n'y est pour pas grand chose dans cette histoire.

Je veux bien qu'il y a moult choses à dire sur cette entreprise, mais pour le coup, c'est Aleksandr Kogan qui a menti à Facebook en prétendant faire ça pour des recherches, et qui revendu les données à Cambridge Analytica, qui après, a fait son business avec celles-ci.

Pourquoi tout le monde tape sur FB, mais pas sur Aleksandr Kogan ou Cambridge Analytica ?
Parce que FB ce finance en faisant ce genre de recherche et en vendant les données personnelles. Crois-tu vraiment que Cambridge Analytica soit le premier à avoir fait cela. Les réseaux sociaux sont une manne pour les agences de marketing. Tous ce qui a été fait l'a été en conformité avec le contrat de service.

Quand quelque chose est gratuit sur internet, c'est que tu es le produit.
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 21/03/2018 à 17:57
AH mais comme je l'ai dit, je ne renie pas le fait qu'il y a énormément de critiques que l'on peut faire à propos de Facebook, ni le fait qu'on puisse en partie incriminer Facebook dans cette affaire également, je m'étonne juste que personne ne parle des deux autres entités, qui dans le cas présent, m'ont tout de même l'air autant voir un peu plus fautive que Facebook, et que l'on ne s'acharne que sur cette entreprise.

Edit :

Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Parce que FB ce finance en faisant ce genre de recherche et en vendant les données personnelles. Crois-tu vraiment que Cambridge Analytica soit le premier à avoir fait cela. Les réseaux sociaux sont une manne pour les agences de marketing. Tous ce qui a été fait l'a été en conformité avec le contrat de service.

Quand quelque chose est gratuit sur internet, c'est que tu es le produit.
Attention, dans cette affaire, ce n'est pas Facebook qui a revendu les données. A part une une mauvaise pub, et un mauvais élément de plus pour son image, Facebook n'a rien gagné dans cette histoire.
Avatar de Citrax
Membre actif https://www.developpez.com
Le 21/03/2018 à 20:06
Fessbouc whatsup etc....................tout ces sites de cas-sociaux meritent de perdurer tant qu'il y aura tous ces milliards de PIGEONS dans le monde !

Moi je dis "bravo" le miserabilisme humain, social et capitaliste.
Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/03/2018 à 0:17
Citation Envoyé par Zirak Voir le message

Attention, dans cette affaire, ce n'est pas Facebook qui a revendu les données. A part une une mauvaise pub, et un mauvais élément de plus pour son image, Facebook n'a rien gagné dans cette histoire.
Cambridge Analytica a ouvert de compte bidon et a utiliser FB pour savoir sur quel partie du programme de Trump, devait être martelé. Les gens qui sont choqué par cette affaire, sont les naïfs qui viennent de découvrir que leur commentaires pouvaient être utilisé à leur dépend. Beaucoup d'employeurs utilisent les réseaux sociaux pour savoir si leur futur employé seront des travailleurs dociles. Il ne faut pas être naîf, la publicité est un source de revenue négligeable. Ce que Facebook vend, c'est ça capacité de faire de la propagande pour le plus offrant.
Avatar de Christian Olivier
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 22/03/2018 à 7:31
Edward Snowden estime que Facebook est une société de surveillance
Qui se fait passer pour un réseau social

Le lanceur d’alerte Edward Snowden s’en est pris à Facebook dans un tweet publié récemment où il affirme que l’entreprise technologique américaine gagne de l’argent en monnayant les informations confidentielles de ses utilisateurs : « Facebook se fait de l’argent en exploitant et en vendant des détails intimes sur la vie privée de millions de personnes, bien au-delà des rares détails que vous publiez volontairement », a-t-il dénoncé.


Sa réaction fait suite à la suspension de Cambridge Analytica, une société d’analyse de données qui a travaillé pour la campagne du président Trump, du réseau social Facebook. D’après lui, « ce ne sont pas des victimes, ce sont des complices ».

En agissant de la sorte, la firme de Menlo Park voulait sanctionner Cambridge Analytica, ce dernier ayant été accusé d’avoir illégalement collecté et exploité les données de millions d’utilisateurs du réseau social de Facebook. Le professeur Kogan et Cambridge Analytica ne peuvent plus gérer les pages Facebook de leurs clients et acheter d’espaces publicitaires : « Nous avons suspendu Cambridge Analytica de notre plateforme pour une violation claire de nos politiques. Ils ne peuvent pas acheter d’annonces ni administrer les pages de leurs clients. »

Tout part d’une application, baptisée « thisisyourdigitallife », qui a été conçue par Aleksandr Kogan, un chercheur en psychologie de l’université de Cambridge. Cette appli se présentait sur Facebook comme une application utilisée par des psychologues à des fins académiques et proposait aux internautes de remplir des tests de personnalité. Malheureusement, elle collectait aussi, à l’insu de ses utilisateurs, les données privées de ces derniers et ces informations auraient été transmises à Cambridge Analytica.

Rappelons que Facebook offre un certain nombre d’outils technologiques pour les développeurs de logiciels, et l’un des plus populaires est Facebook Login, qui permet aux gens de simplement se connecter à un site Web ou une application en utilisant leur compte Facebook au lieu d’enregistrer de nouvelles informations. Et en 2015, l’entreprise permettait aux développeurs de recueillir des informations sur les réseaux d’amis de personnes qui ont utilisé Facebook Login.

Lorsque les utilisateurs utilisent Facebook Login, ils accordent au développeur de l’application une série d’informations provenant de leur profil Facebook, telles que leur nom, leur emplacement, leur adresse e-mail ou leur liste d’amis. En parallèle, même si un seul utilisateur a accepté de remettre ses données, les développeurs peuvent également accéder à certaines données sur leurs amis.

Quelque 270 000 personnes ont utilisé Facebook Login pour créer des comptes et ont ainsi choisi de partager leurs données personnelles avec Kogan. Mais finalement, grâce à ces 270 000 utilisateurs de base, Kogan a pu accéder aux données de quelque 50 millions d’utilisateurs de Facebook, selon le Times. Cette collecte de données aurait pu inclure des informations sur l’emplacement et les centres d’intérêt des utilisateurs, ainsi que des informations plus détaillées, telles que des photos, des mises à jour d’état et des enregistrements.

Les choses sont devenues problématiques lorsque Kogan a livré ces données à Cambridge Analytica. Facebook soutient que cela va à l’encontre des conditions d’utilisation de l’entreprise. Conformément à ces règles, les développeurs ne sont pas autorisés à « transférer les données que vous avez reçues de nous (y compris les données anonymes, agrégées ou dérivées) vers tout réseau publicitaire, courtier de données ou autre service de publicité ou de monétisation. »

« Les entreprises qui gagnent de l’argent en collectant et en vendant des dossiers détaillés sur leur vie privée étaient autrefois décrites comme des “sociétés de surveillance” », a déclaré Snowden. « Leur repositionnement en tant que “réseaux sociaux” est la tromperie la plus réussie depuis que le Département de la Guerre est devenu le Département de la Défense », a-t-il ajouté.


Cambridge Analytica, pour sa part, a démenti tout acte répréhensible, en publiant une déclaration selon laquelle l’entreprise « respecte pleinement » les conditions d’utilisation de Facebook.

Source : Washington Examiner

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Snowden a-t-il vu juste ou se méprend-il, selon vous ?

Voir aussi

Cambridge Analytica aurait fait du profilage de 50 millions d'utilisateurs de Facebook pour influer sur les élections US et le vote du Brexit
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web