Victime de son propre succès, la Silicon Valley serait désormais en déclin
Et les entreprises technologiques préfèreraient s'installer ailleurs

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
La Silicon Valley est une région située dans la partie sud de la baie de San Francisco, aux environs de San José, la plus grande ville de la côte ouest des États-Unis. Un nombre important d’investisseurs et d’entreprises évoluant dans les technologies de pointe y sont implantés. On y trouve également deux établissements d’enseignement supérieur prestigieux, à savoir l’université de Stanford et l’université de Berkeley.

La Silicon Valley est connue comme le lieu par excellence où tout est mis en œuvre pour favoriser le développement rapide de nouvelles entreprises : plus de dix startups y seraient créées chaque jour. Elle est actuellement considérée comme le berceau de la high-tech, un temple et une vitrine de l’industrie technologique qui a inspiré bon nombre de technopoles en Europe (Sophia Antipolis, le cluster Paris-Saclay, EuraTechnologie, Aerospace Valley, Inovallée…) et ailleurs dans le monde. Cette réputation a toutefois son lot d’inconvénients.


Au cours des derniers mois, un nombre croissant de chefs d’entreprises installés dans la Silicon Valley ont flirté avec l’idée de quitter cette région. Pour justifier cette envie d’aller voir ailleurs, certains ont évoqué le coût exorbitant de la vie, l’immobilier hors de prix et les impôts élevés qui caractérisent San Francisco et sa banlieue. Dans cette région, il serait facile de rencontrer des travailleurs avec un salaire avoisinant le million de dollars, mais qui appartiennent pourtant toujours à la classe moyenne. À titre d'exemple, signalons que la location d’un véhicule de transport pour un aller simple de San Jose à Las Vegas coûte environ 2000 USD, alors qu’il faut débourser 100 USD seulement pour bénéficier du même service, mais dans la direction opposée.

D’autres chefs d’entreprises disent ne plus se reconnaitre dans les valeurs prônées au sein de la Silicon Valley. Pour ces derniers, elle serait devenue un espace qui a perdu son « ;côté cool ;» d’autrefois, un lieu où la recherche du profit, l’optimisation fiscale, les mauvaises mentalités et l’oppression en milieu professionnel auraient pris l’ascendant sur le reste. Certaines études tendent même à prouver que la Silicon Valley perd plus de résidents que n’importe quelle autre ville des États-Unis et que dans le même temps, elle attire de moins en moins de monde.

En outre, il serait de plus en plus difficile de justifier les salaires pharaoniques et les avantages demandés par les ingénieurs IT de la Silicon Valley (jusqu’à 200 ;000 USD par an pour un ingénieur IT débutant chez Facebook ou Google), alors que leurs homologues qui sont installés dans d’autres villes peinent à gagner 50 ;000 USD par an.

Peter Thiel, un membre du conseil d’administration de Facebook, a estimé que la culture qui anime la Silicon Valley est actuellement « ;toxique ;». C’est pourquoi il a délocalisé une partie de ses activités vers une autre ville. « ;C’est tellement cher, c’est tellement encombré, et franchement, vous voyez aussi des opportunités dans d’autres endroits, ;» a pour sa part déclaré Patrick McKenna, le fondateur de High Ridge Venture Partners.

Les critiques de Thiel ont été reprises par Michael Moritz, le fondateur de Sequoia Capital. Aveuglée par les succès engrangés, la Silicon Valley serait désormais « ;en perte de vitesse et trop gâtée ;» a déploré ce dernier. Il est convaincu que l’attention inutilement accordée aux débats politiques et à l’injustice sociale a détourné les entreprises technologiques de leur raison d’être : le travail et l’innovation.

Mais le commentaire le moins flatteur vient peut-être d’un membre du Congrès qui a confié que « ;certains ingénieurs de la vallée ont les plus grands égos connus de l’humanité ;». « ;S’ils n’ont pas leur café, leur petit-déjeuner et leur nettoyage à sec, ils préfèrent aller voir ailleurs, alors qu’ici, des gens ont faim ;», a-t-il ajouté.


Des acteurs majeurs de la Silicon Valley tels que Google, Facebook ont commencé à ouvrir des bureaux dans des villes situées en dehors de la Californie, des lieux où le succès de l’industrie technologique est encore considéré comme un événement à célébrer et où les effets pervers de leur implantation (hausse du prix du logement, congestion du trafic…) sont peu connus.

En parallèle, la forte demande en ingénieurs dans des domaines tels que l’intelligence artificielle ou les véhicules autonomes obligerait désormais ces grands groupes à étendre leur présence à proximité des universités. Ils espèrent ainsi attirer de nouveaux talents et répondre aux demandes des employés qui souhaitent déménager ailleurs.

Source : New York Times

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

USA : la Silicon Valley se mobilise pour les Dreamers en attendant la décision de Trump concernant l'évolution du statut de ces derniers
D'anciens salariés de la Silicon Valley s'associent pour dénoncer les dangers des réseaux sociaux, un mal qu'ils ont eux-mêmes contribué à créer


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 07/03/2018 à 8:44
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Qu’en pensez-vous ?
Je pense qu'ils ont complètement raison :
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Pour justifier cette envie d’aller voir ailleurs, certains ont évoqué le coût exorbitant de la vie, l’immobilier hors de prix et les impôts élevés qui caractérisent San Francisco et sa banlieue. Dans cette région, il serait facile de rencontrer des travailleurs avec un salaire avoisinant le million de dollars, mais qui appartiennent pourtant toujours à la classe moyenne. À titre d'exemple, signalons que la location d’un véhicule de transport pour un aller simple de San Jose à Las Vegas coûte environ 2000 USD, alors qu’il faut débourser 100 USD seulement pour bénéficier du même service, mais dans la direction opposée.
(...)
Peter Thiel, un membre du conseil d’administration de Facebook, a estimé que la culture qui anime la Silicon Valley est actuellement « ;toxique ;».
Il faut aller dans un endroit moins chère et ça ne doit pas être difficile à trouver...
Là-bas il n'y a que des riches c'est n'importe quoi.
Avatar de KEKE93 KEKE93 - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 07/03/2018 à 9:13
Le coût de la vie est de plus en plus cher sur San Francisco - San Jose area.
A un tel point que Google a ouvert des bureaux importants à Denver, plus précisément à Boulder.
https://www.denverpost.com/2017/10/0...mpus-december/

Apple recherche aussi une ville pour y installer des bureaux.

Les villes prétendantes parmi les plus alléchantes sont: Denver, Austin, Boston, Atlanta...
Avatar de tmcuh tmcuh - Membre du Club https://www.developpez.com
le 07/03/2018 à 10:15
En France il s'est passé le même, quand les grandes sociétés informatique ont vu qu'à Lille ils pouvaient trouver le même service qu'à Paris pour 20-30% moins cher, ils se sont déplacés.
Lille était plein d'ingénieur, de hautes écoles et un immobilier en plein boom pour offrir tous les services que Paris proposait, ils ont pas hésité.

Je pense donc que la silicon Valley sera dispersé vers une autre ville mais pas n'importe laquel, elle sera sans doute accessible facilement à celle-ci en quelques heures de trajet et proposera les mêmes services. mais je connais pas assez le coin pour dire laquelle
Avatar de judev57 judev57 - Membre du Club https://www.developpez.com
le 10/03/2018 à 13:05
Le truc valable partout dans le monde, c'est que toutes les entreprises arrêtent de s'installer tous au même endroit. Je pense par exemple qu'une fois que la fibre optique sera déployé partout en France, la décentralisation va s’accélérer. Si toutes les entreprises se dispersaient en France, ça permettrait de diminuer le coût de l'immobilier, ça permettrait de diminuer le chômage surtout dans les zones où le travail se fait rare, ça permettrait de diversifier les emplois au niveau local, le coup du travail serait moins important...
Avatar de Madmac Madmac - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 11/03/2018 à 1:23
Victime de leur succès, c'est loin d'être le principal problème. Le succès de Silicon Valley a créé de l'inflation, c'est une évidence. Mais ce qui a tué la Californie est leur choix politique depuis 40 ans. La Californie est l'état le plus à gauche des États-Unis. Avec le résultat que les villes et l'état est endetté jusqu'au oreille et que les entreprises et les plus intelligents fuient pour des états comme le Texas. Et ce qui n'arrange pas les choses est que leurs politiciens incitent pour être des refuges pour les immigrants illégaux. Et pour cette raison, Trump va les sanctionnés.

Avatar de Madmac Madmac - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 11/03/2018 à 1:35
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message


En outre, il serait de plus en plus difficile de justifier les salaires pharaoniques et les avantages demandés par les ingénieurs IT de la Silicon Valley (jusqu’à 200 ;000 USD par an pour un ingénieur IT débutant chez Facebook ou Google), alors que leurs homologues qui sont installés dans d’autres villes peinent à gagner 50 ;000 USD par an.
]
Les salaires pharaoniques, mon oeil ! Tout est relatif. Regardez le prix d'un appartement: https://www.apartmentguide.com/apart...rnia/San-Jose/
Et cela ne comprend pas l'électricité, la taxe municipal et les assurances. Vous devez avoir forcément une voiture. Et vous devez prévoir des frais de stationnement. La seule chose qui ne coûte rien est de respirer.

Et le reste est à l'avenant. Le prix d'un verre de jus d'orange dans un petit restaurant le matin: $7.00. À 50.000 dollar, en Californie, vous ne faites pas partie de la classe moyenne.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil